Langue française

  • La chute d'une civilisation. La naissance d'un dictateur.Suite au cataclysme, privée de ses technologies, l'humanité est retournée à l'état sauvage. Elle est devenue inhumaine. François, lui-même, n'hésite désormais plus à accomplir les pires actes pour assurer sa survie et la protection des siens qui voient en lui un nouveau leader. Mais quel chemin leur propose-t-il ? Car en parcourant ce Paris en ruines, François se demande si la catastrophe ne serait pas une juste punition pour cette humanité aveuglée par le progrès. Ce concept va peu à peu s'insinuer en lui jusqu'à devenir une idéologie... et la vision du monde qu'il offrira à l'humanité pour le futur.Jean-David Morvan et Rey Macutay concluent leur adaptation moderne et spectaculaire du classique intemporel de Barjavel !

  • « J'avais toutes les filles les unes après les autres, mais c'était trop simple, un peu écoeurant. »Lee Anderson, vingt-six ans, fils d'une métisse, quitte sa ville natale après la mort de son frère noir, lynché parce qu'il était amoureux d'une blanche. Il échoue à Buckton, petite ville du Sud des États-Unis où il devient gérant de librairie. Grand, bien bâti, payant volontiers à boire et musicien de blues émérite, Lee parvient sans mal à séduire la plupart des adolescentes du coin. Auprès d'une petite bande locale en manque d'alcool mais très portée sur le sexe, il mène une vie de débauche. Sans toutefois perdre de vue son véritable objectif : venger la mort de son frère.Bien éloigné des romans habituels de Boris Vian, ce récit est probablement le plus violent, le plus cru et en même temps le plus représentatif du style « Vernon Sullivan ». À travers une histoire âpre où la sexualité, violente, est omniprésente, Vian dénonce le racisme ambiant et la condition précaire des Noirs dans le Sud des États-Unis.

  • En 1958, à la veille de la Coupe du monde en Suède, douze footballeurs de Première Division quittent clandestinement la France et rejoignent les rangs du FLN. Nous sommes en pleine guerre d'Algérie et leur but est de créer la première équipe nationale algérienne de football et d'en faire l'ambassadrice de l'indépendance à travers le monde... Parcourant le monde souvent clandestinement, cette équipe de champions devenus des va-nu-pieds, devant parfois accomplir plusieurs milliers de kilomètres en minibus à travers le désert pour jouer un match, sans remplaçants, va accomplir exploit sur exploit au fil de plus de 80 matches. Ils s'appellent Zitouni, Arribi, Kermali, Mekhloufi... et ils sont devenus des légendes du sport.

    On dira de ces "fellaghas au ballon rond" qu'ils ont fait avancer la cause algérienne de dix ans et évité des dizaines de milliers de morts supplémentaires.
    Javi Rey, Bertrand Galic et Kris n'ont jamais déserté les stades et ont trouvé dans les destins de ces joueurs l'occasion de croiser leur amour du ballon rond et de l'histoire avec un grand H. Kris, l'un des chefs de file de la bande dessinée du réel (on lui doit les succès "Un homme est mort" ou "Notre mère la guerre"), a trouvé les parfaits coéquipiers en Bertrand Galic, habile scénariste et historien, et Javi Rey, un jeune dessinateur catalan qui mêle subtilement les émotions humaines et l'intensité des scènes de match.

  • Une relecture moderne du chef-d'oeuvre de BarjavelLe futur. Toute trace de technologie semble avoir disparu de la surface de la Terre. Deux armées se font face devant l'ancien village de La Cadière-d'Azur. De sa tente de commandement, un homme âgé et charismatique s'entretient avec ses conseillers. Hostile à toute forme de progrès, celui que tous appellent le « Patriarche » s'apprête à lancer son attaque pour détruire la « machine » conçue par son adversaire. Car lui se souvient... 100 ans auparavant, en 2052, François Deschamps n'était alors qu'un simple étudiant à l'École supérieure de Chimie agricole de Paris. Fiancé à la jeune et belle Blanche, tout semblait aller pour le mieux dans sa vie. Le monde était régi par une technologie toute puissante. Jusqu'à ce que tout s'arrête. Jusqu'à ce que la catastrophe survienne...Dans ce triptyque, Jean-David Morvan propose une relecture moderne du roman d'anticipation de Barjavel et chef-d'oeuvre de la science-fiction française : Ravage. Au dessin, on retrouve Rey Macutay (Jaurès) qui impose une patte graphique hallucinante de dynamisme et d'inventivité, mélangeant habilement science-fiction et heroic fantasy.

  • Quand l'humanité devient inhumaineParis, juste après la catastrophe. Plus une trace d'électricité. La ville d'Or est à présent plongée dans la nuit. Les avions et les voitures volantes tombent comme des mouches. Visiblement, la coupure d'énergie s'est généralisée à toute la ville. Peut-être même à toute la planète... Une juste punition pour ce monde aveuglé par le progrès ? Au milieu du chaos, François se met en tête de retrouver Blanche pour la mettre en sûreté. Car privée de civilisation, l'humanité ne tarde pas à montrer son versant sombre. Dans les rues de Paris, c'est désormais la loi de la jungle qui prime : tuer ou être tué.Redécouvrez en BD le classique intemporel de Barjavel dans une relecture moderne et spectaculaire !

  • « Là où il y a une volonté, il y a un chemin »Russie, 1887. Motivé par la culture révolutionnaire suite à l'exécution pour terrorisme de son frère Alexandre, le jeune Vladimir Oulianov se plonge dans la lecture d'écrivains engagés comme Karl Marx ou Tchernychevski. Revenu à Saint-Pétersbourg après plusieurs années d'exil, il multiplie alors la publication de journaux clandestins et pamphlets opposés au pouvoir tsariste. Régulièrement incarcéré, sans cesse en fuite en Allemagne, Suisse ou Angleterre, il ne tarde pas à devenir une figure de proue du Parti ouvrier social-démocrate. Mais bien qu'il se revendique des écrits de Marx, « Lénine » prétend que la Révolution ne pourra pas venir du prolétariat s'il ne dispose d'un appareil politique puissant. Par d'habiles manoeuvres permettant à ses partisans de devenir Bolcheviks - c'est-à-dire majoritaire - et de prendre le pouvoir au sein du Parti, Lénine se révèle un fin stratège et laisse déjà entrevoir un autoritarisme forcené...

  • Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?Orateur hors-pair, grand humaniste et fondateur du journal L'Humanité, Jean Jaurès est une figure de proue du socialisme français dont le nom incarne pour beaucoup l'opposition à la guerre qui s'annonce en 1914. Alors que le monde est sous tension après l'assassinat de l'archiduc Ferdinand, Jaurès met tout son poids politique dans ce combat pour la paix et finit assassiné à l'aube de cette grande guerre qu'il redoutait. Cet engagement ultime est le point d'orgue d'une carrière politique au service des exclus et des persécutés commencée dans les années 1880 par un soutien enflammés aux mineurs grévistes de Carmaux.Vincent Duclert apporte son regard expert à Jean-David Morvan et Rey Macutay pour nous offrir le portrait détaillé et passionnant de cette figure universelle du socialisme et du pacifisme, dont s'inspirent encore nos dirigeants actuels.

  • Angel est un simple fils de paysans qui a pu s'extraire de sa vile condition par son éducation, poussé par le padre de son village. Ses succès militaires, au moment de l'invasion des troupes de Joseph Bonaparte, frère de Napoléon, lui valent son surnom de "Libertador" aux yeux du peuple. Mais, s'il combat aux côtés des aristocrates, il n'est pourtant pas considéré comme un des leurs et se retrouve écartelé entre deux femmes, l'une combattante à ses côtés, l'autre fille d'un Grand d'Espagne. La rumeur autour du mystère de sa naissance en ferait pourtant le bâtard d'un hidalgo, à moins que la vérité cache un autre drame. Scénarisé par Frank Giroud et construit autour d'un secret de famille, ce drame épique et sentimental dans l'Espagne du XIXe siècle a révélé le jeune dessinateur Javi Rey. Entre résistance à l'envahisseur et confrontation des conditions sociales, un vent de liberté et de désir souffle sur ce récit passionné.

  • D'extraction paysanne, Angel a pu sortir de sa condition grâce à l'éducation à laquelle le padre de son village lui a permis d'accéder. Chef de guerre, il lutte contre les troupes de Joseph Bonaparte, frère de Napoléon. Mais s'il combat aux côtés de l'aristocratie, celle-ci n'oublie pas que le sang qui coule dans ses veines n'est pas bleu, et le surveille de près. D'autant que, loué pour sa vaillance et son courage, Angel incarne aux yeux du peuple le Libertador. Lequel, malgré le vent de liberté et d'égalité qui semble souffler sur le pays, doit prendre garde à ne pas devenir l'instrument du pouvoir espagnol, à moins que le secret qui pèse sur ses origines ne vienne tout remettre en cause: sa guerre, sa famille, ses amours...Cet album révèle Javi Rey pour son premier album, il bénéficie en outre du savoir-faire de Delf, coloriste de « Il était une fois en France et surtout du talent de narrateur hors pair de Frank Giroud. Une nouvelle variation sur le thème des secrets de famille, magistralement mise en scène dans l'Espagne du XIXe siècle, entre lutte contre l'envahisseur, aspiration à la liberté et désirs amoureux.

  • Fils de paysan, Angel a pu accéder à une éducation normalement interdite aux enfants de sa condition, poussé par le padre de son village. Devenu chef guérilléro pendant l'invasion napoléonienne, il lutte contre les troupes de Joseph Bonaparte. Mais tout "Libertador" qu'il soit aux yeux du peuple, Angel n'en reste pas moins, pour les grands d'Espagne aux côtés desquels il combat, un rustre dont rien ne pourra faire oublier la naissance.

    Écartelé entre deux femmes, l'une issue des beaux salons, l'autre combattant à ses côtés, Angel a lui-même du mal à trouver sa place. Des doutes s'accumulent sur ses origines. Ne serait-il pas le bâtard d'un de ces nobles qui le méprisent ? Une piste qui paraît de plus en plus évidente, peut-être trop... Car la vérité qu'elle dissimule porte les germes d'une tragédie qui va briser tout ce qu'Angel a pu croire et espérer.

empty