Albin Michel

  • Pour ce troisième volume de la Mission historique de la Banque de France, Michel Lescure et Alain Plessis ont réuni une somme de travaux sur une "espèce oubliée" : les banques locales et régionales dans la France des années 1840 à 1914. Jusqu'à la Belle Epoque, le monde de la banque de proximité n'est ni résiduel, ni condamné, ni archaïque, mais autre, au plein sens du terme. Dans l'essor des années 1840-1860, les banques locales s'avèrent bien adaptées aux formes encore légères de la première industrialisation, dont elles reflètent la dispersion dans l'espace français. Après 1870, face à l'hégémonie des grandes banques de dépôts, elles parviennent à s'adapter, notamment en assurant le crédit industriel auquel celles-ci répugnaient et en prenant appui sur les succursales de la Banque de France. Quelques années plus tard, certaines d'entre elles bravent les turbulences de la concurrence en se transformant parfois en de véritables banques régionales, dotées d'un réseau d'agences. Loin d'être des survivances en 1914, elles témoignent du fait que, comme l'indique Jean Bouvier dans l'un de ses derniers textes, "l'économie, en quelque sorte, sue toujours la monnaie dont elle a besoin".

  • À l'image des autres secteurs d'activité, le secteur bancaire a été marqué au XXe siècle par deux mouvements en apparence contradictoires : poussée de la concentration et progrès des grandes organisations ; maintien et adaptation des banques locales et régionales. Ce livre étudie les conditions de résistance et d'adaptation de ces banques en Europe occidentale. En mettant l'accent sur l'encastrement des stratégies bancaires, il montre que les banques commerciales qui survécurent surent concilier ancrage régional et effets de taille, économies de proximité et économies d'échelle, suivi des clientèles et division des risques. Dans les pays où les banques commerciales ne surent pas s'adapter, elles furent remplacées le plus souvent (mais pas toujours) par des banques parapubliques, principalement mutualistes, qui cumulaient les avantages de la proximité et de la moindre soumission aux impératifs de rentabilité. Cet ouvrage interroge les conséquences de la survie ou de la disparition des banques locales et régionales en terme de développement économique.

empty