Sciences humaines & sociales

  • Histoire(s) de vie

    ,

    • Bouquins
    • 3 Février 2022

    Edgar Morin, dont on vient de fêter le centième anniversaire avec grand éclat, est la dernière des grandes figures intellectuelles de notre temps. Sa parole continue de faire autorité. Tout autant que sa pensée, c'est sa longue destinée qu'il évoque ici avec son amie Laure Adler dans cet ultime témoignage qui a valeur de testament.
    Ce livre est le fruit d'une longue complicité intellectuelle qui a fait de Laure Adler une interlocutrice privilégiée d'Edgar Morin. Au cours de ces échanges réguliers poursuivis jusqu'à ces derniers mois, ils font ensemble le tour de la vie du philosophe, de ses engagements, de ses rencontres.
    Ils évoquent son enfance marquée par la mort de sa mère, ses relations, entre autres, avec Marguerite Duras et François Mitterrand dans le cadre de la Résistance, autour de ce qu'il appelle " la communauté de la rue Saint-Benoît ", brossant d'eux un portrait très personnel. Il revient sur son engagement au sein du Parti communiste, puis durant la guerre d'Algérie, sur Mai-68 et le conflit israélo-
    palestinien, parmi les innombrables thèmes d'actualité qui ont alimenté sa réflexion et ses prises de position.
    Tout a intéressé, passionné, mobilisé Edgar Morin dans cette époque complexe et tourmentée qui se confond avec l'histoire de son existence. L'idée européenne, le défi
    écologique, la création artistique dans son ensemble, le sujet migratoire, le racisme et l'antisémitisme, le rôle et le devoir des intellectuels en période de crise, en particulier
    à l'heure du Covid.
    Sur tous ces sujets, Edgar Morin livre à Laure Adler l'analyse, le point de vue d'un sage plein d'acuité et capable d'autocritique. Les multiples reflets d'une pensée sans cesse en mouvement chez cet intellectuel que Laure Adler
    présente comme "un baroudeur du savoir", en perpétuel
    vagabondage àtravers toutes les disciplines. "Un anti-maître à penser" auprès de qui elle nous invite à puiser à notre tour des leçons d'optimisme et de vitalité.

  • Et si le propre de l'Homme n'était pas le rire, le langage ou l'aspiration à l'éternité, mais son pouvoir de destruction ? Dérèglement climatique, hausse des températures, montée des eaux, pandémies... nous allons droit à la catastrophe.
    Le responsable de cette catastrophe est l'humanité elle-même. À force de grandir et de recouvrir toute la surface de la Terre, elle se comporte comme un cerveau géant et surpuissant, doté d'une infinité de connexions.
    C'est ce cerveau qui prélève des ressources sur la Terre, produit des millions de SUV et de smartphones, fait travailler les humains sans relâche et recrache des milliards de tonnes de CO2 dans l'atmosphère. Mais à quoi pense cet organe ? A-t-il des désirs ? Des émotions ? Quels sont ses plans ?
    Dans
    Human Psycho, Sébastien Bohler adopte une démarche clinique pour analyser le cerveau global qu'est devenue l'humanité, comme un psy le ferait avec son patient.
    Le constat qu'il livre est glaçant : ce cerveau possède les traits caractéristiques d'un psychopathe. Il coche toutes les cases du profil psychologique d'un serial killer qui massacre sa victime - la planète.
    Alors, peut-on le soigner ? Tel est le questionnement ultime de cet ouvrage, qui nous emmène sur une crête étroite entre néant et espoir.

  • La nef des fous t.2 : année 2021

    Michel Onfray

    • Bouquins
    • 10 Février 2022

    Les civilisations naissent, croissent, vivent, connaissent un temps de puissance, décroissent, chutent, tombent et disparaissent avant d'être remplacées par d'autres. Les plus lucides le savent, les plus intellectuellement encrassés le nient.
    Notre civilisation judéo-chrétienne est en phase terminale. Il est politiquement sot et niais, sinon dangereux, de prétendre redonner de la santé et de la vitalité à un centenaire subclaquant. N'importe quel médecin promettant de remettre sur pied un vieillard cacochyme passerait illico pour un charlatan. Mais pour une civilisation, les vendeurs d'illusion font toujours florès.
    Ce deuxième volume de La Nef des fous est le journal voltairien, au jour le jour, de cet inévitable naufrage. On y trouve tous les délires de notre fin de millénaire wokiste désireux de faire du passé table rase...
    M.O.

  • La gauche réfractaire

    ,

    • Bouquins
    • 17 Mars 2022

    Éric Naulleau et Michel Onfray sont deux hommes de gauche qu'une prétendue gauche n'aime pas. Ils ne souscrivent ni au marché qui fait la loi ni au fouet qui s'y substituerait.
    Ils ne pensent pas que la gauche ait pour fonction de diluer la Nation dans une Europe libérale travaillant à l'Empire, ni que le wokisme, la cancel culture, l'islamo-gauchisme, la location d'utérus et la vente d'enfants constituent l'horizon indépassable de la gauche contemporaine.
    L'un et l'autre ne font leur deuil ni du peuple old school, ni de l'École républicaine, ni du régalien, ni du service public, ni de l'intérêt général, ni des humanités, ni de la culture classique.
    Leur échange exerce un droit d'inventaire pour ranimer un héritage dont Proudhon et Jaurès n'auraient pas à rougir. Un quelque chose qui se nomme socialisme et qui n'a rien à voir avec le marxisme.

  • La conversion

    Michel Onfray

    • Bouquins
    • 18 Novembre 2021

    L'intérêt des philosophes romains c'est qu'on peut vivre selon leurs principes. Le poème de Lucrèce, De la nature des choses, se présente un immense traité existentiel perdu dans une encyclopédie du monde.
    On peut vivre selon Lucrèce. Son poème est d'ailleurs une proposition existentielle faite à son dédicataire Memmius. Le philosophe propose en effet une conversion, autrement dit : une vie nouvelle faisant suite à l'ancienne qu'on abandonne après avoir compris ce qu'il y avait à comprendre, initié par un sage qui nous transmet son savoir. Ici : que le réel est matériel, qu'il n'est fait que d'atomes qui tombent dans le vide et de rien d'autre ; que cette physique de l'ici-bas dispense d'une métaphysique de l'au-delà ; que la religion est superstition et qu'il faut lui préférer la philosophie ; qu'il faut donner au corps ce qu'il demande dans la limite où ce qu'on lui donne ne l'asservit pas ; que l'amour est un remède à la passion ; que la sagesse est atteignable et qu'elle consiste en une arithmétique des plaisirs accompagnée par une diététique des désirs ; qu'il n'y a ni enfer ni paradis mais juste un monde immanent et tangible ; que la mort n'est pas à craindre puisqu'elle n'est qu'une modification de la matière et non sa suppression ; que le réel est tragique et que le savoir confère de la sérénité ; que le paradis existe sur terre pourvu qu'on le construise avec détermination. Ce livre pend donc la forme d'une série de neuf lettres comme autant d'invitations à une sculpture de soi. Cette éthique propose une esthétique de l'existence.

  • Zemmour et nous

    ,

    • Bouquins
    • 24 Février 2022

    Le candidat de l'extrême droite a grandi dans des écoles juives et fréquenté les synagogues.
    Pour devenir " le premier des français ", cet homme disqualifie les valeurs dont il a pourtant hérité.
    Pourquoi tant de contrefaçons et d'atteintes à cette part de filiation dont il se réclame ? Peut-on être à la fois juif et défendre le maréchal Pétain, mettre en doute l'innocence de Dreyfus et attaquer le choix du lieu de sépulture des victimes d'un attentat antisémite ?
    Pour mieux comprendre, les auteurs livrent le récit d'un itinéraire idéologique pour le moins déroutant. Ils ont découvert des clefs de compréhension dans ses romans, ses essais et son histoire.
    C'est pourquoi ce livre existe.

  • L'art d'etre francais

    Michel Onfray

    • Bouquins
    • 20 Mai 2021

    Un manuel de résistance à l'intention des nouvelles générations. Que dire à des jeunes de vingt ans pour leur conduite dans ce monde qui part à la dérive ? La civilisation s'effondre, les valeurs s'inversent, la culture se rétrécit comme une peau de chagrin, les livres comptent moins que les écrans, l'école n'apprend plus à penser mais à obéir au politiquement correct, la famille explosée, décomposée, recomposée se retrouve souvent composée d'ayants droit égotistes et narcissiques.
    De nouveaux repères surgissent, qui contredisent les anciens : le racisme revient sous forme de racialisme, la phallocratie sous prétexte de néo-féminisme, l'antisémitisme sous couvert d'antisionisme, le fascisme sous des allures de progressisme, le nihilisme sous les atours de la modernité, l'antispécisme et le transhumanisme passent pour des humanismes alors que l'un et l'autre travaillent à la mort de l'homme, l'écologisme se pare des plumes anticapitalistes bien qu'il soit le navire amiral du capital - il y a de quoi perdre pied.
    J'ai rédigé une série de lettres à cette jeune génération pour lui raconter les racines culturelles de notre époque : elles ont pour sujet la moraline, le néo-féminisme, le décolonialisme, l'islamo-gauchisme, l'antifascisme, la déresponsabilisation, la créolisation, l'antisémitisme, l'écologisme, l'art contemporain, le transhumanisme, l'antispécisme.
    L'une d'elles explique en quoi consiste l'art d'être français : d'abord ne pas être dupe, ensuite porter haut l'héritage du libre examen de Montaigne, du rationalisme de Descartes, de l'hédonisme de Rabelais, de l'ironie de Voltaire, de l'esprit de finesse de Marivaux, de la politique de Hugo.

  • Les nouveaux justiciers

    Emmanuel Pierrat

    • Bouquins
    • 10 Février 2022

    Tous les citoyens sont désormais susceptibles d'être victimes de ce nouvel acharnement, de cette forme de lynchage dénommé par l'anglicisme de cancel culture.
    Tous les citoyens sont désormais susceptibles d'être victimes de ce nouvel acharnement, de cette forme de lynchage dénommé par l'anglicisme de cancel culture. Né sur les campus américains, ce phénomène s'est d'abord manifesté dans la culture où des créations ont été interdites au motif que leurs auteurs auraient eu un comportement répréhensible, et s'est ensuite étendu à toutes les facettes de la société.
    La plupart du temps, la cause est juste, puisqu'il est question de lutter contre les inégalités et en faveur d'une plus grande diversité. Mais les nombreux exemples récents, du plus absurde au plus tragique, montrent que les moyens utilisés sont souvent hors de proportion, irrationnels et contraires à l'État de droit dont le principe de présomption d'innocence est un pilier.
    Ne pas juger d'un bloc, voilà un exercice dont nos contemporains ne sont plus familiers. Et c'est normal : dès l'instant où l'on abandonne le critère politique ou juridique, qui consiste à juger quelqu'un sur ses actes, pour y substituer le critère moral, qui consiste à juger quelqu'un pour ce qu'il est, toute tentative de faire la part des choses est vaine.
    Avocat, Emmanuel Pierrat se situe à un poste d'observation stratégique ; il explore tous les aspects de cette nouvelle méthode de protestation depuis le contexte qui rend son emploi légitime et nécessaire jusqu'aux pistes qui permettraient de s'en affranchir, sans pour autant priver les victimes ni de leur légitimité ni de leur droit à être entendues.

  • Quand les Verts arrivent en ville Nouv.

    Quand les Verts arrivent en ville

    Aurélien Martinez

    • Bouquins
    • 12 Mai 2022

    Dès leur arrivée à la tête de plusieurs grandes villes à la suite des élections municipales de 2020, les maires écologistes ont suscité la controverse en prenant des initiatives qui ont parfois dérouté l' opinion, au risque de brouiller leur image. Ils ont voulu supprimer le sapin de Noël à Bordeaux, remettre en question le Tour de France à Lyon, diminuer les subventions aux aéroclubs à Poitiers, financer une mosquée les yeux fermés à Strasbourg...
    Aurélien Martinez, journaliste qui a vécu dans deux villes passées sous la bannière des Verts (Annecy et Grenoble), est allé à la rencontre de ces nouveaux élus confrontés à l' exercice du pouvoir et ses réalités. Il leur donne la parole, ainsi qu'à leurs adversaires politiques et à de nombreux acteurs de terrain. Au terme d' une enquête de plusieurs mois menée dans toutes les grandes villes écologistes, il passe en revue - et parfois au crible - leurs actions et leur projet politique. Avec ce livre, il décrypte cette écologie de proximité que les Verts aimeraient implanter durablement dans le pays.
    Et si, malgré les résultats de l' élection présidentielle, les maires de la vague verte étaient les inventeurs de la gauche de demain ?

  • Le temps est venu

    Valerie Pecresse

    • Bouquins
    • 17 Mars 2022

    Après un quinquennat pour presque rien, où tant de paroles ont été prononcées et si peu de résultats obtenus, redresser notre pays est devenu une ardente obligation. La France est face à son destin. Jamais notre nation n'a été autant fracturée, en crise d'autorité. Nos grands services publics - école, santé, justice -, qui faisaient notre fi erté sont aff aiblis. Hausse des prix, salaires trop bas, retraites sacrifiées, dette financière et dette écologique... Il est temps de réparer la France, de remettre de l'ordre à nos frontières et dans nos rues, temps de libérer l'énergie des Français pour retrouver l'espoir et la cohésion nationale.
    Notre avenir ne s'écrira pas au passé.
    Dans cette Nouvelle France de l'après-Covid, nous devons nous réinventer. Notre rapport au travail, aux territoires, aux solidarités et à la famille a changé. Il faut avoir le courage de dire la vérité et de bousculer un système à bout de souffle. La France ne peut plus attendre.
    Après l'immobilisme, le temps est venu d'une présidence de l'action !
    V. P.

  • La mémoire coupable

    Maroune Eddé

    • Bouquins
    • 3 Mars 2022

    Depuis de nombreuses années, nos dirigeants sont entrés dans l'ère de la repentance. Ils multiplient les excuses au sujet de notre histoire. Mais n'est-ce pas accorder au passé un poids démesuré ?
    Justifiée ou non, une mémoire coupable envahit la sphère publique. Ainsi, en 2020, les Français ont été amenés à se demander si Napoléon était un grand homme ou un tyran ; un mois plus tôt, à se positionner sur la guerre d'Algérie ; un mois plus tard, sur le génocide rwandais.
    Depuis près de vingt ans, nos présidents présentent les excuses de la France à propos de Vichy ou de la Shoah, de l'Algérie ou de la colonisation, qualifiée par Emmanuel Macron de " crime contre l'humanité ".
    À l'inverse de l'Europe du siècle dernier, ou de l'Asie actuelle, focalisées sur l'avenir, nos regards sont désormais tournés vers un passé que l'on cherche à modifier. De même qu'un criminel doit payer pour ce qu'il a fait, un peuple devrait payer pour ses crimes passés. Mais comment ?
    En s'interrogeant sur cette dérive, Maroun Eddé nous invite à réfléchir à l'idée même de réparation de l'histoire, et nous met en garde contre le danger de s'enfermer dans cette spirale de la culpabilisation et de la victimisation réciproques qui fragilise nos sociétés, au détriment de leur avenir.

  • Odyssées ordinaires : le matin mode d'emploi

    Blanche Leridon

    • Bouquins
    • 3 Février 2022

    Le matin nous appartient-il encore ? Dans cette variation tout à la fois profonde et divertissante, il apparaît comme un enjeu résolument contemporain.Le matin est représentatif de notre rapport schizophrène au temps, un temps que beaucoup préfèreraient passer à l'horizontal mais que de présumées bonnes moeurs - la morale, la religion ou la société capitaliste - ont imposé comme vertical ; où l'intimité du quotidien côtoie sans résistance le tumulte du monde.
    Un temps également saturé d'images qui ont façonné nos comportements : la publicité, les séries télé, l'art ou la littérature ont construit des représentations d'un matin tantôt homogène, rassurant et familial tantôt solitaire, routinier et banal.
    Travaillé ou contraint pour les uns ; amoureux ou créatif pour les autres : nous ne sommes pas tous égaux aux premières heures du jour, et entre " double journée " et
    walk of shame, les femmes semblent tout particulièrement touchées par les clichés tenaces et les injonctions contemporaines nouvelles.
    Autour de la même table du petit-déjeuner, ce livre énergisant, le premier consacré au matin, réunit Georges Perec et les Chocopops, Albert Cohen et Angela Merkel, Marc Aurèle et Jean-Jacques Goldman, avec une ambition : montrer autrement ce que chacun de nous voit tous les jours sans jamais le voir véritablement.

  • Souveraineté, l'obsession des nations

    Nicolas Leron

    • Bouquins
    • 10 Mars 2022

    La souveraineté n'est pas notre planche de salut ; elle n'est pas davantage la cause de nos maux. C'est pourtant elle qui accapare toutes les énergies, au risque de la déraison collective.
    " La souveraineté n'est pas notre planche de salut ; elle n'est pas davantage la cause de nos maux. C'est pourtant elle qui accapare toutes les énergies, au risque de la déraison collective.
    La souveraineté agite le débat des élections présidentielles : d'un côté, les souverainistes de droite comme de gauche la brandissent en étendard ; de l'autre, les plus ardents défenseurs du projet européen, fédéralistes de toujours, l'accolent désormais à l'Europe dans des constructions conceptuelles intenables. Mais dans l'ombre de cette souveraineté qui subjugue nos regards, une véritable impuissance démocratique hante les nations. Là est notre urgence et notre défi.
    L'oeuvre qui échoit à notre génération forgée dans le cours tempétueux de la dernière décennie sera d'inventer une nouvelle forme politique capable de concilier nation souveraine et Europe puissance publique. En posant les bases d'une double démocratie européenne, capable de tenir ensemble une démocratie européenne articulée à nos démocraties nationales revivifiées, ce livre se veut un antidote à la nuée de faux-semblants qui égare la raison des peuples. " Nicolas Leron

  • Ils se croient tous présidentiables

    Laurent-David Samama

    • Bouquins
    • 3 Février 2022

    Ambition romantique, aventure incongrue ou destin tout tracé : à quoi pensent les candidats, toujours plus nombreux, à l'élection présidentielle ?
    C'est un moment fort qui rythme notre vie citoyenne, un point culminant. Un sommet ! Chaque présidentielle agite notre pays comme nul autre scrutin. Chaque présidentielle agite notre pays comme nul autre scrutin. Et chaque campagne recèle son lot de candidatures, surprises, fortuites, perdues d'avance ou trop belles pour durer.
    Le cru 2022 s'annonce quant à lui particulièrement prolifique, avec un nombre inédit de candidats, qu'ils soient "hors système" ou issus de partis traditionnels. Avons-nous abandonné la haute idée que l'on se faisait du rôle de premièer des français ?
    Depuis le général de Gaulle, la France est bercée d'un idéal : la rencontre d'un homme et son peuple. Chez ces candidats aux caractéristiques si particulières, les raisons de croire en leur destin national relèvent parfois de l'irrationnel, de la conviction intime... voire de la mystique. Mais une fois à l'Elysée, la réalité de l'exercice du pouvoir pourrait bien les rattraper.
    Passant au crible les aventures plus ou moins fameuses de " présidentiables " à travers les époques, ce livre raconte les victoires qui ont le goût de revanche, les sorties de route spectaculaires et ces rendez-vous manqués, incessants rebondissements d'un roman dont la fin n'est jamais écrite.

  • Ce pays des hommes sans Dieu

    Jean-Marie Rouart

    • Bouquins
    • 6 Mai 2021

    A contre-courant des idées dominantes, Jean-Marie Rouart fustige les illusions de la laïcité érigée en dogme protecteur face à l'islamisme.
    L'islam n'est-il pas d'une certaine façon le révélateur de nos failles et de la fragilité de notre assise morale et philosophique ? À contre-courant de ceux qui se contentent de s'abriter derrière le laïcisme ou le séparatisme pour faire face à la montée de l'islam, Jean-Marie Rouart s'interroge sur nos propres responsabilités dans cette dérive. Ne sommes-nous pas aveuglés par ce que nous sommes devenus ? Consommateurs compulsifs, drogués par un matérialisme sans frein ni horizon, s'acheminant vers une forme de barbarie moderne, ne mésestimons-nous pas nos carences culturelles et nos faiblesses spirituelles ?
    C'est moins l'essor de l'islam que l'auteur stigmatise que l'abandon de notre propre modèle de civilisation. Pour lui le véritable défi à relever n'est pas seulement d'ordre religieux, c'est notre civilisation qui est en cause. Rappelant que notre nation s'est constituée autour d'un État, du Livre, de la littérature et d'une religion porteuse de valeurs universelles, il rappelle l'importance de ces piliers de la civilisation chrétienne pour faire contrepoids à d'autres modèles et préserver notre identité. À ses yeux, ce qu'il appelle la " mystique laïcarde " n'est qu'une illusoire ligne Maginot contre l'islam. L'athéisme, si respectable soit-il, reste impuissant à remplacer la croyance.
    C'est le livre d'un " chrétien déchiré " qui a du mal à se reconnaître, comme beaucoup, dans l'Église de l'après-Vatican II. Jean-Marie Rouart refuse de s'avouer vaincu : il s'interroge sur les moyens de conjurer le déclin d'une civilisation d'inspiration chrétienne menacée autant par l'islam que par elle-même.

  • La démocratie du like

    Nelly Garnier

    • Bouquins
    • 13 Janvier 2022

    La réflexion lucide et salutaire d'une jeune femme politique sur ce qui reste de démocratie à l'heure des réseaux sociaux pour une classe politique en quête de sa propre façon d'exister et de se faire entendre.
    " Cela fait quinze ans que je distribue des tracts que personne ne veut prendre et j'ai fait des centaines de milliers de vues en postant une vidéo où je défends la viande à la cantine en préparant un sauté de veau à mes enfants. Au fond, n'aurais-je pas plus d'impact en ouvrant une chaîne politique YouTube depuis ma cuisine ? "
    Le like va-t-il supplanter le vote ? s'interroge Nelly Garnier qui livre ici une réflexion vivifiante sur ce qui reste de démocratie à une époque où des citoyens, lassés des urnes, passent leurs journées sur les réseaux sociaux.
    Elle dresse le constat de deux sphères qui évoluent désormais en parallèle : une sphère politique qui se satisfait en silence d'un désengagement citoyen. Et une sphère numérique, éruptive, traduisant sa frustration d'être privée du pouvoir par des expéditions punitives de plus en plus violentes. Comment les réconcilier ?
    Le propos de l'auteur n'est pas de pleurer sur les dérives d'un nouveau monde dont personne n'a cherché à comprendre les ressorts, mais de trouver dans ce bouillonnement numérique un moyen de revitaliser une démocratie représentative devenue apathique. Et, à travers elle, la vie politique de demain.

  • Parerga Paralipomena

    Arthur Schopenhauer

    • Bouquins
    • 9 Janvier 2020

    Les Parerga et Paralipomena, titre grec qui signifie " Accessoires et Restes ", connurent un immense succès en Allemagne à leur parution, en 1851, et furent traduits en France entre 1905 et 1912. Bien qu'ils comptent parmi les textes majeurs d'Arthur Schopenhauer, ils n'ont fait l'objet, depuis, que de parutions marginales. Ils offrent pourtant aux lecteurs de l'auteur du Monde comme volonté et comme représentation un véritable kaléidoscope des grands thèmes traités par le philosophe : l'ennui, le désespoir, la bouffonnerie des comportements humains. Son pessimisme, qui lui fait dire que " la vie est une affaire qui ne couvre pas ses frais ", connaît ici de nouveaux développements dans ses articles Sur le suicide ou Le Néant de la vie.Schopenhauer propose un art de vivre pour remédier à la douloureuse condition humaine, sous la forme de conseils et de recommandations, comme de pratiquer avec prudence la compagnie de femmes. L'Essai qu'il consacre à celles-ci connut un vif succès auprès d'écrivains français tels Maupassant, Zola, Huysmans et tant d'autres dont Schopenhauer a nourri la misogynie.Évoquant l'influence considérable de la pensée de Schopenhauer sur les créateurs de son temps, Didier Raymond souligne le paradoxe qui veut que son pessimisme ait eu sur beaucoup d'entre eux " les effets bénéfiques d'une libération longtemps attendue. Sa philosophie, écrit-il, confère enfin une certitude au sentiment de désespérance, d'extrême lassitude de l'existence ".Par sa perspicacité philosophique et sa lucidité psychologique, comme par la clarté et la lisibilité de son écriture, cet ouvrage reste à cet égard un stimulant inépuisable.

  • Tout César

    Jules César

    • Bouquins
    • 28 Mai 2020

    Ce volume rassemble, intégralement traduits pour la première fois et présentés en édition bilingue, tous les écrits de Jules César : les Commentaires, mais aussi les extraits des discours, des traités et de la correspondance conservés par les Anciens.Il offre une lecture complète de son oeuvre, qui permet de mieux comprendre à quel point César a été un protagoniste majeur de l'histoire romaine dans son exercice du pouvoir, fondé sur l'idée d'une magistrature suprême au sommet de l'État, et son action réformatrice dans tous les domaines de la vie publique. Il éclaire aussi son influence décisive sur la vie culturelle de son temps, à laquelle il a fourni des apports tout aussi originaux que trop souvent ignorés. Soucieux de préserver le rayonnement de la langue et du patrimoine latins, César fit de Rome un grand centre intellectuel, mû par l'ambition d'ouvrir la connaissance au plus grand nombre et non de la réserver à une seule élite.Enfin, loin de se réduire à une simple reconstitution des dernières décennies de la République romaine, cet ouvrage met en valeur la dimension littéraire de César. L'ensemble de ses lettres, les citations qui subsistent de ses discours, et la somme tout aussi riche des fragments de ses traités, révèlent les spécificités de l'éloquence césarienne. Un modèle du genre par sa rigueur et sa sobriété, qui font toute son excellence stylistique.

  • Manifeste pour une échelle humaine

    Collectif

    • Bouquins
    • 24 Juin 2021

    Quarante acteurs de la vie civile, hauts fonctionnaires, responsables politiques, tous de moins de 40 ans, appellent, à un moment crucial de la vie politique nationale, à la construction d'un nouveau destin français pour la décennie qui s'ouvre. " Notre génération, née avec la chute du Mur de Berlin, fait face au retour du tragique. Du réchauffement climatique à la pandémie actuelle, des attentats terroristes à la menace de l'extrême droite, elle ne peut rester spectatrice des catastrophes qui s'accumulent.
    Nous refusons de nous résoudre à la crise permanente. Nous n'acceptons pas la fatalité du déclinisme ambiant. À l'heure où l'histoire frappe de nouveau à la porte, il nous appartient de relever le gant. Enfants de la fin du xxe siècle, nous portons, avec l'énergie et la détermination de notre jeunesse, l'espoir des meilleurs lendemains. "
    Ce manifeste initié par quarante acteurs de la vie civile, chefs d'entreprises, responsables associatifs, hauts fonctionnaires, intellectuels et élus locaux, tous appartenant à la génération montante, propose un autre chemin pour la décennie qui s'ouvre, celui d'une République écologique et altruiste. Celui d'une nouvelle échelle humaine.

  • Pierre Mendès France, la foi démocratique

    Frédéric Potier

    • Bouquins
    • 30 Septembre 2021

    Dans l'histoire politique française, Pierre Mendès France occupe une place singulière. Incarnant une certaine éthique de la République, il aura été aussi un combattant acharné de la démocratie
    Dans l'histoire politique française, Pierre Mendès France occupe une place singulière. Incarnant une certaine éthique de la République, il aura été aussi un combattant acharné de la démocratie.
    Sa vision était celle d'une gauche républicaine, attachée à la laïcité, cherchant dans la science et la raison les fondements d'un progrès conciliant justice et efficacité. Une gauche bâtisseuse d'espoir et non une gauche du ressentiment.
    Cet essai propose de restituer la vigueur, la cohérence et la richesse de la pensée de cet homme d'État : exemplarité, audace et réalisme, il est incontestable que l'homme a vu juste et loin, là où d'autres s'aveuglaient.
    Droits de l'homme, jeunesse, économie, union de la gauche, décolonisation, construction européenne ou relations internationales : par leur puissance, les idées politiques de Mendès France résonnent fortement encore aujourd'hui.
    Jeune haut fonctionnaire, fidèle aux valeurs de la République à laquelle il a souhaité, à travers ces lignes, rendre un peu de ce qu'elle lui a donné, Frédéric Potier invite à trouver dans le legs moral et politique de Pierre Mendès France une forme d'inspiration ou même une lueur d'espoir.

  • Billets politiques : sur le fil du quinquennat

    Frédéric Says

    • Bouquins
    • 23 Septembre 2021

    Est-il encore possible de parler de politique sans perdre son calme ? De débattre sans se battre ? En chroniquant la vie politique chaque matin sur France Culture, Frédéric Says croque les travers de notre époque sur époque. 8h16. " Bonjour Guillaume, bonjour à tous... " Un rendez-vous et un rituel. Le " Billet politique " est l'occasion d'échapper aux engouements de l'instant, au culte de l'immédiateté. Il s'offre aussi le luxe de la nuance. Dans un écosystème médiatique souvent confondu avec une arène, la pondération est un refuge pour celles et ceux qui refusent d'être enfermés dans des débats binaires.
    De 2016 à 2021, Frédéric Says a analysé avec finesse les rebonds de notre vie politique. En quelques années, le " nouveau monde " a perdu de sa superbe. Les élus locaux, les mouvements citoyens, les scientifiques ont gagné en influence. Les réseaux sociaux sont devenus des acteurs publics tandis que les discours politiques - signe de leur impuissance - ont été envahis de formules creuses : " la société civile ", " les territoires ", " j'assume "...
    C'est cette métamorphose, entre hier et aujourd'hui, entre le " dire " et le " faire ", que ce livre se propose de disséquer, avant la prochaine élection présidentielle. Avec la volonté d'éviter deux écueils : une vision trop clémente ou une posture de la critique permanente. Un billet politique sur le fil matinal, c'est un exercice d'équilibrisme.

  • Carnets inédits

    Jacques Julliard

    • Bouquins
    • 11 Mars 2021

    Depuis près de quarante ans, Jacques Julliard consigne dans ses carnets réflexions, notes de lecture, portraits et récits de rencontres. Un document intellectuel et politique de premier ordre.
    Depuis près de quarante ans, Jacques Julliard consigne dans ses carnets réflexions, notes de lecture, portraits et récits de rencontres. Les observations d'un homme qui s'engagea très tôt dans le sillage des valeurs d'un socialisme puisant dans les racines profondes du catholicisme social. Dans ce document intellectuel et politique de premier ordre, il évoque ses échanges avec, entre autres, les présidents Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, sur un registre ni courtisan ni opposant, animé par une liberté d'esprit et d'expression qui lui vaut le respect de tous au-delà de ses options personnelles. Au tournant du siècle, Jacques Julliard voit ses inquiétudes se vérifier quant au devenir du socialisme : le PS perd de plus en plus son âme. Il détecte tous les signes de ce déclin et les analyse avec une lucidité clinique, à la mesure de la déception éprouvée. Il rappelle alors, en puissant écho à Péguy, la nécessité de faire entendre une voix dissidente quand il s'agit de rester fidèle à la vérité et à son idéal. La perte du paramètre religieux dans la société française l'amène à s'interroger, après Benjamin Constant et Tocqueville : une société sans religion, au sens traditionnel du terme, n'est-elle pas guettée par une religion temporelle imposée, c'est-à-dire par le totalitarisme ? Toutes les dérives de la société française, qu'il recense sans indulgence, menacent d'aller dans ce sens : l'éclipse des grands hommes, des écrivains indiscutables, des esprits supérieurs, même si on ne partage pas leurs vues ; l'éclatement d'un pays qui tend à devenir une mosaïque de communautés distinctes, sans que qu'une gauche qui se dit républicaine s'en insurge ; la dépendance des gouvernants envers l'opinion publique ; la destruction de l'École, instrument capital de l'intégration sociale et ethnique, par les " malfaiteurs de la pédagogie ". La crise des gilets jaunes, les soulèvements contre la réforme des retraites, la crise du coronavirus : autant de signes qu'une société n'ayant plus pour but que la conservation individuelle de chacun de ses membres se nie en tant que telle. Jacques Julliard appelle, en homme libre, à une forme de patriotisme de base, une union des citoyens autour des valeurs essentielles de la nation, expression de la volonté commune.

  • L'absolue simplicité

    Lucien Jerphagnon

    • Bouquins
    • 10 Octobre 2019

    Ce volume donne à lire de nombreuses transcriptions inédites de cours, conférences et émissions de radio de Lucien Jerphagnon, permettant de mieux appréhender l'étendue de son oeuvre. On perçoit ainsi la sensibilité particulière d'un homme aux multiples visages. Homme d'enseignement tout d'abord, dont le sens de la pédagogie s'impose dès ses premiers cours au Grand Séminaire de Meaux, publiés ici pour la première fois. L'essentiel s'y trouve déjà : la vivacité d'un style " démocratique ", selon Paul Veyne, qui d'emblée emporte le lecteur et le guide dans les raisonnements les plus complexes ; le ton, parfois badin, jamais guindé, toujours tenu ; surtout, le déploiement d'une pensée libre, profondément anticonformiste et d'une érudition inépuisable. Homme de fidélité ensuite, notamment à ses compagnons de toujours, les Anciens. Des présocratiques à Augustin et d'Homère à Julien l'Apostat, il n'a cessé de leur rendre hommage dans ses conférences et interventions publiques. Juste retour des choses, c'est son " plus cher disciple ", Michel Onfray, qui, rappelant dans sa préface ce qu'il doit à son " vieux maître ", prolonge cette chaîne de transmission et de savoir. Homme de son temps enfin, comme en témoignent ses chroniques politiques des années 1990, Lucien Jerphagnon fut un virtuose du dialogue et de la conversation. Ses échanges avec Francesca Piolot, en conclusion de ce volume, sont à l'image d'une pensée en perpétuel mouvement où ne cesse d'affleurer la question qui traverse toute son oeuvre : pourquoi diable y a-t-il quelque chose plutôt que rien

  • La République des hommes

    Gabrielle Siry-Houari

    • Bouquins
    • 7 Octobre 2021

    Jeune économiste, engagée en politique, Gabrielle Siry fait un constat alarmant : les violences faites aux femmes existent en politique comme dans toute la société ; mais n'est-ce pas pourtant le lieu de l'exemplarité ?Bercy, 2015. Gabrielle Siry-Houari entre au ministère de l'Économie et des Finances comme conseillère au secrétariat d'État au numérique et à l'innovation. Elle découvre ce " paquebot " unique en son genre : son austère architecture, son ballet de courtisans, ses expressions dans l'anglais des affaires et enfin sa face cachée : le sexisme ordinaire. Dans ce journal de bord en politique, vivant et révoltant, la jeune économiste dépeint un climat délétère, bien loin de l'exemplarité que nous serions en droit d'attendre au sommet de l'État. Elle décrit un " patriarcat libéral " qui permet à des hommes installés de conserver les leviers des pouvoirs économique, politique et médiatique.
    " L'élection d'Emmanuel Macron, promettant de grandes avancées en matière d'égalité femmes-hommes, a été un leurre. Dans ses réformes comme dans son imaginaire fait de financiarisation de l'économie et de start-up nation, le macronisme n'a fait que renforcer un système défavorable aux femmes et perpétuer des représentations en leur défaveur. Quand le politique renonce à réguler les excès du capitalisme, s'ouvre aux vents des lobbys privés et cède aux sirènes de la dérégulation, ce sont les moins privilégiés qui en subissent les conséquences, et en premier lieu, les femmes. Le féminisme, loin d'être particulariste, revitalise la lutte pour la justice sociale. "

empty