Éditions Prise de parole

  • Hélène a entrepris de raconter la vie du professeur Bonavoy. Tous deux ont plusieurs choses en commun; le respect de la mère, l'absence de bonheur, un certain besoin de solitude et leur prédilection pour les soupes. Ce sera donc à partir de ses livres de recettes qu'elle partira à la découverte de l'homme. En mijotant ses recettes préférées - crème de pleurotes, potage aurore - Hélène brasse ses intuitions sur la vie. Car, après tout, toute relation humaine, toute rédaction d'un bon roman, ne suit-elle pas le même principe que les soupes et les potages d'un bon cuisinier ?

    « La soupe » a remporté le grand prix du salon du livre de Toronto en 1997.

  • Dans un quartier populaire d'Ottawa au milieu du siècle dernier, Marjorie Chalifoux, jeune couturière de dix-neuf ans, mène une vie rangée et silencieuse à l'ombre d'un père irascible - un homme étrange rompu dans l'art de la conversation avec les morts.

    Son existence tranquille prendra un tournant inattendu, et pour cause?: elle est enceinte d'un amoureux qui a eu la mau­vaise idée de mourir dans un accident de voiture... Et elle doit l'annoncer à son père?!

    Poussée par le destin, elle cherchera à donner un nouveau sens à sa vie. Son périple, qui la mènera jusqu'à Montréal, lui fera rencontrer des personnages plus étonnants les uns que les autres. Elle goûtera à l'amour, aux plaisirs de la chair et apprendra - à son propre étonnement - qu'au fond d'elle-même se cachait une femme déterminée, débrouillarde, têtue et manifestement charmante.

    Ce roman épique est teinté par un brin de folie très à propos, à la manière d'un Éric Dupont («La fiancée américaine», Marchand de feuilles) ou d'un Gabriel García Márquez. Empreint d'humour et de tendresse pour une humanité fragile, il laissera le lecteur ébloui par le talent de conteuse de l'auteure.

  • Prix Trillium 2012

    Le personnage central de ce conte allégorique, « Jeudi Novembre », Légaré, est littéralement tombé du ciel, un bon matin, parmi les choux qui poussent dans le potager de DesAnges. L'étranger, un jeune adulte, y sera cueilli et adopté par DesAnges et son voisin, Zave, qui se dévoueront à lui inconditionnellement. Telle une éponge, Jeudi se consacrera avec passion à l'apprentissage de la vie ; chemin faisant, il transformera celle de quiconque le côtoie. Sa trajectoire le mènera du piano au vélo, de bourg en bois, d'obstacles en périls. Qu'est-ce qui pourrait bien assouvir l'appétit de ce personnage, dont la quête semble insatiable ?

    Dans « Jeudi Novembre », les saisons parlent, la nuit agit, les fleurs s'épanchent, tout ça sous une plume fluide, ronde et imaginative.

  • Les décès inexplicables se multiplient dans la ville. Inquiet, décontenancé par la passivité des forces de l´ordre malgré l´ampleur des tueries, le photo-journaliste Bruno Boulay, assisté d´une jolie policière, décide d´entreprendre sa propre enquête. Or, celle-ci le mène invariablement vers une usine de fabrication de peluches, les entreprises N´nours. C´est impossible, essaie-t-il pourtant de se convaincre, que les gentils oursons de son enfance soient doués de propriétés paranormales, qu´ils tuent... / Boulay est-il en train de perdre la boule ? Ou bien les Entreprises N´nours cachent-elles un horrible secret ? Pour le savoir, il faut lire ce thriller noir, tordu et tendre où s´entremêlent fantastique et réalité !

  • Attirés par la fièvre de l'or, deux frères quittent leur Alsace natale pour l'Île de Vancouver. Nootka, une jeune autochtone, s'éprend de l'un d'eux et souhaite l'épouser à l'église comme les religieuses le lui ont prescrit. Elle se fera une place dans le coeur de son homme qui, pourtant, l'abandonnera, enceinte, pour partir à la conquête de cet or si convoité qu'il veut trouver afin d'aménager un avenir douillet pour sa femme et son enfant /À travers les aventures et les amours de nos jeunes chercheurs d'or, le lecteur fera la connaissance de nombreux personnages historiques - dont James Douglas, premier gouverneur de la colonie, et Mgr Demers qui fera venir du Québec les soeurs de Sainte-Anne pour accomplir leur mission d'évangélisation et d'enseignement - , de même que de nombreux commerçants, de jeunes autochtones et de toute une galerie de personnages colorés, obnubilés par le désir de s'enrichir.

  • Pendant la Première Guerre mondiale, le jeune Raoul Denonville trouve refuge dans la forêt entourant River Valley, dans le Moyen-Nord ontarien. Il y passera l'essentiel de sa vie à piéger des animaux sur sa ligne de trappe et à bûcher dans les camps, un dur quotidien auquel il se fait. Les villageois, occupés à mener leurs affaires dans cette région grouillante d'activité, respectent cet homme discret qui a choisi de vivre à l'écart, dans sa cabane au fond des bois.

    Seuls l'énergique père Bradley et le jeune Dr Patenaude connaissent le secret que Raoul porte en lui, secret qui sera révélé après sa mort. Et alors tous se demanderont comment cela avait été possible.

    Ce sympathique roman tiré d'un fait vécu possède la fluidité, les couleurs et les qualités qui ont fait des oeuvres de Doric Germain des incontournables du corpus scolaire franco-ontarien. Il ouvre une fenêtre sur la vie des trappeurs et des bûcherons dans la première moitié du siècle dernier et fait découvrir les habitants d'un village francophone prospère, véritable plaque tournante pour les travailleurs du bois et des mines situées plus au Nord.

  • Profitant d'une année sabbatique à Paris, Anne Grimm se consacre tout entière à l'écriture de ses mémoires. Mère, soeur, amante, professeure, femme, elle livre sans pudeur mais toujours en nuances un parcours singulier qui se déploie sur trois continents et trois mariages. Femme de tête et de coeur, elle raconte avec lucidité ses passions amoureuses - qu'elle poursuit jusqu'à en perdre la tête - et sa naissance à l'écriture.

    OEuvre protéiforme, ce premier roman de Marguerite Andersen annonce, dès sa parution en 1982, la trajectoire exceptionnelle d'une grande écrivaine.

  • Poussé par un terrible secret, le jeune Mupagassi entraîne son frère Gassongati sur les chemins de l'exil, fuyant leur pays alors que celui-ci est à la veille d'être ravagé par la violence ethnique. Au camp de réfugiés situé quelque part en Afrique des Grands Lacs, chacun effectuera un choix déterminant : l'un embrassera la lutte armée dans un effort de reconquérir le pays d'origine, alors que l'autre, convaincu qu'il n'y a pas de retour possible, s'établira au Canada où il poursuivra ses études puis fondera une famille. Pour lui, l'exil est définitif.

    Mais les circonstances feront mentir les pronostics et les deux frères seront réunis, après plusieurs années, autour des négociations devant rétablir la paix dans leur pays tourmenté.
    />
    Dans ce récit contemporain aux accents universels, l'amitié, l'amour et la loyauté s'avéreront les derniers remparts d'un monde où le mal et la vertu n'ont ni camp ni parti.

    Depuis près de vingt ans, Melchior Mbonimpa révèle ses talents de conteur et sa connaissance profonde des peuples de l'Afrique des Grands lacs. Dans son septième roman, il explore un de ses thèmes de prédilection, le métissage des cultures, tout en édifiant une passerelle au-dessus de l'Atlantique en vue de concilier mémoire des origines africaines et réalité canadienne contemporaine.

  • Marc cumule diplômes, dettes et dick pics qu'il échange pendant les longues heures qu'il consacre aux réseaux sociaux. Après ses études, il rentre à Moncton où, entre son emploi dans un centre d'appel et ses obligations familiales, il assiste à l'effritement de sa relation à distance. Malgré les nouvelles amitiés qui se forment et les timides opportunités, son quotidien sans éclat lui rappelle cruellement ce qu'il a laissé derrière. Pris dans cet entre-deux, il multiplie les sautes d'humeur, les relations d'un soir et les soirées d'excès.

    Roman initiatique servi par une langue poétique et crue, Des dick pics sous les étoiles brosse le portrait d'un homme à la dérive.

  • Hantée par le sentiment persistant d'avoir tué quelqu'un, avant, dans son autre vie, Manon quitte Las Vegas à la recherche de la vérité. Si, dans un premier temps, ses retrouvailles avec des amis de jeunesse lui permettent de remonter le fil du passé, bientôt, sa quête vient brouiller l'identité qu'elle s'est façonnée au loin. C'est que Manon, avant, était Gerry...

    Fuyant toujours plus au nord, elle revient à Timmins - sa ville natale, où convergent tous ses fantômes - à la recherche de la réponse à cette question qui la taraude.

    Roman à la frontière de la quête et de l'enquête, «Montjoie» construit en pointillé un récit polyphonique où se dérobent toutes les certitudes.

  • Marguerite Andersen a huit ans quand Hitler prend le pouvoir, quinze quand la Seconde Guerre mondiale éclate, vingt au lendemain de l'armistice. Yeux baissés devant l'horreur, toute à sa soif de vivre, elle tourne fin 1946 le dos à cette Allemagne. Enceinte, elle suit en Tunisie l'amant français qui deviendra son premier mari.

    Ainsi s'amorce un parcours qui l'amènera, au fil de ses amours et de ses aventures, sur trois continents. Elle s'installe définitivement au Canada en 1958.

    À la suite de Jean-Jacques Rousseau, ces confessions au féminin : l'auteure/la narratrice, en retraçant les moments importants de sa vie, spécialement ceux en rapport avec ses enfants, en lien avec son rôle de mère, questionne ses choix, fait l'aveu de ses erreurs. Moments choisis, fragments, présentés de façon chronologique et nourris par des réflexions actuelles sur ces souvenirs. La prose se fait parfois hachurée - angoissée ? - mettant à profit le blanc - pause, silence - parce que l'émotion, à travers le souvenir, le commande.

  • Dans le nord de l'Ontario des années soixante vivent un jeune Franco-Ontarien, un Polonais immigrant d'après-guerre, le fils d'un guide touristique millionnaire, une fille de joie et l'hotêl Nickel Strange. Les vies parallèles de cette faune humaine, drôle, attachante et tragique se confondent dans une finale explosive.

  • Le grand livre, il y a 40 ans, c'était l'amitié partagée entre Gaston Tremblay et le regretté André Paiement, une amitié consignée dans un cahier personnel nourri par les deux. «Le grand livre», en 2012, c'est une autofiction qui raconte un moment déterminant dans la vie de deux jeunes adolescents, à une époque charnière - la fin des années soixante - dans l'histoire du Nouvel-Ontario. Albert et Paul-André ont grandi à un coin de rue l'un de l'autre, dans le petit village de Sturgeon Falls. Si leur première rencontre remonte à la tendre enfance, alors qu'ils jouaient dans le carré de sable, leur amitié s'est véritablement déployée à l'hiver 1967, alors qu'ils se sont accompagnés au moment du délicat passage à l'âge adulte.

  • L´humour macabre et cinglant domine ce premier roman déroutant, surréaliste, aux dimensions mythiques. / Récit échevelé qui chevauche des mondes parallèles, «la Prison rose bonbon» entraîne l´anti-héros, Raymond Quatorze, dans une série d´aventures qui le mènent inexorablement au coeur de son propre délire. Ce jeune homme au passé chargé réussira-t-il la mission que lui ont confiée les enfants ailés bannis de Barnumbourg par leurs parents ? Raymond Quatorze les trahira-t-il, lui qui sème les cadavres sur sa route comme d´autres les bonnes actions ? Saura-t-il sauver Babeth, son grand amour ? / Sous ses apparences de roman policier, de roman d´aventures et de conte fantastique, le roman traduit le drame d´un homme pris dans l´étau de son corps, impuissant devant l´amour.

  • Nous sommes au dernier jour, de la dernière classe du poète et professeur Jacques Durocher. Pour ce dernier examen, il a transformé la salle « en jardin romantique », afin de mieux voir celle qui le trouble depuis le début de l'année. Il a suffit qu'elle surgisse pour que Jacques Durocher comprenne que son désir s'est toujours trompé d'objet. S'il allait enfin connaître la passion et l'amour... Entre l'élève et le professeur, la ronde durera trois heures. Réunis sur le pont de lumière, ils inventeront dans leur silence et par le regard, la vie et la mort, l'amour et l'abandon, le rêve et la réalité. Un roman de deux êtres de désir et de passion, pour qui l'écriture de la romancière invente un espace et un temps à la mesure de leur attente.

  • Imaginez que la narratrice de ce roman aurait mille ans, qu´elle aurait engendré un ?ls qui aurait aujourd´hui près de cinq cents ans et que celui-ci, à son tour, ait donné naissance à une fille qui aurait plus de deux cents ans. Du Moyen Âge aux massacres des guerres coloniales du Nouveau Monde, d´Elvire à Hugues à Yukiko, mille ans d´histoire défilent au rythme du coeur. « "La vie empruntée" est un roman magnifique... » (Réginald Martel, « La Presse ».)

  • Hantée par la peur de voir disparaître à jamais dans l'oubli ses parents décédés, Christine Marshall réinvente leur vie dans le Montréal des années 1910-1930 à partir de ses souvenirs, des photos et des lettres qui dorment dans les vieilles valises au grenier. Bribe par bribe, elle retrace la double culture que lui ont laissée en héritage sa mère, canadienne-française et, son père, d'origine irlandaise.

    La mère, Éveline, est modiste à une époque où les chapeaux amples sont des objets de rêve; où les termes femme d'affaires et canadienne-française font rarement bon ménage. Le père, Thomas, revient de guerre à jamais meurtri et cantonné dans son silence. Il s'y était embarqué, les yeux remplis de la fierté de défendre sa patrie, de l'espoir noble d'en revenir en héros, couvert de gloire. Mais la réalité se révèle tout autre. Deux figures qui resteront à jamais vivantes dans nos mémoires, grâce aux mémoires de leur fille, Christine Marshall.

  • Lors d'un voyage en train entre Toronto et Montréal, Paul Savoie et Marguerite Andersen unissent leurs voix pour créer deux personnages attachants, Bibi et Vava. L'un est bien sérieux, l'autre frivole. L'un réaliste, l'autre rêveur. Ils s'interrompent, se chamaillent et s'interrogent sur l'existence.

  • L'auteure observe avec lucidité une relation tendre et tendue entre une mère et sa fille. Devant une mélancolie envahissante, elle fait appel à la joie pour inventer la mélanjoie. « L'autrement pareille » est une fine exploration des émotions et du quotidien des femmes, à travers le langage qui renvoie aux structures sociales de dominance.

  • Amorale et centrée sur elle-même, Andréanne Mars, une jeune femme singulière, est malgré tout aimée. De ses amis, qu'elle voit sporadiquement. De ses clients et collègues du gymnase, qui l'adorent. De Zuzana, avec qui elle discute souvent de choses qui font du bien, légères et triviales. Aimée de ses voisins, ceux qu'elle connaît et ceux qu'elle ne connaît pas. Et de tous ces gens qui tournent autour de sa vie de façon variable.

    Nicholas, aussi, tombera amoureux d'elle... Et puisqu'il est question d'amour, il se peut bien qu'Andréanne sera aimée de Clothilde. Oui... Hum... Clothilde. Celle qui, probablement, lui foutra sa vie en l'air.

  • Fin des années 1980, Sudbury, Ontario.

    Alors que deux policiers découvrent un cadavre sur le bord de la 17, Slim et Francie rêvent d'une vie nouvelle loin de la grisaille ; Martha espère encore le retour de son mari parti il y a sept ans, tandis que Gordon Uranium, un joueur de hockey déchu, cherche ses bottes en peau de serpent.

    L'espace d'une journée de première neige, les trajectoires de onze âmes en déroute dans la ville moribonde convergeront vers un moment apocalyptique.

  • Peines d'amour, obsession éthylique, Jack fuit aux Territoires du Nord-Ouest. Mais ses démons continuent à le harceler, et il accumule de nouveau les échecs amoureux jusque dans une communauté dénée où il étudie les impacts de la fonte du pergélisol. Coincé entre sa peine et sa difficile sobriété, Jack observe, écoute. La guérison l'attend peut-être auprès des pochards cosmiques, des fugitifs et des illuminés qui partagent, sur ce bout de planète au carrefour de toutes les déraisons, les bribes d'une sagesse durement acquise.

    Servi par un insolite mélange d'humour burlesque, d'intelligence et de sensibilité, ce premier roman de Denis Lord dépeint les tourments d'un homme qui trouvera, dans la communion des joies et des drames, une humanité habitable.

  • Un journaliste quitte son milieu pour se rendre dans les « pays du Sud » où règne un roi décidé d'aller au bout de ses désirs. Il est confronté à un univers où rêve et réalité se confondent inextricablement entre le tragique des bouleversements internationaux, l'absurdité de l'existence quotidienne, la solitude et les possibilités d'évasion.

  • Plus que douze heures à vivre ! Pour achever sa vie ratée, la jeune journaliste Caïd Castilloux doit oser... ne rien faire, sauf errer dans la nuit, sur les traces de son passé, et attendre la livraison de son journal du matin. La nostalgie, la lucidité,

empty