Marek

  • Une collection qui pose les bonnes questions à travers un véritable travail de journaliste ou de chercheur. Dirigée par Jean-Pierre Guéno, elle se veut un lieu-refuge contre la pensée formatée à travers des titres forts, des ouvrages fluides et percutants qui interrogent sur les grandes questions de notre société.Le vieux Samuel, le dernier des juges d'Israël avait eu l'idée de créer la première école de prophètes : on y enseignait tant aux hommes qu'aux femmes doués d'un charisme exemplaire comment rappeler le peuple à l'ordre et les rois au respect de leurs promesses et de leurs devoirs.
    Une sorte de contre-pouvoir, un antidote à toute velléité d'idolâtrie et de totalitarisme. En hébreu, " prophète " se dit 0 de l'akkadien nabû : crier, invoquer ordonner produire. Le prophète c'est l'homme
    qui crie : un lanceur d'alertes avant la lettre mais d'une formidable envergure ! Il y a les prophètes bibliques parmi lesquels Abraham, Moïse, Isaï et Jésus.
    Et puis leurs lointains successeurs Gandhi, Jaurès, l'abbé Pierre. Vivons-nous aujourd'hui dans un monde sans prophètes ? De ces êtres doués d'une étonnante présence, d'un incroyable courage, d'une force d'âme à toute épreuve et qui souvent finissent expulsés ou assassinés par les pouvoirs qu'ils ont dénoncés. C'est le point de départ de la réflexion de Marek Halter qui aura pour mérite
    de remettre à leur juste place la multitude des faux prophètes qui fourmillent aujourd'hui dans les gazettes et sur les plateaux TV et de décoder à la fois l'impressionnant silence et le terrible brouhaha qui composent la bande son de notre planète, en ce début de troisième millénaire.

  • La Fatigue du matériau est LE roman de la migration, une géographie de la peur qui exhorte ses lecteurs à se mettre dans la peau d'un migrant. Ici pas de réflexion politique, économique ou jugement moral, car c'est un livre volontairement physique, chaque phrase interpelle le lecteur, et l'oblige à vivre avec le héros. La force du roman tient dans le fait que le lecteur ne consomme pas l'histoire mais la vit profondément, emporté dans le froid, la faim et le désespoir de ce que l'auteur appelle la conscience noire de l'Europe. Sans nom, sans pays, sans destination, les héros deviennent les archétypes du migrant. Ayant perdu leurs parents dans un bombardement, deux frères ont gagne separement l'Europe dans des conditions inhumaines, et tentent de se retrouver dans une quête désespérée.

    Marek Sindelka est ne en 1984. Deux fois laureat du prestigieux prix Magnesia Litera, il a connu la consécration grâce à La Fatigue du matériau (2017). Il est apprecie pour sa finesse, son style maitrise et souvent poetique.

  • 2000 ans d'histoire d'une famille juive: de cette aube de l'an 70 où le scribe Abraham quitte Jérusalem en flammes à ce jour de 1943 où l'imprimeur Abraham Halter meurt sous les ruines du ghetto de Varsovie, cent générations se transmettent le livre familial, mémoire de l'exil. Jusqu'à Marek Halter, le " dernier scribe ", qui, aujourd'hui, recrée pour nous cette grande aventure. Une oeuvre exemplaire, chargée du souffle de la vérité et de l'âme de l'humanité.
    "Enfin un vrai livre de réconciliation." Jean-Paul II "Marek Halter nous rappelle la longue lignée des meuniers juifs à Narbonne, vignerons à Troyes, scribes à Strasbourg, imprimeurs à Paris pendant la Révolution. Il vient d'ouvrir les premières pages d'un grand livre." François Mitterrand "Une histoire de souffrance et d'espoir, de désir et de volonté, de lutte et d'accomplissement." Shimon Peres "J'aime cette saga qui mène aux sources du judaïsme français. Popularisant ce qui a été la vie des communautés juives au sein de la société française, La Mémoire d'Abraham apporte une contribution très riche à la réconciliation judéo-chrétienne." Simone Veil "Voici donc un événement. Il paraît simple, évident, frais, presque naïf. Et c'est un tournant terrible. Sans plainte. Sans pathétique. Animé, de part en part, d'une joie et d'une confiance d'enfant. Un souffle est là." Philippe Sollers


  • Mais quelle vie ! Pour la première fois, Marek Halter remonte le fil de son incroyable destin.

    Il était une fois... un petit garçon juif polonais, né à Varsovie quelques années avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Chassé par le nazisme dans de lointaines Républiques de l'Union soviétique, il y a survécu, avec ses parents, pour arriver à Paris au tout début des années 1950. Destiné à une carrière de peintre, il va, de hasards en rencontres, devenir le romancier populaire que nous connaissons bien, et cet infatigable militant de la paix qui a toujours rêvé et n'a jamais renoncé.
    De son enfance à aujourd'hui, en véritable conteur, porté par une foi absolue dans le pouvoir du Verbe, de la parole, du dialogue, Marek Halter revient sur chaque étape de ce destin unique où l'on croise Staline, Ben Gourion, Golda Meir, Nasser, Sadate, Yasser Arafat, Peres, Perón, Che Guevara, Poutine, Jean-Paul II, le pape François... sans oublier les présidents de la République française avec lesquels il a toujours entretenu une relation particulière.
    Son incessant combat pour la paix au Proche-Orient, pour la liberté d'expression où qu'il faille aller porter le fer, mais aussi ses amitiés, ses amours, son passionnant partage de la culture juive... Dans une construction narrative émouvante où il s'adresse à Clara, sa femme et sa compagne de lutte pendant plus de quarante ans, décédée en 2017, Marek Halter nous invite à revisiter, à travers son propre " voyage ", presque un siècle d'Histoire.

  • Marie

    Marek Halter

    Étranger à la subversion ou à la provocation, respectant les croyances de chacun, Marek Halter revisite le plus grand mythe du monde chrétien. Il dévoile la part inconnue de Marie : la jeune fille " avant " la mère. Dans les Évangiles, Marie, figure maternelle, se tient dans l´ombre de Jésus. Sacrée, désincarnée, elle ne semble pas avoir d´existence propre. Pourtant, avant la naissance de Jésus, avant que la parole de son fils soit reconnue comme prophétique, elle fut une jeune fille juive de Nazareth, puis une femme survivant aux horreurs de l´occupation romaine. Qui était la jeune Miryem de Nazareth, celle que les Romains nommeront Marie ?



    /> Dans une Judée martyrisée par la tyrannie d´Hérode le Grand, où tout un peuple désire la révolte mais craint sa propre faiblesse face à la folie de son roi, la jeune Miryem se dresse contre l´inhumanité des hommes et le silence de Dieu. Subtile et volontaire, elle devient familière aussi bien des textes de ses ancêtres que des textes grecs comme de l´enseignement savant des Esséniens de Damas. Cette profonde culture lui permet de faire face à son destin et de comprendre l´avenir de son pays. Elle sait que seul un roi, fils de Dieu, porteur d´une parole de justice universelle, peut engendrer le futur. Cet homme, ce sera son fils. Non seulement elle le mettra au monde, mais elle jouera un rôle capital dans son avènement. C´est elle qui donne naissance à l´un des plus importants bouleversements spirituels du monde...



    Marek Halter fait revivre Marie sous nos yeux, de chair et de sang, avec une verve et un élan romanesque toujours plus aboutis.

  • Qui était Sarah, d´où venait-elle, oùétait-elle née? En romancier, mais sans jamais trahir la Bible, Marek Halter recrée la jeunesse de Sarah, aristocrate sumérienne née à Ur il y a quatre mille ans. Fille d´un riche marchand, lettrée, dotée d´un fort tempérament, Sarah refuse le mariage que lui a arrangé son père. Elle s´enfuit et rencontre le jeune Abraham, un étranger pauvre qu´elle va aimer. Afin de se rendre provisoirement impropre aux épousailles voulues par sa famille, elle avale une drogue qui, trop fortement dosée, la rend stérile. Elle devient prêtresse d´Ishtar, déesse de la Guerre. Sa beauté la destine àêtre déflorée par le roi, en une cérémonie sacrée. Alors Abraham l´enlève, et la saga biblique commence...Tandis qu´Abraham poursuit son dialogue avec le Dieu Unique et Invisible, pour une alliance entre Lui et les Hommes, Sarah se bat afin d´imposer sa place dans une société qui méprise les épouses au ventre sec. Elle traverse les épreuves de la stérilité- l´adoption, la jalousie envers la mère porteuse qu´elle a pourtant choisie, la conception inespérée - jusqu´au moment où elle reconnaît enfin la puissance du Dieu d´Abraham. Il lui permet alors de mettre au monde un fils, Isaac.

  • Pourquoi les Juifs ?

    Marek Halter

    " Soixante-quinze ans après la Shoah, qui décima un peuple plusieurs fois millénaire dont je me réclame, après qu'on a juré d'une voix presque unanime "Plus jamais ça', ce "ça' envahit à nouveau nos trottoirs. En particulier dans l'Europe de l'Ouest, dont la France, patrie des droits de l'homme. Pourquoi toujours les juifs ? "
    Cet essai d'une sobriété percutante passe en revue tous les faux procès faits aux juifs - religieux ou non - au cours des périodes troublées de l'Histoire. Seront-ils encore les boucs émissaires d'une société sans rêves ni prophètes qui, après avoir mis en danger la Terre, ne parvient toujours pas à se libérer de la peur ?

  • Sarah, femme d'Abraham, pesait de tout son destin individuel face à Dieu, Tsippora, la Noire, femme de Moïse, luttait contre le racisme et l'ostracisme, Lilah, soeur d'Ezra, entre en guerre contre l'extrémisme religieux dont les femmes ? la moitié de l'humanité ? sont frappées?En 397 avant J.-C., Lilah entrevoit le destin de son frère bien-aimé, Ezra: être l'instigateur du renouveau du peuple juif, qui, au cours de siècles d'exil à Suse et Babylone, a oublié ses origines, et parfois même son dieu. En accord avec le roi de Mésopotamie, Ezra part pour Jérusalem afin de reconstruire le Temple détruit et de rappeler aux Juifs leur identité. D'une intelligence aiguë, fin connaisseur des lois de Moïse, Ezra a une idée de génie qui permettra la survie de l'identité juive à travers les siècles: ce n'est pas en érigeant des temples que le peuple juif survivra, mais en inscrivant dans sa mémoire, génération après génération, les textes bibliques. Cependant la ferveur religieuse d'Ezra tourne à l'intransigeance: pour conserver la pureté du peuple juif, il ordonne la répudiation de toutes les épouses étrangères et de leurs enfants. Révoltée par la douleur de ces femmes, Lilah se dresse contre l'extrémisme de son frère et organise la résistance.Après avoir assumé un destin de femme seule pour seconder Ezra, Lilah est confrontée à une déchirure. Quand celui qu'elle prenait pour un visionnaire tombe dans les excès du fanatisme, elle doit choisir entre son amour pour lui et sa conscience.

  • Vers 1450 avant J.-C., une enfant noire est recueillie au bord de la mer Rouge. On l'appelle Tsippora, « l'Oiseau ». Hélas, la couleur de sa peau résume déjà tout son destin: nul ne la voudra pour épouse. Elle est de la chair dont on fait les servantes et les esclaves... Un homme pourtant fait tout basculer: Moïse, en fuite devant Pharaon. Accueilli par Jéthro, le père adoptif de Tsippora, il ignore encore qu'il sera le libérateur des Hébreux d'Égypte. C'est elle, l'étrangère, la non-juive, qui fait de Moïse celui qui sera capable de recevoir les Lois dictées par Dieu, ces lois qui protègent le faible contre le fort. Amante puis épouse, Tsippora n'en demeure pas moins une « Kouchite », une noire, une étrangère. Alors qu'ils doivent affronter la férocité de Pharaon puis l'enfer du désert, la lutte pour le pouvoir sur le peuple de l'Exode est intense. Aaron et Miryam, frère et soeur de Moïse, n'auront de cesse d'éloigner Tsippora de Moïse et de briser leur union.Dans cet épisode qui retrace l'une des plus fabuleuses épopées de l´Histoire, Tsippora la Noire, au côté de Moïse, est l'incarnation de la passion et de l'intelligence humaines. La première, elle comprend le plein sens des mots qui demeurent aujourd'hui encore nos guides: « Tu accueilleras l´étranger dans ta maison comme l´un des tiens parce que tu as étéétranger dans le pays d´Égypte...» Une lucidité qui fera d'elle une grande héroïne de la Bible, trop méconnue et pourtant d´une modernité stupéfiante.

  • Dans un hôtel chic de Jérusalem, Mrs Boynton est réputée pour être un véritable tyran avec son entourage. Quand le corps de la mégère est découvert sans vie sur le site de Pétra, tous ses proches deviennent des suspects potentiels. Hercule Poirot saura-t-il découvrir le coupable ? Une enquête dans les pas d'Agatha Christie, mariée à un archéologue, elle-même passionnée de fouilles.

  • Venise, 1524.David Reubeni s´explique calmement devant le conseil des Juifs de la ville. D´où vient cet homme au regard sombre, qui semble indifférent à la crainte comme à l´espoir qu´il inspire ? Il se dit général d´une armée du désert, envoyé de son frère, Joseph, qui règne sur le mystérieux territoire de Chabor... Il expose son projet fou : lever en Europe une armée juive, afin de créer un royaume sur la terre d´Israël, alors aux mains des Turcs. Où va-t-il ? À Rome, obtenir l´appui du Pape -à qui il promet, si l´entreprise réussit, le contrôle des Lieux saints de Jérusalem.Pendant sept ans, cet homme surgi de nulle part va marquer la politique des cours d´Europe et nourrir les rêves de tout un peuple. Du pape Clément VII au roi du Portugal, de François Ierà Charles Quint, David Reubeni va partout déjouer les intrigues, contourner avec diplomatie les obstacles - de l´hostilité au simple scepticisme - pour convaincre les puissants que son plan, seul, fera justice à son peuple tout en préservant leurs royaumes de l´expansion menaçante de l´islam. Il y parviendra presque. Bientôt, pour les millions de Juifs d´Europe, expulsés d´Espagne, convertis de force au Portugal, persécutés ou au mieux tolérés ailleurs, David Reubeni devient le Messie. Partout des foules le suivent ou l´attendent, partout des exaltations mystiques font grandir sa légende. Son plan si parfaitement agencé, l´équilibre politique si parfaitement observé- tout va céder sous l´élan même des forces qu´il a contribuéà créer.Après sept ans d´efforts, après avoir résisté aux tentations de la passion et de la gloire, perdu lui-même entre son projet d´origine et le rêve qu´il a fait naître, David Reubeni se retrouve dans les geôles de l´Inquisition...

  • Pour la première fois, un grand roman emporte le lecteur dans l'aventure extraordinaire de la troisième religion monothéiste.


    La naissance de l'islam, c'est d'abord l'histoire d'une femme, Khadija. La première épouse du prophète, celle qui l'aimait qu

  • Eve

    Marek Halter

    " Les yeux d'Ève coururent sur les visages qui lui faisaient face. -; Mais oui, bien sûr ! Vous êtes venus dans cette cour pour cela, pauvres gens d'Hénoch. L'Éden, l'Éden ! Le jardin d'Adam et d'Ève. Tout savoir sur ce jardin de la faute, comme l'appelle notre fi ls Seth. Vous êtes venus m'interroger ! Et vous avez raison. Elle se redressa, nous offrant son sourire si particulier, si envoûtant. Ce sourire qui aujourd'hui me manque tant. -; Il est temps que cela soit dit. " L'annonce du Déluge déchaîne la terreur chez les hommes. Ils veulent comprendre. Quelle est cette faute originelle dont ils subissent le châtiment ? Que s'est-il vraiment passé au jardin de l'Éden ? Quittant la ville d'Hénoch, ils partent interroger les premiers ancêtres, Adam et Ève. Avec Ève, Marek Halter s'attache à la plus mystérieuse et à la plus calomniée des femmes de la Bible. Ève, mythe sans équivalent dans l'histoire humaine, conclut le cycle romanesque par lequel Marek Halter explore depuis plus de quinze ans l'existence des héroïnes des trois religions monothéistes : Les Femmes de la Bible (Sarah, 2003, Tsippora, 2003, Lilah, 2004), Marie (2006), et Les Femmes de l'islam (Khadija, 2014, Fatima, 2015, Aïcha, 2015). Traduite en plus de vingt langues, l'oeuvre de Marek Halter s'est vendue à des millions d'exemplaires à travers le monde.

  • À Brooklyn, Aaron, un jeune immigré juif géorgien, est abattu. Un meurtre en apparence banal commandité par une bande mafieuse russe... Involontairement responsable de cette mort, Tom Hopkins, journaliste au New York Times, voit surgir derrière cette violence glacée si contemporaine l'un des plus grands mystères de Jérusalem, le trésor du Temple : un manuscrit vieux de 2 000 ans, connu d'Aaron, dévoilerait l'une des 64 énigmes du rouleau de cuivre des Ta'amrés qui en protège l'accès. La mafia russe s'est lancée dans cette chasse au trésor. Aaron y a fait obstacle ; il en est mort. Tom décide de poursuivre l'oeuvre de son ami et de trouver le trésor avant la mafia. À Paris, Marek Halter a subi un double pontage. Durant ces moments entre vie et mort, un vieux remords l'agite : le roman sur Jérusalem, qu'il souhaite écrire depuis des années. Lorsque Tom vient le voir pour lui demander de l'aide, Mareky voit un signe du destin. L'heure est sans doute venue pour lui d'interroger le passé et les mystères de la ville sacrée. L'écrivain visionnaire et le jeune journaliste se retrouvent dans un hôtel de la Vieille Ville. Tom est pris dans la tourmente de l'action qui l'oppose à d'inquiétants individus manipulant aussi bien les armes que les vastes espaces d'Internet pour s'approprier l'or du Temple. Marek, lui, interroge les textes anciens pour exhumer une autre vérité... Lorsqu'il la découvre, il comprend qu'elle peut mettre le monde entier à feu et à sang, bien plus sûrement que ne le peuvent toutes les mafias du monde, même en possession d'un fabuleux trésor.

  • Après avoir dressé un panorama du paysage fiscal français, l'ouvrage propose d'ordonner la fiscalité selon une logique économique afin de faire apparaître le partage entre les catégories sociales. Ainsi, la priorité est donnée à son « incidence », c'est-à-dire à la recherche de ceux qui portent le poids de l'impôt. L'ouvrage analyse ensuite l'efficacité des politiques fiscales à l'aune de quatre exemples (le CICE, le Crédit impôt recherche, la fiscalité du logement et la fiscalité écologique) et constate un effet d'incitation systématiqument lent et surestimé. La coopération entre les nations est devenue indispensable dans un monde où la digitalisation de l'économie et la mobilité des individus érodent la capacité à collecter l'impôt. Le souci de redistribution implique de définir un objectif de justice fiscale explicite : celui du philosophe John Rawls, en s'attaquant d'abord à la pauvreté, semble le mieux susceptible de ménager liberté et équité. Pour échapper à ce qui semble un inextricable ensemble de contraintes, il faut également sortir des sentiers battus et développer des financements et des modes d'organisation alternatifs susceptibles de réduire la taille du secteur public, une coopération élargie entre les secteurs public, privé et associatif, et respecter des principes de l'impôt, énoncés à la fin de l'ouvrage.

  • Juin 1950. Washington. McCarthy et son équipe interrogent une certaine Maria Apron. Elle est accusée d´être entrée aux États-Unis avec un faux passeport et d´avoir assassiné un agent secret américain en Union soviétique. Avant elle, Orson Welles, Lauren Bacall, Arthur Miller et des centaines d´autres artistes soupçonnés de sympathies communistes ont été interrogés par McCarthy. Leur carrière a été détruite, leurs famille ont été brisées.

    Pour se défendre, Maria Apron n´a que ses souvenirs. En actrice consommée, elle va, telle Shéhérazade, les distiller à ses accusateurs pour sauver sa tête.

    Maria Apron, de son vrai nom Marina Andreïva, commence par une révélation scandaleuse : oui, elle a connu Staline ; elle a même été sa maîtresse.

    En octobre 1932, elle a dix-neuf ans et est l´étoile montante du théâtre moscovite. Invitée au dîner fêtant l´anniversaire de la Révolution, Marina découvre la réalité du Kremlin. Devant elle, Staline déclare à ses convives, dont beaucoup sont juifs, que le Birobidjan, un petit pays de Sibérie, sera désormais une région autonome juive : les Juifs du monde entier pourront y émigrer et la langue officielle sera le yiddish. Ce soir-là, Marina, partagée entre la répulsion et la fascination, se laisse séduire par Staline. Mais Nadejda Allilouïeva, l´épouse de Staline, se suicide pendant que son mari est avec Marina.

    Marina doit se faire oublier. Sa carrière est interrompue, puis elle doit fuir Moscou. Où aller ? Vers qui se tourner ? Ironie de l´histoire, elle, la jeune actrice antisémite, se retrouve au Birobidjan. Dans ce petit pays, elle découvre la vitalité du théâtre yiddish, renommé dans le monde entier. Et c´est là, auprès de vieux comédiens, que Marina renoue avec le travail d´actrice, le grand, le vrai, exigeant et généreux. Elle oublie les années de terreur, croit au bonheur, tombe amoureuse. Il s´appelle Michael Apron, il est médecin et... américain.

    Mais la fin de la Seconde Guerre mondiale modifie les équilibres politiques : les Américains, alliés d´hier, deviennent les nouveaux ennemis. Accusé d´espionnage, Michael est envoyé au Goulag. Pour le tirer du camp sibérien où il doit mourir, Marina brave l´enfer...



    Durant les quatre journées de son procès, Marina raconte plus que sa vie : l´aventure vertigineuse d´une femme qui défie l´Histoire avec pour seules armes l´amour d´un homme, la puissance du théâtre et la beauté d´une langue.

  • «Sait-on formuler la différence entre Israélite, Juif et Israélien ? L´Israélien est celui qui a un passeport israélien. Cela va de soi. Mais l´Israélite ? Est-ce une personne qui pratique la religion juive ? Mais alors qu´est-ce qu´un Juif ? Et de surcroît un Juif qui n´a pas de religion ?J´ai été souvent tenté d´expliquer pourquoi je me sens profondément Juif tout en étant laïque et ce que signifiait pour moi le judaïsme. Tout au long de mes précédents ouvrages, j´ai raconté non pas le judaïsme, mais des histoires de Juifs. Aujourd´hui, mes chers filleuls, j´aimerais évoquer pour vous une culture et des hommes hors du commun que j´aime et qui me portent depuis l´enfance: Abraham, Moïse, Ezra... Jetés dans l´aventure naissante d´une humanité en proie au mal, ils trouvèrent le moyen de s´en défendre grâce à l´établissement du premier monothéisme et au livre le plus lu dans le monde, la Bible... C´est sur ce chemin-là, celui d´un peuple et d´une mémoire qui ont survécu aux siècles, que je voudrais vous conduire. Car je suis de ceux qui espèrent encore que la connaissance des "autres" sera toujours la nourriture de la paix de demain.»

  • Le jour où elle apprend qu'un ami de son fils ne peut plus héberger un jeune migrant, Joëlle n'hésite pas. Ce soir-là, il est convenu par téléphone qu'Amara restera 10 jours. Elle a quelques instructions : lui préparer un bon petit déjeuner le matin avant de le laisser partir en maraude, quelques règles de cohabitation, et un avertissement : il ne faut pas interroger ces jeunes sur leur voyage.
    De cet hébergement, qui durera finalement 9 mois, pendant lesquels Joëlle a appris à Amara à lire et écrire, ils ont tenu un journal. Un journal politique et poétique pour donner la voix à ceux qui vivent les migrations.

  • La reine de Saba

    Marek Halter

    Elle était noire. Elle était belle. L'Ancien et le Nouveau Testament ainsi que le Coran l'attestent. Grâce à elle, l'homme africain se marie à la mythologie de l'homme blanc. Contrairement aux reines grecques qui mettaient au défi leurs soupirants sur les champs de batailles, la reine de Saba met au défi le roi Salomon sur le champ de l'intelligence. La légende veut que de leurs brèves amours naisse un fils, Ménélik,"fils du roi"en langue guèze. La reine de Saba à qui Marek Halter redonne tout son éclat et son intérêt historique, est de plus en plus présente dans notre actualité. Sur le terrain, grâce aux dernières fouilles archéologiques à Axum en Éthiopie, dans la nouvelle expression poético-érotique qui prend ses sources dans leCantique des Cantiqueset sur le plan politique dans la plupart des pays d'Afrique où des groupes se réclamant de la lignée de la reine de Saba et du roi Salomon commencent à s'organiser dans des associations et synagogues.S'appuyant sur les dernières recherches historiques, Marek Halter dessine les frontières du royaume de Saba, raconte la vie mouvementée de cette jeune reine, éclaire les guerres qu'elle a menées au Yémen de l'autre côté de la Mer Rouge et son alliance avec le royaume d'Israël du sage Salomon.

  • Réconciliez-vous !

    Marek Halter

    " Dites, mes amis juifs, musulmans, chrétiens, voulez-vous vivre ainsi dans la haine longtemps ?

    Dans notre pays, vous habitez souvent la même rue, le même quartier. Vos enfants fréquentent la même école... Pour que l'aversion de leurs parents n'assombrisse pas leurs lendemains : réconciliez-vous !
    Mes amis juifs, musulmans, chrétiens, réveillez-vous !
    Aucune chance de voir disparaître le racisme et l'antisémitisme, les conflits entre communautés, ou surgir une solution au conflit israélo-palestinien dans les flots de haine qui coulent le long de nos trottoirs. Se déchirer entre citoyens d'un même pays au nom de croyances ou de valeurs opposées, se battre entre Français juifs, Français musulmans, Français chrétiens ne servira personne et encore moins Israël ou la Palestine. Seule la paix peut assurer leur avenir, notre avenir.
    Il est temps ! Réconciliez-vous ! "

  • "Mes amis, il y a urgence. Nous marchons et ignorons où mènent nos pas. Même l'horizon, que certains tentent de nous dessiner, se dissout dans le brouillard. Nous sommes comme ce voyageur du Transsibérien qui, jour après jour, se lamente sur son siège. "Personne ne peut m'aider, personne. - Mais pourquoi ? - Parce que, depuis une semaine déjà, je roule dans un train qui ne va pas dans la bonne direction !' Depuis une semaine ? Pour nous, depuis bien plus longtemps. Avons-nous essayé de tirer la sonnette d'alarme ? De changer de train ? De direction ? Mais pour aller où ? Vieille question. Quo Vadis, Domine ? "Où vas-Tu, Seigneur ?' Où allons-nous, mes amis ? Où voulons-nous aller ? " Dans un monde dominé par la peur et menacé par les guerres de religion, Marek Halter tente inlassablement de restaurer le dialogue entre juifs, musulmans et chrétiens. D'une voix puissante, il lance avec ce texte un nouvel appel à la réconciliation et à la paix.

  • Lors d'une récente visite en Slovaquie, Emmanuel Macron a qualifié les dirigeants polonais « d'esprits fous qui mentent à leur peuple ». Il avait déjà affirmé auparavant que « Varsovie se mettait en marge de l'Europe sur de nombreux sujets ». Selon le président Macron, la France est donc bien placée pour faire la leçon à la Pologne, voire à l'Europe entière. Mais si l'on entre dans le détail et que l'on se penche sur les données réelles, cette prétention est-elle bien légitime ?Les chiffres de l'emploi, du logement, de l'immigration ou de l'insécurité, le niveau de la fiscalité ou la qualité de l'enseignement montrent plutôt une France à la traîne, dépassée par la plupart de ses voisins et très souvent par la Pologne.Correspondant permanent en France depuis vingt ans pour le compte de la plus importante radio polonaise, Marek Gladysz balaie avec précision les clichés sur son propre pays et fait le portrait, par contraste, d'une France en passe de devenir vraiment le maillon faible de l'Europe.

  • Les publics des musées sont silencieux. Il reste très difficile de pouvoir rendre compte de leurs perceptions, de leurs aspirations, de leurs expériences. C'est cependant au nom du public que s'opère la transformation rapide des musées en établissements cherchant à optimiser les relations avec leur clientèle. Les musées souhaitent souvent rompre avec leur dimension institutionnelle au nom d'une pression qui serait exercée par ce public...

  • La victoire de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles de 2007 était-elle aussi prévisible que sa candidature ? Quelles sont les raisons de l'émergence de Ségolène Royal comme candidate socialiste, puis de sa défaite ? Pourquoi une communication fondée sur l'idée "classique" de représentation des citoyens par celui qu'ils élisent a-t-elle pu l'emporter face à une communication politique plus "moderne" fondée sur l'idée de participation ?

empty