Littérature générale

  • « Plus tard au fond de l'usine suspendu à l'échelle Échappant de justesse à la milice tu te fais la belle Recroquevillé au fond du jardin où tu es tombé Tu trembles dans tes golfs froissés Au loin les rafales de balles La torpeur et la peur succèdent à la liberté retrouvée De la Seine au lac du métro au banjo Tombé du train un beau matin Venu du ciel un soir de guerre Le petit Parisien s'en va s'en vient De la butte Montmartre à Montfollet de Villejuif à Bernardière Tu découvres le ski les flots bleus et le pédalo » Partagées entre souvenirs, évocations familiales et fiction, les envolées poétiques d'Élyane Guillaud-Rollin mêlent l'hommage à l'évasion, l'intime à l'universel, le sépia à l'arc-en-ciel. D'hier à aujourd'hui, des grands-parents aux enfants, du lac de Paladru jusqu'aux glaces de l'Arctique, une plume habile dérive et nous transporte au gré des mots.

  • Les nuits mélangées

    Léa Lescure

    • Kero
    • 4 Avril 2013

    « Ses yeux mi-clos détaillaient machinalement les petites moisissures de la poutre en bois. Elle pensait aux sexes d´avant cette nuit en stop. Les sexes cajolés, les sexes pour voir, les sexes amadoués. Même les sexes imaginés. Était-ce les trahir ? Elle les épinglait dans sa mémoire par ordre d´apparition, côte à côte comme une patère. On/off, à l´unisson ou en domino. Où fixera-t-elle ceux qui achèteront leurs droits ? » Un premier roman magnifique où désir et sexe se cherchent sans jamais se rencontrer, et les corps se consomment, désincarnés. Le roman d´une jeunesse aveuglée par sa propre lucidité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Midi venait de sonner. La journée s'annonçait superbe. L'atmosphère était de cette clarté tendre, doucement agitée, où les derniers frissons de l'hiver se mêlent aux premiers frémissements printaniers. Quelques hardis passereaux traversaient l'espace avec de joyeux piaillements, se posaient un moment sur les arbres verdoyants et bourgeonnants des boulevards ; puis, effarouchés parle bruit de la foule qui obstruait les allées latérales de la grande avenue parisienne, reprenaient leur vol vers la gouttière natale et les cheminées familières.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Ce qu'il y a de plus embarrassant dans une confession, c'est de commencer et de finir. L'ordre chronologique est l'unique moyen d'échapper à l'embarras de certains aveux, même lorsqu'ils n'ont que la conscience pour témoin. Je vais donc commencer par le commencement, afin de ne rien avoir de commun avec les auteurs.Je suis née le 13 août 1698, née sous une fâcheuse étoile, triste fleur d'un hymen déjà flétri. Quand je naquis, mon père et ma mère ne s'aimaient déjà plus.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • BnF collection ebooks - "L'année 1859 a vu paraître trois ouvrages qui ne passeront pas comme elle et qui lui survivront, pour la punition de leurs auteurs : Elle et Lui, par madame George Sand ; Lui et Elle, par M. Paul de Musset ; Lui, par madame Louise Colet. Le premier a paru dans la Revue des Deux-Mondes. Le second dans le Magasin de Librairie. Le troisième, au Messager de Paris. Au moment d'affronter définitivement l'opinion publique, un des trois auteurs s'est retiré."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • POUR VOUS marquer mon courroux,
    J'ai mis la plume à la patte ;
    Il est temps que contre vous
    Toute ma colère éclate.
    Vous m'avez rendu jaloux :
    Entre nous autres toutous,Nous sommes là-dessus d'humeur fort délicate.Pour se bien mettre avec nous,
    En vain le blondin nous flatte, Nous n'en sommes pas plus doux ;
    Nous mordons jusqu'à l'époux.Malgré ce naturel incommode et farouche,Je vous écoutois sans dépitLouer de ma maîtresse et les yeux et la bouche.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Venant de la mer, Gago aborde sur la terre qu'il voit pour la première fois. Depuis les côtes du Maine, son itinéraire le conduit le long du fleuve Hudson, via la petite ville de Bethléem, dans le New Hampshire, jusqu'à New York, Babel, microcosme plein comme un oeuf dont Manhattan est le germe. Chemin faisant, Gago découvre les humains. L'amour ne lui sera révélé qu'après que Nouli, le « soleil de sa vie », aura regagné son pays pour toujours. Dans Babel, Gago va connaître les épreuves habituelles : ambition, pauvreté, femmes, et de touchants élans de fraternité humaine dans cette Maison de Verre des Nations Unies, où il est préposé aux ascenseurs. Plus tard, persuadé qu'il n'a plus rien à faire parmi les hommes, il décide de retourner sur « la mer première ». À ce moment, une vieille prostituée déchue, ombre parmi les ombres de Manhattan, le hèle. Ce qu'elle lui demande, c'est l'amour, le don total. Ce qu'elle lui demande, à la fin de cette prodigieuse quête, c'est de découvrir par les voies les plus naturelles, l'amour du Créateur pour ses plus humbles créatures. Un premier roman a rarement imposé une vision du monde aussi foisonnante et aussi chaleureuse.

  • Ciel percé

    Léa Lescure

    • Kero
    • 24 Août 2016

    « Éva, soudain, réalisa à quel point elle avait été éteinte, car maintenant qu'elle était allumée, elle pouvait diriger son regard dans toutes les directions, et capter le moindre mouvement de la vingtaine de personnes attablées en terrasse. Une rumeur plaisante bruissait partout autour. Elle perçut : "c'est elle !", "la voici" et, en prêtant bien attention à ce bruit qui bourdonnait, elle comprit : "la messie". Voilà ! se dit-elle, voilà que ces braves gens reconnaissaient son destin de femme vêtue de soleil et coiffée d'étoiles. » Où s'arrête l'exaltation artistique, où commence la folie ? Eva, la jolie danseuse, fantasque et impétueuse, se tient sur le fil du rasoir. Amir, son compagnon, et Nora, la meilleure amie, accompagnent son numéro d'équilibriste avec inquiétude : entre amour et abattement, sauront-ils arrêter la danse folle de leur amie ? Dans ce roman à trois voix, Léa Lescure nous plonge avec brio dans les eaux troubles de la déraison.

empty