Karine Lambert

  • Max, Simon, Théo, Paul et Fabrizio viennent de se faire larguer. Un enchaînement de circonstances les réunit dans une ancienne école réhabilitée en chambres d'hôtes. Colocataires malgré eux, ils composent une improbable tribu dont les certitudes ont volé en éclats. Au fil des semaines, entre la crise de la machine à laver, le cours d'écologie sentimentale et les tours de manège, ils apprennent à vivre ensemble. Le moment est venu d'apprivoiser leurs fragilités et de construire l'avenir avec les femmes. Leur monde s'est écroulé. Parviendront-ils à en inventer un autre ? Une seule évidence, ils ne renonceront pas à l'amour.

    Avec l'écriture visuelle et la musique des mots qui la caractérisent, Karine Lambert explore le coeur des hommes d'aujourd'hui, leurs paradoxes, leur humanité, et surtout, leur désir d'être heureux.

    Un écho tendre et drôle à son premier roman L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes
    Plus de 250 000 lecteurs francophones
    Paru en 13 langues dans 25 pays

  •   Du haut de mes trente-deux mètres,je les regarde vivre sur la place du village.Depuis cent trois ans, je partage leurs nuits et leurs jours,j'effeuille leurs amours et parfois j'envie leurs cris de joie.
      En ce matin de printemps, un avis d'abattage est clouésur le platane centenaire qui ombrage ce village de Provence.Entraînés par un petit garçon effronté, sept habitants s'unissentpour découvrir qui souhaite la mort du géant.Ensemble, ils combattent cette sentence absurde,tandis que l'arbre les observe et vibre avec humour et philosophieau rythme de leurs émotions et de leurs conflits.Qui l'emportera... le pouvoir ou la solidarité ?Aux premiers jours de l'été, Clément, Suzanne, Fannyet les autres ne seront plus les mêmes.
      « LE ROMAN QUI CACHE UNE FORÊT D'ÉMOTIONS. »Pascal Laurent, librairie Filigranes Corner

  • Le diagnostic est irrévocable. D'ici trois semaines, Vincent aura perdu la vue. Confronté à son destin, ce prof de tennis de trente-cinq ans qui avait tout pour être heureux expérimente le déni, la colère et le désespoir.
    Comment se préparer à vivre dans l'obscurité ? Sur qui compter ? Alors que le monde s'éteint petit à petit autour de lui et que chaque minute devient un parcours d'obstacles, il se réfugie à la campagne où il renoue avec ses souvenirs d'enfance. Les mains plongées dans la terre, Vincent se connecte à ses sens, à l'instant présent et aux autres. Il tente de gagner le match de sa nouvelle vie.
    C'est l'histoire lumineuse d'une renaissance, d'une transmission familiale et d'un amour hors normes. Une immersion sensorielle dans un univers méconnu.
     

  • PRIX SAGA CAFE 2014: MEILLEUR PREMIER ROMAN BELGE Les hommes sont omniprésents dans cet immeuble de femmes... dans leurs nostalgies, leurs blessures, leurs colères et leurs désirs enfouis. Cinq femmes d'âges et d'univers différents unies par un point commun fort : elles ne veulent plus entendre parler d'amour et ont inventé une autre manière de vivre ... Jusqu'au jour où une nouvelle locataire vient bouleverser leur quotidien. Juliette est séduite par leur complicité, leur courage et leurs grains de folie. Mais elle, elle, n'a pas du tout renoncé ! Et elle le clame haut et fort. Va-t'elle faire vaciller les belles certitudes de ses voisines ?
    Ce roman vif et tendre oscille entre humour et gravité pour nous parler de la difficulté d'aimer, des choix existentiels, des fêlures des êtres humains et de leur soif de bonheur. On s'y sent bien.
    " Vous n'avez qu'une chose à mettre dans votre valise pour kiffer cet été, un immeuble ! " Florence Servan-Schreiber
    "Un livre tendre qui se laisse lire, sans effort, douillettement." Au Pouvoir des Mots
    "Une galerie de portraits justes et réalistes." Le Progrès
    "On se laisse porter par les turpitudes de ces femmes. C'est charmant." Paperblog

  • Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes.
    Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire.
     
    Marguerite a toujours vécu dans l'ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs coeurs se réveillent. Oseront-ils l'insouciance, le désir et la joie ?
     
    Après le succès de L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, traduit dans de nombreux pays, Karine Lambert signe un roman lumineux sur la fragilité et l'ivresse d'une histoire d'amour à l'heure où l'on ne s'y attend plus.

  • Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l'homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestion normative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l'espace domestique, ces femmes tentent d'imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s'affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d'appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s'expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du « vivre-ensemble ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu'une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d'apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

  • Tom passe ses vacances dans un chalet au fond des bois. Une sinistre comptine circule à propos de l'ancienne propriétaire et on murmure même que son esprit hanterait encore les lieux. Quand la soeur du garçon décide de s'emparer de cette histoire pour des capsules Web, elle ne se doute pas que la vérité est plus terrifiante que la légende.

  • Charlie est très heureuse. Elle fait des pâtisseries tous les jours, elle a un amoureux et une meilleure amie du tonnerre. Mais les problèmes recommencent avec deux nouveaux défis à relever: la venue d'un inspecteur du guide Top-Sucré et une pièce de théâtre à monter avec la colorée madame Liza. Tout va très vite de travers dans le coeur de Charlie comme à la Brigade. Va-t-elle déjouer les manigances qui pèsent contre elle et son école?

  • Il y a vingt-cinq ans, la mort brutale d'une adolescente a secoué Val-des-Anges. Par défi, Zoé propose à Alexia d'invoquer l'esprit de la défunte à l'aide d'un sinistre grimoire. Mais ce rituel bouleverse le quotidien des deux amies. Et une force obscure déterre un passé aux sombres secrets.

  • Le présent volume rassemble des articles relevant des étude de genre ancrées dans le champ de l'histoire, de la littérature de la philosophie, de l'histoire de l'art, de la sociologie. Les contributeur-trice-s ont tenu à souligner par leur participation l'apport essentiel des recherches conduites par ou sous la direction de Martine Lapied à la discipline historique. Plus précisément, cette dernière a développé trois axes thématiques. Le premier est occupé par la Révolution française observée sur le terrain de la Provence et du Comtat Venaissin. Le deuxième ouvre sur une histoire désormais bien ancrée dans la recherche de langue française : l'histoire des femmes et du genre. Les études sur le genre irriguent depuis plusieurs années les travaux sur les instances de socialisation et de politisation où se manifestent prioritairement des formes historiques de domination. Qui plus est, au titre d'une critique permanente de la pensée essentialiste sur la différence hommes/femmes, la recherche en sciences humaines et sociales élargit sans cesse le champ de la compréhension des rapports sociaux. Enfin, le troisième axe est celui des représentations par l'attention - originale en histoire - portée à la scène lyrique de l'opéra à l'époque romantique. Embrassant l'espace euroméditerranéen et inscrits dans le temps long, les divers chapitres de l'ouvrage, en résonance avec ces thématiques, sont regroupés en trois axes: L'esprit des Lumières et de la Révolution; Créer, inventer, transgresser; Femmes dans la Cité

empty