Marie-Michele Giguere

  • Lettres québécoises donne la couverture de son numéro de printemps à Jean Désy, une personnalité d'exception. Le poète-aventurier-médecin-professeur - et surtout profond humaniste - poursuit depuis 1986 une oeuvre protéiforme et allergique aux barrières. Il nous offre ici son autoportrait en « Amériquoise nordicité » et partage une rencontre avec Rodney Saint-Éloi. Le dossier de ce numéro nous propose quant à lui un portrait de l'UNEQ (Union des écrivaines et des écrivains québécois), qui protège et célèbre les acteurs de notre littérature depuis quarante ans. Puis, les nombreuses et habituelles recensions critiques. En roman, les nouvelles parutions de Normand Cazelais, Sophie Bienvenu, Larry Tremblay et Ying Chen; en récit, Victor Lévy-Beaulieu et un ouvrage autour de Mark Twain; en poésie, les voix puissantes de Chantal Neveu et Louise Dupré; en essai, la passion de la chronique littéraire selon Jean-François Crépeau et le Prix du Gouverneur général 2016 de Michel Morin; et finalement, en roman graphique, le tour de force S'enfuir de Guy Delisle.

  • Au sommaire de ce numéro d'automne se retrouve le poète d'origine haïtienne Rodney Saint-Éloi, fondateur de la maison d'édition Mémoire d'encrier et récemment admis à l'Académie des lettres du Québec. Les pages qui lui sont consacrées incluent notamment un autoportrait et un entretien effectué par Dany Laferrière. Lettres québécoises nous propose également un dossier sur l'ANEL (Association nationale des éditeurs de livres), regroupement toujours aussi pertinent près de 25 ans après sa fondation : des enjeux de taille, tels que la question épineuse du droit d'auteur ainsi que les défis de la littérature numérique, y sont abordés. Le numéro renferme de nombreux comptes rendus sur tous les ouvrages qui comptent, autant en roman (les nouveautés de Robert Lalonde ou de Sergio Kokis) qu'en poésie, en essai ou en bande dessinée. La rubrique « premier roman » met en exergue Les Murailles d'Érika Soucy. Complétez votre lecture par un portrait de la maison d'édition Héliotrope, qui fête ses 10 ans.

  • Pour son numéro d'automne, Lettres québécoises a de nouveau confié la réalisation des photographies de l'auteur à la une à Sandra Lachance qui a immortalisé Audrée Wilhemy. En plus d'une critique de son plus récent roman Le corps des bêtes et un riche portrait de l'auteure à qui l'on doit aussi Oss et Les sangs, Lettres québécoises propose un dossier sur le renouveau des librairies indépendantes. Chantal Guy y donne la parole à une nouvelle génération de libraires optimistes et dévoués. Retrouvez aussi au sommaire de nombreuses critiques d'ouvrages et une bande dessinée de Jeunauteur en plus de la section « Création » inaugurée le printemps dernier. Dans cette dernière, lisez une nouvelle de Chloé Savoie-Bernard, un poème de Marie-Andrée Gill et une lecture illustrée par Michel Hellman.

  • C'est à un portrait de classe de la littérature jeunesse que convie le numéro hivernal de la revue Lettres québécoises. Qu'ils ou elles l'écrivent, l'illustrent, l'éditent ou l'enseignent, les seize intervenant.e.s rencontrés dans le cadre de ce dossier spécial ont à coeur cette littérature riche et foisonnante. Prenez avec eux un pas de recul afin de mesurer l'effervescence de cette littérature de niche, trop longtemps boudée. Puis, découvrez les bonnes et moins bonnes lectures des collaboratrices et collaborateurs de la revue dans le cahier « Critique ». Plongez dans une prospective de l'année littéraire 2019 avec Jean-Philippe Martel et rendez hommage à Germaine Guèvremont, autrice de Le Survenant dans le cahier « Vie littéraire ». Enfin, un poème de Louise Dupré, une nouvelle de Samuel Archibald et La rivière sans repos de Gabrielle Roy illustrée par Mélodie Vachon Boucher closent le numéro.

  • Sur la couverture du numéro printanier de la revue Lettres québécoises pose l'autrice anglo-montréalaise Heather O'Neil (La vie rêvée des grille-pain, Hôtel Lonely Hearts, Mademoiselle Samedi soir, traduits chez Alto par Dominique Fortier). Le portrait de l'écrivaine sert de prémisse à un dossier spécial « Écrire en anglais au Québec » où il est question, entre autres, de cette communauté littéraire anglo-québécoise peu connue du lectorat francophone, de suggestions de lecture pour ceux et celles qui voudraient s'y initier, de traduction, de littérature vivante et de la librairie Drawn & Quaterly. Comme chaque saison, le numéro comporte un riche cahier critique, plusieurs chroniques sur ce qui anime la vie littéraire et un cahier « Création » où vous pourrez lire deux courts poèmes de Michel Garneau, une nouvelle (en anglais) d'Anna Levanthal et une lecture illustrée de Susceptible de Geneviève Castrée par Jordan Beaulieu.

  • La revue L'Inconvénient propose cet hiver un dossier sur un grand homme nous ayant récemment quitté, l'anthropologue, auteur et homme de radio, Serge Bouchard. En éditorial, Mathieu Bélisle se remémore l'homme, qui fut de 2004 à 2016, un collaborateur de la revue. Dans le dossier mêlant souvenirs, hommages et autre héritages, Éric Bédard, Marie-Michèle Giguère, Jean Désy, Lucie Dufresne, Jean-Philippe Pleau, Jérémie McEwen, Ariane Émond, Mark Fortier et Pascale Montpetit racontent Serge Bouchard, tel qu'ils et elles l'ont connu (et apprécié). Hors-dossier, retrouvez une réflexion de Georges Privet sur ce qui cloche avec le cinéma québécois, un essai de Sylvain David sur trois séries télé construites autour de confinements soit White Lotus, The Chair et Kevin can f**k himself et un portrait de Maria Schneider dans la rubrique Jazz par Stanley Péan.

empty