Marie Laurent

  • Québec, 1820, À son premier bal chez le gouverneur, Selma Calvert est tombée éperdument amoureuse de Ragnar Norvandsen, l'héritier de riches marchands de bois.
    Pour ce propre à rien séduisant et volage, elle rompt ses fiançailles et se met au ban de la société. Poussé par les siens qui veulent le voir casé, Ragnar l'épouse sans grande conviction.
    Selma va non seulement devoir se faire une place au sein de la famille Norvandsen, mais aussi dompter sa redoutable belle-mère, Caroline.

  • Journaliste de seconde zone au physique peu attrayant, Éléonore Merteuil est brusquement abandonnée par son compagnon Fabrice. Alors qu'elle se sent au plus mal, une visite au musée de sa ville la pousse à une véritable métamorphose. Devenue beaucoup plus séduisante, elle voit sa vie basculer du jour au lendemain. Tout semble alors lui réussir, mais elle a un point faible : sa passion pour son rédacteur en chef, Adrien Valmont, un homme aussi charmant que volage. Une partie cruelle s'engage. D'autres en feront les frais, dont Sabrina Volanges, la nouvelle fiancée de Fabrice. Aux jeux de l'amour et de la manipulation, Éléonore raflera-t-elle la mise ou perdra-t-elle tout ?

  • Londres, 1896. Le jeune Walter est arraché à une vie paisible à la campagne pour se retrouver au sein d'une riche famille dont il ignore tout. Il se sent d'emblée rejeté, à commencer par son grand-père, Murray Davis, personnage autoritaire, menant les siens d'une main de fer, en particulier ses fils. Seules alliées dans la maison : sa tante Alice et ses cousines, Véra et Heather. Mais celle qui le captive est la superbe Rosalind, l'épouse de son oncle. Au fil des années, la fascination se transforme en un sentiment plus tendre que Walter n'ose pas croire partagé. Et pourtant, tandis que le monde autour d'eux évolue et que les femmes s'émancipent, tous deux vont affronter ensemble une société où la morale victorienne règne encore.

  • Djamila Boualem, issue d'un quartier sensible des Mureaux, se rêve en avocate. En ce mois de juin, elle vient non sans mal de décrocher le stage clôturant la première année de Droit. Son euphorie est pourtant de courte durée. En effet, durant un mois, elle doit supporter le comportement humiliant de son patron qui ne cesse de la traîter en quantité négligeable. Dans ces conditions, il est particulièrement difficile de garder moral et confiance en soi. Mais la jeune femme ne se laisse pas décourager, d'autant qu'elle ne va pas tarder à découvrir l'autre facette de cet homme d'un abord si désagréable.

  • Mets-moi en émoi
    Marie Laurent
    Roman érotique de 301 500 caractères, 51 500 mots. la version papier fait 210 pages.
    - Je t'ai vu reluquer le môme. À ton avis, il en est ou pas ?
    - Tu sais, à cet âge, ils en sont tous plus ou moins. Vu la montée des hormones, il suffit de les pousser de l'un ou de l'autre côté, observa son ami avec un certain cynisme.
    - Tu n'as tout de même pas l'intention de... ?
    - Si, pourquoi pas ? Il s'ennuie à crever dans ce trou. Un peu de distraction ne lui ferait pas de mal. Toi, tu es jaloux, ajouta-t-il devant la mine renfrognée de son ami. Si tu veux le baiser, je te le laisse.
    Archie haussa les épaules.
    - Je les aime plus baraqués. Non, sérieux, ce gamin risque de tomber de haut.
    - Ça lui fera des souvenirs pour les dimanches de pluie. Je ne te croyais pas si moraliste.
    Retrouvez tous nos titres sur http://www.textesgais.fr/
    Rejoignez-nous sur Facebook : Éditions Textes Gais

  • Saint-Pétersbourg, novembre 1825
    La princesse Irina Apraxine, jeune fille gâtée et prétentieuse, se prend de passion pour le tsar Alexandre Ier qui l'éconduit. Mais l'entêtée s'accroche et le suit jusqu'à Taganrog, en Russie méridionale où il meurt inopinément. Une disparition à laquelle Irina refuse de croire. En compagnie d'Anatole, un soldat de la garde d'Alexandre tombé sous son charme, elle se lance sur les traces d'un vagabond qui pourrait être le tsar. Irina retrouvera-t-elle l'être idéal dont elle rêve ou optera-t-elle pour un amour plus réel, mais tout aussi exaltant ?

  • Dès la Libération, le PCF a décrété, après Lénine, que l'art cinématographique était le plus important des arts. La critique communiste a évalué la production nationale, du "cinéma de qualité" au "cinéma d'auteur" en passant par la Nouvelle Vague et la caméra idéologique de Mai 68. Cette étude détaillée analyse l'évolution et les soubresauts des politiques cinématographiques et des discours critiques du PCF à travers une lecture détaillée de sa presse et de ses archives. Le cinéma est à nous offre ainsi une mise en perspective historique inédite des positions des communistes sur le cinéma français.






  • Londres, 1816,
    À la suite de hasards malencontreux, Grace et Rebecca Stanton, deux soeurs sans fortune, se retrouvent fiancées aux frères Belmont qu'elles n'aiment pas : la première au marquis en titre, personnage peu attractif, féru de malacologie, et la seconde au cadet, Dale, un être séduisant et léger. Mais le séjour à Dorchester Manor où doit se dérouler le double mariage va réserver bien des surprises aux membres des deux familles, du marquis aux deux plus jeunes soeurs Stanton.

  • Paris, janvier 1820,
    Louise de Granville a eu un seul amour dans sa vie : son époux, Philippe, mystérieusement disparu lors de la chute de l'Empire. Des années plus tard, tandis que la veuve est en pleine promenade nocturne, sa route croise celle de Bernard Vessons, un soldat en demi-solde défiguré à Waterloo. Sa ressemblance avec Philippe trouble la jeune femme. Tout semble séparer ces deux êtres, d'autant que Bernard est engagé dans un complot visant à restaurer Napoléon. Mais le destin n'a pas dit son dernier mot.

  • 1807 : Napoleon règne en maître sur l'Europe et impose à l'Angleterre un dur blocus. Arabelle, jeune Anglo-francaise, traverse la Manche pour espionner l'entourage de l'empereur. Des fastes de la Cour aux bas-fonds de la capitale, de l'enchantement de la Malmaison aux sinistres prisons de Fouche, l'héroïne côtoie les personnages les plus illustres. Elle croise aussi la route d'un séduisant inconnu. Devra-t-elle choisir entre son amour et son devoir ?

  • Québec, janvier 1798, Rien ne prédisposait Caroline Bedford et Nils Norvandsen à se lier ; elle, l'Américaine de Boston au passé douloureux ; lui, le fils gâté d'un émigré norvégien ayant fait fortune dans le bois. Mais tous deux fuient quelque chose : Caroline une existence impécunieuse et Nils un amour interdit. Ensemble, ils vont braver les conventions et le redoutable Erik Norvandsen, le père de Nils qui rêvait d'un autre parti pour son héritier.

  • 1683, Onze ans plus tôt, Marie Mancini, la fiancée évincée de Louis XIV, a quitté Rome et l'époux choisi par son oncle, pour mener une existence hasardeuse. Elle entraînait dans sa fuite sa fille de six ans. Le Connétable et prince Colonna réclame à présent que Lorenza revienne auprès de lui. Il désire conclure au plus vite une union entre sa fille et le fils d'un ami, le prince Salvo Borghèse. De Rome à Versailles, la jeune femme va tenter de trouver refuge à Versailles, auprès de Philippe d'Orléans, de son épouse la Princesse Palatine et du grand Roi Soleil. Entre poisons, complots et passion, Lorenza va tout faire pour pouvoir vivre sa vie et découvrir l'amour.
    Découvrez la série LES TRIBULATIONS D'UNE PRINCESSE, co-écrite par 8 auteures de la Maison Gloriana. 8 histoires indépendantes à savourer pour cette rentrée.

  • Prenez trois soeurs passablement dévergondées, la jolie Charity, la plantureuse Faith et la malingre Prue. Ajoutez un pasteur un tantinet obsédé, le révérend Hogarth, et son neveu Jeremy, un séminariste travaillé par ses hormones. Placez le tout dans une pension de famille du Yorkshire au temps de la reine Victoria, mélangez et observez le résultat : beaucoup de jupons retournés.

  • Théo, le nouveau maître de chai du domaine Robin, est entouré de femmes entreprenantes. La situation lui semble enviable, jusqu'au moment où elle devient ingérable... Avec l'approche des vendanges et l'arrivée des saisonniers, la tenson monte d'un cran.


    « Je ne te mérite pas, ai-je envie de lui dire ; j'ai baisé ta petite soeur dans les vignes, je rêve de passer la plus grande à la casserole et ce soir, j'ai la ferme intention d'escalader ta femme de ménage. »




    Marie Laurent, auteure dans divers genres littéraires, fait une entrée remarquable dans la littérature érotique avec un roman haletant, plein de péripéties, à la fin inattendue.



    Collection e-ros & ceteri : où l'érotisme prend des chemins de traverse. Saveur des mots crus et sexualité plurielle.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.




    Roman numérique, 216 pages, couverture en couleurs illustrée par Denis.

  • Le 27 octobre 2015, Magali Laurent attend impatiemment le retour de sa petite fille de trois ans, partie en vacances avec son père en Tunisie. Soudain, un coup de fil fait basculer son monde  : Magali apprend que son ex-mari est en réalité en Turquie, et qu'il compte aller en Syrie pour rejoindre Daech. Affolée, effarée, elle comprend qu'il la manipulait depuis des mois, préparant secrètement son départ pour le djihad, jusqu'à enlever leur fille.  
    La vie de Magali bascule dans un univers qui ressemblerait au Bureau des légendes s'il n'était pas d'une tragique réalité. Terrorisme, combattants étrangers en Syrie, communications cryptées et législation complexe... Elle est immergée dans le quotidien des services antiterroristes, bien que se trouvant vouée à l'attente dans l'espoir d'un signe de Lila.
    Et pourtant, l'histoire avait commencé de façon si banale... Un coup de foudre amoureux près de Tunis, sept ans de relation, le mariage, puis la naissance de Lila. Même si Magali et son mari finissent par se séparer, il se révèle un père aimant auquel elle confie souvent sa fille... Sauf que, pendant ce temps, il lui dissimule sa plongée dans l'islam radical.
    «  J'ai mis au monde un enfant pour lui faire vivre l'enfer  », dit aujourd'hui Magali Laurent, qui ignore où est sa fille. Mais après avoir traversé l'enfer, elle a décidé de vivre malgré tout. Aujourd'hui maman d'une deuxième petite fille, elle continue à espérer, à se battre. C'est aussi pour cela qu'elle a décidé de se livrer.
    Pour laisser une trace à Lila, dans l'espoir qu'elle soit vivante, et qu'elle puisse un jour lire cette histoire, son histoire. Et pour laisser une trace de Lila, sa fille qu'elle a parfois revue via des communications vidéo sur Skype, sa petite fille déjà voilée, en Syrie, qui implorait sa mère de venir la rejoindre... Avant que les contacts soient définitivement rompus en 2017.
      D'une dignité, d'une force et d'une honnêteté remarquables, Magali Laurent ne cache rien. De ses doutes et de ses souffrances, mais aussi de la culpabilité et des interrogations qui la rongent. Par-delà le drame effrayant qui est le sien, elle délivre un exceptionnel message d'humanité. Puisse Lila le découvrir un jour.

  • Un voyage en Alzheimer.Florent a perdu sa femme beaucoup trop jeune.Il a tenté d'élever seul sa trop petite Lilie, maladroitement ou certainement pas assez. Et Florent et sa fille se sont perdus à leur tour. Elle l'a laissé encore plus seul pendant 20 ans. Aujourd'hui, à 70 ans, il n'a qu'un souhait, il veut la retrouver avant de mourir ; sa Lilie qui vient maintenant le voir presque tous les jours, mais qu'il ne reconnaît plus.La maladie lui vole la mémoire pour le laisser toujours plus seul. Alors il cherche sans relâche, en vrac, dans les bribes de trop vieux souvenirs... Florent n'abandonnera plus ; un voyage en Alzheimer.

  • Je m'habille laid. Je me coiffe laid. Je suis laide. Mais moi ça me dérange pas, c'est les autres qui trouvent ça dur.

    J'en veux à personne, c'est un mélange de hasard pis de désintérêt, je dirais. Je suis tellement laide qu'y en a qui pensent que je revendique quelque chose.

    À travers des chroniques oscillant entre l'humour, la colère et la poésie, un petit groupe réuni à la mémoire d'une femme disparue s'attaque aux manifestations visibles et invisibles des violences ordinaires. Dans un déferlement de scènes agissant à la manière d'un exutoire, Guérilla de l'ordinaire se tient sur le lieu de la fracture militante, là où la fatigue devient résistance politique.

  • Le Baron noir, c'est son surnom depuis 1988. Parce que Julien Dray est un virtuose de l'échiquier politique, parfois clandestin, souvent aux premières loges des grandes péripéties de la gauche et de la droite contemporaines. Indispensable à Mitterrand pour se faire réélire. Indispensable à Hollande pour triompher. Indispensable à Macron quand il décide de se mettre en marche. Entremetteur pour Chirac et Sarkozy.
    Entre machinations et trahisons, entre combinaisons et combines de génie, affaires horlogères et manip en tout genre, immersion dans les coulisses des rocambolesques aventures de Julien Dray. Enquête, témoignages exclusifs et révélations sur quarante ans d'histoire secrète de vie politique française.
    Marie Bordet, journaliste au Point, et Laurent Telo, journaliste à M le Magazine du  Monde, ont rencontré Julien Dray et ceux qui l'ont côtoyé.

  • Cet ouvrage clair et accessible constitue une excellente introduction historique, doctrinale et spirituelle à la forme extraordinaire du rit romain souvent appelée messe de Saint-Pie V. Missa Est s'inscrit dans la droite ligne des préoccupations liturgiques de Benoît XVI : une plus grande connaissance du patrimoine liturgique de l'Église latine aide à mieux comprendre les évolutions formelles de la liturgie et à les inscrire dans la continuité. L'auteur propose une découverte des richesses théologiques et spirituelles du missel romain célébré en Occident pendant plusieurs siècles et proposé depuis 2007 par le pape Benoît XVI comme l'une des formes possibles du rit romain. En suivant le déroulement de la messe, Missa Est offre un commentaire précis et accessible à tous, pour entrer pleinement dans la beauté du mystère eucharistique. Il s'adresse aussi bien aux catholiques familiers de la « messe en latin » qu'à ceux qui désirent mieux connaître la source de la liturgie ordinairement célébrée dans les paroisses.Le père Laurent-Marie Pocquet du Haut-Jussé est né en 1968. Membre de la communauté des Serviteurs de Jésus et de Marie (abbaye d'Ourscamp, Oise), il est prêtre depuis 1998. Docteur en théologie, licencié en droit canonique, il enseigne la théologie et le droit dans divers instituts de formation. Il est aussi aumônier militaire et juge à l'Officialité de Paris. Il poursuit des recherches en théologie fondamentale et en histoire religieuse contemporaine.

  • Les femmes et les hommes d'aujourd'hui sont-ils devenus incapables d'endurer la maladie ? Ce livre s'inscrit au coeur du paradoxe actuel sur la santé, la souffrance et la guérison. Il montre l'emprise de la biomédecine qui, accomplissant la science moderne, sépare le corps de l'esprit et le mécanise. Il montre l'attrait des médecines parallèles qui, appelant la sagesse antique, valorisent le pouvoir de l'esprit sur le corps et le spiritualisent. Ce livre déconstruit la double impasse qui en ressort. Celle de la maladie comme un scandale face au progrès. Celle de la maladie comme une expérience privée de sens. À l'heure où l'Église elle-même a redonné leur place aux rituels et prières de guérison, comment dépasser cette aporie ? Que peut encore nous dire un Dieu qui a pris chair et qui souffre ? Cet essai documenté cerne l'enjeu de la médecine de demain qui sera de respecter l'autonomie du malade et la compétence du praticien. Mais il est avant tout un plaidoyer vibrant pour une existence de bout en bout authentique.

  • Le conflit psychique est l'un des organisateurs majeurs de la psyché, il se présente le plus souvent comme une opposition entre deux termes, expression manifeste d'un conflit sous-jacent plus fondamental. La diversité des situations thérapeutiques abordées dans cet ouvrage (de la cure classique à la cure de l'enfant, en passant par des situations non-névrotiques) devrait aider à enrichir ce concept fondamental dans la théorisation de la pratique psychanalytique.

  • Cet ouvrage aborde la question du nomadisme dans la triple dimension de la déconstruction des imaginaires et des savoirs francophones, de la mobilité et de la transdisciplinarité. Ces trois paradigmes situent ce projet d'écriture à la croisée des parcours épistémologiques s'inscrivant dans les domaines de la littérature, la linguistique, la sociolinguistique, la traductologie, la philosophie et l'archivistique.

empty