Michel Lafon

  • Un recueil de textes commentés pour découvrir ou redécouvrir la pensée chrétienne à travers l'un de ses guides.
    L e coeur, la croix et l'inscription JESUS-CARITAS, tels sont les maîtres mots de l'emblème écarlate du Petit Frère de Tamanrasset, béatifié le 13 novembre 2005.
    Chez frère Charles, le verbe aimer est conjugué sous toutes ses formes, charité vécue dans la fraternité. N'est-ce pas ce qui unifi e la vie de celui qui, d'après
    l'abbé Huvelin « fait de la religion un amour » ? Sa vie humble dans la prière auprès de ses frères musulmans, le silence qui l'entoure et le « saint travail des mains » crient l'Évangile dans la joie et la pauvreté.
    Très imprégné des textes et du mode de vie de Charles de Foucauld (1858-1916), l'auteur a choisi de prolonger, en s'impliquant personnellement, la prière et la méditation de son maître spirituel.
    Se ressourcer et apprendre pendant quinze jours en compagnie d'un maître spirituel.
    EXTRAIT
    Vouloir prier avec un saint - en existe-t-il de grands et de petits ? - nous fait pénétrer dans son univers spirituel et découvrir les sources de sa vie, car
    la vie pénètre la prière comme celle-ci inspire notre comportement.
    Je formule d'ailleurs le souhait que ce choix de textes de Charles de Foucauld et leurs commentaires puissent vous aider non seulement à prier, mais aussi (n'en déplaise au titre de la collection) à vivre et à vivre au-delà de ces quinze jours !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Prêtre diocésain, Michel Lafon est le successeur d'un des premiers disciples du Père de Foucauld, Albert Peyriguère, à El Kbab (Maroc). Il y a vécu pendant 41 ans, prolongeant son oeuvre de compréhension et d'amitié entre chrétiens et musulmans. Aujourd'hui il est retiré à Bordeaux, sa ville natale.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    La collection Prier avec, ce sont :
    o Des livres sources
    - pour passer quinze jours en compagnie d'un maître spirituel à la manière de ces temps de retraite qui ouvrent une brèche dans notre univers quotidien.
    o Des livres pratiques
    - un rappel biographique en début de volume;
    - un itinéraire balisé en introduction;
    - une entrée dans la prière répartie sur les quinze chapitres de l'ouvrage;
    - pour aller plus loin, une bibliographie expliquée.
    o Des livres accessibles
    - un ressourcement qui va à l'essentiel pour des chrétiens actifs;
    - une information donnée de l'intérieur pour un public plus large.

  • Pierre Ménard n'est pas seulement le personnage d'une fiction de Jorge Luis Borges, un érudit nîmois qui aurait accompli la gageure d'écrire à l'identique, longtemps après les avoir oubliés, quelques chapitres de Don Quichotte.
    Ce fut aussi un proche de Gide et de Valéry, qui exerça une influence considérable et, à plus d'un titre, souterraine sur l'oeuvre de nombre de ses contemporains. Il contribua même, dans le secret de réunions nocturnes au Jardin des Plantes de Montpellier, à l'invention d'un écrivain capital du vingtième siècle.
    Sur cet homme discret, presque invisible, qui fut peut-être l'auteur le plus plagié, en tout cas le plus inspirateur de son temps et qui changea, à sa façon, le cours de la littérature, nous sommes heureux de livrer enfin le dossier inédit minutieusement constitué, il y a cinquante ans, par un de ses disciples.

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • « Je n'ai pas arrêté de faire de la contemplation » déclarait le Père Peyriguère après une journée occupée à soigner des centaines de malades affluant de partout vers son petit dispensaire de la montagne marocaine. Car en eux, c'est Jésus qu'il soignait : « Je le vois, je le touche. » Ainsi, au long de trente années, s'est déroulée la vie de ce disciple du Père de Foucauld que tout le monde appelait « l'ermite d'El Kbab », partagée entre les soins aux malades, les travaux intellectuels, la prière de jour et de nuit. Quand il mourut le 26 avril 1959, les Berbères du Moyen Atlas marocain chantèrent inlassablement : Où vais-je aller, ô ma mère, Je suis comme un orphelin... Il est mort le marabout. C'est le malheur du pauvre. Nul ne pouvait mieux nous rendre présente cette vie que le Père Michel Lafon, disciple du Père Peyriguère, continuateur de son oeuvre à El Kbab, et qui, outre sa connaissance des écrits du Père, pour la plupart inédits, nous apporte le témoignage direct de celui qui a vu et entendu.

  • Borges ou la réecriture

    Michel Lafon

    La critique est depuis longtemps attentive à l'abondance des références érudites ou pseudo-érudites dans l'oeuvre de Jorge Luis Borges. Mais elle semble avoir moins remarqué que cette oeuvre fourmille également de citations cachées, dont certaines peuvent être des autocitations. C'est l'ensemble de ces pratiques qui est ici baptisé réécriture, et c'est sous l'égide de ce "possible concept" qu'est proposée une analyse de l'oeuvre borgésienne.
    Les figures fameuses d'Héraclite et de Pierre Ménard, les jeux du fictionnel et de l'autobiographique, les réseaux labyrinthiques de textes, le remodelage incessant d'une production, l'archéologie d'une écriture, la vie même de Borges - telle que la réélaborent, en étrange complicité, l'écrivain et ses biographes -, tout s'ordonne sous un tel regard.
    Ainsi, le malaise ou la fascination que provoque cette oeuvre, les miroitements énigmatiques du "borgésien" tiennent peut-être à cela : il n'est pas un geste de Borges qui ne dessine secrètement une trajectoire de réécrivain ; il n'est pas un lieu de l'écriture borgésienne qui ne soit emblématiquement une réécriture.

  •  La Conjuration de Baal a pour cadre Pompéi puis Rome.
    Sur fond de lutte acharnée entre Pompée et César pour le pouvoir suprême, elle met en scène une conjuration menée sous l'égide du dieu Baal et de la secte de ses adorateurs masqués, les « molochistes », qui lui rendent un culte sanglant. La compétition entre les deux rivaux se double d'une lutte, tout aussi âpre, entre Alix et le Grand Prêtre de Baal, qui a manifestement des comptes personnels à régler avec lui... Avec cette trentième aventure d'Alix, les auteurs renouent avec les composantes fondamentales qui ont fait le succès de la série : histoires à rebondissements, trahisons, scènes à huis-clos ou à grand spectacle... 
    Ce trentième album d'Alix est un hommage aux grands mythes et personnages de la série.

empty