Joël Kotek

  • Peut-on encore, trois quarts de siècle après le quatrième partage de la Pologne et les tragédies qui ont suivi - et que notre colloque rappelle -, accepter le dépeçage d'un État souverain par son voisin puissant désireux d'assouvir ses visées expansionnistes ? Il est vrai que les changements des frontières de l'Europe sont la cause ou la conséquence d'une longue histoire de notre continent. Des trahisons aussi, comme du mensonge et de la lâcheté, dont l'exemple est le Pacte Ribbentrop-Molotov, et ses dramatiques conséquences. La Pologne est le témoin privilégié. On peut être Polonais et avoir vécu, sans quitter sa ville natale, dans quatre pays différents, sans parler des régimes politiques. À un moment, assez récent d'ailleurs, lorsque le Mur de Berlin s'est effondré, on s'imaginait entrer à l'époque de la « fin de l'histoire ». Le monde allait dorénavant avancer à partir d'un consensus démocratique et construire l'avenir sans antagonismes sociaux. Or, il n'en est rien. Et le seul pouvoir que nous avons sur l'avenir, est la maîtrise du passé. Ce colloque était destiné à nous le rappeler, une fois de plus. Avec les contributions de : Stéphane Courtois, Philippe Degouis, Hervé Hasquin, Bernard Joliot, Joël Kotek, Adam Micknik, Andrzej Paczkowski, Yves Santamaria, Timothy Snyder

  • La publication inédite de trois carnets de croquis extraordinaires. Rien ne prédisposait Horst Rosenthal, un jeune illustrateur juif allemand, au destin tragique qui fut le sien. Hormis être né juif en 1915 à Breslau. Parce qu´il était juif et socialiste, Horst Rosenthal fut obligé de fuir dès juillet 1933 en France, la patrie rêvée des droits de l´homme. Il n´a alors pas 18 ans. S´il trouve refuge dans une France généreuse, c´est une France bien moins respectueuse des droits de l´homme qui l´interna, du fait de sa germanité, en 1940 dans un camp situé en « zone libre », puis le livra, deux ans plus tard, aux nazis en raison de sa judéité. Horst Rosenthal est passé par six camps avant de parvenir à Auschwitz, où il fut vraisemblablement gazé dès son arrivée, en septembre 1942, en raison de la paralysie de sa main gauche. Il a laissé trois carnets de croquis, dont Mickey à Gurs, le seul connu des experts, qui n´avait jamais été édité dans son intégralité. Ce petit fascicule, destiné à circuler entre les prisonniers, raconte d´une manière ironique et subversive, à travers la figure de Mickey et de situations ubuesques, l´absurdité de la condition d´apatride. Le deuxième carnet, La Journée d´un hébergé, est totalement inédit. Derrière le ton potache et faussement naïf, c´est l´insupportable monotonie de la vie au camp et la précarité des conditions d´internement qui se dessinent en creux. Le troisième carnet, Petit Guide à travers le camp de Gurs, inédit lui aussi, est le plus abouti des trois carnets. Imitant une brochure touristique qui invite le lecteur à découvrir un « camp de vacances », le mode parodique est d´une redoutable efficacité car derrière le rire, perce immanquablement toute la souffrance des internés.

  • Détention, concentration, extermination,cent ans de mal radical Images terribles, insoutenables, toutes les mêmes et toutes différentes... Notre siècle qui s'achève aura été celui des camps. La spirale des guerres, le cortège des génocides, l'abîme des totalitarismes auront fait des barbelés le symbole du Mal, retenant comme otages ou victimes les civils de tous temps et de tous lieux.
    Entreprise sans précédent, enquête exhaustive, ce livre établit l'histoire des camps, leur typologie, leur nature, leur fonction. De l'Afrique du Sud en 1900 à la Tchétchénie en l'an 2000, du génocide arménien aux purifications ethniques d'ex-Yougoslavie, de la Première à la Seconde Guerre mondiale, du Goulag à Auschwitz, de Mussolini à Vichy, de l'emprise soviétique sur l'Europe de l'Est aux terreurs rouges de l'Asie, en passant par l'Algérie, Cuba, la Grèce ou l'Indonésie, voici la somme attendue sur une tragédie universelle qui constitue le plus implacable miroir de l'histoire contemporaine.
    Professeur à l'université libre de Bruxelles, Joël Kotek est notamment l'auteur de L'Insurrection du ghetto de Varsovie et le traducteur, en français, de L'Atlas de la Shoah.Chercheur à l'Institut d'histoire sociale, Pierre Rigoulot est, entre autres, l'auteur de Des Français au Goulaget a collaboré au Livre noir du communisme.

empty