M Kail

  • Sans dieu ni maître
    En 1720, au nord de la Bretagne, Côme de Plancoët mène une vie paisible dans sa seigneurie. Célibataire et sans héritier, il partage son temps entre l'équitation et l'érudition. Si sa personnalité intrigue, sa bienveillance a tôt fait de réduire au silence toutes les mauvaises langues. Ou presque... Car, dans l'ombre, un ennemi puissant lui voue une haine tenace et resserre autour de lui un étau redoutable. L'existence de Côme va voler en éclats et le conduire sur la route d'un druide sans âge aux pouvoirs étonnants et d'une cavalière au caractère bien trempé.
    Le Sans Maître est une chevauchée magique en terres bretonnes, rythmée par les aventures d'un homme vent debout contre l'obscurantisme et la vengeance.

  • Un roman de pirates, où les tempêtes qui agitent les âmes semblent bien plus redoutables que celles qui déchirent les voiles.
    Sans dieu ni maître
    Hiver 1709, dans le sud de la Bretagne. Une vague de froid sans précédent s'abat sur le Royaume de France, déclenchant une famine effroyable. Arzhur de Kerloguen, modeste hobereau breton, assiste impuissant à la mort du dernier de ses sept enfants. Sa femme perd la raison et lui, les ultimes fragments de sa foi. Maudissant dieu, il décide de devenir plus cruel encore que le seigneur ne le fut avec lui.
    Printemps 1715, dans les îles Caraïbes. L'Ombre, un farouche capitaine, fait régner la terreur dans ces mers du bout du monde qu'il écume sans relâche. Lors de l'attaque d'un galion espagnol, il épargne un prêtre jésuite et le fait prisonnier. Un affrontement s'engage alors entre les deux hommes sur l'épineuse question de l'existence de dieu.
    Autour du père Anselme et de l'Ombre gravitent nombre de flibustiers : fuyards, déclassés, prostituées, gueux et autres gibiers de potence qui ont renoncé à tout pour vivre une dangereuse et impensable liberté. Le Sans Dieu, navire de l'Ombre, devient une scène de théâtre exiguë pour ces hommes qui ne se sont pas choisis, mais se retrouvent condamnés à vivre et à mourir ensemble, avec l'immensité de la mer pour seul horizon.
    Un roman de pirates, où les tempêtes qui agitent les âmes semblent bien plus redoutables que celles qui déchirent les voiles.

  • Depuis quelques années, la compréhension de la manière dont nous apprenons à parler s'est considérablement affinée. Des recherches ont mis en évidence que le foetus est sensible dès les derniers mois de gestation aux sons de sa langue maternelle. Certaines techniques, l'imagerie cérébrale en particulier, ont permis d'observer le cerveau en action lorsque la parole est produite ou reçue par l'enfant. Les comparaisons interlangues ont aussi été particulièrement fructueuses, révélant notamment les contraintes spécifiques imposées par chaque langue. Depuis la production articulée de sons jusqu'à l'élaboration de discours, cet ouvrage décortique les processus d'appropriation de sa langue par l'enfant. Il permet de saisir la finesse et la complexité de cet apprentissage qui est une spécificité humaine.

  • Depuis Rabelais, on sait qu'il ne sert à rien de savoir l'alphabet comme Gargantua, au point de pouvoir le réciter à l'envers. Encore faut-il savoir apprendre. Dans L'Acquisition du langage, Michèle Kail a décortiqué la façon dont l'enfant apprend sa langue maternelle. Dans L'Acquisition de l'écrit, Michel Fayol propose quant à lui quelques méthodes pour mieux accompagner l'apprentissage indispensable de l'écriture et, dans L'Acquisition du nombre, désamorce les craintes et les phobies que peuvent susciter les nombres et les raisonnements mathématiques. Enfin, dans L'Acquisition de plusieurs langues, Michèle Kail explique pourquoi la pratique régulière d'au moins deux langues accroît la flexibilité cognitive, et comment il est possible de parvenir à cette maîtrise. À l'heure où les outils et les méthodes pour apprendre ont intégré le nouveau socle commun, cette somme réunit quatre ouvrages indispensables pour tous ceux, parents, enseignants ou autodidactes, qui veulent apprendre à apprendre, pour comprendre.

  • Les Français semblent peiner plus que leurs voisins à parler plusieurs langues. Et chacun de chercher les raisons de cet état de fait. Mais que se passe-t-il dans le cerveau de ceux qui parlent au moins deux langues ? Y a-t-il une différence entre les bilingues précoces et les bilingues tardifs ? Y a-t-il toujours une langue dominante ? Peut-on définir un âge où l´acquisition d´une deuxième langue est facilitée ? Quels effets l´apprentissage de plusieurs langues a-t-il sur notre cerveau ?
    En proposant une synthèse des recherches consacrées aux mécanismes cognitifs, linguistiques et neurocognitifs à l´oeuvre chez toute personne qui s´exprime, avec plus ou moins de facilité, dans plusieurs langues, cet ouvrage invite à mieux comprendre les ressorts de l´apprentissage des langues. Il met, enfin, en lumière comment la pratique régulière d´au moins deux langues peut accroître la flexibilité cognitive. À lire également en Que sais-je ?...
    L´acquisition du langage, Michèle Kail La didactique des langues étrangères, Pierre Martinez

  • Quatre enquêtes de terrain menées auprès de 3 000 personnes dans deux pays d'Afrique du Nord (Maroc, Tunisie) et deux du Sud du Sahara (Tchad, Togo), à partir d'un questionnaire commun avec des adaptations locales, posent un jalon dans une réflexion sur les rapports que ces publics entretiennent aujourd'hui avec les films en Afriques. L'analyse permet de rendre compte des oeuvres vues, par quels moyens dans différents contextes, et de questionner les usages, les sociabilités qu'ils suscitent, les cultures de films qui en découlent, etc. Il s'agit ainsi d'interroger le statut du film dans le jeu de l'offre et de la demande de productions audiovisuelles dans les pays concernés, la place de la production locale sur des marchés longtemps dominés par les productions audiovisuelles occidentales. Ce volume est un approfondissement des premiers résultats d'enquête publiés dans Regarder des films en Afriques (Presses universitaires du Septentrion, 2017).

  • Le catholicisme est la première religion des Français : 44 millions sont baptisés et 56 % se déclarent catholiques. Les connaît-on vraiment ? Si les catholiques dits « identitaires », actifs sur les réseaux sociaux, ont fait une percée médiatique lors du débat sur le mariage homosexuel en 2013, une écrasante majorité, plus discrète et pas forcément réactionnaire, qui va de moins en moins à la messe, pratique sa foi autrement et s'engage. La journaliste Linda Caille est partie à leur rencontre.
    On croyait les catholiques en voie de disparition. Rien n'est plus faux. Après deux ans d'une vaste enquête, Linda Caille nous offre un tableau contrasté du monde catholique : des pèlerinages aux concerts rock dans les églises, des inconditionnels de l'action sociale aux adeptes de la messe en latin, des nouveaux convertis aux jeunes prêtres branchés, autant de manière d'être catholique aujourd'hui.
    Entre volonté de reconquête et soif de spiritualité, un pied dans la société, un autre dans leur Église, ils sont en plein renouveau. Bousculés par l'islam, attentifs à la montée en puissance des évangéliques, rendus inquiets par un État français qui fait à leur égard un usage maladroit de la laïcité, les catholiques continuent de s'adapter et de surprendre.

  • La mode véhicule les idées, Marie Claire aussi, en se faisant leur écho. Conseillées, informées, encouragées, les femmes revendiquent leur singularité et l'égalité avec les hommes. Marie Claire a contribué à relancer les débats, dépassant le sult intérêt de la mode et de son histoire. Bousculant le conformisme, faisant participer la mode et la femme qui la porte au monde de la culture et du savoir. Ce livre raconte comment le journal a contribué à façonner une image de la femme nouvelle, plus libre, volontaire et engagée. Un portrait vivant et instructif de six décennies au coeur des tendances et de la société.

  • Le cinéma en Afriques se trouve devant une situation inédite. La disparition des salles de cinéma sur ce continent coïncide avec une production de films accrue, y compris de ces pays, et une diffusion considérablement développée pour une grande partie des populations urbaines. Mais où et comment sont-ils vus ? De quels films s'agit-il ? Sommes-nous toujours dans le cinéma ? Un ensemble de travaux tente de répondre à ces questions, posant un jalon dans une réflexion sur les rapports que des publics entretiennent aujourd'hui avec des films en Afriques. Ces recherches de rendent compte de la façon dont les mutations technologiques affectent le rapport aux films dans des régions caractérisées jusqu'à très récemment par la rareté dans des économies du cinéma et de l'audiovisuel largement dominées par les pays occidentaux. Sont livrés également les premiers résultats d'une enquête comparative inédite menée en Tunisie, au Togo et au Tchad sur la façon dont les spectateurs voient aujourd'hui des films.

  • Il existe en français deux études consacrées à la philosophie de Beauvoir (Michèle Le Doeuff, 1989 -- Eva Gothlin, 1996), ouvrages ayant convaincu l'auteur sur la qualité de philosophe de Beauvoir. Il oriente son commentaire sur la spécificité du discours théorique à travers une lecture systématique des textes philosophiques antérieurs au Deuxième sexe, ceci pour tenter d'élucider une phrase énigmatique de Beauvoir : la dépendance des femmes n'est pas la conséquence d'un événement ou d'un devenir, elle n'est pas arrivée. Il recense les concepts philosophiques de l'oeuvre pouvant justifier cette thèse.

  • Réunissant quelques-uns des meilleurs spécialistes, ce volume est consacré à l'émergence du langage chez le bébé et le jeune enfant : le fonctionnement cérébral et les bases biologiques de l'acquisition du langage (à partir des techniques d'imagerie), la perception et la production de la parole avant deux ans, la constitution du lexique, ...

  • Les apprentissages sont au coeur des préoccupations et des pratiques de l'institution scolaire et sont l'un des enjeux fondamentaux pour notre société. Ils sont aussi l'un des objets privilégiés de la recherche en sciences cognitives.

  • Cet ouvrage, outil d'information et de réflexion destiné aux étudiants de 2e et 3e cycles ainsi qu'aux enseignants des sciences de l'éducation et sciences cognitives, est consacré au développement du langage après trois ans et aux principaux aspects de l'apprentissage de l'écrit : développement morpho-syntaxique, pragmatique et discursif, activités métalinguistiques, traitement orthographique des mots et des phrases, compréhension et production de textes en situation monolingue ou plurilingue et pathologies développementales de l'écrit.

  • À l'heure de la chute du Mur de Berlin, un préjugé tenace voudrait que l'engagement de Sartre, type même de l'intellectuel inauguré par Zola, n'eût été qu'une comédie des erreurs. La lecture de Les Mains sales permet de bousculer cette image d'Épinal trop commode. L'un des ressorts de la pièce est, en effet, la distinction entre situation simple et situation complexe. Le choix alors (sous l'Occupation allemande) était facile - même s'il fallait beaucoup de force et de courage pour s'y tenir. On était pour ou contre les Allemands. Aujourd'hui (1959) - et depuis 1945 - la situation s'est compliquée. Il faut moins de courage, peut-être, pour choisir, mais les choix sont beaucoup plus difficiles. Ici, Sartre plonge ses personnages, Hoederer, Hugo et Jessica, dans une situation où les jeux ne sont pas faits, celle de la Guerre froide. À cette complexité, a succédé celle, plus inextricable encore, de notre présent, qui ne semble pas même requérir le choix. Hugo, Jessica surtout, personnages en mouvement autour d'un Hoederer immuable, représentent sur la scène une complexité qui est devenue celle des années quatre-vingt-dix, et avec laquelle ils nous invitent à nous colleter.

  • Anglais The Golden Road

    Millner Caille

    The true story of a remarkable young woman's struggle to find a home in the world Caille Millner is a rising star on the literary scene. A graduate of Harvard University, she was first published at age sixteen and was recently named one of Columbia Journalism Review's Ten Young Writers on the Rise. The Golden Road is Millner's clear-eyed and transfixing memoir. From her childhood in a Latino neighborhood in San Jose, California, and coming of age in a more affluent yet quietly hostile Silicon Valley suburb to a succession of imagined promised lands-Harvard, London, post-apartheid South Africa, New York City-this is the story of Millner's search for a place where she can define herself on her own terms and live a life that matters.

  • In his writings, Hume talks of our 'gilding and staining' natural objects, and of the mind's propensity to 'spread itself' on the world. This has led commentators to use the metaphor of 'projection' in connection with his philosophy: Hume is held to have taught that causal power and self are projections, that God is a projection of our fear, and that value is a projection of sentiment. By considering what it is about Hume's writing that occasions this metaphor, P. J. E. Kail spells out its meaning, the role it plays in Hume's work, and examines how, if at all, what sounds 'projective' in Hume can be reconciled with what sounds 'realist'. In addition to offering some highly original readings of Hume's central ideas, Projection and Realism in Hume's Philosophy offers a detailed examination of the notion of projection and the problems it faces.

  • This volume presents new essays exploring important aspects of Nietzsches philosophy in connection with two major themes: mind and nature. A team of leading experts address questions including: What is Nietzsches conception of mind? How does mind relate with the (rest of) nature? And what is Nietzsches conception of nature? They all express the thought that Nietzsches views on these matters are of great philosophical value, either because those views areconsonant with contemporary thinking to a greater or lesser extent or because they represent a rich alternative to contemporary attitudes. The essays engage with Nietzsches metaphysics; his philosophy of mind in light of contemporary views; the question of panpsychism in Beyond Good and Evil 36; therejection of dualism in favour of monism (in particular a monism of value); Nietzsches positions on consciousness and embodied cognition in light of recent cognitive science; a conception of freedom and agency based on an intrinsically motivating; embodied sense of self-efficacy; a Nietzschean account of valuing understood as drive-induced affective orientations of which an agent approves; the idea of ressentiment conceived as a process of intentional, not reflectively strategic,self-deception about ones own conscious mental states; and a defence of a Nietzschean naturalism.

  • I. - Originaire de l'Asie-Mineure, la vigne se rencontre de nos jours dans une zone très étendue. Mais, suivant les milieux, ses produits se modifient, et tel cépage qui donne les meilleurs crus dans les graves du bordelais, ne fournit plus que du vin détestable cultivé dans une région qui lui est étrangère. On peut même affirmer que chaque cépage a un climat qui lui est propre. Nos, départements vinicoles en donnent une preuve manifeste : chacun d'eux cultive des variétés depuis longtemps connues et acclimatées par une longue génération de vignerons
    C'est ainsi qu'en Savoie on cultive surtout la mondeuse, le persan, la douce-noire, le martin-cot, le hibou et le vert-noir comme cépages à raisins rouges, et la mondeuse blanche, la roussanne, l'altesse, etc.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Je vous donne carte blanche, Petitjean. Tous les moyens sont bons dans cette affaire y compris la provocation, le chantage, l'enlèvement, le meurtre. Il n'y allait pas de main morte le Grand Muphti. Pourtant Petitjean allait largement dépasser ses consignes. Écrit par un professionnel du renseignement, ce livre est à la fois un roman et un document sur le métier d'agent secret. Un métier qui demande parfois de l'héroïsme. Et qui parfois aussi comme le dit Petitjean est - Un métier de pute, un métier de salaud !

  • - Je vous donne carte blanche, Petitjean. Tous les moyens sont bons dans cette affaire y compris la provocation, le chantage, l'enlèvement, le meurtre. Il n'y allait pas de main morte le Grand Muphti. Pourtant Petitjean allait largement dépasser ses consignes. Écrit par un professionnel du renseignement, ce livre est à la fois un roman et un document sur le métier d'agent secret. Un métier qui demande parfois de l'héroïsme. Et qui parfois aussi comme le dit Petitjean est - Un métier de pute, un métier de salaud !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty