Micheline Cambron

  • Voici enfin le volet 2 du numéro que Voix et Images consacre à André Belleau, sous la direction de David Bélanger, Jean-François Chassay et Michel Lacroix. La grande figure du monde savant des années 60 à 80 n'a jamais voulu être confinée à sa spécificité littéraire, et de nombreux fragments constitutifs de son rôle de penseur et de passeur engagés sont abordés par les chercheurs qui participent à ce numéro. Il y est notamment question de Belleau homme de radio, que celui-ci se penche sur la théorie littéraire ou sur la cybernétique; de son rapport à la poésie; de sa conception de la figure de l'intellectuel; de sa correspondance avec l'avocat, syndicaliste et écrivain Pierre Vadeboncoeur; de son penchant pour le carnavalesque et de l'importance fondamentale de Rabelais; ainsi que de la place des femmes dans sa conception de la pratique intellectuelle.

  • Dans le numéro printemps-été de Voix et Images, Micheline Cambron et Mylène Bédard proposent un dossier consacré à un corpus peu étudié dans une perspective littéraire : les genres médiatiques de 1860 à 1900. Guillaume Pinson s'y intéresse à la mondialisation de la presse francophone à travers l'étude du reportage, alors que Vincent Lambert étudie la visée et les postures de quatre chroniqueurs phares. Mylène Bédard, quant à elle, interroge la frontière entre roman-feuilleton et fait divers à travers la figure du féminin dans Le Pionnier de Sherbrooke, puis Louis-Serge Gill étudie le caractère multiforme de la critique littéraire par le biais de la réception du Pèlerin de Sainte-Anne de Pamphile Le May, et Lucie Robert discute des enjeux commerciaux et poétiques soulevés par la critique théâtrale. Enfin, Charlotte Biron, prenant appui sur le récit du tour de monde qu'ont effectué Lorenzo Prince et Auguste Marion en 1901, tisse des liens entre reportage, récit d'aventures et développement des transports.

  • Au cours de l'année 1945, à quelques mois d'intervalle, paraissaient à Montréal deux romans qui devaient marquer profondément, l'un autant que l'autre, la littérature québécoise et canadienne : Le Survenant de Germaine Guèvremont, publié en mars, et Bonheur d'occasion de Gabrielle Roy, paru au mois de juin suivant.
    Au-delà de l'intention commemorative, les six articles rassemblés ici veulent susciter de nouvelles lectures de ces deux
    oeuvres majeures.

  • Dans le numéro printemps-été de la revue Les écrits, laissez-vous transporter dans l'imaginaire et les mots, en vers ou en prose, de Marie-Christine Lévesque, Marie Bélisle, Boris Gamaleya, Vigile Hoareau, Rose Normandin, Christine Palmieri, Carl-Keven Korb, Antonin Mireault-Plante, Jonathan Charette, Pascale Auger, Renaud Longchamps et François Minod. Lisez aussi deux autrices réunionnaises, Ann O'aro et Anne Cheynet. Le numéro présente aussi un portfolio de l'artiste JackBeng-Thi, lui aussi originaire de L'ÎLe de la Réunion.

  • Le numéro d'automne des Cahiers de lecture de l'Action nationale rassemble des recensions d'essais autour de la question des fragilités et de la résistance des nations. Figurent sous ce thème des commentaires critiques sur : Survivance. Histoire et mémoire du XIXe siècle canadien-français, Dix ans plus tard : La commission Bouchard-Taylor, succès ou échec ?, L'idéologie du hasard. Retour sur la question nationale, Carcajou à l'aurore du monde. Fragments écrits d'une encyclopédie orale innue, Le peuple rieur. Hommage à mes amis innus, Les Anicinabek du bois à l'asphalte. Le déracinement des Algonquins du Québec et La construction du droit des Autochtones par la Cour suprême du Canada. témoignage d'un plaideur. Sont aussi passés sous l'oeil critique des collaboratrices et collaborateurs de la revue : Parler vrai de Manon Massé, Dictionnaire géographique du Québec de Normand Cazelais et Lettres biologiques. Recherches sur la sexualité humaine, présentées par Yves Gingras par le Frère Marie-Victorin, pour ne donner que quelques exemples.

  • La pandémie. Comment en parler? Comment ne pas en parler? Partout vous en lisez le récit. Les poèmes, essais, textes théâtraux et récits de ce numéro de la revue Les Écrits se trouvent arc-boutés à ce dilemme à la fois moral et littéraire. Les textes qui composent la Suite béninoise ont, quant à eux, été écrits avant la pandémie. Ils vous emmènent en principe tout à fait ailleurs, dans un monde d'oralité et de maléfices où règne la foi dans ses versions les plus extrêmes. Le portfolio de l'artiste béninois Ishola Akpo, qui signe la couverture du numéro, est composé de portraits photographiques colorés où des visages et des corps qui se manifestent dans leur dimension la plus charnelle et « portent » des objets qui leur sont costume, masque, ornement, arme, ou même camouflage.

  • Les écrits. No. 161, Printemps 2021

    , , , , , ,

    • Les écrits de l´académie des lettres du québec
    • 23 Septembre 2021

    Écrire. Lire. Créer des liens. Une revue a toujours à voir avec des communautés mises en tension. En ces temps cruels, comment s'étonner que la question du lien social soit au coeur des textes de ce numéro des Écrits ? Rassemblée par Danielle Fournier, découvrez la Suite trifluvienne qui ouvre sur un monde à la fois proche et lointain dans lequel cinq autrices, Denise Simone Côté, Ariane Gélinas, Renée Deslauriers, Isabelle Dumais et Louise Lacoursière, traversent le temps et l'espace, déjouent les attentes. Puis, Le portfolio d'Henriette Valium, ludique et violent, fait écho aux textes du numéro, appelant le spectateur à imaginer les totalités en lesquelles incruster les formes en attente d'une vaine refiguration. Vous pourrez aussi lire dans les rubriques habituelles - Poèmes, Récits, Poésie, Essai - les textes de Laurence Bertrand, Hugues Corriveau, Thomas Desaulniers-Brousseau, Kevin Lambert, Marc-André Lavoie, Binéka Danièle Lissouba, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, David Paquet, Claudine Potvin, Benjamin Pradet, Françoise Roy et Oumy Aubert Sow. (source : Les Écrits)

  • Récits de fin du monde, images tragiques de la disparition du lien social, rédemptions avortées/achevées dans l'écriture : la vie et la mort se côtoient dans le numéro d'automne de la revue Les écrits, qui porte nettement la marque de notre temps, celui du confinement, de la violence des crises, du débordement des mots et des choses. C'est ce dont sont imprégnés les récits, les poèmes, les essais mais aussi les fragments dramaturgiques du présent numéro, dans lequel la revue renoue avec le théâtre. On y trouvera aussi une Suite albanaise rassemblant des textes traduits en français d'auteur.ice.s albanais.es. Le portfolio du numéro, dont les images se révèlent au fil des textes, est de l'artiste Marion Wagschal. (source : Les écrits)

  • Les crits. No. 162, t 2021

    , , , , , ,

    • Les écrits de l´académie des lettres du québec
    • 16 Mars 2022

    Les textes de ce numéro de la revue Les écrits sont fortement ancrés dans la mémoire, celle d'une vie comme celle du monde, jouant avec le temps de manière tendre ou cruelle, inattendue.Les poèmes de la Suite flamande (Inge Braeckman, Lies Van Gasse, Maarten Inghels, Shari Van Goethem), rassemblés par Jan H. Mysjkin, ouvrent sur le silence, celui où homme, femme et enfant se « tasse[nt] » alors que le temps disparaît. Le portfolio de Nicole Jolicoeur, composé de photographies et de fragments d'installations, se place quant à lui en retrait du temps. Avec des textes de Pascal Brullemans, Louise Déry, Mireille Diaz-Florian, Benoit Gautier, François Guerrette, Louis-Philippe Hébert, Anthony Lacroix, Annie Landreville, Hélène Laforest, Michel Lapierre, Kateri Lemmens, Madeleine Monette, Mathieu Renaud, Erika Soucy, Lise Vaillancourt et Laurence Veilleux. (source : Les écrits)

  • Dans cette édition de la revue Les écrits, retrouvez Laurance Ouellet Tremblay, la nouvelle écrivaine en résidence, qui livre le premier de trois textes. Le Laboratoire de l'écrivaine et de l'écrivain, dirigé par France Mongeau s'articule, lui, autour du thème « Lire : l'autre ? » et regroupe les contributions de La Famille Plouffe, Martine Audet, Olga Duhamel-Noyer, Caroline Louisseize, Étienne Maillé et Rodney Saint-Éloi. Rassemblée par Ariane Brun del Re et Danielle Fournier, la Suite franco-ontarienne permet ensuite de découvrir une littérature francophone autre, forte de son histoire propre. Elle contient des textes d'Éric Charlebois, Andrée Lacelle, Paul Ruban et Véronique Sylvain. Puis, lisez les récits de Daniel Canty, Carole Massé, Sarah Gauthier et Bertrand Laverdure, un poème de Michèle Moisan, le théâtre d'Olivier Choinière et de Sarah Berthiaume, ainsi qu'un essai de Philippe Daniel-Clément. La couverture et les images du portfolio sont de l'artiste Élise Provencher. Son travail est présenté par Marie-Pier Bocquet. (source : Les écrits)

  • Qu'une gerbe d'études, d'essais et de témoignages s'intitule « Présences de Gilles Marcotte » n'est que pure justice. L'auteur du Roman à l'imparfait et de La prose de Rimbaud, qui présentait son travail comme un accompagnement, qu'il se soit agi de suivre des jeunes chercheurs dans leur progression ou de faire équipage avec l'écriture d'un poème pour l'entendre au plus creux de son murmure, demeure présent pour nous. Ce numéro réunit des interventions qui mettent en valeur de multiples facettes du travail de Gilles Marcotte. On y lit des textes sur ses romans et ses nouvelles, sur ses essais et sa conception de la critique littéraire, sur son apport fondamental à la sociocritique, sur son approche de la poésie, sur son invention personnelle de Montréal, sur sa vision du XIXe siècle. À cela s'ajoutent des fragments libres qui évoquent de façon plus intime la personne et la pensée de celui qui répondait naguère en ces termes à une question sur l'avenir du vers en poésie : « Nous vivons de la mémoire du monde : tout a un avenir, tout peut avoir du sens. »

empty