Parker Bilal

  • The divinities

    Parker Bilal

    Howard Thwaite, promoteur immobilier arrogant et influent, a lancé à Battersea, face à la Tamise, la construction d'un complexe d'appartements de luxe.
    À l'aube, arrivé sur le site avant l'embauche des travailleurs clandestins, le gardien kurde découvre au fond d'une vaste excavation deux corps ensevelis sous un monceau de pierres. L'épouse du promoteur et un collectionneur d'art, citoyen français d'origine japonaise, sont identifiés.
    Le sergent Khal Drake, musulman, enquête, flanqué contre son gré d'une psychologue anglo-iranienne, Ray Crane. Ni l'un ni l'autre ne sont blancs.
    Crane songe à la lapidation, châtiment prévu par la charia. Drake lorgne du côté de la cité multiraciale de Freetown et de l'incendie d'une mosquée jadis synagogue.
    Sur fond de tensions communautaires et d'argent nouveau venu d'ailleurs, Bilal dresse le portrait cinglant d'une société anglaise divisée, aux repères traditionnels brouillés.

  • Le filet d'un pêcheur sur le Nil a remonté une tête coupée. À en juger par les scarifications sur le front, c'est celle d'un Dinka de la région de Bor : un Soudanais du Sud. Encore un réfugié, pense la police cairote qui s'en désintéresse. Car ils sont plus de deux mille, entassés sur une place de Mohandessin, qui se plaignent de leurs conditions de vie. Ici, le roman rejoint l'Histoire : on est en 2005, à la veille des émeutes de décembre.
    Exilé soudanais mal intégré dans la société du Caire, le privé Makana se sent particulièrement concerné. Mais il doit privilégier la mission dont l'a chargé Hossam Hafiz, propriétaire du restaurant les Jardins de Verdi : retrouver son fils étudiant, disparu depuis trois semaines. Le problème, c'est que d'autres jeunes manquent à l'appel...

  • APRÈS LES ÉCAILLES D'OR, LA DEUXIÈME ENQUÊTE DE MAKANA, DÉTECTIVE PRIVÉ PAS COMME LES AUTRES Le Caire, 2001. Makana, ex-officier de police soudanais exilé politique en Égypte, est chargé d'identifier l'auteur d'une lettre de menaces reçue par le patron de l'agence de voyages l'Ibis bleu. Peu après, Meera, employée copte de l'agence et femme d'un universitaire musulman révoqué pour opinions subversives, est assassinée dans une galerie marchande. Makana voit là un lien avec les meurtres sanglants de jeunes garçons à Imbaba, quartier déshérité comptant plusieurs églises. Et si les autorités avaient décidé d'en rendre les coptes responsables ? Ce qui semble à première vue n'être qu'un complot politico-religieux se révèle peu à peu, au fil d'une enquête semée d'embûches qui mène Makana jusqu'à Louxor et à un monastère désaffecté dans le désert, une magouille impliquant une banque cairote coupable de transactions douteuses. Pouvoir, argent et corruption : une équation vieille comme le monde... Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, Anglo-Soudanais également auteur de six romans non policiers. Né à Londres et diplômé en géologie de l'université de Sheffield, il a vécu au Caire, au Soudan et au Danemark avant de s'établir à Barcelone. Traduit de l'anglais par Gérard de Chergé

  • Le Caire, 1981. Alice, la petite fille d'une junkie anglaise de bonne famille, est enlevée dans les ruelles du souk.1998. Un milliardaire cairote issu de la pègre, Hafani, sollicite les services du détective privé Makana pour retrouver la star de son équipe de foot, Adil, qui s'est volatilisée du jour au lendemain. Makana, ancien policier qui a fui le régime intégriste soudanais, vivote au Caire sur une awana, sorte de péniche déglinguée, et si son costume défraîchi fait mauvais effet dans l'entourage d'Hafani, son esprit affûté fait mouche. De plus, il entretient de bonnes relations avec un commissaire local et un journaliste politiquement engagé. L'enquête le mène des bistrots crapoteux et des rues poussiéreuses de la capitale aux résidences somptueuses des nantis du régime, et croise la route de la mère d'Alice, sauvagement assassinée alors qu'elle continuait obstinément à chercher son enfant disparue.La séduction indéniable du roman, qui doit beaucoup aux arabesques du conte arabe et aux descriptions bariolées du Caire, offre un contraste saisissant avec un climat de menace constant, impénétrable et mystérieux.

  • Situé dix-huit mois après l'offensive américaine en Irak, Le Caire, toile de fond exprime le point de vue des Cairotes sur cette guerre, et c'est un des grands intérêts du livre. Ali Shibaker, artiste d'origine soudanaise qui arrondit ses fins de mois en réparant des voitures, présente Makana à un riche marchand d'art, Aram Kasabian, qui recherche des tableaux escamotés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Une œuvre de l'expressionniste allemand Franz Marc, d'une valeur inestimable, aurait été volée à Bagdad par le colonel irakien Khadim al-Samari, soupçonné de l'avoir introduite clandestinement en Égypte. Kasabian charge Makana de débusquer Samari, porté sur les listes des fugitifs les plus recherchés par les Américains. Makana opère ici loin des quartiers sordides habituels, dans le monde cossu de l'art, sur le territoire des escrocs à grande échelle, mais son enquête le ramène aussi dans les bars sordides et les night-clubs louches du Caire pittoresque auquel Bilal nous a habitués. Quant à la corruption du gouvernement, elle est à son sommet...
    Traduit de l'anglais par Gérard de Chergé
    Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, auteur anglo-soudanais de six romans non policiers très bien accueillis et dont plusieurs sont traduits chez Actes Sud. Il a un diplôme en géologie de l'université de Sheffield, mais reconnaît volontiers que c'était une erreur de casting. Après avoir vécu au Caire, au Soudan, à Londres (où il est né), au Danemark et à Barcelone, il est maintenant établi à Amsterdam.

  • Les ombres du désert

    Parker Bilal

    • Seuil
    • 2 Février 2017

    Après Meurtres rituels à Imbaba, la troisième enquête de Makana, détective privé pas comme les autres. Début 2002, peu après le 11-Septembre. Alors que les Israéliens assiègent Ramallah, une forte tension agite les rues du Caire, où Makana file tant bien que mal la Bentley de Me Ragab, que sa femme pressent d'adultère. En réalité, l'avocat va voir sa protégée, Karima, une jeune fille gravement brûlée dans l'incendie de son domicile. La police croit à un accident, il soupçonne un crime d'honneur commis par le père de la victime, un djihadiste en cavale. Makana se rend à Siwa, oasis à la lisière du désert libyen, pour se renseigner sur la famille de Karima, mais il s'y heurte à l'hostilité des autorités, qui appliquent la loi à leur manière et se méfient des étrangers. Pire, il est accusé de deux meurtres barbares qui l'éclairent sur une donnée majeure de l'équilibre local : la présence de gisements de gaz... À travers le personnage d'une femme membre de l'Association pour la protection des droits des Égyptiennes, la série " Makana " s'enrichit d'une nouvelle perspective : la condition des femmes et l'islam. Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, Anglo-Soudanais également auteur de six romans non policiers. Né à Londres et diplômé en géologie de l'université de Sheffield, il a vécu au Caire, au Soudan, au Danemark et à Barcelone avant de s'établir à Amsterdam. Traduit de l'anglais par Gérard de Chergé

  • Anglais Dogstar Rising

    Parker Bilal

    It is the summer of 2001 and in Cairo's crowded streets the heat is rising...
    The unsolved murders of young homeless boys are fanning the embers of religious hatred. As tensions mount, Makana, who fled his native Sudan a decade ago, has been hired to investigate threats that have been made to a hapless travel agent. The case draws him close to Meera, a woman who knows what it is like to lose everything and who needs his help. But Makana's troubled past is trying to lay claim to him once again, this time in the form of a dubious businessman who possesses a powerful secret.
    When Makana witnesses a brutal killing he uncovers a web of intrigue, violence and old secrets, and attracts the attention of some very dangerous people.

  • Anglais The Ghost Runner

    Parker Bilal

    It is 2002 and as tanks roll into the West Bank and the reverberations of 9/11 echo across the globe, tensions are running high on Cairo's streets. Private Investigator Makana, in exile from his native Sudan and increasingly haunted by memories of the wife and daughter he lost, is shaken out of his grief when a routine surveillance job leads him to the horrific murder of a teenage girl.
    Seeking answers, he travels to Siwa, an oasis town on the edge of the great Sahara desert, where the law seems disturbingly far away. As violence follows him through the twisting, sand-blown streets and an old enemy lurks in the shadows, Makana discovers that the truth can be as deadly and as changeable as the desert beneath his feet

  • Anglais The Burning Gates

    Parker Bilal

    A war criminal on the run. A mercenary hunting him down. A man caught in the crossfire.
    Private Investigator Makana has a new client: the powerful art dealer Aram Kasabian. Kasabian wants him to track down a priceless painting that went missing from Baghdad during the US invasion. All the dealer can tell Makana is that the piece was smuggled into Egypt by an Iraqi war criminal who doesn't want to be found.
    The art world is a far cry from the shady streets and dirty alleyways of the Cairo that Makana knows, but he discovers that this side of the city has its own dark underbelly. Before long, he finds himself caught between dangerous enemies on a trail that leads him into the darkness of war and which threatens to send the new life he has built for himself up in flames.

  • Les Ombres du désert

    Parker Bilal

    • Seuil
    • 2 Février 2017

    Après Meurtres rituels à Imbaba, la troisième enquête de Makana, détective privé pas comme les autres. Début 2002, peu après le 11-Septembre. Alors que les Israéliens assiègent Ramallah, une forte tension agite les rues du Caire, où Makana file tant bien que mal la Bentley de Me Ragab, que sa femme pressent d'adultère. En réalité, l'avocat va voir sa protégée, Karima, une jeune fille gravement brûlée dans l'incendie de son domicile. La police croit à un accident, il soupçonne un crime d'honneur commis par le père de la victime, un djihadiste en cavale. Makana se rend à Siwa, oasis à la lisière du désert libyen, pour se renseigner sur la famille de Karima, mais il s'y heurte à l'hostilité des autorités, qui appliquent la loi à leur manière et se méfient des étrangers. Pire, il est accusé de deux meurtres barbares qui l'éclairent sur une donnée majeure de l'équilibre local : la présence de gisements de gaz... À travers le personnage d'une femme membre de l'Association pour la protection des droits des Égyptiennes, la série " Makana " s'enrichit d'une nouvelle perspective : la condition des femmes et l'islam. Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, Anglo-Soudanais également auteur de six romans non policiers. Né à Londres et diplômé en géologie de l'université de Sheffield, il a vécu au Caire, au Soudan, au Danemark et à Barcelone avant de s'établir à Amsterdam. Traduit de l'anglais par Gérard de Chergé

  • Anglais Dark Water

    Parker Bilal

    A scientist specialising in chemical warfare is on the run in Istanbul in a gripping new investigation for 'one of crime fiction's most interesting and sympathetic detectives' (The Times)
    When Marcus Winslow appears at Private Investigator Makana's door one April morning, Makana does not realize that soon he will risk losing everything he has built for himself in Cairo.
    A representative of the British government, Winslow has come with a mission, one impossible to turn down: Ayman Nizari, an Iraqi scientist specialising in biochemical nerve agents, a man whose work could kill thousands, is on the run and asking for asylum. But he insists that he trusts only one man to bring him to safety: Makana. But why is Ayman demanding that only Makana can help him? And what part does Winslow have to play in this?
    The scientist has gone to ground in Istanbul, and Makana quickly discovers that in this place nothing is as it appears, in a case that will see his past and present collide with fatal consequences.

empty