Vie pratique & Loisirs

  • Canalisée, maîtrisée, distribuée, leau nous apparaît désormais ordinaire, à portée de robinet. Quant
    à ces temps où chaque source, chaque rivière étaient habitées par une nymphe, nous les avons
    oubliés. Nous ne vivons plus leau, nous lutilisons. Un simple flux à gérer. Et pourtant, on parle de
    stress hydrique, de désertification galopante, dépuisement des nappes phréatiques : nous savons
    aussi quelle commence à manquer, quelle est précieuse. Comment est-on parvenu à cette situation
    paradoxale ?
    Du philosophe grec Thalès de Milet qui, affirmant que « tout est eau », faisait delle le principe
    de toute chose, au chimiste Lavoisier qui, au XVIIIe siècle, la désenchantera pour y découvrir un
    composé chimique, et au moment écologique contemporain, toute une histoire se déploie.
    Cest ce récit complexe, et les différentes conceptions quil porte, que le philosophe Jean-Philippe
    Pierron nous raconte ici. Alors que le soin écologique relève aujourdhui dune urgence, ce geste
    poétique vaut engagement. Car pour changer les pratiques, ne nous faut-il pas dépasser le simple
    utilitarisme et produire un nouvel imaginaire ? Et si cela commençait par rêver leau ?

empty