Laetitia Coryn

  • Affreux, sales et méchants... mais tellement drôles ! Priscilla, sept ans, vit avec ses parents, Patrice et Jennifer. Comme tous les enfants, Priscilla se pose des questions sur la vie en général, auxquelles Patrice et Jennifer se font un plaisir de répondre avec le bon sens dont doivent faire preuve des parents aimants. Le problème, c'est que les adultes sont, ici, affreux, bêtes, racistes et brandissent des discours de haine et d'individualisme comme un étendard aux couleurs de leur stupidité, de leur fière méchanceté et de leur haleine avinée. Mais Priscilla n'a pas choisi sa famille...Nouvel ouvrage de la collection « GlénAAARG! », Priscilla, on ne choisit pas sa famille est un livre qui va loin - très loin - dans l'humour, en faisant se rencontrer un monde d'adultes qui met mal à l'aise n'importe quelle personne un peu saine d'esprit et celui de l'enfant à l'innocence perdue. Et on rit ! On rit, autant qu'on s'indigne en plongeant dans cette satire sociale, qui pointe les dérives d'une société dont les valeurs séculaires (la famille, l'éducation, la morale, etc.) ont un arrière-gout de Vichy (et ce ne sont pas les pastilles).Imaginez La Vie est un long fleuve tranquille raconté par les Deschiens et vous ne serez pas loin de l'horreur ordinaire racontée par Laetitia Coryn, préférant le rire aux larmes. Et vous ? Aurez-vous le courage d'en rire ?

  • Fenêtre sur cour d'école est un tendre one shot imaginé par Laetitia Coryn : pour la première fois, la cour de récréation, lieu crucial de l'enfance et sujet tout public, commun à tous est traité en bande dessinée.

    Une jeune femme, de sa fenêtre, observe avec délice, la cour d'école voisine. Fascinée, elle prend son crayon et croque au fil des saisons, les entrées et sorties des écoliers, les récréations joyeuses et mouvementées, les rires et les chahuts improvisés. Une réjouissante plongée en enfance totalement intemporelle.
    Malgré un point de vue en plongée, on zoome sur les enfants, leurs jeux et leurs territoires, espaces toujours séparés entre filles et garçons, quelques exceptions toutefois qui bouleversent les règles, sous l'oeil bienveillant du surveillant.

    Fenêtre sur cour d'école est un magnifique album tout en délicatesse, qui nous montre la vie enfantine de la cour de récréation.

  • Les vieux reviennent ! Ils sont partout, ont un avis sur tout, et disent nous connaître comme s'ils nous avaient faits...Ils sont peut-être usés par le temps, mais demeurent toujours aussi facétieux, blagueurs et insouciants. Ce deuxième volume poursuit les révélations sur le quotidien de cette très étrange espèce d'êtres incorrigibles.Que serons-nous devenus dans 20 ou 30 ans ? Laetitia Coryn distille avec talent et humour son regard acerbe mais pétri d'humanité sur le troisième âge. Vivement la vieillesse !

  • Ils sont les parents de nos parents.
    Ils ont vécu des évènements qui pour nous appartiennent à l'Histoire.
    Ils furent les pionniers de la conquête de droits et de libertés qui aujourd'hui semblent évidents... et on s'en fout !
    Ils sont aussi et surtout lubriques, farceurs, parfois méchants et plus gamins que jamais. Ils jouent avec leurs nouveaux corps de personnes âgés, sont heureux de vivre, ne se posent plus de questions et profitent pleinement de leurs dernières années !
    Avec un humour provocant et ravageur, la jeune dessinatrice Laetitia Coryn, qui signe ici son premier ouvrage, raconte sans tabou l'existence pas comme les autres de ces terribles retraités. Décapant !

  • Voici le premier récit graphique sur l'histoire de la sexualité à travers les âges au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie. Il nous fait voyager dans toutes les époques du plaisir avec beaucoup d'humour.

  • Voici le premier récit graphique sur l'histoire de la sexualité à travers les âges et en Occident. Il nous fait voyager dans toutes les époques du plaisir, depuis la préhistoire jusqu'à aujourd'hui.

  • Rabat, été 2015.Suite à la parution de son livre Dans le jardin de l'ogre, un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l'addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine francomaghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l'auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d'une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité. Le code pénal punit toute transgression : un mois à un an de prison pour les relations hétérosexuelles hors mariage, six mois à trois ans de prison pour les relations homosexuelles, un à deux ans de prison pour les adultères. Soumises au mensonge institutionnalisé, ces femmes nous racontent les tragédies intimes qui égrènent leurs vies et celles des femmes qui les entourent : IVG clandestines, viols, lynchages, suicides. Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n'entraîne l'effondrement des structures traditionnelles. A travers cette BD, il s'agit de faire entendre la réalité complexe d'un pays où l'islam est religion d'Etat. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.

  • Voici le premier récit graphique sur l'histoire de la sexualité à travers les âges. il nous fait voyager dans toutes les époques du plaisir, depuis la préhistoire jusqu'à aujourd'hui.

    Avec beaucoup d'humour, ce best-seller mondial dévoile ce que les livres d'histoire n'osent pas raconter.

  • Dieu a disparu ! Dieu, à la veille d'une retraite bien méritée, a décidé de redescendre sur terre afin de remettre un peu d'ordre dans le monde. Il s'est donc installé dans une petite vie tranquille avec sa famille, son fils et le Saint-Esprit... Et le voilà confronté au quotidien de ses ouailles. Avec Jésus en geek qui se voit rock-star planétaire, le Saint-Esprit réincarné en chien et victime des assauts sexuels de ses congénères canins, Bernadette en bonne soeur exaspérante, La Question de Dieu est un album aussi fin que drôle, traitant de la quête de la spiritualité.

empty