Atelier 10

  • 26 lettres

    Collectif

    Vingt-six auteurs. Vingt-six lettres. Vingt-six adresses publiques. Un abécédaire. Une refondation de la parole et du sens des mots. La langue, les mots, leurs sens ont le pouvoir de lier une communauté autour d'images, de référents, de débats. Ils ont aussi le dos large. Souvent-particulièrement en temps de crise sociale-, on les récupère, les mate, les asservit au profit d'un inconsistant verbiage ambiant, d'un dérapage sémantique politique, d'une enflure langagière médiatique. Vingt-six auteurs luttent contre cette perte de sens en montant sur scène pour lire publiquement des lettres destinées à sauver de la vacuité des mots qu'on leur a confiés. Les mots sont morts, vive les mots!

  • Le sexe est intrinsèquement lié à la vie-après tout, chaque être humain résulte d'un acte sexuel, désiré ou non. Mais quel est le parcours sexuel de chacun? Pièce de théâtre documentaire basée sur des histoires véridiques, Faire l'amour parle de la force irrépressible du désir, des amours ratées, de la lumière qui jaillit de la rencontre d'âmes soeurs, de vies cristallisées dans la frustration. Un terrain de jeu exceptionnel, pour mourir de rire, se crisper de douleur et faire éclater la poésie.

  • À la suite d'un pari qu'elle était certaine de gagner, Évelyne perd son mari aux mains de Mélissa, barmaid du bar le Capri, que certains estiment être la plus belle fille du monde. Tentera-t-elle de ravoir son mari? Voudra-t-elle même le ravoir? De cette nouvelle liberté étrangement acquise surgissent des réflexions sur différents sujets. Quelle est donc cette mince nuance entre délinquance et liberté? Comment s'incarne réellement la liberté, si mise de l'avant dans la publicité et les médias? De quelle manière la femme moderne peut-elle réellement profiter de cette autonomie? Derrière sa prémisse farfelue et les grands éclats de rire qu'il déclenche, ce texte aborde donc de manière originale certains des plus grands enjeux de l'hypermodernité.

  • Qui sommes-nous? D'où venons-nous? Où allons-nous?

    Pour tenter de trouver une réponse à ces questions, le metteur en scène Geoffrey Gaquère et les auteurs François Archambault et Emmanuelle Jimenez ont rencontré une psychologue, une théologienne, un généticien et un physicien des particules.

    Le dénominateur commun, pièce écrite à quatre mains, présente le résultat de ces rencontres entre artistes et scientifiques. Par des témoignages, des réflexions, des monologues, des choeurs ou des chants, les personnages de ce cabaret métaphysique cherchent à percer le mystère de la vie. Rien de moins.

    D'abord présentée dans le cadre du Jamais Lu en 2013, la pièce a par la suite été montée à La Licorne en janvier 2015.

  • Le condo de ses rêves, dans le quartier de ses rêves. La vie telle qu'on se l'imagine dans ses fabulations. Un homme et une femme, deux représentants immobiliers, proposent ce décor parfait avec aisance et simplicité. Mais cette chorégraphie millimétrée, répétée des milliers de fois, est un jour perturbée par quelques anomalies... À travers ce jeu de miroirs sur l'embourgeoisement et l'authenticité, Guillaume Corbeil pose un regard juste et troublant sur le surendettement de la classe moyenne et notre rapport à l'image.

  • En 2014, Evelyne de la Chenelière a pris un pinceau, l'a trempé dans la peinture rouge et a tracé sur un mur blanc d'Espace Go des lettres qui disaient «Je recommence». Elle souhaitait déployer sur ce mur un chantier rendant visibles l'impulsion de l'écriture, son inspiration, en prolongeant cette étape (et cet état) qui précède l'oeuvre «formée». Au fil des jours et des couches s'est fabriquée une sorte de fresque palimpseste que Justin Laramée, artiste invité, s'est appropriée pour créer cette pièce de théâtre inédite.

  • Hiver 2015: Philippe Ducros parcourt le Québec et ses réserves autochtones. Il veut voir ces peuples en bordure des villes et de l'immensité, mesurer le déracinement et les ravages de l'endoctrinement. Il écoute, tente de déchiffrer les blessures du passé et la force tranquille de ces survivants de l'Histoire, avec l'intuition qu'à travers eux, il apprendra à guérir, lui aussi. En résulte un récit polyphonique, entre road trip, carnet de voyage et témoignages.

  • Revivre une, puis plusieurs naissances. Raconter ce qui demeure un choc brutal, un moment imprévisible. Explorer comment cette arrivée spectaculaire, animale, violente, gluante peut se révéler comme une catharsis. Venir au monde se présente comme une rafale d'accouchements, tous issus de la cueillette de centaines d'histoires vraies. Un spectacle qui donne envie de vivre plus fort, plus consciemment, avec davantage de fougue et de courage. Un appel d'air qui célèbre la vie, toutes les vies.

  • Jean dit

    Choiniere Olivier

    Dans un monde gangréné par le mensonge, un groupe d'individus érige sa quête de vérité en modèle de vie. Progressivement, cet idéal gagne différentes couches de la société, jusqu'à faire vaciller le pouvoir politique et financier. D'abord personnage fictif tiré d'un jeu, Jean devient un être suprême, qui châtie les menteurs et sauve ceux qui disent la vérité.
    Olivier Choiniere convoque a nouveau sa plume aceree et son regard mordant sur le monde pour depeindre une societe desesperee qui, n'ayant plus foi en elle meme et en ses institutions, se tourne vers une autorité imaginaire, aussi absurde et arbitraire soit-elle.

  • Animaux

    Alexis Martin

    Fascination, crainte, affection, dégout, protection, exhibition, anthropomorphisme... Depuis des millénaires, notre relation à l'animal est pétrie d'ambiguïté. Comment rendre compte, sur un plateau de théâtre, de cette histoire commune? Peut-on, par exemple, mettre en scène un chien, un chat, un cochon? Diriger un furet? Animaux fait le pari d'orchestrer l'aléatoire en plaçant des animaux en situation de représentation. À travers ce choix osé, cette pièce soulève une question essentielle: qu'est-ce qui fait de nous des êtres humains ?

  • Hydro-Québec a longtemps symbolisé les plus grands rêves des Québécois, leur prise de pouvoir et leur affranchissement. Mais, plus de 70 ans après la création de cette société d'État, sommes-nous toujours «maitres chez nous»? Envoyée au front par Annabel Soutar et sa compagnie Porte Parole, Christine Beaulieu se fait l'interprète du citoyen dans un feuilleton politique palpitant. Théâtre documentaire exposant les facettes opposées d'un enjeu de société essentiel, «J'aime Hydro» lance une épineuse et passionnante discussion: qu'est devenue la relation entre Hydro-Québec et les Québécois?

    La pièce a connu aussi un succès aussi phénoménal que continu, depuis sa première en 2015. Elle a entre autres remporté le Prix Michel-Tremblay du meilleur texte dramatique et le Prix du meilleur spectacle de l'Association québécoise des critiques de théâtre, en plus d'avoir été finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général, ainsi qu'au Grand Prix du Conseil des arts de Montréal.

    Cette édition finale, complètement revue, présente des scènes inédites (dont une rencontre avec le nouveau premier ministre du Québec, François Legault), plus d'images, une préface de Serge Bouchard et d'autres ajouts et améliorations, par rapport à la version publiée en 2017.

  • Elle est auteure et drama queen à ses heures; il est doctorant en philosophie et amateur de Timbits. Ils ont passé leur vingtaine ensemble. Cumulant les élans passionnés autant que les querelles et les infidélités, ils entretiennent aujourd'hui une relation ambigüe qui échoue à les rendre heureux. Peu à peu, les mots se sont substitués aux corps, et le langage a remplacé le lit double comme lieu privilégié des ébats. Mais ce soir, leur joute rhétorique les amènera aux limites du champ amoureux...
    Dans ce texte où se mêlent gravité et humour, Catherine Chabot pose un regard acéré sur les pérégrinations de la chambre à coucher.

  • Nos ghettos

    Nadeau J-F

    Comme beaucoup d'entre nous, le Héros rêve de collectif en s'exilant dans l'individualisme. Écartelé entre ses contradictions, multipliant les petites lâchetés ordinaires de la classe moyenne, il constate son impuissance mais persiste à jouer au philosophe du vivre-ensemble.

    J-F Nadeau s'inspire de la psychogéographie, qui interroge l'effet du milieu sur l'individu, pour nous entrainer dans une ahurissante dérive urbaine. À l'intersection de la rue Bélanger et de la 2e Avenue, à Montréal, là où des commerces de cultures diverses se côtoient dans l'ignorance mutuelle, il apprend à la dure que le racisme est le fruit d'une indifférence érigée en règle première de la paix sociale.

    Voici une radiographie du repli comme de l'angélisme, pour regarder en face nos peurs, nos désirs et notre conditionnement, pour enfin envisager une cohabitation véritablement ouverte à l'autre.

  • Alors qu'un vent de fin du monde fait rage au-dehors, sept femmes se réfugient dans un centre d'achats. Elles sont des amies, des soeurs, des membres d'une même famille venues se chercher un T-shirt et des shorts, une tunique style bohème, une paire de jeans de qualité, une vie de qualité... Sous la lumière irréelle, le long des allées sans fin, elles promènent leurs envies frivoles et leurs espoirs déçus, leurs confidences vite étouffées sous une tonne de tops en solde, résolues dans leur quête de ce qu'elles ne trouveront pas.

    Emmanuelle Jimenez alterne à la perfection les dialogues savoureux et les didascalies poétiques au service d'une farce grinçante où le séduisant temple de la consommation libère peu à peu toute sa violence et son obscénité.

  • Un cheminot québécois, un assureur américain et un chercheur néozélandais portent le même nom: Thomas Harding. En apparence, ils n'ont rien d'autre en commun. Jusqu'au 6 juillet 2013. Cette nuit-là, un train qui déraille fait exploser une ville. Apparaissent alors au grand jour les rails invisibles qui relient ces existences les unes aux autres.

    Inspirée par la matière documentaire d'existences bien réelles, Alexia Bürger s'interroge sur le conformisme et sur la part de responsabilité des individus face au dérèglement du monde.

  • Un souper entre anciens amis du secondaire s'est étiré et, peu à peu, les échanges dérapent. La réalité individuelle de ces jeunes trentenaires prend le pas sur les souvenirs chéris, et les perceptions du monde se confrontent. Les partis pris sont dévoilés au grand jour, les visions de l'avenir, de la maternité et de l'amitié sont brouillées à jamais.

    Maniant l'hyperréalisme avec une extrême précision, Catherine Chabot dresse un portrait incisif du Québec d'aujourd'hui, de ses penchants politiques et de notre besoin urgent de trouver de véritables issues de secours.

  • Depuis leur village du Nunavik, dans la cuisine de leur petite maison, Hannah et Niap écoutent la radio.

    Source ininterrompue de musique, d'information et de lien social entre les membres de la communauté, la voix des ondes est le personnage principal de la pièce. C'est d'elle que proviennent les témoignages de cinq jeunes femmes, dont la vie est partagée entre le sud du Québec et le Grand Nord.

    Un texte sensible et poétique qui s'appuie sur l'expérience de la radio comme sur celle de la scène pour faire entendre et vivre le Nord à travers les voix, les souvenirs et les espoirs de celles qui l'habitent.

  • Lysis

    Britt/Burger

    Depuis des années, Lysis joue un double jeu: cadre haut placée dans un gros laboratoire pharmaceutique à la culture résolument patriarcale, elle est aussi une militante féministe qui attend son heure. Quand elle rend enfin publique une étude sur les risques liés à l'un des médicaments du laboratoire, la révolte éclate. Lysis et les autres membres de sa cellule déclarent une grève de la maternité, bientôt suivie par des femmes du monde entier.

    Il y a 2 500 ans, Lysistrata entrainait les Grecques dans une grève du sexe destinée à faire cesser la guerre. Au 21e siècle, sous la plume de Fanny Britt et Alexia Bürger, les femmes font face au boys' club et brandissent le pouvoir d'enfanter pour lutter contre les inégalités sociales.

  • Les élèves du collège ont déclenché une grève générale illimitée. Zoé refuse de se joindre au mouvement: elle est persuadée que le meilleur moyen pour elle de contribuer à la société est de poursuivre ses études en vue d'entrer en médecine. Elle obtient de la Cour une injonction obligeant ses professeurs à lui enseigner, sous peine d'emprisonnement. C'est donc sous la contrainte que Luc, son professeur de philosophie, entame avec elle un dialogue qui les forcera tous deux à reconsidérer leur rapport à l'autre, et à éprouver les limites de leur liberté.

  • À l'aube de ses trente ans, une jeune femme se retranche petit à petit dans son demi-sous-sol. Alors que son entourage l'exhorte à retrouver une vie normale, elle se laisse peu à peu submerger par l'angoisse. Bientôt, elle ne répond plus ni à la porte ni au téléphone. Mais les innombrables exigences de son environnement continuent malgré tout de hurler à ses oreilles, menaçant son équilibre et sa raison.

    La peur au ventre, la trentenaire va devoir se battre autant pour comprendre l'origine de son mal que pour le justifier aux yeux des autres, et retrouver enfin la lumière.

    Une plongée sensible dans l'univers insaisissable de la dépression, où la critique des violences que la société impose aux corps et aux vies des femmes n'est jamais bien loin. Un vibrant hommage à l'art comme seul remède aux assauts de notre temps.

  • Pétrole

    Francois Archambault

    Nous sommes en 1979. Judy et Jarvis attendent la venue au monde de leurs jumelles quand ce dernier se voit offrir un poste à la Newman Petro Power. Son mandat: évaluer la faisabilité d'une transition énergétique au sein de la compagnie pétrolière, en vue de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

    C'est au cours de ces recherches que Jarvis croise les travaux des Alchimistes, un groupe de scientifiques indépendants dont le dernier rapport sur les changements climatiques prédit des conséquences apocalyptiques pour la vie humaine d'ici une soixantaine d'années.

    Ainsi débute le combat d'une vie pour Jarvis qui, déchiré entre ses devoirs professionnel et éthique, tentera, au prix de grands sacrifices, de réconcilier industrie et écologie.

  • Jouissif et décomplexé, S'appartenir(e) rassemble les paroles de neuf auteures. On y parle de notre façon d'être moderne et préhistorique à la fois. De notre rapport à l'éducation. De cette foutue question du pays qui se pose encore bizarrement. De nos paradoxes si multiples. De l'Histoire. Celle qui s'écrit. Celle qui nous échappe parce que trop peu enseignée. Celle des peuples autochtones encore mal comprises. Celle qui nous définit. On y parle des nuances qui s'évaporent dans les brumes de l'inconscience collective. S'appartenir(e) est un cri de solidarité et de provocation, au féminin.

    La parole est une plante fascinante.
    Surtout quand on la laisse pousser comme elle veut.
    Je marche.
    Je pense au mot s'appartenir (e).
    Je pense à ce petit e, enclavé dans le titre des soirées à venir.
    Comme, oui, une graine qui dort dans la terre.
    Qu'y a-t-il dans un titre?
    Et si tout était déjà dans le pressentiment qu'on a des choses ? Des mots ?

  • Que reste-t-il de sauvage en nous? De quoi sommes-nous fiers? Que fêter de nous? Dans La fête sauvage, Véronique Côté fait exploser une symphonie de textes et de chansons célébrant les notions de pays, de territoire et d'appartenance. Huit auteurs, comme autant de bombes poétiques pour célébrer l'avenir, défricher nos contrées immémoriales, interroger notre identité et cultiver de nouveaux langages.

empty