Monique Proulx

  • Florence n'aime pas les écrivains, ces êtres névrosés, et encore moins leurs livres, ces choses corpulentes qui ne sont même pas vraies. Florence n'aime pas non plus les chiens, l'alcool, les vieux, le plaisir, l'amour. Elle n'aime que Zéno, mais elle ne l'avouerait jamais, même sous la torture. Zéno est son partenaire dans la petite entreprise de conception de sites Web, Mahone inc., qui s'ingénie à donner vie et éclat à des artistes et à des écrivains en mal de notoriété.

    Zéno, par contre, adore les écrivains, et en particulier Pierre Laliberté, ce romancier mythique dont personne n'a jamais aperçu le visage, qui vit comme un reclus, alors que les honneurs se ternissent et s'érodent à l'attendre. Et c'est à cause de Zéno que Florence découvre un jour que Pierre Laliberté lui a volé la phrase la plus précieuse qu'on lui ait jamais dite. La voilà donc sur une piste pouvant la conduire à ce fameux Pierre Laliberté, cet imposteur qui pille la vie des autres pour construire ses livres.

    Dans ce roman mené à la manière d'un polar, Monique Proulx rend un superbe hommage à la littérature et à ceux qui la font.

  • Dans Les Aurores montréales, Monique Proulx nous a en quelque sorte donné le livre définitif sur la ville. Elle a su y rendre, de façon inégalée, le paysage urbain et toute la faune qui s'y agite. Ce nouveau roman pourrait bien être le livre définitif sur la campagne - sur la « champagne », ainsi qu'on désignait au Moyen Âge tout territoire s'étendant hors de la ville. Avec cette écriture ferme, exacte, chatoyante qu'on lui connaît, Monique Proulx fait éclater sous nos yeux la magie d'un royaume épargné par le développement. Autour d'un lac mythique, au coeur d'une forêt inaltérée, les chevreuils, des écureuils, des insectes et des chanterelles sont les personnages réels de cette histoire sur la vie qui s'échappe, sur l'impermanence de toute possession. Les personnages humains n'en sont pas moins fascinants, réfugiés dans la célébration de la beauté, rejoints malgré eux par la tourmente. Il y a Lila Szach, venue d'un autre âge et d'un autre continent, qui possède la quasi-totalité du territoire et la défend farouchement contre les prédateurs. Il y a Claire, qui tente de tenir en équilibre la réalité et l'imaginaire. Il y a Simon, résolu à aimer tout ce qui est vivant. Il y a le petit Jérémie, sur qui plane les menaces, et d'autres qui viendront joindre leur pas à cette chorégraphie cosmique - la jeune Violette, qui fuit l'horreur suprême, les Clémont, prédateurs de père en fils, Marianne, la citadine irréductible, Marco, le père-enfant. La beauté réussira-t-elle à sauver le monde ? Voilà la question, pressante, qui résonne à travers tout ce roman. Quelle qu'en soit la réponse, la sagesse ne nous ordonne-t-elle pas de goûter sans tarder la salutaire ivresse que procure cette beauté, comme le font les personnages de ce roman et comme Monique Proulx sait si bien nous la faire partager ?

  • Au début, ils sont trois : une recherchiste qui cherche l'homme nouveau sans trop y croire, un écrivain en panne affligé d'impuissance chronique et une fillette brillante que l'astronomie passionne. Ils ne se connaissent pas; ils évoluent, chacun dans son petit univers tourmenté, en essayant le plus possible de rescaper de l'existence des débris de bonheur. Survient dans leur vie Marie-Pierre, transsexuelle. Rien ne sera plus jamais pareil après que Marie-Pierre, en catimini, leur aura légué cette interrogation brillante : « Au-delà des apparentes protubérances, qu'est-ce qui fait donc que l'on est un homme ou une femme ? »

  • « Ce sont des nouvelles, textes courts et incisifs, tous soigneusement taillés dans l'insupportable bana­lité des drames et des lieux. Le livre se compare à une petite mosaïque de pierres multicolores. Chacune conserve sa couleur rare et la forme unique de sa froide minéralité. L'ensemble n'en constitue pas moins un vivant portrait de Montréal, une effrayan­te collection de spécimens humains, un tableau prodigieux de cacophonie et de tristesse nordique [...].

    Il faut lire sans hésiter « Les Aurores montréales ». Pour apprivoiser l'atrocité. Pour attiser la fureur. Pour savourer le bonheur d'une écriture souveraine aux portes de la barbarie. Enfin parce que ces nou­velles s'ajustent de manière à former un livre, ce qui n'est pas toujours évident quand on rassemble des ­histoires dont chacune soutient si facilement sa propre unité. » Réjean Beaudoin, Liberté

  • Qu'ont en commun l'hassid de la rue Durocher se pressant vers la synagogue, l'artiste qui donne une performance au Quartier des spectacles et la foule au Centre Bell, galvanisée par un but des Canadiens ? Ils ont Montréal. Ils ont la ferveur, l'appel au dépassement qui palpite dans le sol montréalais. Un gisement mystique est bel et bien enfoui sous les artères de Montréal depuis que Jeanne Mance, empreinte d'absolu, est venue il y a plus de trois cents ans et y a laissé son coeur.

    Avec ce roman d'aventures multiples et d'êtres intenses, Monique Proulx nous propose une brûlante réflexion sur les liens qui nous unissent aux origines. Laurel, hanté par Jeanne Mance autant que par sa quête d'identité, est celui qui nous guide dans un Montréal hivernal illuminé par sa Nuit blanche, son verglas historique, ses festivals, sa révolution avortée et surtout ses acteurs : Françoise, la matriarche pure laine toujours incisive bien que morte, Markus, qui s'est enfui de sa communauté hassidique, Gaby, qui tente d'enseigner le français à des immigrants vulnérables, Thomas, le scénariste à la dévastation bien camouflée, Guillaume, le prêtre exorciste, Virginie, l'ex-nonne rebelle, Khaled, le restaurateur soufi, Charlie, l'itinérant inuit, Tobi, le Mohawk, chamane à ses heures... Toutes ces voix et d'autres aussi grandes que nature viennent fusionner pour nous livrer une symphonie poignante qui s'appelle Montréal.

    « Ce qu' il reste de moi » est l'oeuvre d'une grande romancière au sommet de son art.

  • La musique fait partie intégrante de la vie des enfants et les études montrent qu'elle est bien plus qu'un loisir ou un divertissement.
    Témoignant d'une riche et profonde réflexion, Pourquoi la musique ? propose aux lecteurs d'explorer les vastes territoires que touche l'art musical. Monique Désy Proulx s'inspire de recherches scientifiques et d'exemples concrets pour y dépeindre, notamment, l'effet de la musique sur la santé, ainsi que sa capacité à nourrir la vie affective et sociale.

  • J'ai 40 ans et je n'aurai pas d'enfants. Je le dis depuis l'enfance, mais aujourd'hui on me croit. Il y a un vertige à m'en rendre compte : c'est sûr désormais, bientôt irrévocable.

    Autour de moi, mes plus proches amies sont aussi ce qu'on appelle des « nullipares ». Nous sommes minoritaires, des femmes qui n'ont pas donné la vie, qui ne participent pas organiquement à la croissance démographique, à la pérennisation de l'espèce. Mais vous pouvez nous regarder sans crainte : ni sorcières, ni égoïstes, ni vaines, ni désespérées. Nous ne sommes pas moins complètes que nos mères, et nous sommes des femmes accomplies.

    Mes amies sont aussi des littéraires. Je leur ai demandé de prendre la plume pour dire comment elles vivent cette féminité qu'on dit intransitive. Puis j'ai voulu élargir le cercle à d'autres écrivaines, pour que notre choeur résonne plus fort. Que ce soit par choix, par hasard, par solitude, par contrainte, la nulliparité est une flèche qui traverse nos vies et, peut-être, les réunit.

    Nullipares rassemble les voix de dix autrices singulières. C'est un livre incarné, sensible et féministe, qui fait entendre une parole encore trop peu écoutée.

    Avec les textes de Monique Proulx, Catherine Voyer-Léger, Sylvie Massicotte, Martine-Emmanuelle Lapointe, Brigitte Faivre-Duboz, Camille Deslauriers, Jeanne Bovet, Agathe Raybaud, Hélène Charmay et Claire Legendre.

empty