Rousseau J-J.

  • Lorsqu´il commence à écrire les Rêveries à l´automne 1776, Rousseau est un vieil homme proche de la mort, presque pauvre, célèbre dans toute l´Europe et pourtant assuré que l´espèce humaine le rejette. Il continue cependant d´écrire et les Rêveries sont à ses yeux la suite des Confessions. Mais il ne s´agit plus désormais de raconter sa vie ni de s´expliquer aux autres pour dévoiler sa vraie nature. Dans une solitude propice à l´introspection, si des souvenirs épars remontent maintenant à sa mémoire, c´est pour lui-même qu´il les consigne en même temps qu´il cherche à se mieux connaître et réfléchir plus largement sur les ressorts de notre esprit humain.
    Mais ces méditations sont aussi des promenades où la rêverie devient expansion de l´être, où le contact avec la nature est source de bonheur dans la pure conscience d´exister. Une nouvelle manière d´écrire s´inaugure donc, un libre parcours sans effort que la ligne mélodieuse d´une prose souvent poétique rend admirablement sensible. Ces Rêveries que Rousseau nous laisse lorsqu´il meurt à Ermenonville en juillet 1778, il se peut ainsi qu´elles ne nous soient pas adressées : elles nous sont en tout cas destinées.

    Edition de Michèle Crogiez. 

  • Pour nous aussi, la doctrine de Rousseau ne saurait être un simple objet de curiosité érudite ou d'intérêt purement philologico-historique. Elle apparaît au contraire, pour peu qu'on ne se contentât point d'en considérer les résultats et qu'on se plongeât dans ses tout premiers présupposés, comme une problématique vivante et très contemporaine. Les questions soulevées par Rousseau, qui les brandit face à son siècle, ne sont en rien obsolètes aujourd'hui, pour nous non plus elles ne sauraient être purement et simplement « réglées ».
    Ernst Cassirer Aux fondements de la pensée moderne, sur laquelle il aura exercé une inßuence décisive, le Contrat social reste l'un des ouvrages les plus importants de Rousseau. Publié en 1762, il dessine les grandes lignes d'un modèle de structuration sociale capable de combiner harmonieusement les valeurs propres à l'« état de nature » avec celles imposées par la vie collective. De là l'idée de « contrat » entre les individus qui, parce qu'ils ne sont soumis qu'à des conventions auxquelles ils ont librement souscrit, « n'obéissent à personne, mais seulement à leur propre volonté ».

  • Un jeune précepteur, Saint-Preux, tombe amoureux de son élève, mais leur passion est rapidement contrariée par le père de Julie, qui impose à sa fille d´épouser M. de Wolmar. D´abord désespéré au point de songer au suicide, Saint-Preux voyage, puis revient bien plus tard à Clarens, sur les bords du Léman, auprès de M. et Mme de Wolmar et de leurs enfants dont il devient le précepteur. Comme celui de Julie, son amour passé semble dominé - mais il va resurgir.
    Dès sa publication en 1761, La Nouvelle Héloïse rencontre un immense succès - et c´est une oeuvre inaugurale. Si bien des sujets abordés par les personnages donnent à ce roman épistolaire une tonalité philosophique, c´est également le récit d´un certain bonheur familial, d´une vie harmonieuse et tranquille dont Julie est le centre. Mais c´est surtout un grand roman d´amour où des êtres de papier vibrent comme s´ils étaient de chair, et où la passion sensuelle de Julie et de Saint-Preux s´avère dévastatrice : leur histoire est aussi celle de la fragilité des âmes fortes.

  • Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel JarretyRousseau Les lettres de Rousseau que l'on trouvera ici rassemblées font partie intégrante de son oeuvre, et il les a écrites avec le même soin qu'il mettait à ses livres. Ses correspondants sont parfois célèbres, comme Voltaire à qui il adresse la « Lettre sur la providence », le marquis de Mirabeau avec lequel il s'entretient de physiocratie, ou bien Malesherbes, destinataire des fameuses lettres« autobiographiques ». Mais ce sont aussi des amis, comme la comtesse d'Houdetot à laquelle il adresse une série de six lettres morales  ou bien encore des inconnus qui souhaitent recueillir ses conseils.
    Philosophiques, ces pages le sont donc au sens le plus large, tant l'écrivain aborde des sujets divers, et sur des modes divers, rédigeant tantôt de véritables petits traités, tantôt des lettres de direction spirituelle et morale. Ce qui se découvre ainsi sur près de trente ans, de 1742 à 1771, ce sont les débats d'une époque et la part essentielle qu'y a prise Rousseau, mais aussi, au-delà même de la pensée qu'il développe, un autoportrait de l'écrivain dans son temps.

    Edition de Jean-François Perrin. 

  • Emile ou de l'education - livres i-ii Nouv.

    Nous voyons aujourd'hui l'Émile comme une anticipation révolutionnaire des méthodes nouvelles en éducation. Mais, en 1762, sa publication et son succès mettent le feu aux poudres : la façon dont Rousseau y nie le péché originel lui vaut condamnation de l'Église. Convaincu d'une forme de bonté naturelle de l'enfant, que n'aurait pas encore pervertie la société humaine, Rousseau en vient à l'idée que l'enfance est un moment essentiel de l'existence et que son développement obéit à des lois générales sur lesquelles tout bon pédagogue devrait s'appuyer.

    Les deux premiers livres de l' Émile portent sur les deux stades initiaux de l'enfance (de la naissance à 2 ans et de 2 à 12 ans), au cours desquels la pédagogie est, d'emblée, un enjeu des plus sérieux. Mettant en scène un gouverneur et son jeune élève à travers une narration théorique d'une infinie richesse, Rousseau nous donne à penser les questions les plus cruciales soulevées par toute réflexion sur l'enfance.

    Dossier
    1. Les sources de la pensée éducative de Rousseau
    2. L'Émile, un précis d'anthropologie rousseauiste
    3. La pédagogie et l'enfance à l'époque des Lumières
    4. Les approches de l'enfance d'inspiration rousseauiste.

  • On a souvent besoin d'un plus petit que soi.
    C'est le secret que nous confie ce livre, avec bienveillance et douceur. Il faut réapprendre à observer ce qui nous entoure, à écouter les leçons de sagesse prodiguées par la nature. Et quoi de mieux pour cela que d'arrêter un moment le tempo infernal de nos vies et d'entendre ce qu'ont à nous dire les oiseaux ? Par leur mode de vie, leur façon d'être au monde, ces petits " maîtres à penser " nous enseignent un art de vivre plus respectueux de nos rythmes – plus profond aussi.
    Ces 22 petites leçons de vie, courtes et simples, nous invitent à retrouver l'être naturel qui dort en nous.
    Philippe J. Dubois est ornithologue et écrivain. Sa passion pour les oiseaux remonte à l'enfance. Il a parcouru le monde entier à leur recherche. Il dirige les éditions Delachaux et Niestlé, la plus ancienne maison consacrée aux livres sur la nature.
    Diplômée en philosophie et littérature, Élise Rousseau est journaliste et auteur d'ouvrages sur la nature et les animaux. Elle œuvre aussi pour la protection de l'environnement.

  • Le mot " psychoanalyse " fait son apparition en 1896 dans un texte de Sigmund Freud. Un an auparavant, Freud a publié ses fameuses Études sur l'hystérie. Dans cet ouvrage est raconté le cas d'une jeune fille juive et viennoise qui souffre d'hystérie. Son histoire deviendra légendaire car c'est à Anna O., c'est-à-dire à une femme, que l'on attribuera l'invention de la méthode psychanalytique : une cure fondée sur la parole pour prendre conscience des causes de la souffrance. Un ensemble de contributions à l'occasion du centenaire de la psychanalyse.

  • Based on a recently completed project of cultural consultation in Montreal, Cultural Consultation presents a model of multicultural and applicable health care. This model used clinicians and consultants to provide in-depth assessment, treatment planning, and limited interventions in consultation with frontline primary care and mental health practitioners working with immigrants, refugees, and members of indigenous and ethnocultural communities. Evaluation of the service has demonstrated that focused interventions by consultants familiar with patients' cultural backgrounds could improve the relationship between the patient and the primary clinician.This volume presents models for intercultural work in psychiatry and psychology in primary care, general hospital and specialty mental health settings. The editors highlight crucial topics such as: - Discussing the social context of intercultural mental health care, conceptual models of the role of culture in psychopathology and healing, and the development of a cultural consultation service and a specialized cultural psychiatric service- Examining the process of intercultural work more closely with particular emphasis oto strategies of consultation, the identity of the clinician, the ways in which gender and culture position the clinician, and interaction of the consultant with family systems and larger institutions- Highlighting special situations that may place specific demands on the clinician: working with refugees and survivors of torture or political violence, with separated families, and with patients with psychotic episodesThis book is of valuable use to mental health practitioners who are working in multidisciplinary settings who seek to understand cultural difference in complex cases. Psychiatrists, psychologists, social workers, nurse practitioners, primary care providers and trainees in these disciplines will make thorough use of the material covered in this text.

  • Dix ans se sont écoulés depuis qu'a paru Couché par écrit.
    L'époque est passée où l'on entreprenait une psychanalyse pour obéir, selon une méthode d'actualité, à l'injonction delphique du "Connais-toi toi-même". Maintenant, on souffre et c'est pour cela que l'on vient. Parfois en catastrophe, en crise; parfois dans le long cours d'une douleur dont on soupçonne qu'elle pourrait s'éviter. Trouver quelqu'un qui vous le confirme qui vous l'écoute, si j'ose dire avoir son temps et son espace pour le développer, s'accorder à soi cette dépense, c'est déjà un soulagement, certes.
    Mais, dans la plupart des cas, le symptôme, l'épine irritative qui fait mal, n'est pas abrasée pour autant. La psychanalyse vise en deçà, creusant "ce qui vient à l'esprit", soulevant des questions qui, de palier en palier, fouilleront les traces des origines, inscrites en chacun et que chacun réinscrit. Elle ne prend sa véritable portée que quand l'interrogation adopte la forme d'un "Pourquoi être ?" qui rejoint la question ontologique, admettant cependant qu'il subsiste un reste opaque au creux des "pourquoi" infinis.
    Le mot "patient" prend tout son sens en cette recherche, une aventure de parole aussi. A découvrir comment n'en pas abuser tout en faisant fond sur sa propre patience ?

empty