Stéphan Martel

  • Il y a 375 ans débarquaient à Québec les premières religieuses de la Nouvelle-France, six femmes qui allaient former un jour les deux plus importantes communautés religieuses de la colonie : les Augustines et les Ursulines. Vingt-cinq ans plus tard, la première paroisse au nord du Mexique était fondée. Soulignant ces anniversaires à sa manière, Cap-aux-Diamants offre à ses lecteurs un regard inédit sur la vie religieuse en Nouvelle-France. Tout d'abord, une série d'articles s'intéresse aux nécessités d'adaptation des institutions européennes en contexte colonial, notamment le rôle de « seigneuresses » des Augustines. Puis, quelques textes s'attardent aux croyances et pratiques religieuses du dix-septième et dix-huitième siècles, dévoilant sous un jour nouveau les mentalités de la société coloniale de l'époque.
    />

  • L'édition estivale de la revue Cap-aux-Diamants est consacrée à un rare manuscrit oublié, puis retrouvé : le Codex canadensis, un cahier de croquis originaux du prêtre missionnaire jésuite Louis Nicolas qui y répertorie faune, flore et scènes de la vie quotidienne des autochtones de ce que l'on appelait à l'époque les Indes occidentales. Sylvain Lumbroso retrace l'histoire de la découverte du manuscrit. Germaine Warkentin trace le portrait de son auteur Louis Nicolas, et Henri Goulet, celui de son acheteur Thomas Gilcrease. Laurier Lacroix raconte la quête de feu François-Marc Gagnon pour retracer et publier le Codex canadensis. Daniel Fortin s'intéresse aux autres ouvrages de Louis Nicolas, alors que Stéphan Martel se penche sur l'activité scientifique des Jésuites en Nouvelle-France au XVIIe et XVIIIe siècles. En conclusion, Martin Lavallée attire l'attention sur un autre manuscrit oublié, le journal de Jean-Baptiste Minet

empty