Joël Cornette

  • Cette édition met à jour de la partie « L'Histoire au travail » pour tenir compte des recherches historiques les plus récentes sur la période. Cet ouvrage dresse un tableau complet d'un siècle et demi de mutations, lentes ou violentes, souvent dramatiques, qui ont ébranlé le royaume, à l'image de l'affrontement des croyances exacerbé par les deux Réformes (catholique et protestante). Il propose une double lecture : chronologique et thématique. Sommaire : 1. La France de l'Ancien Régime : entre archaïsme et « novelletés » / 2. Renaissances et Réformes / 3. La monarchie, de Charles VIII à Henri II (1483-1559) / 4. Des guerres de Religion au règne d'Henri IV (1565-1610) / 5. Malédictions malthusiennes : le « sombre XVIIe siècle » / 6. Croyances et savoirs au « siècle des saints »  / 7. Les années cardinales (1610-1652) / 8. L'Histoire au travail : l'État absolu revisité par les historiens / Conclusion : France, Angleterre, Espagne le défi européen des monarchies Points forts : des documents analysés, un glossaire et une chronologie complète L'auteur : Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, Joël Cornette est professeur à l'université Paris-VIII-Vincennes-Saint-Denis. Il est l'auteur dans la même collection de Absolutisme et Lumières 1652-1783. Il a reçu, en 2006, le Grand prix d'histoire de l'Académie française et, en 2011, le prix Madeleine Laurain-Portemer de l'Académie des sciences morales et politiques pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Devenue française en 1532, la Bretagne demeure une énigme et continue de nourrir un imaginaire fertile. Des menhirs de Carnac aux druides, des chevaliers du Graal à Bécassine en passant par les Bonnets rouges de 2013, ce finistère de l'Europe a construit son identité, riche et complexe, bien au-delà des clichés.
    Comment définir la Bretagne ? Peu de provinces offrent une histoire aussi longue et trop souvent méconnue. Dans ce volume collectif, sous la houlette de Joël Cornette, Brestois et historien, se découvre une aventure mouvementée, de la naissance des Bretons à l'aube du Moyen Âge, jusqu'aux multiples défis imposés aujourd'hui par la mondialisation.
    À la fois terre de légendes, péninsule maritime et puissance souveraine au xve siècle quand les ducs sont sacrés et couronnés à Rennes, la Bretagne se distingue tant par sa langue vigoureuse et imagée que par une longue tradition de quête d'autonomie.
    De brillants chercheurs (Olivier Chaline, Jean Kerhervé, Christian Bougeard, Roger Dupuy, Jean-Clément Martin, Éva Guillorel, et la « Bretonne et républicaine » Mona Ozouf), mais aussi Donatien Laurent, ethnologue en quête des traditions orales, sont ici réunis pour nous faire découvrir et partager les secrets d'un territoire original et nous aider à comprendre l'irréductible et forte personnalité de cette singulière Armorique.

  • Cette journée fut la seule dont la maîtrise aura échappé au Grand Roi, lui qui se voulait l'ordonnateur tout-puissant de son royaume. Interroger la portée de la mort de Louis XIV conduit à reconsidérer ce très long règne à l'aune du projet politique que ce prince avait lui-même conçu. Ce livre donne à comprendre ce qui s'éteint avec le Roi-Soleil et ce qui va perdurer de son oeuvre. Qu'est-ce qui fait la singulière grandeur du siècle de Louis XIV ? La gloire, le roi de guerre, l'"État machine", la fabrique d'une culture royale : ce souverain a élevé le prestige de la monarchie française au sommet de son rayonnement ; il a achevé d'installer l'appareil administratif de l'Ancien Régime en l'inscrivant dans le patrimoine génétique de nos institutions ; il a érigé les "mystères de l'État" en méthode de gouvernement et fait pénétrer l'éclat de sa figure sacrée jusque dans la plus humble chaumière. Ce fut une ambition démesurée que les épreuves finiront par dérégler. Quel contraste entre le jeune monarque, ardent réformateur des "années Colbert", qui imprime sa marque à toutes les formes de création dans l'effervescence d'un Versailles baroque et festif, et le vieux roi éprouvé par des guerres interminables, cabré dans la dévotion en pourchassant les ennemis de la foi ! La mort de Louis XIV clôt un chapitre de l'histoire de la royauté et en ouvre un autre : à l'aube du siècle des Lumières, c'est la "manière" de ce monarque, c'est aussi une certaine conception de l'autorité, qui meurent avec lui.

  • L'histoire a quelque peu oublié Omer Talon (1595-1652). Cet Avocat général au parlement de Paris, le plus éloquent magistrat de son temps, fut témoin et acteur d'une révolution dans l'art de gouverner : l'affirmation, à l'époque de Richelieu et de Mazarin, d'une monarchie autoritaire, impérieuse, de plus en plus déliée des préoccupations morales et religieuses. Une vie au miroir du temps, un temps au miroir d'une vie : ce livre retrace l'itinéraire d'un magistrat, dessine le portrait d'un homme emblématique et fait le récit des troubles et des tumultes que connut l'État royal entre 1630 et 1652.Joël Cornette suit Omer Talon aux Grands Jours de Poitiers (1632), ce tribunal d'exception où le roi de justice donna à voir le spectacle de la souveraineté. Il le voit réagir aux actions implacables du pouvoir sous la pression de la guerre. Il l'observe aussi affronter les violences de la Fronde. Il fait de lui Le greffier clairvoyant de ces événements dramatiques, témoin désemparé d'une ère qui s'achève sous ses yeux et dont il appréhende les lendemains. La mélancolie du pouvoir est ici vécue par un homme conduit presque malgré lui à instruire le procès de la toute-puissance du roi à l'heure de la raison d'État.
    Joël Cornette, professeur à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, est l'auteur notamment de Un révolutionnaire ordinaire. Benoît Lacombe, négociant 1759-1819 (1986) et de Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle (1993).

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Versailles, miroir de l'absolutisme.
    Vivant et dense, ce document montre comment Versailles, chef-d'oeuvre de trois hommes et dun roi, est le cur de l'État royal et un miroir de l'absolutisme.
    Une clé pour comprendre le fonctionnement du royaume.
    Versailles, véritable architecture parlante, permet de comprendre la vie de la cour, le fonctionnement politique du royaume, et la culture et les arts de ce long règne qui a tant marqué la vie française jusqu'à ce jour.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Devenue française en 1532, la Bretagne n'a jamais cessé d'être elle-même. Son identité s'impose, par-delà les lieux communs, de la «Celtie» idéalisée des druides et des chevaliers du Graal, jusqu'à Bécassine.Dans ce livre-somme, Joël Cornette, Breton et historien, retrace l'aventure mouvementée d'un territoire singulier, depuis ses plus lointaines origines jusqu'à l'aube du XXIe siècle.Voici la Bretagne restituée, «en majesté»: des menhirs de Carnac à la fin du dernier millénaire, en passant par les effervescences de 1789; de l'ère viking à la «révolution verte» de l'agriculture; de la grande à la petite histoire, avec la foule des Bretons anonymes mais aussi les personnages illustres, les ruptures fondatrices comme les révolutions silencieuses, vécues au quotidien.Ce livre ne s'inscrit pas dans la lignée du nationalisme régional; il ne réduit pas non plus l'histoire de l'Armorique à un simple sous-ensemble de la «nation France».À l'heure d'une Europe ouverte et plurielle, cette province si ancienne, passionnément bretonne et éminemment française, offre le modèle politique inédit d'une alliance apaisée entre région, nation et continent.

  • Devenue française en 1532, la Bretagne n'a jamais cessé d'être elle-même. Son identité s'impose, par-delà les lieux communs, de la «Celtie» idéalisée des druides et des chevaliers du Graal, jusqu'à Bécassine.Dans ce livre-somme, Joël Cornette, Breton et historien, retrace l'aventure mouvementée d'un territoire singulier, depuis ses plus lointaines origines jusqu'à l'aube du XXIe siècle.Voici la Bretagne restituée, «en majesté»: des menhirs de Carnac à la fin du dernier millénaire, en passant par les effervescences de 1789; de l'ère viking à la «révolution verte» de l'agriculture; de la grande à la petite histoire, avec la foule des Bretons anonymes mais aussi les personnages illustres, les ruptures fondatrices comme les révolutions silencieuses, vécues au quotidien.Ce livre ne s'inscrit pas dans la lignée du nationalisme régional; il ne réduit pas non plus l'histoire de l'Armorique à un simple sous-ensemble de la «nation France».À l'heure d'une Europe ouverte et plurielle, cette province si ancienne, passionnément bretonne et éminemment française, offre le modèle politique inédit d'une alliance apaisée entre région, nation et continent.

  • Nantes, place du Bouffay, 26 mars 1720 : quatre gentilshommes bretons -MM. de Pontcallec, deMontlouis, du Couëdic et LeMoyne de Talhouët- sont convaincus par un tribunal d'exception du crime de lèse-majesté et félonie. Ils périssent le soir même sur l'échafaud, décapités à coups de doloire, la hache des tonneliers. Les condamnés, si l'on en croit les juges, ont tenté de soulever la Bretagne avec le concours de l'Espagne, afin de renverser l'autorité du régent Philippe d'Orléans, oncle du jeune Louis XV. Étrange procès, et étrange châtiment, dans le contexte de l' « aimable Régence » (1715-1723), réputée pour son ouverture, sa modération et son libéralisme. Étrange affaire, aussi, toute de chevauchées nocturnes, de déclarations séditieuses, de déguisements improbables et de plans chimériques. Au terme d'une enquête approfondie au sein des archives judiciaires (à Paris) et locales (à Nantes, à Rennes, à Vannes), Joël Cornette a reconstitué la conjuration de Pontcallec et fait revivre l'homme auquel son nom est attaché. Il restitue le cadre des événements : l'affrontement entre une monarchie autoritaire, décidée à fabriquer des sujets obéissants, et une Bretagne insoumise, attachée au maintien de ses privilèges et de ses libertés. Il en dégage le sens : une réponse, anachronique et utopique, au malaise qui présida, des siècles durant, aux rapports entre le pouvoir et la société, entre le centre de l'Etat royal et ses périphéries. Il redonne son véritable visage à Chrisogone-Clément de Guer, marquis de Pontcallec, chef d'un nom ancien et illustre, gentilhomme irascible, seigneur ruiné et jaloux de ses droits. Il s'attache enfin à la « seconde vie » de Pontcallec, héros de romans, de complaintes et de l'histoire militante, devenu un symbole d'insoumission et un martyr des libertés bretonnes. De cette survie du marquis décapité témoignent les nombreuses versions du chant consacré à sa mort, auquel une postface d'Eva Guillorel et un CD réalisé par l'association Dastum redonnent ici toute son actualité.

  • Cet ouvrage dresse un tableau complet d'un siècle et demi de mutations, lentes ou violentes, souvent dramatiques, qui ont ébranlé le royaume, à l'image de l'affrontement des croyances exacerbé par les deux Réformes (catholique et protestante). Il propose une double lecture : chronologique et thématique. C'est d'abord un récit, très vivant, au plus près des événements, qui tient compte des recherches les plus récentes qui ont renouvelé notre compréhension de la monarchie des XVIe et XVIIe siècles. C'est ensuite une étude du « temps long », celui des transformations qui modifient peu à peu les comportements démographiques, l'économie, les structures sociales, les attitudes culturelles.
    Sommaire :
    1. La France de l´Ancien Régime : entre archaïsme et « novelletés » 2. Renaissances et Réformes 3. La monarchie, de Charles VIII à Henri II (1483-1559) 4. Des guerres de Religion au règne d'Henri IV (1565-1610) 5. Malédictions malthusiennes : le « sombre XVIIe siècle» 6. Croyances et savoirs au "siècle des saints" 7. Les années cardinales (1610-1652) 8. L'Histoire au travail : l'Etat absolu revisité par les historiens Conclusion : France, Angleterre, Espagne le défi européen des monarchies Chronologie Glossaire

  • Le poil a une histoire... Cet ouvrage, très documenté, la retrace en nous révélant l'infinie diversité des adaptations et des déclinaisons du poil à travers les époques, les civilisations et les continents. Car partout le poil a été - et n'a cessé d'être - un marqueur de comportement, un signe politique, un indice social, éthique et religieux, qu'il s'agisse du monde hébraïque, chrétien, islamique ou extrême oriental.

    Se déploie ainsi au fil des pages le kaléidoscope des traces multiples d'une histoire aussi singulière que méconnue : de Sumer à Babylone ; dans la France de Louis XIV, quand le sexe mâle s'enticha de la perruque ; dans la Chine mandchoue, où tous les sujets chinois devaient porter la natte ; lors de la Première Guerre mondiale avec la glorification des Poilus ; sans oublier la Turquie contemporaine, où les positions politiques ont de fortes incidences sur la forme des moustaches...

    Les marges de l'histoire ne sont pas omises, avec les eunuques byzantins ou les malheureux atteints d'hypertrichose - cette maladie qui se manifeste par une pilosité envahissante sur une partie du corps ou sa totalité - et présentés comme des monstres.

    Ainsi, du poil biblique au poil freudien en passant par celui des Poilus, chacun trouvera « son poil » dans cette étude riche en surprises et inattendus et, l'esprit aiguisé par la curiosité, il pourra, au fil de sa lecture, s'en tisser d'autres.

  • L'histoire de la royauté ne peut s'écrire et s'inscrire que dans la longue durée. Du début du Moyen Âge jusqu'au « Siècle de Louis XIV », l'État ne cesse de s'identifier à la personne physique du prince. La mort d'un souverain est donc synonyme, le plus souvent, de traumatisme, car elle met en question la survie même du pouvoir qu'il incarne.
    Les onze études réunies dans ce livre abordent de nombreuses problématiques d'une histoire politique et culturelle renouvelée : le corps du prince, dans sa double dimension de « simple corps » et de corps souverain ; les apports de l'archéologie et de la culture matérielle ; le cérémonial complexe des funérailles et les apparats souvent spectaculaires qui les accompagnent et leur donnent sens ; la « médiatisation » de la mort du souverain à travers la circulation de l'information, par les textes mais aussi par l'image et la caricature ; la commémoration du souverain après sa mort ; sans oublier les bouleversements politiques multiples provoqués par la disparition du souverain.
    - Joël Cornette est professeur d'histoire moderne à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et spécialiste de l'histoire de la monarchie d'Ancien Régime.
    - Anne-Marie Helvétius est professeure d'histoire médiévale à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et spécialiste de l'histoire du haut Moyen Âge,

empty