Michel JEURY

  • 0300 Encore heureux qu'il y ait lechangement, sans lequel la vie ne vaudrait pas d'être vécue.
    La langue de ce roman est étrange. Ce n´est pas tout à fait la nôtre. C´est celle d´un autre univers, parallèle si l´on veut, autorisé par la théorie des cordes, et où les personnages ont la faculté de passer d´un monde à l´autre, voire peut-être de créer des mondes, la faculté de changer.
    May le mondeest peut-être le monde que la petite May mourante est en train de se créer pour y vivre (qui sait ?) à jamais. Peu de romans de science-fiction sont aussi bouleversants. Aucun n´a jamais été aussi loin dans l´originalité en s´attaquant aux règles même du langage sans jamais sombrer dans l´inintelligibilité ou l´obscurité.0300Après vingt ans d´attente,May le mondemarque le grand retour de Michel Jeury à la science-fiction, genre qu´il a révolutionné dans les années 1970 avecLe Temps incertain, sa trilogie consacrée à la chronolyse. L´histoire de May, une petite fille soignée dans un centre pour une maladie incurable, se déroule dans un univers à la langue étrange, différent mais parallèle au nôtre, autorisé par la théorie des cordes, et où les personnages ont la faculté de passer d´un monde à l´autre, voire d´en créer de toutes pièces... En s´attaquant aux règles mêmes du langage sans jamais sombrer dans l´inintelligibilité ou l´obscurité, Michel Jeury revient à la science-fiction avec un roman novateur et bouleversant.

  • - 58%

    Tout à la fois chronique de l?après-guerre et roman d?initiation,Le Jeune Amourest aussi un roman autobiographique.
    03001950, une bourgade de la Dordogne. Gil Jallas, dix-sept ans, beau garçon, l´esprit et les sens aiguisés, rêve d´entrer à l´université et de devenir un grand écrivain sous le pseudonyme rutilant de Gil Blas. Hélas, la réalité n´est pas un rêve. Sa mère, simple ouvrière, ne peut lui payer des études et, en guise d´écriture, c´est à celles de la perception qu´il va s´atteler dès qu´il a passé la première partie de son bac. Un vrai travail, un salaire et tout le futur d´un fonctionnaire. Par bonheur, la vie possède plus de ressources qu´il n´y paraît parfois. La perception se révèle un haut lieu stratégique pour l´apprentissage de la réalité nécessaire à un futur écrivain : c´est là que convergent les rumeurs du bourg, les complots, les rancoeurs et les affaires de coeur. Et les secrets, dans ces années, ils abondent. La guerre a cessé il y a peu. La résistance et les compromissions rôdent encore dans tous les esprits. C´est l´heure froide de la vengeance. L´heure aussi où les plus malins, les plus forts veulent en profiter pour asseoir leur pouvoir tandis que les autres cherchent tout simplement à survivre avec les moyens du bord. Ainsi " Monsieur l´Adjoint au maire ", Adrien Lécuyer, au passé trouble de vrai-faux résistant, patron d´entreprise, veut se construire une carrière politique. Il utilise sans scrupule les uns et les autres pour parvenir à ses fins... Ainsi la belle, la trop belle et trop légère Marie, dont l´époux, le ténébreux et dangereux Pierre, ne sait pas échapper à son destin de petit malfrat... Devant la beauté de Marie, Gil fond. Il se consume d´un amour adolescent, terrible et joyeux, qui se sait aussi éphémère qu´un printemps. Pour elle, il se veut le Prince charmant, le redresseur de torts. Il déploie tous ses talents, même ceux qu´il s´ignorait : faussaire et écrivain public de lettres vengeresses. Mais ils sont nombreux, presque tout un village, à vouloir jouer avec les mensonges et les faux semblants. Un jeu dangereux qui tournera mal...0400 Sa dulcinée vit seule, son mari l´a quittée, circonstance qui atténue le péché et laisse à Gil un bout d´espoir. Mais elle a presque trente ans. Ou un peu plus de trente ans. Il ne sait pas au juste et il n´a pas le courage de se renseigner. Elle a l´air plus jeune que certaines femmes de vingt-cinq ans. Elle est menue, vive, blonde, elle a de grands yeux bleus, presque violets. Elle serait la plus jolie d´Aquitaine et de Paris, si quelques dents gâtées n´abîmaient son sourire, oh à peine, et puis ça la rend plus humaine. Mais elle a un adorable petit nez. Le nez gâche souvent les plus fières beautés : celui de la dame que Gil aime pimente et parfait la sienne. Elle a du monde au balcon, des genoux à vous précipiter dans les tourments éternels, et elle oublie souvent de les cacher. Seigneur, si elle les ouvrait pour moi et que mon coeur éclate sur le pas de la porte... Eh bien, je mourrais dans ses bras et je ne saurais jamais si les Russes et les Américains ont foutu le feu au monde, à la fin !
    Voilà. Il était déjà amoureux à seize ans. Maintenant, il la voit plus souvent, presque tous les jours. Elle est gentille avec lui, un peu chineuse, un peu tendre aussi, mais à la façon d´une grande soeur. Pour elle, il n´est qu´un petit garçon tout juste en âge de porter des pantalons longs. Une fois, tout de même, il a chipé au vol une réflexion consolante qu´elle lançait à sa mère... Car elle est aussi la meilleure amie de Félicia Jallas, ce qui multiplie les occasions de la rencontrer, mais aggrave l´embarras de Gil et aiguise son supplice. Elle l´appelle " ma doucette ", un nom de salade. Gil est très gêné. Elle a dit : " Oh, ma doucette, je ne sais pas si tu as remarqué, ton fiston commence à devenir beau gars. Ça ne nous rajeunit pas ! "  La vie est compliquée, il faudrait lire mille romans pour s´y retrouver. Et encore, les romans... La réalité est peut-être pire, va savoir. Il est heureux de rester à Saint-Veillant. Il ne perdra pas de vue les

  • 2039. La Chronolyse - un voyage subjectif dans le temps au moyen d´une drogue - est devenue la donnée fondamentale de l´existence humaine. Projeté dans son propre passé, dans sa propre conscience, à l´exclusion de tout déplacement physique, le " voyageur " peut intervenir dans ce passé. Il peut alors transformer l´avenir. Deux avenirs qui correspondent à deux sociétés différentes se disputent le destin de l´humanité : l´un est dominé par des multinationales hégémoniques, l´autre, plus ouvert, plus libéral, plus humain, est conduit par des machines intelligentes, ce qu´on appelle aujourd´hui des Intelligences Artificielles. Deux hypersystèmes économiques en voie de fusion qui sont sur le point de tout contrôler. Parallèlement, la dimension virtuelle qu´on appelle le " spectacle " a envahi toute la vie... Yan Nak, le héros du roman, est l´un des concepteurs qui travaille pourFêtes et territoires, une sorte de club de vacances à l´échelle planétaire dans lequel la réalité et l´illusion se confondent. Perdu dans ses propres créations, Nak, comme toute la population du globe, souffre du syndrome psychologique " soleil chaud poisson des profondeurs " : il oscille entre l´euphorie (soleil chaud) et la dépression (poisson des profondeurs). Tableau assez apocalyptique de notre avenir,Soleil chaud poisson des profondeurs(1976) fait partie du cycle de la Chronolyse, qui a fait connaître Michel Jeury et a durablement bouleversé le paysage de la science-fiction française. Une nouvelle édition des deux autres volets du cycle,Le Temps incertainetLes Singes du temps,est également prévue pour 2009-2010.

  • 2060. La chronolyse est devenue la donnée fondamentale de l´existence. C´est une façon d´explorer le temps, de le dissoudre, de se projeter dans le passé, propulsé par une drogue dans l´esprit de quelqu´un d´autre. L´invention a donné naissance au " temps incertain ", un univers condensé, proche du rêve, un reflet de notre univers où toutes les lois spatiales et temporelles sont transgressées. Harry Krupp Hitler Ier, empereur de la première féodalité industrielle européenne, y lance ses troupes vers la terre heureuse et écologique de 2060. Comment lui résister, sinon en envoyant dans le temps incertain des " psychronautes ", voyageurs volontaires, qui vont essayer de corriger cette monstrueuse aberration ? Le docteur Robert Holzach va ainsi endosser l´identité de Daniel Diersant, au xxe siècle. Il vivra avec terreur l´enchaînement chaotique d´événements qui se répètent interminablement. Face à une réalité qui se dédouble et se contredit, Diersant risque de perdre la raison. Et notre avenir...Se rattachant ouvertement au courant anglo-saxon incarné par Philip K. Dick ainsi qu´au " nouveau roman " français, Michel Jeury parvient à unir deux réflexions : l´une sur l´écrasement des individus par les structures sociales modernes, l´autre sur la réalité de la réalité, ses déformations et sa relativité. Il offre ainsi le récit de mondes hallucinés et du " temps incertain ", qui voient s´affronter un " presque aujourd´hui " et un " futur hypothétique "Le Temps incertainest suivi parLes Singes du tempsetSoleil chaud poisson des profondeurs, réédité en 2008.

  • " Pour la dixième fois en un quart d'heure, Marie bondit sur ses pieds chaussés de bottines à talons. Elle s'est habillée pour sortir et montrer un peu la ville à sa visiteuse. Elle préfère bavarder ou discuter en marchant, elle joue de son ombrelle et de son éventail, ce qui l'aide à réfléchir et lui donne une contenance. Toujours les nerfs qui sautent et se nouent pour un rien, la veuve Jardin ! " Mais qui a tué le contremaître Louis Chanal ? La manufacture de soie du domaine de Maleval est en émoi. C'est Marie Jardin, la très jolie veuve du notaire de Saint-Génis, qui va mener l'enquête à sa façon. Dépêchée par Henry, aîné du clan Fayan et héritier de la soierie, pour dénouer l'affaire, Marie se retrouve plongée au coeur des secrets de cette grande famille. La jeune veuve devra surmonter ses émotions débordantes et son attirance pour le riche propriétaire. Sûr de son argent et de son charme, Henry Fayan espère la voir vite se pâmer dans ses bras. Un temps, Marie joue le jeu. Dans tout le pays, ne l'appelle-t-on pas la " Sans-Corset " ? Mais avant tout, Marie est un esprit libre. Et elle est bien plus forte que ne le croit Henry.

  • « Une flèche s´alluma. La lumière bleue clignota, désignant un escalier métallique étroit, qui s´élevait en spirale dans un cylindre faiblement éclairé. Les candidats au jugement s´y engagèrent les uns après les autres, calmement. Les marches étaient hautes, un peu glissantes, mais la pesanteur réduite rendait l´ascension assez facile. » Au départ de cette aventure, il n´y a qu´une seule envie, celle pour Serge de ne pas voir son fils mourir.

  • Quand Mark Jervann d'Angun ressuscite, dix mille ans après sa première mort, on prétend l'obliger à changer de nom. Et parce q'il refuse, il va lui falloir retourner dans l'univers-ombre, dans l'oubli. Quand il renaît une nouvelle fois, vingt mille ans plus tard, sur une planète marine, le monde a bien changé. Les planètes du système solaire ont disparu. Broyées, elles ont servi à construire la Sphère de Govan qui entoure le soleil de ses milliers de mondes artificiels. Et la science s'est mise à ressembler à la magie. Mark d'Angun se réveille en plein conflit. Entre les Ingénieurs qui ont construit la Sphère et les Seigneurs qui la possèdent. Mais la Sphère elle-même, forte de ses cerveaux artificiels, est en train de s'éveiller à la conscience... Michel Jeury, l'un des plus prestigieux écrivains français de science-fiction, a créé ici un univers comparable par son envergure à ceux de Frank Herbert et de Cordwainer Smith.

  • Le monde est devenu espace de jeux. Jeu de hasard où l'on risque ses points, son statut social.
    Jeu de rôles où l'on incarne le personnage que l'on aurait aimé être... si on a les moyens de se l'offrir. Jeu d'adresse et de force devenu jeu du cirque, comme l'Ombrelle ou le Jeu Troyen.
    Bruno Mansa est entraîneur de Jeu Troyen. Un entraîneur célèbre que se disputent Fêtes et Territoires, la multinationale du loisir qui arbitre les jeux de rôles, et le Jeu du Monde, l'organisation qui administre le hasard. A moins que les Iles de l'espace ne s'assurent de sa compétence : elles lui ont envoyé la belle Angella pour l'aider à se décider.
    Mais Mansa, comme on pouvait s'y attendre, perd tout lors d'une remise en jeu. Ses points, sa situation.
    Avec 287 points, on ne va pas très loin. On n'a même plus la possibilité de jouer. Coup du sort ou manipulation ?
    II faut remonter la pente. Aller voir dans les coulisses à quel jeu l'on joue. Devenir un figurant de jeux de rôles, un Mohican, c'est-à-dire le dernier des derniers. Et peut-être tricher.
    Dans un monde de simulations, où commence le réel ?

  • Michel Jeury nous donne une vision de l'avenir terrifiant que nous sommes en train de créer.
    2125 : GE III, Grand Etat postnucléaire, règne sur le monde. Mais il existe autour des Pyrénées un territoire sauvage, le Timindia, dévasté autrefois par une effroyable répression.
    C'est au Timindia que le procurateur Jonas Claude va rejoindre Dona, la jeune lionne de velours en fuite, et que Jael Denak, chef de la conspiration des Trois-noms, essaie de franchir la barrière de démence. Mais l'observateur Das Rodal est peut-être devenu fou en découvrant le secret des Timindiens.
    Jonas Claude se dresse contre le Grand Etat pour sauver le territoire humain. Et ses ennemis sont puissants...
    Dona suivra-t-elle le procurateur jusqu'au bout de son destin ?
    Après Le temps incertain, Les singes du temps et Soleil chaud, poisson des profondeurs, Michel Jeury nous donne une quatrième vision de l'avenir terrifiant que nous sommes en train de créer. Le territoire humain est son roman le plus personnel et le plus achevé.

  • Attention : lire ce livre est une expérience qui fait chavirer la raison.Une oeuvre majeure de la science-fiction française.
    "Un gros nuage sombre effaça la lune. Le géant parut alors se détacher sur l'écharpe brumeuse de la voie lactée. Il était presque immobile maintenant, et il nous regardait. L'impression de regard semblait absente quand il était bas, ou peut-être tant qu'il bougeait. Elle devint nette quand la lune fut cachée." En ce début du XXIe siècle, les témoignages sur des phénomènes mystérieux se multiplient. Yeux géants dans le ciel, résurrections, transformations d'humains en animaux, manifestations incongrues d'êtres étranges surgis du néant. Peut-on y croire ou faut-il en douter comme ces associations de consommateurs qui envoient sur les lieux de ces prodiges des dénieurs patentés chargés de trouver des explications rationnelles ?
    Mais si l'on a été, comme Vincent, comme Emma, un témoin, que faut-il en penser ? Que des extra-terrestres s'apprêtent à débarquer comme le prédisent des prophètes ? Ou bien que la raison humaine est battue en brèche par la dissolution des cadres anciens de notre univers traversé par quelque chose que les mots de notre langage ne permettront jamais de saisir ?

  • Alexandrine Jourdan s'est juré de posséder un jour sa propre filature. Passionnée par les vers à soie, fille de muletier dans les Cévennes du XIXe siècle, elle rejoint à quatorze ans la plus grosse fabrique du pays, celle des Favière. La vie y est dure et le contremaître, Charles Rabanel, y fait régner un climat de violence insupportable. Distinguée par les " messieurs " pour sa parfaite connaissance des textes protestants, la jeune huguenote se voit confier l'éducation religieuse des enfants de François-David Favière. Elle se rapproche alors de Mme Adrienne, la mère de Rabanel, qui finit par la convaincre d'épouser son fils. Fou d'amour pour Alexandrine, Rabanel se soumet à sa volonté. Mais sa violence reprend peu à peu le dessus et un drame terrible finit par se produire...

  • Dans les caves du manoir de Mauval coule une source mystérieuse qui émet un souffle irrégulier, l'expir. Une sorte de halètement monte du tréfonds de la bâtisse, traverse les étages, fait vaciller la lumière des lampes. La maison respire, elle vit. Mauval recèle une autre merveille, un trésor dissimulé par un ancien révolutionnaire devenu bandit de grand chemin. De la Révolution à nos jours, ce tas d'or maudit marquera la lignée des occupants du domaine. De génération en génération, le magot sera tantôt maléfique, tantôt consacré à des causes patriotiques. Par l'eau et par le feu, la destinée de Mauval s'accomplira, par une dramatique journée de juin 1944 où la légende rejoint l'Histoire. Avec ce roman puissant, Michel Jeury enrichit le légendaire du terroir limousin d'une ténébreuse histoire, où les passions, les peurs et les haines animent une étonnante galerie de personnages rudes et tendres, fantasques et attachants. Nous n'oublierons pas de sitôt les quatre femmes qui sont la vie et la chair de ce domaine inquiétant - de Marie-Corrèze, la servante au grand coeur, à Faustine, de Mélie à Angéline la pure. L'âme de Mauval n'a pas fini de nous hanter.

  • Pour écrire ses deux romans, L'Année du certif et Les Grandes Filles, Michel Jeury s'est plongé avec délice dans les vieux manuels de l'enseignement primaire. Aujourd'hui, il offre à ses lecteurs un florilège des passages les plus drôles, les plus étonnants, repérés au fil de ses balades dans l'univers très pittoresque de l'école laïque et républicaine d'antan. A cette époque, le "certificat pour tous" était le grand projet de notre pays. Ce fut le temps des hymnes... A la conscience : "La bonne conscience est la meilleure amie du pauvre, elle ne l'abandonne jamais." A la volonté : "La volonté comprime le cri de la douleur au milieu des plus affreux supplices ; elle fait sourire de jeunes vierges sous la dent des lions et des tigres." A la vertu : "Comprenez-moi bien, mes enfants : la France est un pays qui cache ses vertus comme d'autres cachent ses vices." A la propreté : "La propreté crée la fierté et l'égalité. Deux hommes peuvent ne pas êre également riches, mais ils peuvent être également propres." Ce recueil tendre et ironique épingle naïvetés, perfidies, bévues et extravagances, mais au fil de pages, au-delà du rire et de la surprise, on se rend compte avec émotion que ce qui touchait les Français d'alors nous touche encore aujourd'hui...

  • Les grandes filles

    Michel JEURY

    1950. Agnés Vincent, une institutrice de 22 ans;, passionnée et pleine d'illusions sur la vie et son métier, est nommée dans la petite école de Sainte-André-la-Vallée, au pied des Cévennes. Elle hérite d'une classe vivante, même un peu trop, et difficile - les élèves ne sont pas au niveau. A l'âge du "certif", les filles sont presque des jeunes filles et le travail scolaire les ennuie. Elles préfèrent chantonner "les chansons du poste" et se laisser captiver par l'actualité (Marcel Cerdan vient de mourir !). Ninon, jolie blonde délurée - un vrai diable sous les jupons, règne sur les grandes filles et sur bien des garçons. Bientôt, Agnès s'attache à cette enfant particulièrement espiègle, et se rend compte qu'un secret se cache derrière son allure effrontée... Après L'Année du certif, Michel Jeury nous raconte une nouvelle histoire de maîtres et d'écoliers en plein coeur des Cévennes, et confirme son talent pour restituer avec bonheur le charme de ces tendres années.

  • L'année du certif

    Michel JEURY

    Les Cévennes, dans la France des années trente. C'est la grande époque du certificat d'études. Les écoles, les villages même s'affrontent, par l'intermédiaire de eurs champions, pour le prix cantonal. Chaque instituteur se doit d'avoir au moins une fois dans sa carrière le premier du canton... dès l'été, commence l'année terrible. paul Fontanes, l'instituteur de Saint-André-la-Vallée prépare son fils Antoine ; Mlle Rachel, de Saint-Pierre-du-Mont, lance dans la bataille la tendre et folle Pascaline. Pendant que les jeunes candidats connaissent leurs premiers émois amoureux et se passionnent pour les romances à deux sous, les espoirs et désespoirs des instituteurs viennent fausser la règle du jeu. Alors, entre adultes et enfants, se noue un drame qui ne connaîtra son épiogue que douze ans plus tard... Un roman vivant et chaleureux comme la mémoire collective. L'Année du certif a été adapté pour la télévision en 1996 par Jacques Renard.

  • 1944 : l'année la plus longue, pour une famille de " métayers du château ", dans un village du Périgord. Il y a le père, malade, la mère, Emilie, belle et jeune femme, un peu fantasque, et l'enfant, Vincent. Vincent a onze ans. Il est vif, malin, un rien chapardeur ; petit animal sauvage, toujours cavalant à travers les collines et les combes, toujours aux aguets, il voit tout, il sait tout. Où se situe le camp des résistants, nombreux dans les bois d'alentour ; où sont cachées des armes dans le grenier... Et ainsi, à travers le regard de l'enfant agile, c'est tout un monde secret qui s'anime. Parfois on voit surgir une petite colonne allemande. Ainsi, l'oncle Fred est tué. A-t-il été dénoncé, et par qui ? Tout le monde soupçonne tout le monde, en ces temps pleins de " passions et de haines ", mais aussi de mystères. Des mystères que jamais Vincent ne percera vraiment... Il aura seulement appris que la vie a le goût des kakis, ces petits fruits qu'on appelait alors les " oranges de guerre ", délicieux lorsqu'on y mord, âcres comme du fer quand on a fini de les mâcher. Un roman qui sonne juste et vrai comme une histoire vécue.

  • Poney-Dragon

    Michel Jeury

    Vincent Blaise est un voyageur temporel et un agent double au service d´un mouvement de résistance. Dans cet incessant jeu de bascule entre 2010 et 2025, chacun s´efforcera de démasquer le mystérieux Poney-Dragon avant qu´il provoque la guerre qui détruira le monde.

  • " Tu seras leveuse de maux, ma belette, quand tu seras grande. Je t'appendrai mes secrets. Et tu diras aussi de bonnes prières de missel : ça ne peut rien gâter. "Le missel, c'était tout ce que la mère d'Aline avait laisser en héritage à sa fille , et les pauvres secrets de la Segonde, tout ce que la vieille guérriseuse, qui l'avait recueillie, pouvait transmettre à l'enfant avec le don. Ôter le feu, tirer les échardes, soulager toutes sortes de misères, chasser des champs les rats et les limaces, ce pouvoir mystérieux, cette petite fille de douze le possédait et l'exerçait déjà, avec l'aide des saints du paradis, quand elle se retrouva seule dans la vie. C'était vers 1850, en Limousin, dans des temps si anciens qu'on en a perdu le souvenir, dans un monde si pauvre et si terrible qu'on se serait crû au Moyen-Âge.Soixante-quinze ans plus tard, vers 1925, Aline Colin, connue sous le nom de veuve Colin, décide de raconter sa vie ? un vrai roman, dit-elle ? au notaire de son village. Quelle vie ! Et quel roman, en effet ! Que de passions, que de déchirements et de drames (jusqu'au crime), que de personnages hors du commun, frustes, violent ou lumineux animent ces pages ! Jusqu'à ,la tragédie finale. Grâce à Dieu, Aline Colin aura su, avant de mourir, à qui transmettre le don...Jamais, même dans ses grands romans précédents ? Le vrai goût de la vie, Une odeur d'herbe folle, Le soir du vent fou ? , Michel Jeury n'a atteint à plus d'invention et de liberté dans la création de personnages et de situations. Une espèce de folie court tout au long du livre ? écho contemporain de la folie médiévale, quand Dieu et le Diable se livraient, en chaque être, leur éternel combat.

empty