Renaud Girard

  • Retour à Peshawar

    Renaud Girard

    • Grasset
    • 6 Octobre 2010

    « Dans la nuit, les talibans avaient attaqué un dépôt logistique de l´OTAN à Peshawar. Le lendemain matin, dans mon hôtel d´Islamabad, je regardai les premières images à la télévision pakistanaise. Les destructions étaient considérables. Il fallait y aller.
    A 11 heures, arriva le fixeur, un turban blanc sur la tête.
    Il voulait 400 dollars par jour. Je me dis que ce montant élevé était plutôt bon signe : s´il demandait beaucoup au départ, c´était qu´il ne devait pas avoir l´intention de me vendre à l´arrivée comme otage pour cent fois plus. Je fourrai dans un sac un pull, un bonnet de laine, une bouteille d´eau, mon ordinateur. Dans l´ascenseur, je fus soudain pris d´un doute.
    Je me retournai vers lui :
    - Kamal, je peux te faire confiance ? Are you reliable ?
    Levant les yeux au ciel, il me répondit :
    - You know, only God is really reliable ! » Dans ce livre, à la fois témoignage sur l´étrange métier de reporter, et plongée passionnante dans la fabrique de l´Histoire, Renaud Girard relate ses émotions de correspondant de guerre dans une région qui n´a jamais cessé de le fasciner.

  • Pourquoi la voix de la France ne porte-t-elle plus dans le monde ? De quel grand dérèglement stratégique souffre notre politique étrangère ? Comment expliquer les échecs répétés de notre diplomatie ? Dans cet essai mêlant constats critiques, piliers théoriques et axes pratiques, Renaud Girard plaide avec force et précision pour le retour au réalisme. Être indépendant, entretenir la dissuasion, promouvoir le multilatéralisme, s'imposer comme l'indispensable médiateur : à moins de retrouver ces principes, argue-t-il, jamais nous ne renouerons avec le statut et la mission de notre pays. C'est une leçon magistrale sur la puissance et l'influence, tirée de l'Histoire et appliquée au présent, que livre ici le seul de nos penseurs en géopolitique qui soit aussi un éditorialiste politique et un reporter de guerre. Une véritable fulgurance sur l'urgence et les moyens du sursaut.

  • Parfois l'Histoire s'emballe, le monde va plus vite, l'imprévu fait brutalement irruption. Nous vivons ce moment historique. En l'espace d'un an, des événements exceptionnels ont bouleversé les grands équilibres géopolitiques : des peuples se sont révoltés, des guerres ont éclaté, des pays entiers ont sombré dans le chaos. Ailleurs, des négociations jusque-là stériles ont fini par aboutir. Guerre civile en Syrie, intervention française au Mali, révoltes égyptiennes, nucléaire iranien, renouveau de la puissance russe, ambitions de la Chine, faiblesse chronique de l'Europe : le monde n'est plus le même, ses certitudes et ses rapports de puissance sont devenus obsolètes, partout des statu quo ont volé en éclats.Grand reporter international au Figaro, Renaud Girard a observé au jour le jour ces bouleversements considérables. Bien mieux qu'un journal télévisé, son livre nous offre le film des secousses telluriques qui ont rythmé la vie internationale. De Mogadiscio à Téhéran, de Benghazi à Gao, de Washington à Moscou, de Pékin à Athènes, ses témoignages et ses analyses sans concession font revivre comme personne leaders politiques, diplomates professionnels, révolutionnaires exaltés, djihadistes armés, citoyens engagés de l'Histoire se faisant.Un livre brûlant pour comprendre comment, derrière l'enchaînement des faits, un nouveau monde est en marche.Avec repères historiques et cartes

  • Voici les Mémoires d'un homme né à Moscou en 1948, qui a commencé sa carrière diplomatique en France sous Pompidou et l'a terminée sous la présidence Macron.
    Dans son pays, Alexandre Orlov a débuté son parcours dans l'Union soviétique de Leonid Brejnev pour l'achever dans la Russie de Vladimir Poutine. Sous Gorbatchev, il observe de près la succession rapide des événements qui transforment l'URSS jusqu'à la faire disparaître.
    Après son passage au Conseil de l'Europe à Strasbourg, il parvient à la consécration de ce long itinéraire français et de sa passion pour la France en devenant ambassadeur à Paris durant neuf ans.
    Parmi ses réussites, la construction de la nouvelle cathédrale russe à Paris  sur le quai Branly,  associée à un centre culturel. En 2017, Alexandre Orlov organise la rencontre de Versailles entre les présidents Macron et Poutine, qui a donné naissance au Dialogue de Trianon, forum des sociétés civiles russes et françaises, auquel il participe activement aujourd'hui.
    Ces Mémoires sont pour nous, Français, l'occasion de connaître le cheminement d'un citoyen soviétique qui témoigne que l'on pouvait aussi être un Soviétique heureux. Il est vrai qu'Alexandre Orlov a appartenu à une partie de la société que les tragédies du système soviétique ont épargnée. On est, comme le dit Hélène Carrère d'Encausse dans sa préface, devant un «  témoignage qui revendique le monde qui l'a formé et qui permet de mieux comprendre le désarroi de nombreux Russes ou Soviétiques devant la disparition d'un pays et d'un système auxquels ils entendent rester fidèles  ».
    En faisant revivre les cinquante dernières années de la Russie et de la France, Alexandre Orlov nous fait comprendre tout ce qu'elles ont en commun.
     

  • Amir Jahanshahi, profondément mystique, considère que l'Iran est bâti sur deux piliers  : sa grande histoire nationale  et son chiisme, minoritaire dans le monde musulman.  
    Il estime que la combinaison de la grandeur perse et du particularisme chiite donne une force exceptionnelle au projet du grand Iran, avec quatre capitales (Téhéran, Bagdad, Damas, Beyrouth).
    Il explique que la carte du Moyen-Orient, telle qu'elle a été modelée après la première et deuxième guerre mondiale, est à l'origine de tous les problèmes de cette région riche mais maudite.
    Il juge que l'Arabie saoudite est un non-pays qui ne doit pas exister sous sa forme actuelle et que la domination positive de l'Iran sur la région, loin d'être un obstacle, serait un facteur de résolution des inquiétudes occidentales.
    Il affirme qu'aucun des problèmes endémiques de cette région du monde ne se réglera sans une nouvelle définition géographique, politique et économique.
    Il prévient que cette réorganisation du Moyen-Orient se fera d'une manière ou d'une autre  : soit par l'intelligence collective des hommes de bonne volonté, soit imposée par l'Iran, et par la force.
    Renaud Girard le challenge sur cette vision et ce combat pour le grand Iran.

  • À la manière des contes philosophiques, cet ouvrage se présente comme un échange épistolaire entre le philosophe Régis Debray et le reporter international Renaud Girard sur le déclin présumé de l´Occident.
    La diversité des expériences, des angles, des points de convergence et de divergence entre les deux auteurs fait de ce petit livre rapide et brillant la synthèse la plus stimulante qui soit sur l´un des plus grands sujets de notre avenir.

  • D'étonnantes rencontres inter-espèces nous sont ici partagées dans une caravane hétéroclite semblable à une galerie de photos sur Instagram. La notion de safari se brouille à l'image de la frontière censée démarquer le domestique du sauvage. Mise au point. Peut-on vraiment faire un selfie avec un zèbre, un puma ou un singe capucin ? Capture. Est-il question d'une nouvelle forme d'appropriation cannibale d'un méli-mélo animalier jeté en pâture visuelle sur le Net ou de la captation éthique d'intenses rencontres humanimales ?

  • 1873. Chester, 15 ans, a de très grandes oreilles. Des oreilles aussi grandes que des portes de grange. Mais qu'à cela ne tienne, Chester les aime bien ses oreilles. Tout comme il aime patiner sur la glace durant l'hiver. Rien ne peut le retenir, pas même le froid qui lui mordille le bout des doigts et des orteils. Sauf que les jours où le froid est
    très mordant ses oreilles deviennent rose vif, passent au bleu pâle et puis au blanc.

    Que faire? Mettre une tuque? Non, ça lui gratouille la tête. S'enrubaner la tête d'une écharpe? Non, il a l'air d'une
    énorme boule de gomme.

    Chester devra bien trouver une solution s'il veut profiter de l'hiver et continuer à patiner!

empty