Philippe Marion

  • Submergé par la déferlante du numérique, qui brouille radicalement les frontières entre les médias (cinéma, télévision, BD, Internet, téléphonie, etc.), le cinéma serait en train de mourir : la chaleur du photochimique a cédé le terrain à la froideur du pixel et le hors-film a commencé à envahir, avec ses transmissions par satellite, les salles dévolues au septième art. Pourtant le cinéma est partout : il s´inscrit sur de nouveaux supports et s´affiche sur de nouveaux écrans. On peut néanmoins se demander si un film en DVD vu sur écran vidéo, c´est encore du cinéma, et si les images encodées du compositing numérique et de la motion capture relèvent toujours du cinématographique.En s´appuyant sur leur hypothèse de la « double naissance des médias », les auteurs interrogent les soubresauts identitaires que le cinéma traverse aujourd´hui et proposent des clefs pour comprendre l´impact du numérique sur l´univers médiatique actuel. Serions-nous en train d´assister à une troisième naissance du cinéma

  • Comment pensent et agissent, au quotidien, les professionnels de l'aide internationale et les agents des organisations nationales qui vivent de l'aide ? Comment se jouent les rapports entre organisations dans les chaînes complexes d'acteurs qui relient les conseils d'administrations des grandes institutions internationales aux populations dites « bénéficiaires » ? Quels modes de gouvernance globalisée l'aide internationale dessine-t-elle dans les pays où ses ressources, ses normes et ses institutions sont fortement présentes ? À la croisée de la socio-anthropologie du développement et de l'anthropologie des organisations internationales, cet ouvrage permet de mieux comprendre les logiques politiques et institutionnelles des institutions de l'aide, la fabrique de leurs politiques et les modalités de leurs actions. Issu d'enquêtes de terrain approfondies menées au coeur des mondes de l'aide, il dévoile l'hétérogénéité des organisations qui la définissent et la mettent en oeuvre, leurs frontières floues et leurs interdépendances, leurs tensions et contradictions mais aussi leur fragilité et leur recherche permanente de légitimité. En même temps qu'elles restituent des résultats de recherche, les contributions réunies ouvrent la boîte noire de la pratique ethnographique dans les institutions. Dans une logique réflexive, chaque auteur décrit le déroulement de sa recherche, explicite son positionnement de chercheur et son rapport politique et moral au système de l'aide, analyse la façon dont il a géré les relations d'enquête. Entre participation observante et observation externe, l'ouvrage met en lumière une large gamme de positionnements et en discute les atouts et les limites. Il constitue ainsi une contribution importante, tant à l'ethnographie de l'aide et ses institutions, qu'à la réflexion épistémologique et méthodologique sur l'anthropologie des organisations.

  • Le Manifeste de la sortie de crise
    " Bien que nous soyons conscients depuis quelques années que l'humanité vit une transition, nous avons été surpris par la forme et la brutalité de ce confinement. Nous savons que la crise sanitaire n'est qu'un aspect d'une mutation plus profonde qui touche la dimension économique, financière, culturelle, écologique et spirituelle. Nous ne pourrons voir l'avenir que dans un regard holistique. Sortirons-nous du confinement la peur au ventre (peur du virus, peur de l'autre, peur de l'inconnu) ? Ou au contraire dans l'espérance d'un possible changement qui s'imposait à tous ? Je voudrais partager ici, non pas des solutions, non pas des leçons, mais une invitation à prendre de la hauteur,
    à faire preuve de discernement, à s'informer, à prendre des initiatives, à faire confiance, à établir des liens. Souvent du reste, inspiré des sagesses anciennes. Alors, j'ai invité des auteurs à livrer leur analyse et à répondre à deux questions : Quelle est la nature profonde de cette crise, que représente-t-elle pour vous ? Qu'aurons-nous appris de ce confinement ? " A. R.
    Introduction d'Arnaud Riou suivi d'une quinzaine de collaborations.
    COLLABORENT À CET OUVRAGE :
    o Marion Kaplan, bionutritionniste, naturopathe, autrice
    o Michel Odoul, consultant en entreprise, praticien et fondateur de l'Institut Français de Shiatsu. Auteur de plusieurs autres ouvrages
    o Fabien Rodhain, auteur
    o Philippe Guillemant, ingénieur, physicien, chercheur au CNRS
    o Guibert Del Marmol, auteur, mentor de dirigeants
    o Sandrine Roudaut, éditrice, utopiste et autrice
    o Patrick Viveret, philosophe, économiste, maître honoraire à la cour des comptes
    o Romain Cristofini, entrepreneur, coach de dirigeant et conférencier
    o Arnaud Riou, enseignant spirituel, auteur et conférencier
    o Thomas d'Ansembourg, auteur
    o Muriel Siron, astrologue et numérologue
    o Jean-Philippe Magnen, thérapeute, accompagnant, ancien porte-parole Europe Ecologie les Verts
    o Sophie Andrieux, fondatrice de Women in Action
    o Sébastien Henry, enseignant méditation et auteur
    o Pascale D'Erm, réalisatrice

  • Pour son plus récent numéro, la revue Cinémas propose un dossier sur l'éclatement du cinéma, ses formes et la théorie. Le cinéma se disperse sur différents supports, mais il se transforme aussi en autre chose, encore indéterminée. Un travail sur les définitions s'impose. Pour saisir théoriquement certains bouleversements récents en s'appuyant sur des concepts forts qui peuvent nous éclairer, chaque auteur de ce dossier propose une notion clé pour observer tant ce qui demeure du cinéma que ce qui change. Penser l'éclatement, ce n'est pas penser une « essence » (une ontologie), même élastique, du cinéma, mais bien s'intéresser aux lignes de fracture elles-mêmes, aux distinctions et aux articulations conceptuelles qu'elles manifestent. Il s'agit de discerner certains phénomènes contemporains tout en affinant les concepts qui permettent de parler de cinéma, quitte à réexaminer certaines définitions acquises ou « organiques », au sens où elles étaient liées à un état précédent du cinéma. (source : Cinémas)

  • Research has paid little attention to date on how European Union law and regulation affect both the public-private mix in healthcare and the organization of private health insurance as an industry. Filling this gap, this collective book provides insights on the political economy of EU insurance regulation, its impact on private health insurers and on its interactions with domestic healthcare policy-making in four countries. Assembling original contributions drafted by a multidisciplinary team, Private Health Insurance and the European Union offers a thorough examination of a largely unrecognized source of EU influence in healthcare - and sheds a new light on the role played by private actors in social policy.           
    Chapter 1 is available open access under a Creative Commons Attribution 4.0 International License via link.springer.com.

empty