Suzanne Citron


  • Nouvelle édition préfacée par Laurence de Cock.

    L'identité nationale fait l'objet de vives controverses. Sur quelle vision de l'histoire doit-elle reposer ? Celle d'une France gauloise continuée par les rois, accomplie définitivement avec la République ? Ou celle d'une France métissée, faite de diversités culturelles et ethniques, ouverte sur l'avenir ? Pour repenser l'histoire de France, il faut d'abord décortiquer à travers les anciens manuels scolaires le schéma du « roman national » de la Troisième République. Ce récit linéaire et continu d'une France pré-incarnée dans la Gaule légitime, en occultant victimes et vaincus, les pouvoirs et les conquêtes qui ont non seulement créé la France mais encore la « plus grande France », c'est-à-dire un empire colonial. Les recherches portant sur l'histoire de Vichy, la colonisation et l'immigration de la guerre d'Algérie, tout comme les débats autour des lois mémorielles, ont provoqué d'incontestables avancées. Mais ont-ils vraiment révisé le mythe hérité de l'avant-dernier siècle ou n'en ont-ils égratigné que quelques pans ? Cette nouvelle édition du Mythe national s'attache, en s'appuyant sur la rigueur du travail historique, à revisiter le passé pour donner sens à une France aux multiples racines, membre de l'Union européenne, morceau de la planète et segment de l'histoire humaine.

  • Les écoles doivent faire attention à elles-mêmes car tout change autour d'elles si rapidement qu'en dépit de leur bonne volonté elles sont constamment menacées de sénescence et d'inadaptation. Mais il est non moins important de faire attention aux écoles car les fruits qu'elles produisent ne sont pas toujours ceux que nous en attendons. Elles font fi, souvent contre leur gré, mais très réellement cependant, de l'égalité des chances et leur pratique quotidienne dément les discours vertueux qu'elles tiennent officiellement. Face à ce titre au sens ambigu « attention ! écoles » quelle sera l'attitude des enseignants ? Et pourquoi, tout d'abord se fait-on enseignant ? Que révèle et que cache ce projet de vouloir éduquer autrui ? Si l'on tenait cette réponse, les problèmes ci-dessus évoqués deviendraient eux-mêmes plus clairs. Les auteurs des différentes contributions qui composent cet ouvrage ont tous écrit leur texte à l'intention de la revue Orientations qui depuis une dizaine d'années s'est précisément constamment préoccupée des nouveaux rapports à instaurer entre l'éducation et la société.

empty