Éditions Prise de parole

  • Cet ouvrage, sous la direction d'Hélène Beauchamp et de Joël Beddows, fait le point sur l'histoire et la situation des théâtres professionnels du Canada francophone. Dans des contextes linguistiques minoritaires, les enjeux de ces théâtres sont de taille. Comment ces compagnies réussissent-elles à marier tradition et modernité, mission communautaire et mandat artistique ? Des observateurs et des acteurs de la scène théâtrale offrent une abondante matière à réflexion.

  • Cet ouvrage collectif comporte des communications issues d'un symposium sur le thème de l'accès des francophones aux études postsecondaires en Ontario, qui avait comme objectif de créer un espace de dialogue pour les chercheurs, les preneurs de décisions et les établissements de la province. Il met en évidence le décalage qui existe entre l'offre du système et la demande émanant du public francophone, et propose des pistes pour aider à le repenser.

    La douzaine de textes découle de quatre grandes thématiques :
    o Les choix des jeunes - données d'inscription aux études postsecondaires en Ontario depuis 1998
    o La recherche, la vision et les préoccupations des établissements postsecondaires du 1er cycle
    o La recherche sur l'accès aux études postsecondaires
    /> o Les ressources, besoins et visions d'avenir liés à l'accès des francophones de l'Ontario aux études postsecondaires.

    La transition aux études postsecondaires et l'expérience étudiante des francophones en milieu minoritaire en Ontario est un terrain peu exploité par les chercheurs. Cette étude arrive donc à point nommé.

  • «Mémoire d'un religieux québécois, 1928-1944», constitue le troisième et dernier tome du «Recueil de Dorais». Après avoir rencontré le Fernand Dorais penseur et essayiste, puis le romancier, voici que nous sommes conviés à Saint-Jean-sur-Richelieu pour y être témoin de son enfance et de son adolescence. Fils d'hôtelier, Dorais grandit dans une ambiance bourgeoise, bien entouré de sa famille, à une époque mouvementée marquée par la Grande Dépression de 1929 et la Deuxième Guerre mondiale. Il vit tout cela sur fond de cinéma américain en pleine ébullition, un art qu'il fréquentera beaucoup et qui le marquera profondément. Dès l'adolescence, il découvrira son homosexualité, cette « tendre atmosphère d'affectivité », comme il la nomme, qui pour lui ne représente alors « rien de mal ni de péché ». Or, le jeune Dorais est croyant ; s'amorce donc ici une quête qui durera toute sa vie, pour tenter de réconcilier sa nature profonde - « la matrice de mon être, qui me donnait vie et sens » -, et sa foi. «Le recueil de Dorais» rend hommage à une figure emblématique de la mouvance franco-ontarienne. Fernand Dorais arrive à Sudbury en 1969 pour enseigner la littérature à l'Université Laurentienne. Aux côtés des jeunes qui l'entourent, le jésuite se laisse porter par le mouvement de la contreculture qui balaie alors l'Amérique. Animateur social tout autant que professeur engagé, Dorais guidera ses étudiants dans cette époque de bouillonnement sans précédent. Le résultat : la mise en oeuvre de nombreux projets et institutions qui perdurent aujourd'hui, parmi lesquels les Éditions Prise de parole.

  • « [...] l´écriture de Jean Marc Dalpé fracture le silence, répète à qui veut l´entendre, jusqu´à la vocifération, la nécessité absolue de la voix, source de toute affirmation et de toute dignité.» L´oeuvre riche et consacrée de Jean Marc Dalpé - trois prix du Gouverneur général - passe ici sous la loupe de dix-sept spécialistes, dont Lucie Hotte, François Ouellet, Dominique Lafon et Mariel O´Neill-Karch, et sous le regard de créateurs, dont Robert Dickson (prix du Gouverneur général). Il s´agit du premier examen en profondeur des trente ans d´écriture de Dalpé : son théâtre, sa poésie, ses romans et nouvelles.

    Les chercheurs étudient sa langue, «obscure, compacte, fulgurante », et explorent les résonances culturelles et collectives de ce langage «pétri et poli». Ils analysent le sous-texte, le riche non-dit et le tragique qui en émane, « sourd, brutal, invisible comme le vent et qui éparpille les êtres». Ils se penchent sur les rapports de force entre les personnages, le noyau oedipien et la fiction du bâtard. Enfin ils définissent l´ouvrier d´un dire comme acteur social, dont l´influence agit sur les générations de créateurs qui ont suivi.

  • Avec un regard lucide sur les réalités du Canada français, Benoît Cazabon trace un bilan dynamique de l´évolution de l´enseignement du français et de l´enseignement en français en situation minoritaire. Il éclaircit le contexte dans lequel évolue l´enseignement de cette langue et présente un modèle holistique qui définit les pratiques les plus porteuses de succès. Robert Arseneault, qui signe la préface du livre, affirme «[C]e livre est important, nécessaire et ... porteur d´espoir. « Important parce qu´il est unique en son genre en Ontario français et dans la francophonie canadienne et acadienne. Il réunit dans un même ouvrage les principaux éléments d´une réflexion sur l´enseignement et l´apprentissage de la langue maternelle en contexte de langue minoritaire et de diversité linguistique et culturelle.
    «Nécessaire parce que le questionnement de l´auteur aide à comprendre les enjeux et porte vers une réflexion collective pour définir un projet éducatif mieux adapté aux communautés francophones et acadienne du Canada.
    «Porteur d´espoir parce qu´il appelle à l´action. La question de l´enseignement et de l´apprentissage de la langue et de la culture franco-minoritaires est ici abordée dans ce qu´elle a de spécifique et non en fonction de la perspective du groupe linguistique majoritaire.»

  • Recherches critiques sur le vécu des femmes, analyses sociales et politiques percutantes, les huit articles réunis dans Penser la santé des femmes dans la diversité font écho aux débats de société sur la transformation actuelle des systèmes de santé. Les articles abordent diverses pratiques des femmes dans le domaine de la santé, discutent de l´impact de nouvelles politiques sociales et médicales sur les femmes, et questionnent notamment la santé des femmes francophones en milieu minoritaire. L´ouvrage est issu du colloque Santé d´Elles. Dimensions, pratiques, impact des politiques, tenu à l´Université Laurentienne de Sudbury en 2004.

    Parmi les problématiques soulevées, soulignons :
    - la responsabilité grandissante qu´assument les femmes qui prennent en charge, à la maison, un proche malade ou dépendant, et la perversion de ce « don de soi » par l´État;
    - la difficulté du vécu post-diagnostic du cancer du sein chez des francophones en Ontario et le manque de ressources pour répondre à leurs besoins;
    - les conséquences désastreuses de l´adoption, par l´État, d´un modèle de gestion d´entreprise en matière de santé, instauré de pair avec la « colonisation » du corps féminin par les entreprises pharmaceutiques et les biotechnologies.

empty