Marie Balmary

  • Contestant à la science (Darwin, Freud...) la capacité de parler d'autre chose que des objets du monde, Marie Balmary part à la recherche des origines de l'être parlant. Cette nouvelle visite, de la langue de nos mythes fondateurs à nos deux genèses (celle de l'humanité et celle du fils de l'Homme) conduit l'auteur à lire dans le texte biblique lui-même la révélation du sujet commun créé, s'éveillant à lui-même par la reconnaissance de l'autre dans le lieu qu'offre à leur alliance la loi symbolique. La pratique de la cure par la parole aura alors d'autres fondations que la théorie scientifique.

  • Lorsqu'un moine et une psychanalyste - juive et agnostique - s'interrogent ensemble non pas tant sur ce qui guérit que sur ce qui pourrait " sauver ", que peut-il naître de cette rencontre ? Une parole libre, dans laquelle le verbe " croire " se passe de complément, et qui exprime une autre idée du désir, pour la psychanalyse comme pour la religion. Parole tendue, confrontation parfois, au sujet de l'Eglise et de ce Dieu demandeur de sacrifices que la psychanalyste compare à un Ogre mangeur d'âmes. Parole heureuse, qui conduira les deux interlocuteurs vers des rendez-vous avec Abraham, le psalmiste et Jésus, mais aussi avec Mozart, Rimbaud mourant près de sa soeur ou Montaigne au chevet de la Boétie.
    />
    Marie Balmary choisit ici pour la première fois la voie de la parabole, s'inspirant, entre autres, du dialogue réel qu'elle eut avec le moine Marc- François, frère de Jacques Lacan. Avec ce récit atypique et passionnant, elle nous introduit dans un monde de relations libératrices, autre nom du " ciel ".

    Prix 2006 "Humanisme chrétien" de l'Académie d'éducation et d'études sociales (association franco-suisse).

  • Cent ans d'expérience de la psychanalyse nous invitent à ne pas rester pris dans l'étroite "dictature de la raison" freudienne. Si spiritualité et psychanalyse semblent d'abord incompatibles, Marie Balmary démontre, en creusant quelques questions fondamentales, que la pratique clinique liée à un nouvel accès aux textes spirituels conduit à penser la vie spirituelle comme le luxe salvateur de l'humanité face à ses souffrances. Car si la psychanalyse est un luxe, Dieu aussi.

  • L'homme aux statues

    Marie Balmary

    • Grasset
    • 9 Avril 1997

    Marie Balmary applique à Freud lui-même la démarche qu'il suivait avec ses patients. Sa méthode, des Grecs à la Bible, de la vie de Freud à ses écrits, est fidèlement freudienne. Elle nous convie à une reconsidération de tout l'édifice psychanalytique.

  • Pourquoi le dieu de la Genèse refuse-t-il l'offrande de Caïn alors que celle d'Abel est agréée ? Cette énigme est le point de départ de la recherche menée par Marie Balmary dans ce livre. Un travail d'élucidation conduit comme une enquête qui, en plus d'être passionnant, renverse un certain nombre d'idées reçues. Par exemple, que le "péché originel" invoqué comme justification de nos souffrances ne figure pas dans le texte de la Genèse et que le mot "faute" désigne ce qui menace l'homme et non ce qu'il commet...S'opère ainsi un véritable changement de perspective. Plutôt qu'un paradis perdu, l'Eden n'est-il pas le lieu de l'épreuve première, d'abord trop difficile, par laquelle les créatures humaines accèdent à la parole, la filiation, la fraternité ?Marie Balmary est psychanalyste. Elle est l'auteur de trois essais capitaux : L'Homme aux statues (Grasset, 1979), Le Sacrifice interdit (Grasset, 1986), La Divine origine (Grasset, 1993).

  • VÊTEMENT

    Marie BALMARY

    OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • Le sacrifice interdit

    Marie Balmary

    • Grasset
    • 3 Septembre 1986

    Depuis longtemps, Marie Balmary lit l'oeuvre de Freud et la Bible en même temps. Indifférente aux diverses traditions intellectuelles qui ont décrété l'hétérogénéité radicale de ces deux univers, elle s'efforce d'explorer les profondes analogies des récits fondateurs qui renvoient à l'expérience de l'inconscient et à celle de la Révélation. Certes, Freud s'était passé de Dieu pour dire l'homme, et la religion, souvent, se plaît à faire l'économie de l'humain pour révéler Dieu. Mais ne fallait-il pas tenter l'aventure d'une réflexion double et susceptible de saisir ce qui, dans le Testament dévoilé par Freud, l'inconscient, comme dans ceux des Ecritures, peut parler d'une même voix ? Tel est l'objet de ce livre...

    On y trouvera donc Adam et Eve, l'épisode de Babel, l'histoire d'Abraham dans ses étapes les plus décisives, de son départ à la guérison de Sarah et l'élévation d'Isaac...et, en résonance, des passages évangéliques ; tous écoutés à partir de leur langue, comme un psychanalyste écoute un rêve. Il ne s'agit pas ici de traduire Freud dans le langage de ce qu'il tenait lui-même pour une "illusion". Il a semblé plus urgent de bâtir une exégèse ouverte et multiple - ce dont cet essai s'acquitte avec une rigueur et une pertinence très singulières.

  • C'est un fait : le Jugement dernier n'est plus à la mode, et personne n'ira regretter le terrorisme sacré de jadis, sur lequel les Églises ont longtemps assis leur pouvoir clérical. Mais après des siècles de culpabilisation morbide et de peur de l'Enfer, faut-il pour autant rejeter l'idée d'une rétribution des actes de chacun ? Si Dieu Juge d'antan est bien mort, en avons-nous vraiment fini avec la question du Mal et de la responsabilité ? Tout dans notre société sécularisée, jusque dans nos mythes modernes et nos séries policières, nous montre qu'en réalité, cette question continue de nous obséder. La psychanalyste Marie Balmary et le théologien Daniel Marguerat reprennent ici cette question à la racine : celle des textes bibliques qui demeurent terriblement sévères en apparence - même ceux de l'Évangile. Or, à travers leur lecture en dialogue, une toute autre interprétation se fait jour, qui nous appelle à une vision de l'homme et de son avenir libérée de la peur L'audace de ce livre à quatre mains nous fait découvrir une dimension insoupçonnée des Écritures.

  • Pour beaucoup de gens aujourd'hui la Bible est un livre illisible, inaudible, qui ne leur parle plus, qui ne révèle plus rien. C'est qu'avant d'avoir accès au Texte, il y a une lutte à mener avec lui dans une lecture active, pour le mettre en question, en doute. Et ce travail d'interprétation ne peut se faire seul. Ouvrir le Livre est un carnet de route et de rencontres. Le récit d'une lectrice, Sophie Legastellois, « ignorante et incroyante », d'une curiosité qui ne renonce pas, avec une interlocutrice choisie, Marie Balmary, psychanalyste et chercheuse de Bible. Ensemble, s'appuyant sur les langues originelles de la Bible juive et des évangiles, elles cheminent jusqu'à ce basculement où le dieu auquel il vaut mieux ne pas croire disparaît. Alors seulement, le Livre peut s'ouvrir... et se transmettre. Car si nous ne transmettons rien à nos enfants, s'ils n'ont pas la moindre idée des fondations millénaires du monothéisme, où trouveront-ils les appuis historiques, les outils symboliques pour démasquer les idoles, se libérer ensemble, avec Abraham, des religions du sacrifice ?

empty