Xavier Emmanuelli

  • Les enfants des rues, ce sont ces enfants que l'on voit errer, seuls ou en groupe, dans les rues des mégapoles. Dégât collatéral de l'urbanisation et de la mondialisation, ils sont souvent molestés par les commerçants, poursuivis par la police et rejetés par l'ensemble de la population. Comment aider ces petits exclus ? Quels sont les pièges à éviter pour se faire accepter d'eux et agir efficacement ? Fort de son expérience auprès des grands exclus, Xavier Emmanuelli se penche ici sur le sort de ces enfants abandonnés de tous. Enfants sorciers ou enfants soldats, filles-mères ou adultes ayant refusé de grandir, tous ont des comportements de survie archaïques qui relèvent de ce qu'il appelle l'« atroce liberté ». Quand ces comportements sont compris, ils peuvent servir d'appui pour une démarche de soin concrète. Un document d'une richesse clinique exceptionnelle. Un témoignage poignant sur l'un des scandales de nos sociétés. Xavier Emmanuelli est cofondateur de Médecins sans frontières, pionnier du Samu, fondateur du Samu social et ancien ministre de l'Action humanitaire d'urgence. 

  • " Clandestins ", " migrants ", " sans-papiers " : des foules de malheureux bravent les pires dangers pour rejoindre une terre qui constitue, à leurs yeux, l'ultime espoir.Ils sont notre peur et notre rejet, car ils incarnent le chaos du monde. Aujourd'hui, ils viennent d'Afghanistan, d'Érythrée, d'Irak, de Libye, du Soudan, du Sri Lanka ou de Syrie. Demain, ils viendront d'ailleurs encore. Inutile d'ériger des barbelés, le monde entier s'est mis en marche.Face à ces situations d'urgence, tendre la main à ceux qui tombent est notre devoir de citoyens. Comme les précédentes vagues d'immigration, ces réfugiés sont aussi une chance pour notre pays.Ne fermons pas nos frontières, ne fermons pas nos coeurs. Accueillons dignement la " misère du monde ".

  • L'évolution scientifique et technologique des deux derniers siècles a généré une société d'exclus n'ayant plus accès à la dignité. Pour Xavier Emmanuelli, l'exclusion engendre tout à la fois une rupture et un chemin d'espérance : l'homme abandonne un vieux monde sans comprendre encore le monde nouveau qui se cherche. Fort de cette réflexion, il nous invite à développer un "humanitaire" qui ne soit pas une solidarité technicienne, mais bien une véritable attention, une compassion. Tant il est vrai que, bien loin de la lutte sociale, les seules forces capables de restructurer l'homme et la société sont la fraternité et l'amour.

  • L'évolution scientifique et technologique des deux derniers siècles a généré une société d'exclus n'ayant plus accès à la dignité. Pour Xavier Emmanuelli, l'exclusion engendre tout à la fois une rupture et un chemin d'espérance : l'homme abandonne un vieux monde sans comprendre encore le monde nouveau qui se cherche. Fort de cette réflexion, il nous invite à développer un "humanitaire" qui ne soit pas une solidarité technicienne, mais bien une véritable attention, une compassion. Tant il est vrai que, bien loin de la lutte sociale, les seules forces capables de restructurer l'homme et la société sont la fraternité et l'amour.

  • "Morituri" nous le sommes tous, mortels, condamnés à mort. Et, si la plupart du temps, notre démarche n'est pas aussi spectaculaire que celle du malade de ce récit, c'est que nous n'avons pas tous l'occasion de voir venir la mort comme il la voit lui. Il s'agit ici, sans littérature mais non sans lyrisme et appels à l'imaginaire, de la stricte relation d'une maladie et d'une mort. Un combat. D'un côté, la vie c'est-à-dire l'instinct vital du malade, sa résistance grâce à son adaptation au milieu hospitalier, grâce à ses phantasmes qui explorent l'originel ; c'est-à-dire aussi les moyens de la médecine moderne, le comportement du médecin, du chirurgien, de l'anesthésiste. De l'autre côté, la mort, c'est-à-dire la prostration du malade, sa méfiance, ses songeries et ses cauchemars prémonitoires, sa peur... Écrit par un médecin, ce livre d'où se dégage un sentiment d'angoisse et d'émotions très prenantes, est d'une sobriété et d'une précision technique remarquables.

  • Médecins sans frontières est devenu, en vingt ans, l'un des phares de l'action humanitaire. Ses membres se trouvaient aux côtés des réfugiés du Cambodge et de l'Ethiopie comme dans les montagnes kurdes après la guerre du Golfe, ou dans les ruines d'Arménie après le tremblement de terre. Ils ont inventé une médecine d'urgence à l'échelle de la planète, transposé les techniques des SAMU au niveau des catastrophes mondiales, qu'elles soient naturelles ou politiques. Le succès a inévitablement attiré des prédateurs : chaînes de télévision, hommes politiques, marquis de l'avant-scène et autres faiseurs d'opinion. Xavier Emmanuelli, l'un des fondateurs de Médecins sans frontières dont il est le président d'honneur, s'insurge contre ces déferlements, les mises en scène médiatiques et un pseudo-"droit d'ingérence" qui prétendent couvrir du pavillon de humanitaire des gesticulations politico-militaires. Dans un livre âpre, sans concessions, souvent poignant, Xavier Emmanuelli a le courage d'arracher les masques de la bonne conscience. Un exercice périlleux mais salutaire, mené à bien par un homme qui demeure convaincu que l'action humanitaire relève d'un choix individuel et doit rester subversive.

  • A chaque expérience que j'ai faite des confins de l'homme, comme médecin d'urgence, comme médecin des prisonniers, des exclus ou des toxicomanes, chaque fois, à travers souffrances et désastres, j'ai senti un peu plus fort que ces fins de monde sont aussi des préludes à un nouveau monde. Ces moments servent de tremplins. Ce qui était drame devient paix, ce qui était ténèbres devient lumière, la folie devient sagesse, la fureur ou la peur, sérénité, l'inquiétude et le désespoir, amour inconditionnel et solidarité. Une catastrophe est pour ainsi dire initiatique. Xavier Emmanuelli a fondé en 1971 Médecins sans frontière et a été secrétaire d'État à l'Action humanitaire d'urgence. Il a également créé le SAMU social de Paris.

  • Tout le monde connaît l'extraordinaire efficacité du Samu, mis en place dans les années 70, pour répondre à l'hécatombe due aux accidents de voiture, avec les techniques héritées de la médecine militaire. Sous l'égide de Pierre Huguenard, Xavier Emmanuelli en a été l'un des pionniers, et Suzanne Tartière fait partie de ces « médecins régulateurs » qui doivent prendre en quelques minutes, accrochés à leur téléphone, des mesures d'urgence pour répondre aux appels du « 15 ».Elle témoigne ici d'un quotidien fait de tragédies, de sauvetages à distance, d'émouvantes expériences de courage et de solidarité. Attentats, drames en tous genres et suicides évités de justesse (ou pas) alternent avec des situations de détresse qui relèvent autant du social que du sanitaire.À ces récits drôles ou poignants, mais toujours pleins d'humanité, Xavier Emmanuelli apporte des contrepoints historiques et éthiques. Avec Suzanne Tartière, il pointe les dangers d'une dérive technologique qui éliminerait le « colloque singulier » entre médecin et patient, et qui refuserait de répondre aux problèmes récurrents que posent les personnes âgées isolées, les SDF et les exclus de toutes sortes.Un témoignage captivant, qui nous interpelle tous sur des choix cruciaux de société.

  • Sénas aurait bien pu disparaître pendant les règnes de Louis XIII et de Louis XIV à causes des effets collatéraux de la guerre. L'acharnement de sa population de modestes paysans lui a permis de survivre jusqu'à l'explosion maraîchère et fruitière du XXe siècle. L'auteur a prospecté les archives publiques et privées dans les domaines institutionnels, politiques, économiques, sociaux, culturels, d'Aix à Orgon en passant par Arles, Avignon, Le Mans et Marseille.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty