René Leboutte

  • L'Europe n'a pas surgi du néant au xxe siècle. Présente dans la pensée politique et les relations internationales depuis le xvie siècle, elle suscite, entre 1815 et 1870, un foisonnement de projets - une « Europe de papier » - que cet ouvrage ambitionne d'exhumer. Résultat d'une recherche internationale, les contributions ici regroupées montrent qu'il y a bien eu au xixe siècle naissance d'un véritable dessein européen, politique et institutionnel, qui souhaitait transcender tout autant les projets de « paix perpétuelle » du siècle des Lumières que les expériences révolutionnaires et impériales. OEuvre de réformateurs sociaux, de démocrates, de pacifistes, de libéraux, mais aussi de conservateurs ou de catholiques, parfois intransigeants et désireux d'unifier la « chrétienté », cette « Europe de papier » est le reflet d'un xixe qui n'est pas seulement celui de l'industrialisation ou de l'État-Nation. Comment maintenir la paix ? Comment unir les Européens ? Comment l'élargir vers la Méditerranée ou l'Amérique ? Quelle capitale choisir ? Ces questions alors posées restent débattues. Qualifiés hâtivement d'utopiques, oubliés aujourd'hui, même si les penseurs de l'entre-deux guerres s'y réfèrent souvent, ces projets n'en furent pas moins, derrière un certain nombre de figures tutélaires comme Victor Hugo ou Giuseppe Mazzini, autant de réflexions et de plans, ancrés dans l'ombre portée de l'Empire napoléonien, des expériences nationales, qui participèrent au débat politique de ce siècle. Ils sont toujours d'actualité.

  • Alors qu'une nouvelle pandémie a envahi la planète aujourd'hui, René Leboutte analyse les grandes épidémies qui ont marqué les siècles précédents pour en tirer un enseignement afin de ne pas reproduire nos erreurs.
    À travers un important travail de recherche et un fin sens de l'analyse, l'auteur nous invite à découvrir la Belgique, du XIVe au XIXe siècle, et les enjeux sociaux et sanitaires de l'époque.
    Quel est le mode de vie des plus précaires et de la « pauvreté de masse » face au chaos de la maladie, de la famine et des guerres ? Comment se sortir de la misère et affronter ces évènements tragiques qui se succèdent ?
    En immergeant le lecteur dans une époque lointaine et pourtant commune à la nôtre sur de nombreux aspects, René Leboutte nous propose ici un essai historique complet et éclairant pour notre société contemporaine !

  • Où va l'Europe ? L'Union européenne est-elle dépassée, inefficace ? L'histoire de l'Europe montre où la peur, où l'adhésion à des discours simplificateurs, où l'ignorance nous ont menés. Depuis un demi-siècle, des femmes et des hommes lucides répètent qu'il faut suivre la voie de la solidarité, du dialogue, de l'union. L'Union européenne a mille défauts, mille dysfonctionnements. Elle est ce que nous en avons fait, ce que les États-membres en ont fait : un ensemble de compromis, de calculs bons ou mauvais, mais aussi de bonne volonté et de courage. Déconstruire est facile, critiquer est aisé, mais consolider et améliorer, c'est autrement difficile. L'histoire vient à notre secours. Cet essai invite à parcourir le passé comme un chercheur de sens. L'ignorance est paresse, elle n'est jamais une excuse. Bref, sans mémoire, l'Europe c'est du vent.

  • Vert-vinave

    Leboutte Rene

    La chronique de Gaspard Marnette, ouvrier armurier, livre toute la densité de la vie quotidienne dans un village industriel sur les hauteurs de Liège : Vottem. Gaspard a tenu la plume, au jour le jour, de 1857 jusqu'à sa mort en 1908, afin de sauver de l'oubli tout ce qui fait son monde, celui d'un quartier ouvrier : le Vert-Vinâve. Il convie les improbables « amis lecteurs » que nous sommes aujourd'hui, à franchir le seuil de l'univers de Vottem : des femmes se disputent autour du puits, une catastrophe charbonnière ébranle les familles, son voisin meurt brusquement du choléra... Jamais aucun document d'archives n'a rendu si vivant, si concret, si vif, si brutal, ce monde ouvrier de la seconde moitié du XIXe siècle. Plus qu'un récit, la chronique de Gaspard est une plongée dans un abîme.

  • Comment les bassins industriels se sont-ils formés ? Comment sont-ils devenus en quelques décennies à la fois les creusets de la richesse et les berceaux du prolétariat ? C'est à la redécouverte d'un monde et d'une identité que le lecteur est convié.

  • Ces trois pays, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, témoignent d'une industrialisation particulière, précoce et classique en Belgique, sectorielle au Luxembourg, moderne et subsidiaire aux Pays-Bas. A la veille de la crise économique de la fin de ce siècle, ils abordent différemment les transformations de la société industrielle. Ils n'en restent pas moins trois pays les plus riches d'Europe.

empty