Poésie

  • François Charron, né à Longueuil en 1952, publie dès 1972 une oeuvre à la fois lyrique et engagée. Puis survient un point de bascule, un choc. De l'autre côté émerge, dans un dépouillement déroutant, Toute parole m'éblouira.

    Remarques vives, questions posées au vide, aveux nus qui grattent un mystère : ce livre compte parmi les plus intrigants de la poésie québécoise des années 1980.

  • Ce livre, c'est ma voix dessinée, c'est mon souffle qui prolonge un appel au dialogue.

    Je suis de la génération qui voit sa réalité changer de version chaque jour. Je suis de ceux qui déforment leur visage avec les traits de l'incertitude. Ceux qui parlent seuls parmi les pays dehors où personne n'écoute.

    Ma voix n'a de sens qu'entremêlée à la vôtre.

    Je parle. Parlons seuls.

    -

    Sur une scène, un homme assiste et participe aux dédoublements de sa voix. La lumière se porte sur le spectacle de sa pensée, ses réflexions sensibles. L'obéissance impure offre deux suites de poèmes où s'entremêlent violence et langueur sous le calme mensonger de la contemplation matérielle. Consciente de ses mécanismes, la poésie laisse une place aux images l'ayant précédée, les récupère comme autant de tissus rapiéçant le vêtement qu'enfile le poète.

empty