Ancre de Marine Editions

  • Un angle parfaitement original : le récit classique de navigation au grand large, avec ses épisodes haletants, sert d'arrière-plan à des escales mouvementées, des confrontations musclées avec des voleurs de voilier, de déboires tordus - et amusants - avec les mauvais payeurs de la voile en charter.
    Cahier de photographies « vintage ». Elles rappellent l'époque où le yachting devenait la plaisance.
    Après quelques souvenirs très vifs de l'occupation de 1940 à 1944 et de la Résistance, nous abordons le vif du sujet, en commençant par « l'appel du large », à douze ans.
    Le chapitre Raid sur Skidad évoque la récupération manu militari de Babeth, le voilier d'un ami pied-noir que les récentes autorités algériennes de Philippeville escomptaient récupérer frauduleusement.
    Piratages. Après la descente de Camaret à Lisbonne, émaillée de force incidents, du Sea Bird Mariara, le voilier est volé à Cadix où il avait été laissé en garde. Repéré quelque temps après dans un port du Maroc, il est « piraté » par notre équipe musclée.
    Grandes vacances. C'est mon « adieu aux armes »; après onze ans de service dans les unités parachutistes et l'aviation de l'Armée de Terre, je choisis la voile au Club Méditerranée. Expériences intéressantes sur de grands catamarans et Dogres des Glénans. Et aussi, le chemin que j'avais choisi pour reprendre contact avec la vie civile sous ses dehors les plus aimables.
    Comment ne pas monter un entreprise de location de voilier, conte mon expérience et mes déconvenues dans cette activité en Corse, lorsque je fais confiance à quelqu'un, qui n'était pas corse, et ne la méritait pas. Une récupération musclée adaptée aux circonstances mettra fin à ces déboires.
    Boutres d'Arabie. Durant une mission de deux ans des plus intéressantes en Arabie Saoudite, je profite de mes loisirs pour naviguer sur les boutres, chasser le requin en apnée, et construire un trimaran de ma conception.
    Officier parachutiste, ancien pilote militaire, délégué en mission spéciale par le ministère des Armées Gérard Contard a connu la Résistance, navigué sur des boutres en Arabie Saoudite, chassé le requin en apnée, enseigné la voile au Club Méditerranée. Aujourd'hui, homme d'affaires, il partage son temps entre la France et le Vénézuela mais n'a pas oublié l'appel du large.

  • Mai 2007, au large de la Virginie. Des vagues de trente mètres martèlent un radeau de sauvetage déchiré où se cramponnent trois hommes, un canadien, un britannique et le skipper français, Jean Pierre de Lutz.
    Dans l'une des mers les plus dangereuses du monde, leur voilier de 13 mètres, le Sean Seymour II, a chaviré puis coulé. À plusieurs reprises, les lames gigantesques arrachent les hommes à leur radeau.
    À leur recherche, l'équipage d'un hélicoptère de la Coast Guard affronte l'ouragan et une mer monstrueuse, jamais rencontrée à ce jour. Les pilotes se demandent s'ils trouveront le radeau, si l'état de la mer permettra d'hélitreuiller les naufragés et même de récupérer le sauveteur qui s'apprête à se lancer dans cet enfer marin.
    Naufragés et sauveteurs sont en danger de mort...

    Authentique, solidement documenté, ce récit de naufrage fait partie de la liste des grands succès de librairie de Michael J. Tougias, auteur de Overboard, The Finest Hours, Fatal Forecast, spécialiste du genre aux États-Unis.
    Son livre The Finest Hours a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Disney, réalisateur Robert Schwentke (sortie mai 2014).
    Édité par Scribner, A storm too soon a reçu des critiques élogieuses des plus grands titres de la presse américaine.
    «Un livre à couper le souffle...» Los Angeles Times

  • L'auteur est une voix très connue des « voileux » par son brillant palmarès de skipper, son talent d'architecte naval, sa chronique sur les ondes de RADIO-BLEU.
    Les rencontres et anecdotes rapportées dans ce livre mettent en scène tous les noms connus du grand public, toutes les « légendes de la voile et de la mer » de Tabarly à D'Aboville, de Kersauzon à Florence Arthaud voire du baron Bich à l'Aga Khan : un index très courts, très variés, de 110 récits, anecdotes tirées de rencontres avec des grands noms de la voile et de la mer, écrits par un skipper au palmarès exceptionnel.

    Le livre est co-écrit par un journaliste de Voiles et Voiliers qui en fera un bel article...

  • Roman d'aventures maritimes, petit traité d'Histoire où se mêlent fiction, personnages, données et événements historiques, cet ouvrage nous fait plonger dans un univers de sel, d'embruns, de poudre, de sang et de douleurs où la révolte de l'homme pour regagner sa liberté doit l'emporter...
    Cela commence, de nos jours, comme un périlleux récit de navigation, de naufrage, de tempête de nos jours...
    Nous laissons au lecteur le soin de découvrir comment il sera emporté dans une période cruelle du XVIIIème siècle, où un jeune marin engage le combat pour la liberté des esclaves.
    Une tempête, un naufrage, un saut dans le temps, dans le passé, entraîne un jeune skipper dans de périlleuses aventures maritimes, dans un combat pour la liberté. Le marin devient pirate et son pavillon noir fera trembler tout le vilain monde des esclavagistes.
    Erwan Le Meur mènera ses combats navals et sa lutte contre l'ignominie entre l'Afrique, les Antilles et la France.
    Un utile et passionnant rappel d'un passé qui ne doit pas s'effacer.

  • Le 13 août 1903, le Journal de Brest titre « Sans nouvelles de l'Amiral Gueydon », un vapeur parti de Port-Saïd depuis plus d'un mois. L'inquiétude grandit chaque jour. Du Figaro au Petit Journal toute la presse française et internationale fait monter le suspense sur le sort du navire et de l'équipage...
    À la lecture de la presse, l'opinion se passionne pour la destinée de l'Amiral Gueydon. Il faudra attendre pour que des nouvelles sensationnelles parviennent aux rédactions et que soit connue l'extraordinaire odyssée des naufragés de l'Amiral Gueydon sur les côtes d'Arabie.
    Illustré avec des documents d'époque, le récit de Jacques Dupuet fait revivre au lecteur, en condensant témoignages, articles de presse, rapports officiels, la vague d'émotion populaire née de cette fortune de mer en Arabie.

  • Dans les années trente, le monde se passionne pour l'exploration polaire. Les fulgurants progrès de l'aviation avec Lindbergh, Mermoz et tant d'autres offrent une nouvelle voie à la course aux Pôles : la voie des airs.
    En 1928, un dirigeable italien, commandé par Umberto Nobile, s'écrase sur la banquise après avoir survolé le pôle Nord. L'accident enflamme l'imagination du public.
    Plusieurs pays, pour des raisons humanitaires mais aussi pour le prestige des couleurs nationales, préparent des expéditions pour porter secours aux naufragés du Pôle.
    Tandis que le Pourquoi-Pas ? du commandant Charcot fait force voiles vers l'expédition en détresse, la France interrompt les essais d'un hydravion ultra-moderne, le Latham 47, alors en pleine préparation pour le record de traversée Est-Ouest de l'Atlantique.
    Piloté par le lieutenant de vaisseau Guilbaud, le Latham 47 décolle du plan d'eau de Caudebec-en-Caux, sur la Seine. Guilbaud fait escale à Bergen, en Norvège.
    Roald Amundsen, le plus célèbre, sans doute le plus grand explorateur polaire de tous les temps, monte à bord... L'équipage se complète avec Leif Dietrichson, mécanicien hors-pair. Le 18 juin, à 16 heures 05, alourdi par le carburant, le Latham 47 s'arrache au plan d'eau de Troms, agité par de fortes rafales...


  • La réalité dépasse parfois la fiction ! A preuve, la vie romanesque de François Nau, le plus cruel des pirates des Caraïbes. Encore enfant, pour fuir la potence, il met les voiles vers le Nouveau Monde. Le rêve du moussaillon devient cauchemar. Il découvre l'esclavage, les coups, la violence des hommes.

    Mais il n'est pas prêt à se soumettre ! A peine sorti de l'enfance, il se transforme en pirate sanguinaire, pillant et tuant. Il devient l'une des figures les plus célèbres de l'île de la Tortue, construisant férocement son épouvantable légende. Histoire, aventure, font voyager le lecteur jusqu'au fond de l'âme humaine. Mais cette lecture pose question : si les monstres n'étaient pas ceux que l'on croit ?

  • Comment reconstruire une vie d'homme et de sportif en refusant d'accepter l'impuissance d'un corps mutilé ?
    Arrivé au sommet de la compétition automobile, Yves Dhotel connait le pire dans un terrible accident qui le prive de ses 2 jambes. Il fait connaissance d'une souffrance physique qui ne le quittera plus, sa vie durant.
    Il surmonte les tentations de l'alcool, du suicide, pour se relever et se reconstruire par la pratique passionnée de la voile.
    Il retrouve l'ambiance de la compétition dans la régate et la course au large, il retrouve l'esprit d'équipe dans la vie d'équipage.
    Malgré son terrible handicap, Yves Dhotel vit et raconte des aventures nautiques si passionnantes et si fortes qu'il surclasse l'immense majorité des navigateurs valides.


  • Journaliste, Alain prend une année sabbatique pour courir autour du monde en équipage. Mais les 50èmes Hurlants ont raison du bateau qui rallie Le Cap. Alain apprend alors à piloter, et devient pilote à la Comair, une compagnie intérieure sud-africaine. Puis, c'est l'appel de la brousse au contact de la magnifique réserve de Mala Mala. Alain épouse la fille du propriétaire de la réserve, la somptueuse Carole, avec laquelle il crée une réserve au Zimbabwe. Mais le rêve de Kingani vire au cauchemar : toute la famille d'Alain est massacrée dans d'horribles circonstances. La vengeance se met alors en place avec l'aide de Marc, navigateur hors pair, qui dispose de puissantes vedettes pour anéantir le sinistre chef des « vétérans » du dictateur Mugabe. avec une panthère et, surtout, un crocodile et Alain retrouvera son amie d'enfance qu'il avait connue à Oran, tandis que Marc file le parfait amour avec Catherine.Tout cela au milieu de paysages sublimes au coeur d'une nature, comme si le monde venait d'être créé...


  • À l'âge de huit ans, Eric Beauvilain choisit son destin : partir à la voile à travers les océans.

    Adolescent, il décide de construire lui-même son voilier. À 24 ans, il hisse les voiles pour plus de vingt ans de navigation, souvent solitaire.

    À l'âge d'homme, il écrit ce livre, pour partager son rêve, devenu réalité.

    Voici le récit de douze années de mer.

    Avec très peu de moyens, Eric Beauvilain trace sa route sur les océans Atlantique et Pacifique, de France en Polynésie, de Tahiti à la Terre de Feu, en passant par le cap Horn et la jungle de Guyane.

    /> Péripéties, humour, sensibilité et coups de gueule sont les ingrédients de cette passionnante autobiographie d'un marin qui sait faire rêver en racontant la mer et une vie d'aventure.

    Embarquez vite, les amarres sont larguées !

  • Si vous aimez les légendes, ce livre est fait pour vous.

    De Pont de l'Arche au mont Saint Michel, d'Harfleur à Gisors, en passant par la Brèche au Diable, la Côte des Deux Amants, Jumièges, sans oublier Rouen et Caen, ces belles histoires promèneront votre imagination aux quatre coins d'une terre de légendes.




    Souvent drôles, facétieux, parfois cruels comme le fut l'histoire normande, ces douze récits sont nés d'un terroir riche d'un fabuleux passé, trop souvent méconnu.
    Le roi d'Yvetot, les énervés de Jumièges, la reine des Cent Quatre vous attendent dans ces pages.
    Laissez-vous aller au rêve : la Normandie vous enchantera.

  • Adolescent en mal de voyage, Russ triche sur son âge pour s'embarquer pour une campagne de pêche à la morue, dans les conditions de vie et de navigation extrêmes de la mer de Bering, près des côtes de l'Alaska.

    Ce récit d'une aventure vécue est un formidable reportage sur un monde aujourd'hui disparu. C'est aussi une belle leçon de vie. En traversant les tempêtes, les fortunes de mer, surmontées par le collectif de l'équipage l'adolescent deviendra un homme, un marin accompli.

  • François CADIC fut un dénicheur de trésors, un glaneur de contes et légendes dans la campagne bretonne. Il a composé un extraordinaire florilège, pour rêver, frémir, s'émerveiller !



  • Pourquoi lire Victor Hugo aujourd'hui ?




    Parce que ce roman classique n'a pas pris une ride.




    Lorsque le génie hugolien s'empare de la guerre civile en Bretagne, il en fait une prodigieuse épopée dont le récit, de coup de théâtre en rebondissements, vaut les meilleurs scénarios du cinéma.




    Le roman s'ouvre sur une patrouille en armes dans la forêt bretonne, ratissage qui évoque irrésistiblement le Vietnam, l'Algérie, l'horreur qu'inflige aux mères et aux enfants toute guerre civile.




    L'élan est donné... pour une cascade de scènes épiques.




    Le drame se noue en mer à bord de la corvette Claymore.
    Nous vivons, haletants, le massacre de la ferme d'Herbe-en-Pail, la prise de Dol par les Chouans, la querelle homérique des trois géants de la Révolution - Danton, Marat, Robespierre- jusqu'au dénouement de la prise d'otages ( trois enfants ) par l'assaut du château de la Tourgue...




    Le talent d'Hugo crée des personnages inoubliables. Le sergent Radoub, le mendiant humaniste Tellmarch, le marquis de Lantenac, Michelle Fléchard et ses enfants...




    A chaque scène vécue par le lecteur, Victor Hugo donne toute sa portée : humaine, affective, historique, politique et, osons le dire, philosophique.




    Alors pourquoi lire Quatrevingt Treize ?




    Pour savourer le bonheur de lire l'un des plus formidables romans de la littérature française.




    Pour le plaisir, tout simplement.

  • Quand une Ardéchoise épouse un Breton...
    Cela donne : une Echappée Belle ( c'est le nom du bateau), deux beaux enfants, un grand voyage et...un livre plein d'humour.
    Un couple se jette à l'eau : c'est décidé, on part...
    Mais avant de larguer les amarres, il faut construire le voilier de ses rêves ( ceux du mari ) et affronter l'idée de couper le cordon avec la terre ferme. Pour un an.
    Christine de Bonviller jette le regard faussement naïf d'une débutante sur les mille et un avatars d'une croisière transatlantique.
    Sa plume tendre et moqueuse raille gentiment les déboires de l'équipage familial.
    Mais elle trace aussi un passionnant journal de bord, riche d'une sensibilité neuve aux paysages marins, aux rencontres des escales, à la vie intense et libre des voyageurs du vent.
    La verve de conteuse de Christine de Bonviller produit un récit captivant, qui se lit d'une seule traite avec un grand bonheur.

  • Trois vies, trois destins exceptionnels. Paul Gauguin, le peintre de génie. Robert Louis Stevenson, l'immense écrivain. Alain Gerbault, le navigateur solitaire de l'entre-deux guerres. De ces trois destins, Bernard Gorsky fait le récit, en trois passionnantes biographies. Mais pourquoi ce choix ?
    « En 1961, alors que je voyageais à travers les îles de la Polynésie française, je fus frappé par ce qui me sembla être infiniment plus qu'une coïncidence. Alain Gerbault était enterré à Bora Bora, dans l'archipel des îles Sous-le-Vent. Paul Gauguin l'était à Hiva-Oa, l'une des îles Marquises, enfin, la sépulture de Robert Louis Stevenson se dressait sur le mont Vaea, à Upulu, île des Samoa.

    Le navigateur, le peintre et l'écrivain reposaient chacun dans une tombe aux antipodes de leur pays d'origine. Il m'apparut que, outre cette parenté, ils étaient unis par celle d'une destinée exceptionnelle et d'un accomplissement exemplaire. Ces trois tombes rayonnent d'un éclat universel.

  • Pendant une traversée très mouvementée de Sète à Cayenne, Saturne nous emmène à la rencontre des rêves de son skipper...

    Ce récit authentique d'une traversée transatlantique est enrichi de nombreux documents : dessins, photos, croquis techniques.

    L'auteur nous prend aux tripes par le récit d'une tempête, parfaitement rendue. La précision des scènes de manoeuvres nautiques est aussi vivante que réaliste.

    Les « voileux » s'y retrouveront, les autres se passionneront pour les heurs et malheurs survenant dans ce monde bien à part : un voilier au milieu de l'océan.

    Mais la vraie force de ce livre est ailleurs.

    Doué d'une plume harmonieuse, l'auteur nimbe de poésie son journal de voyage. La puissance évocatrice de son style fait revivre tant les splendeurs de la mer que les rêves qu'elle fait naitre à bord.

    Sans jamais ennuyer le lecteur : lorsque la pensée devient profonde, Michel-Marie Perraudin sait l'alléger par de savoureux dialogues... avec le Petit Prince du bord, alias P'tit Jojo.


    Ce récit d'action, bien écrit, vous offrira bien des bonheurs de lecture.

  • Au pays du froid et des brumes, dans le vent furieux qui arrache la neige des sommets et hurle sur les plaines, le galop fantastique d'un cheval emplit soudain le ciel, déchirant la nuit et crevant les nuages. Au rythme fou des huit sabots de sa monture fabuleuse, ce cavalier c'est le dieu Odin, le plus grand et le plus noble de tous, héritier du courage des géants et de la sagesse divine, fondateur de la race des hommes.
    Dans les neuf mondes de la mythologie nordique, les dieux ont fixé les règles immuables. Alors, jusqu'à la fin des temps, vont se déchirer l'aigle et le serpent, celui qui plane et celui qui rampe, l'oiseau de lumière et la bête des ténèbres. Ainsi s'opposent la force et la ruse, en une lutte éternelle qui ne connaîtra ni vainqueur ni vaincu. Seul compte le combat. Ce qui vit, c'est ce qui lutte.
    Celui qui tombe les armes à la main ne meurt pas vraiment, il ne disparaît pas dans le néant comme le riche et le lâche, Odin l'accueille dans son Valhalla. Ici les guerriers - et eux seuls - vont connaître la vie après la vie. Hommes des bâteaux et des fortins, conquérants des steppes et des océans, seigneurs des tempêtes ripaillent et festoient, mangeant à belles dents, buvant à plein gosier, servis par les Walkyries.
    Le sang viking hérité de ses ancêtres, mais aussi sa maîtrise reconnue d'historien du Nord qualifiaient naturellement Jean Mabire pour conter ces extraordinaires légendes.

  • De la Martinique à la Nouvelle Calédonie, Jim refait le périple et les escales de son maître à penser, Alain Gerbault.


    Mais il a croisé le sillage d'une goélette maudite : Marie la Boudeuse. Echappera-t-il au mauvais sort ?
    Enrobé de mystère, ce récit est avant tout un formidable carnet de voyage d'un navigateur solitaire, dans une Polynésie bien réelle.

  • Françoise Platnic est de retour !


    L´auteur à succès de La Plaisance, quelle galère ! amène dans ses bagages un nouveau carnet de voyages, aussi amusant que finement observé.


    Ce journal de vacances prend pour cible les croisières en paquebot. Bien en vogue de nos jours, cette façon de voyager devient si populaire qu´elle a fini par trouver en Françoise Platnic son humoriste de service.


    Sa plume, féroce et drôle, épingle tour à tour les mésaventures des passagers, les travers des croisièristes, les manies des équipages.


    Ceux qui se souviennent du regretté Pierre Daninos retrou-veront ce sens de l´humour et de l´observation qui a fait le succès des Carnets du major Thomson.


    Destiné au grand public, ce livre offre à tous, une lecture relaxante et amusante, ponctuée de mille sourires.


    Une mention particulière doit être faite pour les illustrations, une série de dessins conçus spécialement pour ce livre par un jeune talent en pleine éclosion.


    Les dessins d´Eve Marie apportent un joli contrepoint, plein de verve et de finesse, au texte de Françoise Platnic.


    Il fallait l´humour de deux femmes pour mettre en boîte la vie à bord des mastondontes de la mer.

  • L'affaire des vedettes de Cherbourg fut l'un des plus retentissants scandales des années soixante.
    De la rade de Cherbourg à Haïfa, la rocambolesque évasion de cinq vedettes de guerre placées sous un strict embargo par les autorités françaises fut souvent présentée comme un exploit du Mossad, le service secret d'Israël.
    Exploit fructueux car, engagées dans les combats de la guerre de Kippour, les ex-vedettes de Cherbourg, ont révolutionné la guerre navale. La plume précise et claire de Justin Lecarpentier nous explique pourquoi.
    Ce livre apporte une réponse à de nombreuses questions restées dans l'ombre à l'époque. À commencer par celle de l'éventuelle complicité d'une partie de l'administration française et de l'illégalité de l'opération.
    Il analyse en détail le contexte politique et militaire de la construction des vedettes, l'importance de la modernisation stratégique de la marine israélienne. Il apporte un passionnant éclairage sur la saga de Félix Amiot, patron des CMN, et décortique les relations du constructeur des vedettes, avec la presse locale, Israël, le gouvernement français... Le retentissement, dans le monde entier, de l'évasion des vedettes fut, involontairement, la plus formidable publicité pour les Constructions Mécaniques de Normandie.
    Utilisant des sources inédites, Justin Lecarpentier a bâti l'histoire la plus fouillée, la plus complète du scandale qui a passionné l'opinion publique.

  • Sur un cargo en partance de Liverpool, Jan Van Vliet embarque comme lieutenant. Il vivra une aventure mêlant la mer, l'amour et le bateau.
    Un vieux cargo où rode l'angoisse, un équipage désuni par la suspicion qui corrode les officiers : les éléments du drame se mettent en place, tant il est vrai qu'un bateau vaut ce que valent les hommes qui le mènent.
    Au bout de la route, inévitable, la catastrophe guette, où chacun révèlera ce qu'il est vraiment.
    Trop occupé à cicatriser des peines de coeur, Jan Van Vliet s'efforce de ne pas prendre parti.
    Mais la réalité du conflit s'impose à tous, au fil de miles.
    Comme s'impose le souvenir de la belle Chinoise, si présente par les lettres expédiées du lointain Orient.
    Il faudra que le drame éclate en mer pour que Jan ouvre les yeux sur la vérité : la force du sentiment qui le lie à Ying-Hua.
    Un splendide roman, où le souffle du large répond à l'envolée des sentiments.
    Un roman réaliste, qui dépeint les hommes et les métiers de la marine marchande avec le coup d'oeil d'un auteur qui a lui-même navigué comme officier de pont.
    De ce roman d'action captivant, la critique littéraire Sonia Graf a pu écrire : "Le meilleur roman de Jean Didier Baeur (...) s'inscrit dans la littérature comme un livre essentiel. Dont l'impact perdure bien après avoir lu la dernière page."

  • Au fond de son sac de plongée, le Têtard a trouvé de nouveaux récits d´aventure, inédits et authentiques.
    Gabriel Di Domenico, alias «Le Têtard», nous offre le cinquième volume racontant sa vie de plongeur.




    Grand professionnel, il a écumé les fonds marins de la planète, il a connu mille personnages ébouriffants, cocasses ou dangereux.



    Sous l´eau ou hors de l´eau, sa mémoire nous ramène des palanquées de souvenirs, pour notre plus grand plaisir.



    Car l´homme manie la plume avec un talent de conteur-né et une faconde toute marseillaise.

    Bagarres, accidents de chantier, coups de gueule et coups de foudre, anecdotes palpitantes se succèdent à un rythme endiablé, de Marseille au Nigéria.



    Emouvants souvenirs du quartier d´Endoume, démêlés avec le «milieu» marseillais, récit du différend qui lui valut d´encaisser... 2 balles de 11,43, lettre adressée au célèbre PDG de la Comex, Henri-Germain Delauze...



    Gagner sa vie dans le monde du silence n´empêche pas d´être une "grande gueule" de la plongée !

  • L´homme proposait deux cents francs. Il disait : « Ca ne vaut pas plus. » Deux cents francs, c´est le prix pour un mousse de treize ans. De tout son regard, Erwan exprimait son accord. Ce qu´il voulait, c´est partir sur la mer. Il songeait : « Je sera

empty