Mauricio Segura

  • Au coeur de la Petite-Bourgogne où il est né, le jeune Oscar P. remarque un phénomène étrange : chaque fois que Brad, son grand frère, se met au piano, la pluie cesse, l'été revient, le soleil refuse de se coucher. C'est donc que la musique, ou à tout le moins la musique que joue Brad, ragtimes et boogie-woogies, possède des pouvoirs magiques. Ces pouvoirs, toutefois, ne protégeront pas Brad de la peste blanche, qui l'emporte bientôt.

    Le mal atteint également le jeune Oscar, mais il survit. Durant sa convalescence, il s'empresse de prendre la place de Brad au piano. Bientôt, tout le quartier se presse sur le pas de sa porte pour l'entendre. Plus tard, dans les boîtes où il joue, quand le swing s'échappe en cascades de son piano - est-ce le fruit de son imagination ? -, les femmes paraissent plus belles et les hommes, plus élégants.

    Oscar aurait pu passer le reste de ses jours dans la grisaille de sa ville natale, au sein de sa communauté, mais voici qu'une ombre se profile à côté de la sienne, celle de Norman G., le célèbre impresario new-yorkais, qui fera résonner sa musique aux quatre coins du monde. Jusqu'à son dernier souffle, Oscar ne pourra plus jamais aller quelque part sans que cette ombre l'accompagne. Faut-il en conclure qu'Oscar a vendu son âme au diable ?

    S'inspirant de la figure du légendaire pianiste de jazz Oscar Peterson, Mauricio Segura donne ici un roman empreint de réalisme magique qui évoque l'atmosphère des cabarets montréalais des années 1950. Le roman propose une fascinante réflexion sur les liens qui unissent un artiste à la communauté dont il est issu, sur la célébrité, sur le commerce de l'art. Il est surtout un poignant hommage à un géant de la musique.

  • Viral

    Mauricio Segura

    Ce roman se déroule au cours d'une seule journée. Nous y suivons tour à tour Lola, la jeune journaliste qui tient un blogue culinaire alors qu'elle voudrait faire du reportage, Dominique, la chauffeuse d'autobus de la STM, dont la vie de banlieusarde est beaucoup moins paisible qu'elle n'en a l'air, Camilo, le jeune homme d'origine colombienne qui se passionne pour le basketball, Guillaume, un Québécois «de souche» qui s'inquiète pour l'avenir de sa culture, François, le maire d'arrondissement qui se retrouve à jongler avec une patate chaude politique, et Yasmine, la jeune Maghrébine qui s'inquiète parce que son frère a disparu.

    Qu'ont-ils en commun? Par ce chaud matin de septembre, chacun voit sa vie bouleversée par une vidéo qui fait un malheur sur la toile. Elle montre un jeune homme vêtu d'une djellaba qui entre dans un autobus bondé et qui a une vive altercation avec la chauffeuse. Cette scène, époque oblige, a été captée par les téléphones de quelques passagers, dont Lola, qui la partage sur Twitter. La vidéo devient virale, suscite des commentaires tranchés, on s'insulte à la pelletée. L'homme a-t-il fait preuve de violence envers les femmes, comme on l'entend si souvent reprocher aux musulmans? Ou n'est-ce pas plutôt la chauffeuse qui, par son attitude cassante, a encore une fois montré que les Québécois sont incapables d'accueillir les immigrants? Les chiens sont lâchés sur les réseaux sociaux et personne ne fera de quartier.

    À travers une narration qui épouse en virtuose la langue et la vision de chacun des personnages, Mauricio Segura prend un malin plaisir à croquer ses contemporains. Tout en déboulonnant les préjugés et les idées reçues, il brosse un saisissant portrait du Montréal d'aujourd'hui, de ses misères et aussi de ses espoirs.

  • Après avoir passé toute sa vie à Montréal, un homme rentre au Chili. Son père est mort. Il vient lui rendre les derniers hommages. Très vite, il se rend compte que ceux qui ont fait le choix de partir ne sont pas nécessairement les bienvenus quand ils rentrent au pays des ancêtres. Entre les enracinés et les déracinés plane un malentendu qui rend le retour impossible. Surtout dans cette famille juive qui, d'Andalousie en passant par Thessalonique, est venue enfin s'échouer dans ce finistère qu'est le sud du Chili, terre à la fois d'une folle générosité et d'une indicible cruauté. Terre ancestrale des Indiens mapuches, que domine la cime neigeuse du volcan Llaima et qui est recouverte du vert intense des eucalyptus, cet arbre venu de l'autre côté du monde qui pousse à une vitesse phénoménale et qui menace de tout engloutir. Dans ce roman bref, construit comme un polar, Mauricio Segura propose une réflexion à la fois grave et profondément émouvante sur les liens, insaisissables, indénouables, qui unissent les hommes à la terre. Le profond pessimisme qui hante son récit donne un relief remarquable au destin de ses personnages, écartelés entre plusieurs cultures, plusieurs âges et plusieurs continents.

empty