Littérature générale

  • Après vingt ans de silence, un homme s'apprête à retrouver l'ami avec lequel il a tout partagé à l'époque de ses études à Paris, l'ami qu'il a trahi et qu'il n'a pas revu. Une méditation très cinématographique sur l'espace et le temps qui semble poser comme centre de gravité de toute existence, fatalement, le premier amour.

  • Avoir la foi, y revenir, l'abandonner ou s'en passer : autant d'interrogations auxquelles nous avons cru, à tort, échapper. En réalité, pour beaucoup d'entre nous, la question de Dieu n'est pas réglée : l'échange épistolaire de deux écrivains quarantenaires, François Begaudeau et Sean Rose, nous montre combien ce sujet demeure vif, brûlant, inquiet.Le premier est un athée déclaré... tellement questionné par la geste du Christ qu'on pourrait dire qu'il croit un peu ; le second est un croyant pratiquant... tellement désorienté par les réalités humaines, trop humaines, qu'on pourrait dire qu'il doute beaucoup. Leur échange est une dispute théologique rythmée par la fureur de l'amitié. Leurs confidences sur des vies sinueuses font place au paradoxe : l'athée se baptise soudain « écrivain chrétien » quand le croyant lutte pour ne pas perdre une foi précaire. Il y a une impatience dans ces pages qui cherchent la vérité. Qu'attendent-ils chacun ? Une révélation ?

  • Voltige d'acrobate amoureux, d'un seul mouvement, magie, il la soulève et l'embrasse. Les lèvres d'Hannah, hermétiques un instant auparavant, s'épanouissent, se laissent aspirer, aspirent à leur tour, mutuelles ventouses. C'est elle qu'il porte mais c'est lui qui plane, elle lui a pardonné son retard comme elle lui pardonne tous ses défauts. Martin s'en tire bien. Ils font l'amour, un peu, souvent, passionnément comme un jour ils ne feront plus l'amour, comme un jour ils se quitteront.
    Un jour, pas ce jour.

    Installés dans leur vie sans drame majeur, quatre personnages se raccrochent à un instant d'éternité de leur jeunesse, celui du premier amour manqué, impossible... Sur la crête de l'émotion, l'auteur calligraphie une suite de miniatures existentielles et dissèque les 'illusions perdues' d'une génération flottante : celle des enfants de la crise, pris en étau entre l'espoir fou de la chute du mur de Berlin et le néant du 11-Septembre. Épousant les courts-circuits d'un temps qui fuit, le livre renvoie chacun de nous à l'énigme du premier amour et de son deuil.

empty