Collection XIX

  • A une heure précise le Conseil entre en séance, au devant du Conseil sont déposées de très-nombreuses pièces à conviction.M. le commandant Apté, commissaire du gouvernement, occupe le siége du ministère public.Me Lulé Dejardin doit plaider pour M. Rey de Bellonnet ; M. Rey de Bellonnet père est placé derrière le défenseur de son fils.Me Verdalle est l'avocat de Maurice Roux.On remarque des-dames dans l'enceinte réservée.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Ce que Mlle Laurence se propose d'expliquer.Mlle LAURENCE. - Si nous nous asseyions un peu sur cette mousse, qu'en dites-vous ?MARGUERITE. - Je ne demande pas mieux, Mademoiselle, nous nous reposerons, car nous venons de faire une longue promenade.Mlle L. - Nous y voici.MARG. - Quel beau temps ! Comme le ciel est bleu !JACQUES. - Il fait chaud, mais il y a de l'air.Mlle L.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Avant de passer à la relation des faits que J'aurai à constater, et pour que le lecteur puisse mieux en apprécier la nature, je crois convenable de présenter quelques antécédents des deux hommes qui remplirent, chacun à sa manière, les rôles principaux de ce drame déplorable, savoir : Didier, le chef de la conspiration, et le général Donnadieu, qui fut chargé principalement de la réprimer.La principale notice qui ait été publiée sur ce personnage, et qu'ont reproduite d'autres organes de la presse, fut consignée pour la première fois dans l'ouvrage intitulé Mémoires de Peuchet, attribué faussement à l'ancien archiviste de la police, et qui, dans le fait, ne dut le jour qu'à une spéculation de librairie, jointe aux inspirations de l'esprit de parti le plus extrême.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Dès que les Francs se furent rendus maîtres de la Syrie, les populations indigènes acceptèrent très aisément les institutions féodales qui, pour elles, n'avaient rien de nouveau ni d'insolite, ce qui explique la facilité trouvée, par les Croisés, à prendre racine dans les diverses principautés formant les colonies chrétiennes d'Orient.La féodalité s'y constitua donc aussitôt après la conquête et produisit les deux types les plus purs de ce système gouvernemental, les royaumes de Jérusalem et de Chypre.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Monsieur le Président,Mesdames, Messieurs,Je sens tout le prix d'être au milieu de vous à ces heures héroïques où l'Italie et la France luttent ensemble pour le triomphe de la civilisation.La Société Léonard de Vinci, qui m'a fait l'honneur de m'inviter à cette place, a récolté comme en un vase précieux les intelligences les plus dignes de ce pays, les hommes d'élite dont s'honorent l'Italie et la Toscane, héritiers des génies immortels qui ont fécondé le monde aux périodes inoubliables de son histoire.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty