Buchet/Chastel

  • La vie sur Terre est aujourd'hui entre dans une sixième extinction de masse. Si la crise contemporaine de la biodiversité soulève de nombreux défis scientifiques et techniques, ceux-ci ne doivent pas masquer des enjeux plus fondamentaux quant à la place des humains dans la nature et leurs responsabilités à son endroit.

  • Préface d'Allain Bougrain Dubourg Pourquoi les flamants roses ne se perdent-ils jamais au cours de leur migration ? Comment un merle repère-t-il un ver caché dans la terre ? Comment un guillemot adulte reconnaît-il son petit au milieu de la cacophonie

  • Vous buvez du café ou du chocolat au petit déjeuner ? Des graines ! Vous mangez du pain ? Encore des graines ! Vous portez des chemises en coton ? Toujours des graines ! Elles sont partout, nous fournissant nourriture, épices, énergie, fibres, médicaments, etc. Pour quelle raison les graines connaissent-elles un tel succès ? Quelles caractéristiques et quelles règles leur ont permis de transformer si fondamentalement notre planète et de devenir aussi indispensables à nos existences ? La lecture de ce livre, drôle et passionnant, apporte des réponses à ces questions et à bien d'autres. Nous comprenons non seulement pourquoi les graines ont triomphé au point de proliférer dans la nature, mais également pourquoi elles ont pris des formes si diverses - des minuscules akènes de fraise aux géantes que sont les noix de coco - et sont devenues à ce point essentielles à l'homme. Raconter leur histoire, c'est nous remémorer nos liens fondamentaux avec la nature - avec les plantes, les animaux, la terre, les saisons - et avec le processus même de l'évolution. Thor Hanson est un scientifique spécialisé en biologie de la conservation. C'est aussi un écrivain plein d'humour et au style très vivant, qui maîtrise à merveille l'art de mettre en scène de petites anecdotes et des exemples étonnants pour nous plonger dans la grande histoire.

  • Tout père est un mâle mais tout mâle n´est pas forcément un père !
    Certes, dans la nature, les femelles sont en moyenne plus impliquées que les mâles dans les soins parentaux, mais cette règle souffre de très nombreuses exceptions. Comment expliquer ce phénomène ? Pourquoi et comment, au cours de l´évolution, les mâles ont-ils dépassé chez plusieurs espèces le simple rôle de géniteurs pour devenir de bons pères de famille ? Et en quoi l´observation de la nature est-elle pertinente pour mieux comprendre le rôle des pères au sein de notre propre espèce ?
    Cette histoire naturelle du comportement paternel s´appuie sur de très nombreux exemples de pères, des plus édifiants aux plus insolites, allant des invertébrés jusqu´à l´homme. Au moment où notre société s´interroge sur l´évolution des moeurs familiales, elle donne à réfléchir sur l´intérêt et les limites des comparaisons entre l´homme et l´animal, et montre que la valeur d´exemple du vivant réside avant tout dans sa diversité.


    Frank Cézilly est professeur et chercheur en écologie comportementale à l´université de Bourgogne (Dijon) et membre senior à l´Institut Universitaire de France. Il travaille notamment sur l´évolution de la monogamie chez les oiseaux. Reconnu dans le monde scientifique, il a été, de 2000 à 2012, éditeur en chef de la revue Behavioural Processes. Il a publié de très nombreux articles scientifiques, dont plusieurs dans de prestigieuses revues internationales (Science, Proceedings of the Royal Society Series B, Behavioral Ecology and Sociobiology, Animal Behaviour, Ecology).

  • Le doute n'est plus permis. Le changement climatique a un réel impact sur la vigne, donc sur le vin. Depuis 30 ans, le vin a gagné un degré d'alcool par décennie. Plus de soleil réjouit le vigneron : il bonifie le vin au nord de la Loire et fait grimper l'alcool dans le Sud. Mais, à long terme, c'est une autre histoire. Les cépages vont changer, le système des appellations aussi. Demain sera un autre vin. Là où la vigne aura survécu, là où la vigne renaîtra. Les enjeux socio-économiques sont énormes et c'est tout un secteur qui doit évoluer. Jusqu'à quel point ? Le problème n'est pas simple. En France, selon les régions, les vignerons ne subissent pas les mêmes contraintes et les réponses sont d'ores et déjà différentes. Ailleurs, si l'Allemagne et l'Angleterre se réjouissent, l'Espagne et la Californie se désespèrent. Que boirons-nous en 2030 ? Et en 2050 ? Certains cépages résisteront-ils mieux que d'autres ? Les techniques seront-elles capables de s'adapter ? Jusqu'à quelles altitudes - et quelles latitudes - la vigne pourra-t-elle s'acclimater ? Le salut passerait-il par le bio ou la biodynamie ? Les auteurs sont tous deux journalistes. Valéry Laramée de Tannenberg est rédacteur en chef du Journal de l'environnement, il travaille notamment sur les questions liant l'énergie au changement climatique. Yves Leers, spécialiste du développement durable et du changement climatique, est entre autres consultant pour l'Atelier du climat.

  • Aujourd'hui, un enfant sur six souffre d'une anomalie du développement neurologique, un sur huit de déficit de l'attention, un sur soixante-huit d'un trouble du spectre autistique. Ce livre est un cri d'alarme. Il montre comment des produits chimiques - le mercure, l'arsenic, le plomb, les pesticides, les PCB, etc. - que nous croisons tous les jours dans nos environnements, menacent, de façon insidieuse, le développement du cerveau. Cet empoisonnement invisible commence dès les premiers instants de la vie, alors que l'enfant se trouve encore dans le ventre de sa mère. Or, le cerveau, organe particulièrement vulnérable, est unique, irremplaçable. Les dégâts sont irréversibles et lourds de conséquences pour l'individu comme pour la société. Il est urgent de réagir ! Les solutions existent, mais elles nécessitent une prise de conscience immédiate. Certains poisons, déjà identifiés, doivent être interdits. Nous devons également exiger des tests systématiques pour tout nouvel élément mis sur le marché, ainsi que des contrôles de nos industries. Il est encore possible de protéger les générations futures et il ne faut plus attendre !

  • Fruit du cheminement personnel et professionnel de l'auteur, cet ouvrage s'appuie sur un argumentaire scientifique solide pour développer une réflexion épistémologique et scientifique sur l'histoire d'une diversité biologique en perpétuel devenir. Il soulève la question de la légitimité d'un anthropocentrisme conquérant et aborde des questions d'ordre éthique et philosophique à propos des relations entre les humains et le tissu de la vie. En altérant profondément la diversité biologique actuelle, l'homme en modifie nécessairement les trajectoires et porte ainsi gravement atteinte à ce qui fonde le bien-être des sociétés humaines. Mais l'espoir n'est pas perdu et l'horizon n'est pas bouché si, conscient des responsabilités qui lui incombent, l'homme se décide avec courage et lucidité à construire un nouveau vivre-ensemble avec la nature.

  • Non, la nature n'est pas seulement une jungle d'individus en lutte et en compétition les uns avec les autres, c'est surtout un lieu d'échanges et d'entraide. Et, s'il a le pouvoir de menacer et de détruire cet équilibre, il peut aussi aujourd'hui inverser la tendance en acceptant de se réconcilier avec le vivant.
    L'homme fait partie de la nature, au même titre que les autres mammifères, les insectes, les plantes¿ Pendant des milliards d'années, tous ces organismes ont évolué, se sont adaptés, sont parfois entrés en compétition les uns avec les autres, et surtout ont coopéré. Là se trouve la raison principale du remarquable succès du monde vivant, comme le montrent de nombreux exemples concret : si les tensions et les conflits existent bien entre les espèces, la nature est surtout un lieu d'échanges, d'entraide, de coopération.
    Mais l'emprise grandissante d'une espèce particulière, la nôtre, bouleverse cet équilibre subtil : l'homme est devenu une menace pour la planète, ses habitants et lui-même.
    Pour autant, il n'est pas trop tard pour redresser le cap ! C'est en reconnaissant que nous faisons tous partie d'une même communauté, en développant une nouvelle solidarité écologique, en nous réconciliant avec le monde vivant que nous pourrons le sauver : réconcilions-nous avec la nature, car c'est notre nature !
    Le livre-testament d'un des plus grand écologues français qui nous offre un plaidoyer limpide et convaincant pour nous aider à nous réconcilier avec la nature avec notre nature et à nous construire ainsi un autre avenir.

  • Préface de Philippe Kourilsky Cancers, asthme, allergies, maladies neurologiques et métaboliques, obésité... En quoi la forte progression de ces pathologies est-elle liée aux profondes transformations de notre environnement ?
    Nous sommes aujourd´hui continuellement exposés à des mélanges de substances toxiques (pesticides, PCB, amiante, polluants atmosphériques, perturbateurs endocriniens, nanoparticules...) : quels sont leurs impacts sur notre santé ? Quel est leur itinéraire une fois qu´ils ont franchi nos barrières de protection (peau, poumon, système digestif) ? Comment notre organisme s´adapte-t-il à ces agressions ? Doit-on craindre les effets d´autres agents, par exemple les ondes électromagnétiques ?
    Les réponses à ces questions sont essentielles, non seulement sur le plan individuel mais aussi en termes de politiques publiques. Certaines relations entre la santé et l´environnement sont scientifiquement avérées et amènent les pouvoirs publics à réglementer ; doivent-ils faire encore plus ? D´autres sont suspectées (comme l´impact sanitaire des perturbateurs endocriniens, par exemple) et la décision, pour la gestion de ces risques incertains, s´appuie, en cas de doute sérieux, sur le principe de précaution.

    Les trois auteurs ont choisi ici de partager leurs connaissances avec un public non spécialiste afin de lui ouvrir des voies pour comprendre et agir en citoyen.
    Francelyne Marano est professeur émérite de biologie cellulaire et de toxicologie à l´université de Paris Diderot. Elle participe activement aux différents plans nationaux santé-environnement.
    Robert Barouki est toxicologue et professeur à l´université Paris Descartes.
    Denis Zmirou est épidémiologiste de l´environnement et professeur à l´École des Hautes Études en Santé publique et à l´université de Lorraine.

  • Notre planète est entrée dans une nouvelle ère géologique, l´anthropocène, et traverse aujourd´hui une crise sans précédent. Elle doit affronter de nombreux défis, notamment les effets du changement climatique et l´imprévisibilité des conditions météorologiques, la pollution, la perte de la biodiversité, la fonte des glaciers et les migrations forcées...
    Face à ce constat alarmant, Gaia Vince décide de parcourir le monde afin de comprendre comment faire face à ces bouleversements : c´est l´occasion pour elle de faire des rencontres extraordinaires : en Asie, en Afrique ou en Amérique, des femmes et des hommes proposent déjà, au niveau local, des solutions parfois surprenantes, souvent inventives, dont nous pourrions tous nous inspirer.
    Car au final, la seule question qui demeure est la suivante : quelle planète souhaitons-nous transmettre aux générations futures ?

    Gaia Vince est journaliste britannique, spécialisée dans les questions scientifiques et environnementales. Éditrice pour les journaux Nature, New Scientist et Nature Climate Change, elle publie régulièrement des articles, notamment dans Science, The Guardian, The Times et Scientific American.

empty