Wahl

  • Dyslexiques, dysphasiques, dyspraxiques, dyscalculiques... Les enfants dys souffrent de troubles cognitifs spécifiques qui, parce qu'ils apparaissent au cours de leur développement, ralentissent ou compromettent leur acquisition des savoirs fondamentaux. Leur vie scolaire en pâtit, et s'ils ne sont pas pris en charge, ils en subissent les conséquences à l'âge adulte, dans leur vie professionnelle et sociale. En France, 6 à 8 % des élèves d'une classe d'âge seraient concernés. Comment dépister et traiter ces troubles ? Comment accompagner au mieux les enfants dys ? Gabriel et Marie Wahl proposent des pistes et, à l'appui d'exemples concrets et d'une solide expérience de terrain, montrent que les troubles dys ne sont pas une fatalité.

  • Les enfants et les adolescents hyperactifs ne sont pas seulement de joyeux trublions ou de doux rêveurs. Ils subissent aussi les tourments et les épreuves que ce trouble ne manque jamais de provoquer dans leur vie familiale et scolaire. Car comme son nom ne l'indique pas, l'hyperactivité désigne non seulement un excès ou un désordre de l'activité, mais aussi l'association de trois types de troubles : l'hyperactivité elle-même ou l'agitation, l'inattention et l'impulsivité. Cet ouvrage présente l'hyperactivité, en décrit les symptômes de l'enfance jusqu'à l'âge adulte, en interroge les causes. Il souligne aussi - des thérapies cognitives comportementales au traitement pharmacologique - l'importance d'une stratégie thérapeutique plurielle.

  • Ce n'est pas une surprise : les enfants intellectuellement précoces deviennent des adultes surdoués. Dans cet essai, Gabriel Wahl, après avoir passé en revue les tests qui permettent de les identifier, décrit leur profil psychologique et leur façon d'être. La question étant abordée sous différents angles - historique, philosophique et biologique -, c'est non seulement de capacités intellectuelles hors normes dont l'auteur nous parle, mais plus généralement de l'intelligence. À la clé, une question : les développements de la génomique cognitive, qui prétend découvrir les gènes de l'intelligence, doivent-ils faire espérer ou craindre la possibilité d'une intelligence génétiquement modifiée ?

  • Le paradoxe n'est que trop connu : les surdoués peuvent, eux aussi, être en situation d'échec scolaire. Mais s'il est vrai que la précocité intellectuelle peut provoquer des tourments affectifs et des désarrois à l'école, il faut rappeler qu'elle offre beaucoup plus de chances qu'elle ne fait courir de risques, les études les plus récentes et les plus objectives le prouvent. Comment identifier les enfants intellectuellement précoces ? Tous les tests de QI sont-ils fiables ? Existerait-il un « gène de l'intelligence » ? Autant de questions abordées dans cet ouvrage, qui propose aussi des méthodes pédagogiques adaptées aux enfants intellectuellement précoces. L'auteur souligne que la plupart d'entre eux réussissent sans encombre et ne demandent qu'à étancher une soif de connaissance hors du commun.

  • Une femme commet un braquage au cours duquel un homme est tué accidentellement. Dans le même temps, deux dangereux pilleurs de banques écument Stockholm, et mettent la police sur les dents. Martin Beck quant à lui, reprenant le travail après une longue convalescence, se heurte à une affaire bizarre : un vieil invalide nécessiteux est retrouvé mort dans une pièce sordide soigneusement fermée de l'intérieur. Il a une balle dans le ventre. La police veut conclure à un suicide, mais dans ce cas où est passé le pistolet ? Un pistolet qui, justement, semble avoir servi au braquage... A partir d'un classique mystère de chambre close se dessine progressivement une affaire complexe, à la résolution parfaitement amorale. Maj Sjöwall et Per Wahlöö ont écrit, entre 1965 et 1975, une série de dix romans mettant en scène l'enquêteur Martin Beck et son équipe. Leur oeuvre, qui n'a pas pris une ride, a marqué la littérature policière occidentale.

  • Le sale discours

    David Wahl

    Le Sale discours, c'est un récit qui parle d'un environnement façonné par nos ordures, nos excréments et nos déchets.
 C'est un récit qui parle de notre instinct de survie, de nos rêves d'éternité, de la peur de la mort.
 C'est le récit de l'homme, qui envisage sa survie au prix de son environnement. Et du cycle de plus en plus vertigineux dans lequel cette lutte l'entraîne.
    Qu'est-ce qui est propre ? Qu'est-ce qui est sale ?

    Au début du XIIe siècle, le roi Louis VI ordonna qu'aucun cochon n'entrât plus dans la ville sans être tenu en laisse – une loi de salubrité publique. Ce faisant, il mit fin, du même coup et bien malgré lui, à la meilleure escorte de nettoyage de l'époque. Car les porcs, dévorant les immondices, nettoyaient les rues. Et c'est ainsi qu'en l'espace de quelques semaines, la ville se transforma en... porcherie .

    Qu'est-ce qui est propre ? Qu'est-ce qui est sale ?

    Inodores, incolores, et, par-dessus tout, imputrescibles, les déchets nucléaires sont impeccables, d'aspect le plus propre possible. Mais mortellement radioactifs durant des dizaines, voire des centaines de milliers d'années.

    Le Sale discours, c'est un récit qui parle d'environnement.
 D'un environnement façonné par nos ordures, nos excréments et nos déchets. 
C'est un récit qui parle de notre instinct de survie, de nos rêves d'éternité, de la peur de la mort.
 C'est le récit de l'homme, qui envisage sa survie au prix de son environnement. Et du cycle de plus en plus vertigineux dans lequel cette lutte l'entraîne.

    Où l'on croise un cochon, des atomes, Marie Curie, la Voie lactée, des fantômes et bien d'autres choses encore.

  • L'hyperactivité ou TDAH s'observe fréquemment à l'âge adulte. C'est cependant un trouble peu connu, bien qu'il puisse provoquer de nombreuses difficultés, que ce soit dans la vie privée ou professionnelle. Avec ce nouveau livre, Gabriel Wahl offre une synthèse exigeante et accessible. Il décrit avec précision tous les symptômes de l'hyperactivité chez l'adulte qui forment un tableau complexe où se mêlent tourments et talents, il en souligne les conséquences affectives et sociales, et les illustre de nombreux exemples. Il pose les conditions d'un diagnostic fiable et entreprend de démêler le vrai du faux dans la multitude des causes invoquées à l'origine de ce trouble. Enfin, il s'efforce de distinguer le meilleur dans le foisonnement des thérapeutiques proposées. Pour comprendre l'hyperactivité ou le TDAH chez l'adulte. Le docteur Gabriel Wahl est psychiatre et pédo­psychiatre. Il a enseigné la psychologie clinique à l'université Paris-VII et préside l'Association de recherche pluri-disciplinaire sur l'échec scolaire (ARPE). Il est l'auteur de Comprendre et prévenir les échecs scolaires avec Claude Madelin-Mitjavile et de plusieurs ouvrages sur la précocité et l'hyperactivité chez l'enfant.

  • Cet ouvrage offre un panorama complet de l'histoire allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il retrace les destins parallèles de la RFA et de la RDA jusqu'à la réunification et présente les racines et lignes de conduite qui font aujourd´hui de l´Allemagne la puissance majeure de l'Union européenne.
    Cette étude comparative des deux régimes, de part et d´autre du Mur, est inédite. L'auteur prend soigneusement en compte les dernières recherches des historiens allemands, tout en apportant un éclairage original.

  • Le perçu

    Wahl-F

    Chacun convient de la consistance du monde objectif - ou être-là - dans la coexistence en devenir de ses éléments multiples. Mais l'être-là, c'est dans son apparaître que nous le saisissons. Et il est stupéfiant que la tradition philosophique s'accorde pour dénier toute une-consistance à l'apparaître, requalifié pure apparence. L'ambition du Perçu, dûment distingué du psychologique de la perception, est de restituer à l'apparaître sa consistance, non pas seulement factuelle mais telle que de part en part prescrite par une série d'axiomes emboîtés.Parce que la Phénoménologie domine depuis un siècle le champ de la réflexion sur l'apparaître, la démonstration devait prendre en compte ce qui a empêché Husserl d'en reconnaître la consistance propre, ce qui a fait Merleau-Ponty prendre celle-ci à contre-sens, et ce qu'il y a d'anti-philosophie dans la réduction heideggérienne du problème à la compréhension de l'être-au-monde.Et puisque tant Lacan qu'Alain Badiou ont repris à leur compte, en la renouvelant chacun profondément, la doctrine d'une essentielle inconsistance de l'apparaissant, il était exigible qu'un âgon soit ouvert entre eux et le Perçu.Mais il ne s'agissait pas de faire l'histoire philosophique d'un problème. Et le bâti critique n'aura eu d'autre fin que de dégager, à travers ses moments successifs, l'appareil et l'articulation de la preuve : preuve qu'il existe une axiomatico-logique du perçu, et qui ne va pas sans conséquences tant pour l'ontologie que pour la théorie du sujet.

  • Et si l'ouvrage le plus actuel avait été écrit il y a deux mille cinq cents ans ? Comment entendre et surtout comprendre l'enseignement du Qohélet, également connu comme l'Ecclésiaste, que Jean-Jacques Wahl, dans sa nouvelle traduction claire et tonique, préfere nommer Illusion des illusions" ? N'y aurait-il vraiment rien de nouveau sous le soleil ? "Ce livre qui fait partie du canon biblique incite à se méfier de toute foi naïve. Il pose, entre autres, la question suivante : comment penser que l'oeuvre de la création, déclarée bonne par son créateur, soit devenue la proie des illusions, de ce qui n'a pas de réalité ? Est-ce sans remède ?" s'interroge Catherine Chalier dans sa préface. Une invitation à renouveler son regard sur l'existence, par-delà vanités et illusions.".

  • Professeur à la Sorbonne, où il accomplit, selon le mot de Levinas, « une activité extra-universitaire et même anti-universitaire nécessaire à une grande culture », Jean Wahl sut se distinguer par sa prescience des nouvelles orientations de la philosophie française (l'existentialisme de Sartre, notamment) dans sa propre insistance à réclamer les droits d'une philosophie du concret et du vécu, par opposition à ce qui lui apparaissait comme l'excès de l'abstraction et de totalisation de la pensée hégélienne. Le présent ouvrage, dans lequel Merleau-Ponty puisa une partie de l'inspiration initiale de sa philosophie, propose une redécouverte de ce grand « passeur » dont l'audace modifia profondément le paysage philosophique français. Jean Wahl (1888-1974), fut Professeur à la Sorbonne.

  • Cette description de la société allemande met l'accent sur les effets de la réunification, source permanente de nouveaux problèmes et moteur d'un changement de la situation (Kurt Sontheimer). Une autre société allemande est en train de se mettre en place, c'est pourquoi son visage actuel, très contrasté, est appelé à subir rapidement d'importantes modifications.

  • Faire la " seconde histoire du national-socialisme ", selon le mot de l'historien Peter Reichel : voilà l'ambition de ce livre. L'histoire de l'Allemagne d'après-guerre ne peut, en effet, se résumer à la légende dorée du miracle économique ou de l'édification d'une démocratie modèle. Ce sont, en majeure partie, les cadres du régime nazi qui, à la même place, ont édifié et développé la RFA. Cette permanence des élites n'a néanmoins cessé de peser sur le présent comme l'attestent les nombreux débats et scandales qui ont secoué la société allemande jusqu'à nos jours. Ce livre présente d'abord les limites de la dénazification entreprise sous l'autorité ou le contrôle des Alliés durant la période d'occupation jusqu'en 1949. Il retrace ensuite la politique du gouvernement d'Adenauer, axée sur l'indulgence en faveur des ex-nazis et la continuité des personnels, qui permit une remarquable longévité des cadres politiques et administratifs, d'une part, des notables et dirigeants de l'ensemble du secteur privé, économique et culturel, d'autre part. A travers cette analyse sans précédent, on comprend à quel point la présence du passé (Vergangenheitsbewältigung) forme d'incessants échos dans l'actualité de la plus peuplée et la plus riche des démocraties européennes, et combien elle conditionne, encore aujourd'hui, sa culture politique tout autant que sa conscience collective.

  • In 2007, David Beckham, the golden boy of soccer, shocked the international sports world when he signed a fiveyear contract with an American team, the Los Angeles Galaxy. Under the direction of his manager, Simon Fuller, the mastermind behind American Idol and the Spice Girls, Beckham was ready for a monumental challenge and a risky adventure–ready, as Fuller put it, to earn his stripes Stateside. Could he pull off what no player had ever accomplished (including Pelé in the 1970s) and transform soccer into one of the most popular spectator sports in America? It was a bold experiment: failure meant a team, a league, a sport, and Beckham himself might miss their chance to hit primetime in the U.S.With unprecedented access to the Galaxy and oneonone interviews with Beckham, veteran Sports Illustrated writer Grant Wahl focuses on the inner circle of the experiment: Beckham, Galaxy leading scorer Landon Donovan, Simon Fuller, controversial former coach Ruud Gullit, outspoken former Galaxy president Alexi Lalas, and Mrs. Victoria “Posh Spice” Beckham. Wahl takes readers behind the scenes, on the road with the team and inside the locker room, to reveal just what happened on and off the field when the most renowned player in the world left the glamour of European soccer to play in a country that has yet to fully embrace the sport. We find out what his teammates really think of their superstar captain, who was calling the shots behind thescenes, how Beckham’s management conducted a shadow takeover of the Galaxy organization, and if the team plans to embrace him–or not–when he returns from AC Milan for the 2009 season.The Beckham Experiment is a noholdsbarred account of ego clashes and epic winless streaks, rivalries and resentments, big gambles and great expectations, cultural and class collisions, and ultimately the volatile mix of celebrity and professional sports. As Beckham embarks on his third season with the Galaxy, the question remains: even for a player the caliber of David Beckham, are some goals out of reach?From the Hardcover edition.

  • A group of animals cooperate in decorating a great fir tree in celebration of Christmas.

  • In the tradition of A Whole New Mind and The War of Art, graffiti artist and corporate thought leader, Erik Wahl explores the power of creativity to achieve superior performance.
    Somehow weve come to believe that creativity is reserved for the chosen few: the poets, the painters, the writers. The truth is creativity is in all of us and re-discovering it is the key to unlocking your fullest potential. Unthink is a book that pushes us beyond our traditional thought patterns.
    Unthink is a book that will inspire everyone to realize that we are capable of so much more than we have pre-conditioned for. Creativity is not in one special place--and it is not in one special person. Creativity is everywhere and in everyone who has the courage to unleash their creative genius.

  • From the world-famous graffiti artist, beloved corporate speaker, and bestselling author of Unthink, a provocative new book on how you can train yourself to become creative in your business and everyday life. We're conditioned to think in terms of dichotomies, especially when we talk about creative genius. Right brain versus left brain. Inspiration versus perspiration. Creativity versus discipline. And consequently, we believe that no one person can have both or be both: you're either a suit or a creative. But Erik Wahl, a professional artist who has learned to generate constant creative work, argues that success now depends on being able to harness creativity and discipline. According to Wahl, creativity has two faces: the spark of inspiration and the grind of following through to make that idea a reality. Sparks of insight originate from passion--these are the moments that make your heart race in excitement, the moments in which you're enthralled by possibility. The grind is the necessary work to take your spark from pie-in-the sky idea to execution. Too often, we consider these elements separately, without thinking about how they interact. But the two are symbiotic: ongoing, original creativity requires both, as Wahl writes, "the initial flicker of hope, and the work to stoke it into something that changes the game." Wahl offers practical advice about how to fan the sparks and make the grind more productive, including: · Immerse yourself in the unfamiliar: Consciously put yourself into uncomfortable situations to produce new and better ideas. · Converse with yourself and others: Subjecting your ideas to the crucible of criticism will clarify what's really brilliant about them. · Rehearse creativity constantly: You need to commit to a steady practice of creativity, in what Wahl calls "a lifestyle of iteration." Wahl deftly synthesizes the wisdom of other artists, philosophers, scientists and business visionaries throughout history, along with his own striking personal story. The result is a guide to ensuring constant creativity in your everyday life, in and out of the office, that will push you to produce your most innovative work yet.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • The book summarizes the findings and contributions of the European ARTEMIS project, CESAR, for improving and enabling interoperability of methods, tools, and processes to meet the demands in embedded systems development across four domains - avionics, automotive, automation, and rail.
    The contributions give insight to an improved engineering and safety process life-cycle for the development of safety critical systems. They present new concept of engineering tools integration platform to improve the development of safety critical embedded systems and illustrate capacity of this framework for end-user instantiation to specific domain needs and processes. They also advance state-of-the-art in component-based development as well as component and system validation and verification, with tool support. And finally they describe industry relevant evaluated processes and methods especially designed for the embedded systems sector as well as easy adoptable common interoperability principles for software tool integration.

  • Die Kanonisierung literarischer Texte drückt eine besondere normative Anerkennung aus und zieht die Literaturtheorie in die Gestaltung gesellschaftlich-kultureller Machtverhältnisse hinein. Der vorliegende Band geht darum der noch zu wenig von der Kanonforschung berücksichtigten Frage nach, inwiefern die Literaturtheorie zur literarischen Kanonbildung beiträgt. Mittels einer an Pierre Bourdieu und John Searle orientierten kultursoziologischen Methodik beantwortet die Untersuchung diese Frage am Beispiel der Kanonisierungspraxis von Georg Lukács (1885-1971). In den drei untersuchten historischen Kontexten nahm dieser Einfluss auf die Funktionalisierung des Literarischen und literarischer Texte zur kulturellen Identitätsbildung, Rechtfertigung von Werten und Handlungsorientierung.

  • Immer wieder ist von Krisen die Rede, beispielsweise der Familie, der Jugend, der politischen Moral und des Wirtschaftssystems. Ist die Ursache dafür ein Werteverfall? Folgt unser alltägliches Verhalten wirklich hheren Werten? Ist Werteerziehung hilfreich?Basierend auf Erkenntnissen aus der Gehirnforschung, Psychologie und Soziologie beleuchtet der Autor andere, meist unbewusste Motive unseres Tuns und Lassens. Dem Leser werden unter anderem folgende Fragen beantwortet: Haben schon Tiere Vorformen von Moral? Was passiert im Gehirn, wenn wir moralische Entscheidungen treffen? Welche Rolle spielen die Gene und frühkindliche Erfahrungen? Wie werden Kinder zu moralischen Persnlichkeiten? Was tragen Eltern, Kindertagesstätten und Schulen dazu bei? Welche Persnlichkeitsaspekte, Fähigkeiten und Verhaltensneigungen von Kindern begünstigen moralisches Handeln und ein gutes Leben und Zusammenleben? Welche Kompetenzen helfen zur Verwirklichung von Werten wie Gesundheit, Gerechtigkeit, Freiheit oder Solidarität? Das Buch wendet sich an Eltern und Menschen in sozialpädagogischen, pädagogischen und psychologischen Berufen, in Journalismus und Politik, an Studierende und alle an dieser Thematik Interessierten.Prof. Dr. Klaus Wahl forschte am Deutschen Jugendinstitut und am Hanse Wissenschaftskolleg und betreibt nun das Psychosoziale Analysen und Prävention Informations-System (PAPIS). Daneben unterrichtete er an in- und ausländischen Universitäten, derzeit lehrt er an der Universität München.

  • Dans ce volume sont présentés cinq pays, attachés différemment à une tradition démocratique en 1918 et qui, en 1989, semblent converger vers un modèle à la fois comparable par certaines institutions, et différent par la pratique liée à des cultures et surtout à des histoires récentes originales. La république fédérale américaine et la monarchie britannique puisent à une source commune, et pourtant elles changent de façon différente : le président américain n'a cessé de renforcer son pouvoir pour affronter et la crise des années Trente, celle de la guerre mondiale et surtout celle longue de la guerre froide. En Grande-Bretagne, les responsabilités du Premier ministre et de sa majorité n'ont cessé de se renforcer. En Espagne, un premier essai a échoué dans les années Trente sans doute parce que la culture politique n'avait pas encore intégré la notion d'État, à la différence de l'évolution qui suivit la fin de la dictature, la « transition ». En Italie, la monarchie de Savoie n'avait pu enraciner une vraie démocratie à cause du refus électoral des Catholiques et de l'hétérogénéité sociale, culturelle et économique du pays, dont l'unité était trop récente. En 1946, l'expérience a réussi, non à cause de l'élimination de la monarchie, mais par la constitution de quelques grands partis bien identifiés, de la possibilité d'unifier le pays par la langue contre les dialectes, par les medias, par une politique économique. En Allemagne, la république de Weimar est une expérience discutée, inachevée, dont un historien ne peut prédire quelle eût été son évolution. En 1947, le modèle démocratique a été imposé par les Américains, sous une forme fédérale, à cause de la guerre froide, et dans la partie de l'Allemagne historique qui pouvait, sans doute, en faire l'expérience le plus efficacement.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • C'est en 1928, peu après la parution de « Être et Temps », que Martin Heidegger donna, à l'Université de Fribourg, un cours resté célèbre, et auquel assistait Jean Wahl. Celui-ci y recueillit alors, en notes, l'enseignement du philosophe allemand. Ce sont ces notes qui ont servi de base aux leçons sur Heidegger données par Jean Wahl en Sorbonne en 1946. Ce cours, publié dans le présent volume, est, à ce jour, l'un des meilleurs et des plus limpides exposés du système heideggerien. Car les grands thèmes qui y sont abordés - la spécificité de la philosophie au regard de la science, la question de la vérité, le débat sur les « visions du monde » - servent à Jean Wahl de fil conducteur pour pénétrer au coeur d'une pensée complexe et majeure. A travers cette exploration, si féconde, c'est l'Université française qui, soudain, se penche sur l'Université allemande. Confrontation décisive et passionnante...

empty