Mathieu Simard

  • Le vingtième anniversaire de l'Entente franco-québécoise de 1965 a fourni l'occasion au Centre de Coopération Universitaire d'organiser un colloque consacré, en deux phases, à un premier bilan et aux perspectives de cette coopération. Le présent volume, grâce à diverses contributions dont la spontanéité a été, dans le mesure du possible, respectée, permet de se faire une meilleure image de la coopération universitaire franco-québécoise. Le pessimisme qui ressort du rappel historique, comme de certaines interventions, subsiste car la situation reste très incertaine, mais il doit être considérablement nuancé. Les partenaires de la coopération ont su s'adapter à une conjoncture difficile, ils continuent à oeuvrer, par tous les moyens, à la poursuite et au développement d'une coopération exemplaire pour les deux pays. Puissent les conclusions de ce colloque permettre une meilleure perception des problèmes qui subsistent, et servir, peut-être, d'ébauches de solution. Plus généralement ce colloque, bien que consacré à la seule coopération franco-québécoise, pose des questions, présente des situations, envisage des voies d'avenir qui peuvent servir d'exemples pour tout autre cas de coopération universitaire internationale. Au-delà de leur but immédiat, les responsables du présent volume seraient très satisfaits si leurs réflexions pouvaient, ainsi, être plus largement utiles, fournissant une nouvelle preuve des bienfaits de la coopération universitaire.

  • Comment expliquer que les romans nous habitent, que nous leur soyons si intimement attachés, alors même, nous en avons tous fait l'expérience, que nous oublions jusqu'aux noms des personnages qui nous ont été les plus chers, incapables de reconstituer les grandes lignes d'une intrigue dont il ne reste plus que des ruines ? Nous avons lu Dominique trois fois, et il ne nous en reste qu'une qualité d'atmosphère, si impalpable qu'il est presque impossible de partager une expérience réduite à une forme d'inconsistance. C'est peut-être à ce titre surtout que le roman est un genre subversif. Non parce qu'il est immoral, parce qu'il raconte des histoires d'adultère, ou parce qu'il ose faire de bagnards en fuite des héros, mais dans l'exacte mesure où il modifie le régime mémoriel de la littérature, lorsqu'il devient, au tournant du xxe siècle, le genre « cardinal », transmettant à la littérature quelque chose de l'incertitude et de l'infidélité de ses souvenirs à lui, toujours vagues ou parcellaires, excessivement sélectifs ou déformés. C'est au genre romanesque qu'il est revenu, pendant près de deux siècles, d'entraîner nos lectures, de les capitaliser en culture, autrement dit de fonder nos consciences. Or, le roman, à la différence de la poésie et du théâtre, est un genre oublieux, où les trous de mémoire sont légion, et, plus encore, où ils sont de règle. C'est un scandale que nous ne percevons plus très bien sans doute, tellement la situation nous est familière, mais dont quelques voix isolées, parmi lesquelles celles de Judith Schlanger et d'Isabelle Daunais, ont invité à faire un objet d'exploration. Des voix d'écrivains essentiellement, tant il est vrai que la mémoire « faible et variable » ou la mémoire « vague » du roman est une question qui glisse entre les doigts, dont les outils d'analyse de la critique universitaire ne se saisissent que maladroitement.

empty