Roland Dorgelès

  • Ultimatum à la Serbie... Médiation anglaise... Refus de Berlin... Mobilisation russe... Etat de guerre en Allemagne ; puis le samedi 1er août 1914 dans l'après-midi la terrible nouvelle a éclaté comme un éclair... Dès le lendemain, des milliers d'hommes pressés de se battre se bousculaient devant les bureaux de recrutement pour s'engager.
    Ceux qui s'offraient vaillamment au massacre, étaient-ce donc des dupes ? Les trompait-on en leur apprenant, dès l'enfance, que mourir pour la patrie était le sort le plus beau ?
    Autant de questions qu'on n'ose poser à ces têtes aux orbites creuses. Je voudrais leur crier : "Non, votre sacrifice n'a pas été vain ! Votre vaillance a sauvé non seulement le pays, mais l'univers entier, que l'Allemagne eût écrasé sous son talon de fer; la dernière victoire n'est qu'une fille de la vôtre et les Grands d'à présent restent vos débiteurs". Mais à quoi bon ? On ne console pas les morts avec des discours...
    Instruits par les événements, nous savons aujourd'hui qu'il faut oublier. Même si le coeur est muet, la raison nous l'ordonne : nous devons barrer d'un trait les années de guerre et celles de l'occupation. Oui, je veux oublier.

  • "Picasso en veste de toile bleue ressemblait à un zingueur, et son ami Vlaminck à un coureur cycliste sous son chandail à col roulé. D'autres s'affublaient de culottes de sport, de redingotes, de macfarlanes, de salopettes, de pet-en- l'air, de vestes à martingale, de capuchons, de houppelandes, de cache- poussière, tout le décrochez-moi-ça des magasins de confection. Max Jacob se distinguait par un caban soutaché de rouge ramené de Bretagne, André Salmon par son carrick de cocher londonien. La fantaisie n'était pas moindre pour les coiffures : Chas Laborde son chapeau de pasteur, Mac Orlan sa casquette de jockey, et Le Fauconnier, le cubiste, un curieux petit feutre, retroussé par derrière qui rappelait facétieusement Louis XI "

  • Miraculeusement retrouvée, cette correspondance inédite de Roland Dorgelès est un document exceptionnel sur la Première Guerre mondiale qui éclaire de façon passionnante la genèse des Croix de bois, le chef-d'oeuvre du romancier.
    Ce témoignage unique porte un regard nouveau sur l'homme et le combattant que fut Roland Dorgelès, mais aussi sur ce double amour qui l'unissait d'une part à sa mère et d'autre part à Mado dont il était éperdument épris. Mado l'abandonna mais conserva jusqu'à sa mort, en 1972, les lettres de son amant.

  • « À bas l'argent ! » Qui l'a crié ?
    François, le sculpteur qui veut élever un monument à la peur ? Rara, attachante petite rosse au destin capricieux ? L'oncle José, invisible meneur de jeu ; Bébert, le petit-fils de la concierge qui s'entraîne pour devenir gangster ; M. Chantrier, le vieil amateur d'art ou bien sa fille, la gémissante Sylvie ? Placide, catcheur aux yeux candides ? Barzow, le petit Russe pétrisseur de monstres ? M. Cornimont, le multimillionnaire dont les idées s'égarent ? Le professeur Glabre aux diagnostics express ? La Présidente exilée ? L'élégant et désargenté Le Hallier ? Pierpol, le prospecteur rouquin ? Ou le généalogiste, la belle Diane, le padre, l'inconstante Fabienne, le baron ruiné, l'emblématique Anatole dont la tête vide est faite d'un panier à salade ?...
    L'auteur savait-il seulement, en commençant son livre, où le mènerait la ronde effrénée de ces personnages que l'argent va métamorphoser ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Journaliste avant d'être écrivain, Roland Dorgelès se réfugie en 1944 dans le Sud-Ouest de la France où il accueille son ami Raoul Dufy qui a fui à la confusion de la capitale. L'auteur raconte le destin du « collaborateur » du village, le photographe Adalbert, jusqu'à son enlèvement et son jugement par la résistance. Ce récit sec et glacial d'un épisode de la barbarie nazie à la veille de la capitulation allemande, dont Dorgelès a été le témoin, est l'un des plus grands témoignages à chaud de notre Histoire. Net et poignant !Temps de lecture estimé : à partir de 30 minutes.

  • Bleu horizon

    Roland Dorgelès

    L´auteur des Croix de Bois a réuni dans cet important ouvrage toutes ses pages inédites sur la Grande Guerre, où, passant de l´émotion à la gouaille, il fait revivre intensément la rude épreuve de la tranchée. Au début, Roland Dorgelès raconte comment il conçut puis écrivit le livre qui devait le rendre célèbre, et c´est pour lui l´occasion de rapporter de savoureuses anecdotes rappelant les meilleurs récits du Cabaret de la Belle Femme. Par la suite, ayant dépeint inoubliablement les journées historiques de l´époque - la Mobilisation, l´Armistice, le Retour du Soldat Inconnu - il nous présente ses camarades de combat redevenus civils, et cela nous permet de retrouver son fameux Sulphart, aussi pittoresque et fort en gueule que naguère sur le front. L´auteur consacre également un long chapitre à ses camarades écrivains tués en 14-18 et, ayant cité les plus beaux vers de chacun, relate leur mort de façon bouleversante. Le livre se termine par une évocation cinématographique de la vie de Guynemer, En plein ciel de gloire, qui constitue le plus passionnant hommage au « Chevalier de l´Air ». Ajoutons que Bleu Horizon est illustré de nombreux dessins d´artistes renommés et de soixante-dix photographies du temps, qui font de ce volume le plus précieux des albums de la Grande Guerre.

  • Partir...

    Roland Dorgelès

    Roland Dorgelès (1885-1973) fut sa vie durant une figure de proue de la scène littéraire parisienne.
    Avant la Grande Guerre, il fréquente la bohème de Montmartre, en compagnie d'Apollinaire, Picasso, Modigliani, Mac Orlan, Carco, Max Jacob. Puis c'est en tant qu'engagé volontaire qu'il vit l'un des conflits les plus meurtriers du siècle. De cette terrible épreuve, il tire un récit qui connaîtra un immense succès : publié en 1919, Les Croix de bois reste un inoubliable témoignage sur la guerre des tranchées.
    En 1929, Roland Dorgelès entre à l'Académie Goncourt, institution qu'il présidera vingt-six ans plus tard. Correspondant de guerre en 1939-1940, il racontera son expérience dans Retour au front (1940), Carte d'identité (1945) et Bleu horizon (1949). Suivront des ouvrages plus polémiques qui témoignent de la diversité de son talent.

  • Saint Magloire

    Roland Dorgelès

    Roland Dorgelès (1885-1973) fut sa vie durant une figure de proue de la scène littéraire parisienne.
    Avant la Grande Guerre, il fréquente la bohème de Montmartre, en compagnie d'Apollinaire, Picasso, Modigliani, Mac Orlan, Carco, Max Jacob. Puis c'est en tant qu'engagé volontaire qu'il vit l'un des conflits les plus meurtriers du siècle. De cette terrible épreuve, il tire un récit qui connaîtra un immense succès : publié en 1919, Les Croix de bois reste un inoubliable témoignage sur la guerre des tranchées.
    En 1929, Roland Dorgelès entre à l'Académie Goncourt, institution qu'il présidera vingt-six ans plus tard. Correspondant de guerre en 1939-1940, il racontera son expérience dans Retour au front (1940), Carte d'identité (1945) et Bleu horizon (1949). Suivront des ouvrages plus polémiques qui témoignent de la diversité de son talent.

  • Roland Dorgelès (1885-1973) fut sa vie durant une figure de proue de la scène littéraire parisienne.
    Avant la Grande Guerre, il fréquente la bohème de Montmartre, en compagnie d'Apollinaire, Picasso, Modigliani, Mac Orlan, Carco, Max Jacob. Puis c'est en tant qu'engagé volontaire qu'il vit l'un des conflits les plus meurtriers du siècle. De cette terrible épreuve, il tire un récit qui connaîtra un immense succès : publié en 1919, Les Croix de bois reste un inoubliable témoignage sur la guerre des tranchées.
    En 1929, Roland Dorgelès entre à l'Académie Goncourt, institution qu'il présidera vingt-six ans plus tard. Correspondant de guerre en 1939-1940, il racontera son expérience dans Retour au front (1940), Carte d'identité (1945) et Bleu horizon (1949). Suivront des ouvrages plus polémiques qui témoignent de la diversité de son talent.

  • Roland Dorgelès (1885-1973) fut sa vie durant une figure de proue de la scène littéraire parisienne.
    Avant la Grande Guerre, il fréquente la bohème de Montmartre, en compagnie d'Apollinaire, Picasso, Modigliani, Mac Orlan, Carco, Max Jacob. Puis c'est en tant qu'engagé volontaire qu'il vit l'un des conflits les plus meurtriers du siècle. De cette terrible épreuve, il tire un récit qui connaîtra un immense succès : publié en 1919, Les Croix de bois reste un inoubliable témoignage sur la guerre des tranchées.
    En 1929, Roland Dorgelès entre à l'Académie Goncourt, institution qu'il présidera vingt-six ans plus tard. Correspondant de guerre en 1939-1940, il racontera son expérience dans Retour au front (1940), Carte d'identité (1945) et Bleu horizon (1949). Suivront des ouvrages plus polémiques qui témoignent de la diversité de son talent.

  • Roland Dorgelès (1885-1973) fut sa vie durant une figure de proue de la scène littéraire parisienne.
    Avant la Grande Guerre, il fréquente la bohème de Montmartre, en compagnie d'Apollinaire, Picasso, Modigliani, Mac Orlan, Carco, Max Jacob. Puis c'est en tant qu'engagé volontaire qu'il vit l'un des conflits les plus meurtriers du siècle. De cette terrible épreuve, il tire un récit qui connaîtra un immense succès : publié en 1919, Les Croix de bois reste un inoubliable témoignage sur la guerre des tranchées.
    En 1929, Roland Dorgelès entre à l'Académie Goncourt, institution qu'il présidera vingt-six ans plus tard. Correspondant de guerre en 1939-1940, il racontera son expérience dans Retour au front (1940), Carte d'identité (1945) et Bleu horizon (1949). Suivront des ouvrages plus polémiques qui témoignent de la diversité de son talent.

  • Roland Dorgelès (1885-1973) fut sa vie durant une figure de proue de la scène littéraire parisienne.
    Avant la Grande Guerre, il fréquente la bohème de Montmartre, en compagnie d'Apollinaire, Picasso, Modigliani, Mac Orlan, Carco, Max Jacob. Puis c'est en tant qu'engagé volontaire qu'il vit l'un des conflits les plus meurtriers du siècle. De cette terrible épreuve, il tire un récit qui connaîtra un immense succès : publié en 1919, Les Croix de bois reste un inoubliable témoignage sur la guerre des tranchées.
    En 1929, Roland Dorgelès entre à l'Académie Goncourt, institution qu'il présidera vingt-six ans plus tard. Correspondant de guerre en 1939-1940, il racontera son expérience dans Retour au front (1940), Carte d'identité (1945) et Bleu horizon (1949). Suivront des ouvrages plus polémiques qui témoignent de la diversité de son talent.

  • Roland Dorgelès, l'auteur des Croix de bois, du Cabaret de la Belle Femme et d'autres grands livres, vécut ces Vacances forcées entre le mois de juin 1940 et l'automne 1944, on devine dans quelles circonstances.

    Comme beaucoup de Parisiens à l'heure de la défaite, il était parti au dernier moment, sans savoir où aller, et il dut errer de ville en ville, campant ici, louant ailleurs. « Si je meurs, avait-il dit à sa femme, tu feras graver sur ma tombe : Il n'est pas mort content. » Le récit qu'il nous donne de ces années-là est passionnant et plein de vie. Dorgelès pose sur les gens et sur les circonstances un regard lucide et sans complaisance. Et pourtant, il ne peut se départir tout à fait de sa chaleur et de sa tendresse naturelles.

    Qu'il s'agisse de raconter les terribles soubresauts qui précédèrent la Libération ou les jours enchantés qu'il vécut avec Raoul Dufy dans un village perdu de Haute-Garonne, Dorgelès a le sens du concret, et ce ton simple et inimitable qui est la marque de son style.

  • Vous ne vous en doutez pas, mais je peux vous l'affirmer : vous êtes riche. Nous le sommes tous. C'est ce que je viens d'écrire à un jeune garçon de mes amis sur qui s'est abattue une écrasante fortune. Je n'ai pas la bêtise de lui faire de la morale, le mauvais goût de lui rappeler que l'argent ne fait pas le bonheur : il me répondrait que la misère le fait encore moins. Je me contente de lui présenter un certain nombre de curieux personnages - financiers, hommes politiques, gens du monde, célébrités de toutes sortes - que j'ai approchés en cinquante ans de vie de Paris, dans l'espoir qu'il apprendra d'eux à se diriger dans ce dédale creusé de chausse-trapes où des pauvres se retrouvent richissimes tandis que des milliardaires glissent vers l'asile de nuit. Si, par surcroît, il découvre en me lisant une recette de bonheur, je n'aurai pas perdu mon temps. H.D.

  • Cet étourdissant personnage tenant de l'arsouille et du grand seigneur est l'un des plus pittoresque qu'ait imaginé ou peut-être rencontré le célèbre chroniqueur du Montmartre d'autrefois. L'impécunieux marquis, dénué de tout scrupule et connaissant le secret de vivre sans travailler, est devenu l'homme de confiance d'un musicien poète, et le marquis nous fait passer d'un pigeonnier bourdonnant de chansons à l'atelier où deux hors-la-loi se livrent à un mystérieux travail. Le chansonnier plus aimé qu'il n'aime devient malgré lui le complice d'une jeune voisine traquée par la police. Le soir, on danse dans le grand monde et, au petit jour, on se retrouve au Dépôt, toujours aux accents de la guitare et de l'accordéon. Le marquis ayant sans le vouloir déclenché un drame ne se montrera digne de son titre qu'à la dernière chanson.

empty