Lainé Xavier

  • Le poète se fait lecteur de ces signes invisibles, de ces infimes fragrances qui se déclinent en subtils parfums, où apparaissent les anges. Ils sont partout, dans ce halo lumineux d'amour et de bonheurs à peine éclos, évanescents, tissés dans la fulgurance des rencontres. Xavier Lainé voyage dans l'univers de l'indicible, tente de le traduire en mots qui flottent à la surface des pages, ouvrant à peine la bouche.

  • Gammes

    Lainé Xavier

    Quand un musicien fait ses gammes poétiques dans des carnets...
    Écrire dans ses carnets c'est, comme pour le musicien, faire ses gammes et les répéter à l'infini, retirer un dièse ici, ajouter un bémol ailleurs... Puis le carnet se perd sur des étagères poussiéreuses, parmi d'autres.
    Un jour on y revient. Non qu'en écrivant on ait eu le moindre "projet" commercial en diable, mais finalement, on découvre, des années plus tard qu'il y avait une certaine cohérence entre les mots, les textes.
    On ne s'était pas contenté de gammes, on avait écrit quelque chose d'autre...
    Au cent deuxième texte, à l'ultime page du carnet, il est temps d'arrêter et d'en découvrir d'autres...
    Juste de quoi faire un livre, avant de retourner aux oubliettes de la vie.
    Découvrez la cohérence qui réunit ces mots et ces textes !
    EXTRAIT
    Passage nuageux
    Douce ondée de délice
    Pour assouplir les épaules du temps
    Trois se tournent le dos
    Chacun vogue en pensée
    Dans la brume d'un café matinal
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Xavier Lainé est, selon les jours, kinésithérapeute, praticien Feldenkrais, musicien, chanteur, comédien et poète.
    Il a oeuvré depuis 1997, inlassablement, à faire vivre sur le territoire de la ville de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), choisi par affinité de coeur, un espace dédié aux poètes qui y vivent ou y ont vécu.

  • La mille et unième nuit c'était hier...
    "Il y eut une nuit de sommeil agité. C'était comme si le fracas des bombes franchissait l'espace et triomphait dans le scintillement des étoiles. D'un pas lourd et d'un doigt malhabile, il fallait ouvrir les écrans où rougeoyaient les flammes. L'horreur nous frappait de plein fouet comme elle frappait des innocents, là-bas, aux portes de ces déserts où toute une culture avait été portée sur les fonts baptismaux du temps."

empty