Langue française

  • Internet est notre quotidien, tant nos activités sont désormais tissées de numérique. De ce sujet sérieux, Xavier de La Porte fait un feuilleton plein de variations et de rebondissements. Par son regard mi-scrutateur, mi-amusé, il analyse ses propres pratiques quotidiennes ainsi que les enjeux globaux du réseau. Au travers de ces chroniques diffusées chaque matin sur France Culture entre septembre 2013 et juin 2014, nous découvrons notre reflet dans le miroir de la vie numérique. Nous réalisons également que le monde ne change pas aussi vite que veulent bien le dire les commentateurs pressés et les tenants de la disruption : les pratiques évoluent, mais les questions fondamentales demeurent. C'est d'elles qu'il est question ici.

  • Bernard-Henri Lévy porte beau : photogénique, chemise blanche impeccable, il a le sens de la formule et semble toujours prêt à surgir dans votre poste de télévision pour dénoncer l'injustice et les nouvelles « barbaries ». En apparence, un démocrate militant, un intellectuel de gauche engagé, à la Sartre. Vous pensez peut-être qu'il est un philosophe courageux, vigie acharnée à réveiller les consciences endormies, un Vaclav Havel parisien, un Norman Mailer à la française.
    Vous avez tort. BHL n'est ni philosophe, ni intellectuel influent, ni militant des sans grades, ni journaliste chevronné. Comme le montre cette enquête fouillée - version actualisée et largement remaniée du BA-BA du BHL, enquête sur le plus grand intellectuel (La Découverte, 2004) -, c'est un excellent publiciste, une star des médias dotée d'une petite notoriété européenne, un essayiste à succès, ami des grands patrons et familier des chroniques people. BHL propose une offre qui rencontre une demande : il fait le spectacle, produisant le grand récit hollywoodien du monde que les médias aiment relayer et que les pouvoirs chérissent, car il les protège du feu de la critique.
    À soixante ans passés, l'intellectuel est un cas plus intéressant que sa propre personne. Il incarne un mouvement qui le dépasse, mais dont il fut l'un des moteurs : la réinvention du pouvoir médiatique en illusion intellectuelle, la récupération du personnage de l'intellectuel engagé au service d'un discours conformiste et légitimiste. La prose de BHL ne proclame pas seulement l'enterrement de la pensée critique. C'est aussi le naufrage de la pensée de la complexité, de la capacitéà penser les contradictions.

  • Dans nos sociétés, la technologie représente l'ultime espoir de remédier aux maux qu'elle a elle-même engendrée. Comme si la cause de nos malheurs pouvait être également la seule réponse à ceux-ci.

    Elle est invoquée pour répondre au changement climatique qu'elle a largement contribué à accomplir. Elle est invoquée pour remédier à tous nos problèmes : lutter contre l'analphabétisme ou la pauvreté. Sera-t-elle capable de répondre aux défis du XXIe siècle ? Peut-on encore croire au progrès technologique et scientifique comme nous le laisse à penser plusieurs siècles de connaissances fondés tout entier sur eux ? A une époque où elle omniprésente, il est plus qu'urgent de se demander "Que veut la technologie ?" Peut-on croire qu'elle va sauver le monde ?

    En collaboration avec Internet'Actu, sous la direction de Hubert Guillaud.

empty