Nancy Rivest

  • « La matière bouge par elle-même, incontrôlable. Démesure ! Exagération ! Étrangeté ! Autonomes, les corps se servent de leur propre matière afin de danser, au risque même de déborder. Mais de quelle matière s'agit-il lorsqu'on parle d'elle ? » (extrait du liminaire) Le numéro printanier de la revue Moebius, « la matière s'est de tout temps mise à bouger seule » (Nicole Brossard, L'amèr ou Le chapitre effrité) a été dirigé par Baron Marc-André Lévesque et Chloé Savoie-Bernard. Avec la poésie de Valérie Lefebvre-Faucher, Marie-Hélène Constant, Mimi Haddam, Patricia Houle, et des fictions de Mélodie Bujold-Henri (La possessivité du Scorpion), Mégane Desrosiers (Johanne), Brigitte Vaillancourt (Entre deux eaux), Nancy Rivest (L'amour au micro-ondes), Mélanie Landreville (LITS) et Sanna (Madjnouna). Lucile de Pesloüan est l'écrivaine en résidence et Julie Delporte, l'artiste. Laurance Ouellet Tremblay réfléchit à la création et Daria Colonna écrit à Emmanuelle Riendeau.

  • Le numéro d'automne des Cahiers de lecture de l'Action nationale rassemble des recensions d'essais autour de la question des fragilités et de la résistance des nations. Figurent sous ce thème des commentaires critiques sur : Survivance. Histoire et mémoire du XIXe siècle canadien-français, Dix ans plus tard : La commission Bouchard-Taylor, succès ou échec ?, L'idéologie du hasard. Retour sur la question nationale, Carcajou à l'aurore du monde. Fragments écrits d'une encyclopédie orale innue, Le peuple rieur. Hommage à mes amis innus, Les Anicinabek du bois à l'asphalte. Le déracinement des Algonquins du Québec et La construction du droit des Autochtones par la Cour suprême du Canada. témoignage d'un plaideur. Sont aussi passés sous l'oeil critique des collaboratrices et collaborateurs de la revue : Parler vrai de Manon Massé, Dictionnaire géographique du Québec de Normand Cazelais et Lettres biologiques. Recherches sur la sexualité humaine, présentées par Yves Gingras par le Frère Marie-Victorin, pour ne donner que quelques exemples.

  • Deux grandes thématiques traversent le numéro d'automne des Cahiers de lecture : Montréal et les féminismes. Ouvrages sur l'histoire de la ville ou de certains quartiers comme le Mile-End ou le Plateau Mont-Royal, ouvrages sur l'architecture ou sur l'urbanisme, les recensions couvrent une panoplie de sujets et donnent à lire sur la métropole plus que tricentenaire. Plusieurs essais, dont un sur l'absence des auteures dans les lectures obligatoires collégiales, un sur Nelly Arcan et d'autres qui explorent la pluralité du concept de féminisme se rapportent à la seconde thématique principale de ce numéro. Aussi, en éditorial, Robert Laplante souligne le caractère novateur et essentiel du livre Bibliothèques québécoises remarquables, paru récemment, qui retrace l'histoire des plus importantes bibliothèques de la province. Parmi les autres essais discutés, notons Les luttes fécondes de Catherine Dorion et Les yeux tristes de mon camion de Serge Bouchard, gagnant d'un prix du Gouverneur général 2017.

empty