Les Impressions nouvelles

  • Sociologue de l'art, auteur d'une trentaine d'ouvrages et d'un grand nombre d'articles dans des revues de sciences sociales françaises et étrangères, traduite dans le monde entier, Nathalie Heinich revient dans cet entretien sur son parcours atypique : des études de philosophie en province au séminaire de Pierre Bourdieu à Paris, des années noires de l'« intello précaire » au CNRS et à l'École des hautes études en sciences sociales, de l'après-68 à l'entrée dans le XXIe siècle, elle raconte concrètement comment se fait une carrière de chercheur, comment émergent les thèmes de recherche, comment se fabriquent les enquêtes, comment s'écrivent et se publient les articles et les livres, à quelles lectures parfois inattendues ils donnent lieu. Elle propose surtout une remarquable introduction à la so-ciologie de l'art.Cet ouvrage constitue la version remaniée et actualisée de celui paru sous le même titre aux éditions « Aux lieux d'être », en 2006 (premier volume) et 2007 (second volume), et qui était depuis longtemps introuvable. Nathalie Heinich, née en 1955, est sociologue au CNRS. Elle a publié de nombreux ouvrages et articles portant sur le statut d'artiste et la notion d'auteur (La Gloire de Van Gogh, Du peintre à l'artiste, Être écrivain, L'Élite artiste), sur l'art contemporain (Le Triple jeu de l'art contemporain, Le Paradigme de l'art contemporain), sur l'identité féminine (États de femme, Mères-filles, Les Ambivalences de l'émancipation féminine), sur les valeurs (L'Épreuve de la grandeur, La Fabrique du patrimoine, De la visibilité), ainsi que sur l'histoire des sciences sociales (La Sociologie de Norbert Elias, La Sociologie de l'art, Pourquoi Bourdieu, Le Bêtisier du sociologue). Ses livres ont fait l'objet d'une quarantaine de traductions en quinze langues.

  • A l'heure où disparaissent les derniers rescapés des camps nazis, subsiste malgré tout la parole de ceux qui ont réussi non seulement à survivre, mais à témoigner. Ce sont les diverses modalités de cette sortie du silence, et leurs répercussions indissociablement éthiques et épistémologiques, qu'analyse cet ouvrage.

empty