Magda

  • Dit boek geeft zorgverleners praktische adviezen om de familie van iemand met dementie kundig te begeleiden. Je leest aan de hand van praktijkvoorbeelden met welke situaties en ervaringen betrokkenen kampen. Van daaruit krijg je praktische kennis, die je kunt gebruiken om familie te helpen hun ervaringen te plaatsen en ermee om te gaan.Familie begeleiden bij dementie gaat in op de vraag wat je als zorgverlener voor de naasten van iemand met dementie kunt betekenen. Het gaat bijvoorbeeld over het verwerken van het verlies van iemands naaste, de stemmings- en gedragsveranderingen die bij dementie horen, de toenemende zorgtaken en steeds veranderende vragen waarmee familie te maken krijgt.Het boek is opgebouwd volgens het proces dat veel mensen met dementie doorlopen. Van het verblijf thuis, de dagbehandeling, de opname in een zorginstelling tot het levenseinde. Sommige onderwerpen worden apart besproken, zoals contact met de persoon met dementie, veranderingen in intimiteit, de schuldgevoelens die familie kan ervaren en de grote verwachtingen die familie van de zorg kan hebben.Auteurs van Familie begeleiden bij dementie zijn de psychologen Ronald Geelen en Magda Hermsen. Ronald Geelen werkt als psycholoog bij Thebe te Breda, is auteur van verschillende artikelen en boeken, waaronder Dementiezorg in de praktijk - deel 1 & 2. Hij werkt daarnaast voor het Centrum voor Consultatie en Expertise (CCE). Magda Hermsen heeft een eigen bureau voor training, coaching en supervisie. Zij is tevens als consulent werkzaam in opdracht van CCE. De illustraties in het boek zijn van haar hand.

  • L'histoire d'une jalousie, l'histoire d'une vie...
    Eszter est une comédienne célèbre.

    Pourtant, les frustrations de son enfance – entre des parents ruinés mais de très vieille aristocratie – renaissent et s'exacerbent quand elle découvre qu'Angela, l'ancienne gamine trop parfaite de son village natal, est l'épouse de l'homme qu'elle aime, et qui l'aime.

    Le Faon dit la jalousie, plus, la haine, vécue comme un maléfice, à l'égard d'un être qui symbolise tout ce que la petite fille que fut Eszter n'a pas connu, n'a pas été.

    Son monologue est celui d'une femme qui se donne, se confesse et expie.

    " Construit comme une tragédie antique,
    Le Faon explore les Enfers d'une Médée hongroise dont le monologue tient autant de l'exorcisme que de l'expiation. "
    L'Express

  • Abigaël

    Magda Szabó

    " L'auteur fait coexister la petite et la grande histoire dans ce magnifique roman d'initiation peuplé de personnages insolites et complexes [...] Une véritable pépite. "​ L'Obs
    Gina ira en pension. Son père adoré l'a décrété sans donner la moindre explication : " Ne dis au revoir à personne, amie ou connaissance. Tu ne dois pas dire que tu quittes Budapest. Promets-le-moi ! " Elle doit oublier son ancienne vie et rejoindre, dans la lointaine province, Matula, une institution calviniste très stricte, reconnue pour la qualité de son enseignement.

    Enfant gâtée, rétive aux règles, elle est vite mise en quarantaine. Seule solution pour survivre, l'évasion... qui se solde par un échec piteux. Désespérée, l'adolescente finit par confier ses malheurs à Abigaël, la statue qui se dresse au fond du jardin. Car selon l'antique tradition matulienne, Abigaël aiderait tous ceux qui le souhaitent. Et, miracle, l'ange gardien se manifeste ! Une série d'aventures rocambolesques sortent Gina du purgatoire et lui font comprendre la douloureuse décision de son père en même temps que le sens des mots honneur, solidarité et amitié.

  • Une histoire d'amour, d'incompréhension et de désespoir.
    Dans sa maison de la Grande Plaine, Mme Szöcs attend : son mari est en train de mourir, il ne reconnaît plus sa femme et sa dernière phrase est destinée à Iza, leur fille trop aimée.

    Une fois son père enterré, Iza emmène sa mère vivre avec elle dans son appartement de Budapest. Elle a tout décidé, fait le tri entre meubles et objets à garder et à abandonner, arrangé la chambre, sans rien demander à sa mère, ni son avis ni ses envies.

    Peu à peu, la fragile petite vieille se pétrifie dans la non-existence qui lui est ainsi offerte, jusqu'au jour où elle décide de retourner dans son village...

    " Après le succès de
    La Porte, Prix Femina étranger 2003,
    La Ballade d'Iza est une poignante réflexion sur la difficulté d'aimer, de comprendre l'autre et sur la solitude intrinsèque des êtres. " Claire Julliard,
    Le Nouvel Observateur

  • " Ce que nous dit Magda Szabó, avec une grâce et une simplicité confondantes, c'est que, de tout ce qui constitue une vie, seuls quelques lieux et épisodes comptent vraiment. [...] Oui, c'est bien cela au fond qui est fascinant chez Magda Szabó, cette réflexion profonde sur ce qu'on garde, ce qu'on laisse. " Le Monde​
    " Nous restâmes assis en silence, comme de braves frère et sœur, et pour la première fois de ma vie, je pressentis que les morts ne mouraient pas, que ce qui avait un jour été vivant sur cette terre, sous quelque forme que ce soit, était indestructible. "

    Les morts demeurent :
    Rue Katalin en donne une magistrale illustration. À Budapest, des années après la disparition de la jeune Henriette, les membres de trois familles vivent sous l'emprise de sa présence. Et, d'outre-tombe, la jeune fille nous introduit dans la vie naufragée de ceux qui furent ses amis : Balint, Irén, Blanka, M. et Mme Elekes...

    Que s'est-il passé pendant la guerre, rue Katalin ? Quels événements ont acculé ses habitants à la détresse et au désespoir ?

    " Ce que nous dit Magda Szabó, avec une grâce et une simplicité confondantes, c'est que, de tout ce qui constitue une vie, seuls quelques lieux et épisodes comptent vraiment. [...] Oui, c'est bien cela au fond qui est fascinant chez Magda Szabó, cette réflexion profonde sur ce qu'on garde, ce qu'on laisse. "
    Le Monde

    Ce roman a reçu le Prix Cévennes 2007.

  • Ce livre n'est pas un témoignage sur la Shoah, mais une méditation sur la vie. A seize ans, Magda Hollander-Lafon a été plongée dans un monde de ténèbres : juive hongroise, elle a été déportée à Auschwitz-Birkenau en 1944 avec sa famille, qui y a péri. Arrachées à cette expérience de la mort, ces pages sont nées d'une longue traversée tissée de renaissances. La première fut le don de quatre petits bouts de pain offerts à l'adolescente par une mourante dans le camp.
    L'homme est capable du pire, mais c'est au meilleur qu'appelle Magda Hollander-Lafon, c'est-à-dire à la joie. Une joie spirituelle ravie à la désespérance, volée à l'enfer qui a failli l'engloutir, nourrie par une vie de foi et de rencontres d'âme à âme. Une joie dont elle partage ici toute la fécondité et qui resplendit en un vibrant appel à devenir créateur de sa vie.

  • 20 ans ont passé depuis la mort de Jay Sherman. Sa fille Jeannie vit aujourd'hui à Londres avec son grand amour Ludwig, le chanteur d'opéra. Une fille est née de leur union, la jolie Kundry, qui profite de sa jeunesse dans l'ambiance festive du Swinging London des années 1960. Mais Kundry est une Sherman, et le passé tragique de sa famille va la plonger au coeur du danger.

  • 20 ans ont passé depuis la mort de Jay Sherman. Sa fille Jeannie vit aujourd'hui à Londres avec son grand amour Ludwig, le chanteur d'opéra. Une fille est née de leur union, la jolie Kundry, qui profite de sa jeunesse dans l'ambiance festive du Swinging London des années 1960. Mais Kundry est une Sherman, et le passé tragique de sa famille va la plonger au coeur du danger.

  • " Le Vieux puits renseignera le lecteur sur le monde intérieur de l'écrivain [...] Magda Szabó est un écrivain concentré, incisif, insolent. "​ Le Monde des livres
    Le Vieux Puits est un livre fascinant. Par de brefs chapitres thématiques – Mes parents, La ville, Autoportrait, La religion, Le théâtre, Le temps, Éveil, etc. –, Magda raconte l'éducation originale, marginale, extraordinaire qu'elle a reçue, et reconstitue le monde tel que le voyaient ses yeux de petite fille.

    Le début de ce conte – car on peut parler de conte tant Magda nous fait toucher la puissance du Merveilleux dans lequel elle a baigné – nous propose une clé, celle du titre : le vieux puits abandonné se trouvait dans le jardin de l'enfant, et il est devenu le refuge de l'adulte, qui s'y laisse glisser, telle Alice, pour retrouver Debrecen, sa ville natale tant aimée, sa maison, ses amis, ses parents... Le temps n'a plus cours, les pierres ont conservé les rires, les voix, les silences...

    La publication d'un tel recueil de souvenirs, aujourd'hui, est fondamentale. Il magnifie le rôle des parents et l'esprit d'enfance qui devrait toujours les animer, le goût et le sens du merveilleux qui ouvre les portes de l'imagination. Plus que les jouets, les possessions, ce sont les mises en scène de l'univers de l'enfant qui les font heureux et leur forgent la personnalité qui leur permettra d'affronter le difficile futur...

  • " De toute ma carrière d'écrivain, je n'ai jamais ressenti une telle tension de bonheur en préparant un ouvrage. Et de tous mes personnages, c'est Créüse qui m'a inspiré le plus de compassion. " Magda Szabó

    Quand Magda Szabó évoquait
    L'Instant, elle en parlait comme d'une " bombe ". Porté durant plus de soixante ans, abandonné puis repris au gré des tourmentes que connut son pays, la Hongrie, le roman parut à la fin de l'année 1989, à l'heure où tombait le Mur.

    Avec cette réécriture de
    L'Énéide de Virgile, Magda Szabó se livre à une réflexion sur ce que sont les mythes et les héros. Chez Virgile, Créüse, la femme d'Énée, est condamnée par les dieux à mourir avant même que ne s'ouvre l'épopée. Ici, elle récuse cette sentence. À " l'instant " où cela est possible, l'épouse usurpe l'identité de son mari et s'octroie d'accomplir le destin de ce dernier, mort à sa place, mais également le sien propre. Cela, bien sûr, avec la complicité facétieuse de l'auteur, qui n'hésite pas à faire appel, entre autres, à une déesse soi-disant oubliée, Èchiès, l'"exquise " soeur jumelle d'Aphrodite.

    Ludique, singulier, virtuose,
    L'Instant, rend presque palpable le mystère de l'écriture. Le lecteur demeure ébloui par la manière dont Magda Szabó utilise et détourne l'œuvre originelle, qu'elle connaît dans ces moindres respirations.

  • Nadia a maintenant découvert le secret de sa naissance. Avec l'aide de Léa, elle réussit à duper sa mère pour mettre en place son plan : retrouver son père, ex-braqueur en fuite, et l'aider à passer en Italie. Mais "la Tinosa" n'est pas femme à reculer face aux dangers. Elle se lance à la poursuite de sa fille alors que l'étau policier se resserre autour des bandits...

    Le dernier tome d'une trilogie qui mêle drame familial et polar.

  • À bientôt 18 ans, Nadia vit une adolescence tranquille en Normandie, partagée entre sa famille, le lycée, l'équitation et sa copine Léa. Pourtant, d'étranges cauchemars peuplent ses nuits. Lorsqu'elle apprend par hasard que c'est sa tante qui l'a élevée pendant ses cinq premières années, elle comprend que le passé de sa mère dissimule un secret : la rencontre et la vie avec l'homme qui deviendra son père, un ferrailleur espagnol très peu présent jusque-là dans la vie de Nadia.Porté au scénario par Florent Germaine ("L'Écorché") et Frank Giroud ("Le Décalogue", "Quintett", parmi tant d'autres), et au dessin par Magda (dessinatrice de la série "Charly"), "Cavale" mêle drames personnels et faits divers autour d'une jeune fille à l'esprit bien trempé.

  • Nadia connaît désormais le secret de sa mère, mais aussi de sa naissance. Son père est à nouveau en cavale et recherché des deux côtés des Pyrénées. Comment recoller les morceaux quand tout ce qu'on croyait connaître de sa vie vole en éclats à 18 ans ? C'est ce que Nadia va devoir apprendre à faire, accompagnée par son oncle et ses souvenirs, pour assumer une réalité trop longtemps occultée.Le second volet d'une trilogie qui mêle drame familial et polar, servi par le dessin réaliste et précis de Magda.

  • Magda Trocmé (1901-1996) a partagé sa vie d'engagement entre les cités ouvrières du Nord de la France dans les années 1920-1930, l'organisation du sauvetage de centaines d'enfants juifs au Chambon-sur-Lignon, sous l'occupation nazie, et, après-guerre, une intense activité militante au service de la paix et des droits de l'homme. Écrits d'une plume alerte, ces souvenirs font suite à ceux de son enfance (Souvenirs d'une jeunesse hors normes, Strasbourg, PUS, 2017). Ces deux volumes rendent compte d'un itinéraire exceptionnel, marqué par une vive sensibilité à l'arbitraire et par l'impérieuse nécessité de toujours porter secours aux victimes de l'injustice, de la violence - économique ou morale - et de la barbarie. Le témoignage de Magda Trocmé est ici éclairé par trois spécialistes du contexte historique et religieux, sur la théologie du christianisme social, l'histoire des mouvements non violents entre les deux guerres, le plateau Vivarais-Lignon sous l'Occupation, et les voyages de solidarité internationale dans les années 1950.

  • Dans ces souvenirs d'enfance et de jeunesse publiés ici pour la première fois, Magda Trocmé reconstitue un parcours tout à fait hors du commun. Elle grandit à Florence dans un milieu aisé mais plutôt original dans la société italienne du début du xxe siècle, qui la rattache à la fois à la petite minorité religieuse des protestants vaudois et aux conjurés décembristes de 1825 en Russie. Perturbée par l'absence de sa mère, morte en couches, et par le remariage de son père, mise très tôt en pension dans un couvent, Magda fait revivre avec talent son milieu social et réfléchit sur son cheminement personnel à travers plusieurs influences religieuses contradictoires. Elle fait des études universitaires et s'investit dans le travail social parmi les déshérités de Florence, jusqu'à sa rencontre avec André Trocmé en 1925. Ce récit rétrospectif offre ainsi un éclairage original sur la société cosmopolite de Florence du début du xxe siècle, sur la place de la minorité protestante en Italie et sur l'éducation des filles à l'époque de la monarchie libérale, avant l'avènement du fascisme.

  • Cette étude littéraire originale de Magda Ibrahim développe la valeur du personnage de Charlotte dans le quatrième roman d'Andreï Makine. Elle s'attache à démontrer en quoi Charlotte est un modèle concret de liberté naturelle. Ni parti, ni idéologie, ni toute autre forme de détermination susceptible de peser sur sa volonté et sur ses choix ; elle est indépendante et autonome. Elle incarne l'intégration au pays d'accueil et le patriotisme, avec l'espoir de renouer avec la France et de diffuser sa culture et la notion de liberté.

  • Le rideau de fer descend sur l'Europe centrale tandis que le rideau se lève sur le théâtre d'une vie, celle de Magda, petite fille issue de l'aristocratie tchèque, par son appartenance à la famille Lobkowicz. Deux mondes incompatibles, celui du communisme stalinien et celui de la vieille noblesse de Bohême se rencontrent au moment où s'éveille à la vie l'auteur de ce récit. Suite au décès de sa mère survenu en 1952 à Prague durant les années noires des procès et des persécutions politiques, nous suivons, étape par étape, les errances de Magda, de son frère et de son père à travers l'Europe.

  • Qu'entend-on exactement par l'agroécologie ? Quels sont les acteurs qui la défendent, la conçoivent, la mettent en oeuvre ? Et si elle est aujourd'hui évoquée sur tous les continents, l'est-elle finalement dans les mêmes termes, et soulève-t-elle les mêmes débats partout dans le monde ? L'ambition de cet ouvrage est de mettre en regard autour de ces questions les situations de deux grands pays agricoles, dans lesquels l'agroécologie a connu récemment d'importants développements : l'Argentine et la France.

  • Le champ de réception du travail de Michel Foucault n'en finit pas de s'élargir - tant sur le plan géographique que thématique. Les études de genre(s) ne font pas exception : la méthode archéologique foucaldienne stimule des approches originales de l'histoire des femmes, des questions d'identité, de la sexualité et des relations de pouvoir entre les sexes. Voici une réflexion parfaitement documentée sur l'apport de Foucault au féminisme et aux questions éthiques qui s'y lient.

  • Prière d'un petit enfant nègre de Guy Tirolien a la valeur d'un manifeste de la Négritude pour la condensation qu'il fait de ses valeurs, à savoir le rejet de la domination et de la civilisation occidentales et sa revendication de l'identité noire. C'est une position qui rejoint celle radicale d'Aimé Césaire qui déclare : "La Négritude est la simple reconnaissance du fait d'être noir, et l'acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture."

  • La Modernité est morte, la Postmodernité aussi. Nous sommes dans un autre paradigme, la Transmodernité. Le préfixe « trans » ne cherche pas seulement à mettre en évidence l'aspect dynamique de la transformation, mais vise aussi à postuler la nécessaire transcendance de la crise de la Modernité.

  • Anglais The Door

    Magda Szabo

    Emerence is a domestic servant - strong, fierce, eccentric, and with a reputation for being a first-rate housekeeper. When Magda, a young Hungarian writer, takes her on she never imagines how important this woman will become to her. It takes twenty years for a complex trust between them to be slowly, carefully built. But Emerence has secrets and vulnerabilities beneath her indomitable exterior which will test Magda's friendship and change the complexion of both their lives irreversibly.'Szabo manages to conjure up as many cliffhangers as an Indiana Jones film. The Door is a triumph. Clever, moving, frightening, it deserves to be a bestseller' Tibor Fischer, Daily Telegraph

  • When Ettie's husband dies, her daughter Iza insists that her mother give up the family house in the countryside and move to Budapest. Displaced from her community and her home, Ettie tries to find her place in this new life, but can't seem to get it right. She irritates the maid, hangs food outside the window because she mistrusts the fridge and, in her naivety and loneliness, invites a prostitute in for tea. Iza's Ballad is the story of a woman who loses her life's companion and a mother trying to get close to a daughter whom she has never truly known. It is about the meeting of the old-fashioned and the modern worlds and the beliefs we construct over a lifetime.

empty