Valerie Carayol

  • Dans cet ouvrage, sont analysées les politiques d'image, de relations publiques, de partenariat, les pratiques de fidélisation, d'incitation, de médiation ou encore d'imitation et de "benchmarking". La perspective théorique développée est solidement argumentée. Le terme "allagmatique", du grec allagma, qui signifie changement, illustre l'aspect dynamique de l'approche proposée. Les professionnels de la communication soucieux d'analyser leurs pratiques, les étudiants avancés comme les chercheurs en sciences de l'information et de la communication trouveront matière à une réflexion approfondie.

  • How should we approach cultural diversity in the workplace? Multinational corporations, transnational project teams and glocalised production and distribution processes raise challenging issues for communication and PR professionals. The complex nature of these communication processes often shows that existing models of cross-cultural or intercultural communication are inadequate to allow researchers or professionals get to grips with the complexity of the interactions encountered. This book aims to pinpoint and address the apparent limits of many traditional intercultural communication research methods when they are applied to real situations in today's hybrid and cosmopolitan global organisations. Written by distinguished scholars from around the world, the chapters challenge traditional ways of thinking and established academic categorisations. The chapters are structured around three main lines of questioning: how can we approach multicultural teambuilding situations where culture is a multi-faceted and multi-level dynamic construct linked to identity and experience, rather than `simply' a question of national habitus; how can we study emerging concepts, categories and practices in such situations using culturally sensitive qualitative research methods; and how can we approach the field of PR from very different cultural standpoints?

  • Comment les pratiques de communication au travail évoluent-elles avec l'usage - devenu massif - des outils de communication numériques ? Comment les salariés vivent-ils la numérisation croissante des échanges ? Quels bouleversements et phénomènes nouveaux autour de la civilité ou de l'incivilité organisationnelles peut-on observer ? Avec quelles conséquences sur l'environnement organisationnel et la santé au travail ?
    À travers 7 chapitres signés par des chercheurs en communication, en gestion, en psychologie sociale et en droit social, ce recueil pluridisciplinaire dessine les contours de phénomènes d'incivilités numériques au travail tels qu'ils se développent dans les organisations contemporaines, qu'il s'agisse de mail lapidaire, d'absence de réponse persistante ou de mise en copie abusive.
    Les transformations des pratiques de civilité sont analysées comme les symptômes d'évolutions organisationnelles et technologiques, qui révèlent souvent un travail « en souffrance ».
    Ce livre s'adresse aux chercheurs et aux étudiants, mais également aux professionnels intéressés par les nouveaux enjeux organisationnels et de santé au travail liés à l'usage des technologies de communication, et notamment du travail à distance.

  • Mouvement, bifurcation, révolution, tournant ? Les termes et métaphores par lesquels sont décrites les mutations des pratiques de recherches en sciences humaines et sociales, opérées et nécessitées par l'usage des technologies numériques sont nombreux. L'étude de ces mutations, et des nouvelles pratiques qu'elles entraînent et autorisent, dessine un champ de réflexion, désormais englobé sous le terme d'Humanités digitales, qui a particulièrement stimulé la réflexion des chercheurs ces dernières années en Sciences Humaines et Sociales, mais aussi dans le champ des Humanités et des Arts. L'ouvrage que nous proposons s'inscrit dans la lignée de ces études sur les bouleversements technologiques et leurs implications, dans le domaine scientifique, à la fois sur les communautés épistémiques, mais aussi sur la nature des savoirs, leurs modes d'élaboration, de diffusion et de patrimonialisation, notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales. La plupart des textes qui sont présentés dans cet ouvrage ont fait l'objet d'une communication lors de journées d'étude sur les Humanités digitales, organisés par le laboratoire MICA (Médiations, Information, Communication, Arts EA 4426) de l'Université Bordeaux Montaigne, en collaboration avec sept laboratoires du campus universitaire bordelais, mais aussi de Paris 3 et de l'IRI, le laboratoire de recherche du Centre Pompidou. Ces réflexions poursuivent l'ambition de fournir des matériaux pour la réflexion, dans un domaine qui suscite des interrogations nombreuses et sur lequel l'Université Bordeaux Montaigne poursuit une réflexion active, notamment à travers des journées d'études annuelles depuis 2011.

  • L'urgence est devenue une temporalité ordinaire. Les technologies de communication sont montrées du doigt dans ce mouvement qui semble inexorable et qui affecte les organisations. Mais sont-elles vraiment la cause de cet emballement temporel ? Les organisations vivent au quotidien dans l'urgence et veulent se penser sous le signe du projet, de l'anticipation, de la pro-activité et de la veille stratégique. Elles vendent de l'éphémère mais développent des pratiques dites de développement durable ! Qu'en est-il donc de l'urgence dans les organisations et de son rapport aux pratiques communicationnelles ?

  • L'activité numérique des cadres sur leurs différents terminaux électroniques mobiles s'intensifie au rythme des nouvelles injonctions à communiquer des organisations contemporaines. Connectés, hyper connectés, débordés, comment les cadres vivent-ils leurs pratiques des outils de communication mobiles? Comment font-ils face à ce qui est parfois évoqué comme une « laisse électronique » ? À travers plusieurs enquêtes qualitatives et quantitatives, auprès de cadres, de directeurs des Ressources Humaines et de responsables syndicaux, cet ouvrage dresse un panorama nuancé des pratiques et des usages numériques dans les entreprises contemporaines. À la veille de l'édification du Droit à la Déconnexion (issue de l'article 55 de la Loi n°2016-1088 du 8 août 2016), ce livre apporte un double éclairage : d'une part, il rend compte du sens des pratiques numériques mises en oeuvre par les individus et collectifs de travail pour mener à bien leur activités quotidiennes, et, d'autre part il pointe les écueils d'une forte prescription des usages technologiques, en termes d'appropriation, de liberté et d'autonomie dans le travail.

empty