Vincent Lavoie

  • Trop mignon ! mythologies du cute

    Vincent Lavoie

    • Presses universitaires de france
    • 18 Mars 2020

    Nous vivons l'âge du triomphe du mignon. Qu'il prenne la forme de personnages de dessin animé aux yeux démesurés ou de vidéos de chatons, de bébés joufflus ou de petites voitures qui donnent l'impression de sourire, la totalité de l'espace de la culture semble avoir trouvé dans la fascination pour ce que les Anglo-saxons appellent « cute » et les Japonais « kawaii » une sorte d'exutoire à l'horreur qui s'étale partout ailleurs. Mais de quel exutoire s'agit-il ? Et si, bien loin de marquer un échappatoire au cours du monde, notre goût pour le mignon n'était rien d'autre qu'une manière de nous y enchaîner davantage ? Et si, loin d'évoquer un monde de gentillesse et de douceur, il constituait une manifestation paradoxale de nos désirs de violence et de destruction ? Telles sont les questions qui servent de guide à Vincent Lavoie dans cet essai malin et virevoltant, où les célébrités d'Internet croisent celles du cinéma, du jeu vidéo, de la bande dessinée et même de l'industrie, de Pikachu à la Coccinelle, de Mickey Mouse aux inquiétants Cats for Jihad.

  • Ciel variable numéro 93 présente un dossier spécial, dirigé par Vincent Lavoie, portant sur la pratique et les enjeux de la preuve médico-légale dans le champ des arts visuels. Des oeuvres aux sujets parfois surprenants : traitement des prisonniers à la prison d'Abu Ghraib (Errol Morris), reconstitution de scènes de crimes (Corinne May Botz), archives judiciaires (Emmanuelle Léonard), recréation d'échantillons d'ADN (Paul Vanouse), scènes filmées par la police (William E. Jones), erreurs judiciaires (Taryn Simon) et analyses météorologiques (Phil Chadwick). Également dans ce numéro, un article de Jean-François Nadeau sur les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie (2012) et un entretien avec Joan Fontcurberta sur les enjeux de l'image photographique à l'ère du Web 2.0.

  • La récurrence des manifestations de reprise, de répétition, de réactualisation, de recyclage, de reconstruction et autres « re- » souvent invoqués dans les discours artistiques a incité esse arts + opinions à se questionner sur le sens spécifique et la portée critique des pratiques relevant de la « reconstitution ».

  • Qu'est-ce qui apparaît? Qu'est-ce qui disparaît? Quels papillons? Quelle enfance? Quels fantômes? Qu'est-ce qui ainsi survit et survient? Quel rôle donner à l'écriture dans ce travail sur la lisibilité? Telles sont les questions qui dirigent ce dossier sur le philosophe et historien de l'art Georges Didi-Huberman. « Essayer voir », l'expression de Beckett magistralement reprise dans le titre de l'un essai de ce dernier paru en 2014, était une invitation, un défi qui s'est prolongé dans ce dossier selon l'esprit de liberté qui fait consensus à propos de l'homme. Un entretien exclusif avec Didi-Huberman et des textes de Georges Leroux, Sylvano Santini, Julien Lefort-Favreau, Pierre Lavaud, Alexis Lussier, Vincent Lavoie, Katrie Chagnon, Isabelle Décarie et Ginette Michaud, entre autres, sont réunis sous la direction de Guylaine Massoutre et Manon Plante.

empty