Valeria Luiselli

  • C'est l'histoire d'une famille. Un père, une mère, deux enfants nés d'unions précédentes. Le père et la mère sont écrivains. Ils se sont rencontrés lors d'un projet où ils enregistraient les sons de New York, de toutes les langues parlées dans cette ville.
    C'est l'histoire d'un voyage : la famille prend la route, direction le sud des États-Unis. Le père entreprend un travail sur les Apaches et veut se rendre sur place. La mère, elle, veut voir de ses yeux la réalité de ce qu'on appelle à tort la " crise migratoire " touchant les enfants sud-américains. À l'intérieur de la voiture, le bruit du monde leur parvient via la radio. Dans le coffre, des cartons, des livres.
    C'est l'histoire d'un pays, d'un continent. De ces " enfants perdus " voyageant sur les toits des trains, des numéros de téléphone brodés sur leurs vêtements. Des paysages traversés et des territoires marqués par la chronologie, les guerres, les conquêtes.
    C'est l'histoire, enfin, d'une tentative : comment garder la trace des fantômes qui ont traversé le monde ? Comment documenter la vie, que peut-on retenir d'une existence ? Et enfin : comment parler de notre présent ?
    Avec Archives des enfants perdus, Valeria Luiselli écrit le grand roman du présent américain. Mélangeant les voix de ses personnages, l'image et les jeux romanesques, elle nous livre un texte où le propos politique s'entremêle au lyrisme.
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard.

  • Traduit de l'anglais par Nicolas Richard.
    Gustavo " Grandroute " Sanchez sait imiter à la perfection Janis Joplin quand il a trop bu. Il sait également déchiffrer les dictons des gâteaux chinois, et même faire la planche. Mais Gustavo n'est pas une personne comme les autres, c'est le meilleur commissaire-priseur du monde. Et il ambitionne de réaliser son plus grand coup : se faire extraire toutes les dents et les vendre en les faisant passer pour les restes d'" infâmes personnages " tels que Platon, Pétrarque ou Virginia Woolf.
    Cette supercherie mène Grandroute dans une direction qu'il n'avait pas prévue quand il remarque que son fils, présent à la vente, est bien décidé à acheter son propre père aux enchères...
    /> Inspiré par des auteurs comme Enrique Vila-Matas, L'Histoire de mes dents est un roman à double-fond qui oscille sans cesse entre la parabole et l'allégorie, une fantaisie débridée et hilarante sur les pouvoirs de la fiction et la valeur qu'on accorde aux objets.

  • Dès leur entrée aux États-Unis, les enfants migrants sans papiers venant d'Amérique du sud subissent un interrogatoire composé de quarante questions. Le but ? Leur permettre de raconter leur histoire, et pouvoir en juger la véracité.
    Valeria Luiselli a été interprète pour les tribunaux américains. Elle a été confrontée à la brutalité des politiques migratoires et à leurs angles morts : comment dire la terreur qu'on fuit, et celle qu'on rencontre en chemin ? Comment mettre en ordre par le récit, des vies rendues illisibles par la violence du monde ?
    Raconte-moi la fin est un essai d'une grande sensibilité qui rend aux migrations leur dimension humaine.
    Traduit de l'anglais par Nicolas Richard

  • C'est à la nouvelle vague de romanciers mexicains que L'Inconvénient offre les pages du dossier principal de son numéro d'hiver qui propose une incursion en territoire littéraire mexicain à travers cinq nouvelles, un genre plus court que les auteurs présentés manient avec aisance dans leur pratique, passant de celui-ci au roman sans préférence marquée. Le comité, conscient que ses choix sont subjectifs, désire ainsi faire connaître au public francophone certains des auteurs qui dépeignent le Mexique tel qu'ils le connaissent, dans toute sa complexité et de façon réaliste, sans recours au fantastique ou à la dystopie. Également au sommaire, Marie-Anne Letarte rencontre le peintre et architecte Patrice Charbonneau, Georges Privet signe une critique du dernier film de Robert Morin Le problème d'infiltration et Sylvain David discute des aléas du passage de l'écrit à l'écran à travers les séries The Handmaid's Tale et American Gods.

empty