Calmann-Lévy

  • " J'aurais voulu entrer dans la maison de South Broadway, à Nayack où elle vivait, mais il fallait une autorisation. Je me suis contenté d'entrer dans le jardin. J'ai regardé les arbres. Je me suis assis sur les marches de la cuisine. Une femme est sortie. Elle avait un petit chapeau et un sac. Elle a fermé la porte à clef. Derrière les rideaux, il n'y avait personne. "

  • Les vivants

    Pascale Kramer

    C'est un 8 mai lumineux. Louise, son mari Vincent, son petit frère Benoît, tous trois troublants de jeunesse, d'inconscience et d'immaturité, sont frappés par un drame effroyable.À travers les yeux de Benoît, Les Vivants tente de saisir la stupeur de cette fraction de seconde où le destin bascule, et, au-delà, le mystère, ou le scandale, de l'acharnement de la vie.Parcouru de bout en bout par l'énergie d'une nature en plein été et par la douleur muette de Louise, le livre pose cette simple question : comment croire au pire quand on est jeune et qu'il fait beau, et comment y survivre ?

  • Daniel Ranth est à la tête d'une organisation criminelle spécialisée dans le trafic d'êtres humains. Une société pas comme les autres, qu'il dirige toutefois en parfait gestionnaire, rigoureux et déterminé, tout mafieux qu'il est. Mais les temps et la concurrence sont rudes. Confronté à une grave crise de croissance, il engage Pierre et Martin, deux consultants censés restructurer son activité. Deux dangereux désinvoltes en réalité - ce que Daniel Ranth ne sait pas encore -, sans cesse à côté de la plaque. C'est contrariant... Car les vers sont dans le fruit, et ils ne sont pas seuls. Loin de là. Pierre et Martin, eux au moins, ne sont pas bien méchants...

    Dans ce roman décapant et incisif d'Alain Wegscheider, des gens insignifiants menacent à chaque instant de provoquer, en toute innocence, des réactions en chaîne redoutables et des catastrophes sans nom. Et comme souvent en pareilles circonstances, le tragique côtoie le drolatique...

  • " Tout aurait pu rentrer dans l'ordre, tout comme avant. Les autres auraient pu continuer à ricaner, ce pauvre Rabout [...] il rêve toujours de changer de portefeuille et même d'une promotion, [...] pourquoi pas chef de bureau tant qu'on y est. Mais là-dessus nouvelle convocation de Lavaut, exaspéré de perdre tout ce temps à mon sujet, me faisant attendre des heures puis déboulant dans le secrétariat, lâchant dans une bouffée de cigare : le Ministre a lu votre compte-rendu figurez-vous, ce n'était pas prévu, une erreur de transmission. [...] Il me dévore de ses yeux terribles, puis d'une voix doucereuse, menaçante : en tout cas il l'a lu c'est un fait et m'a demandé de vous féliciter du résultat. Le Ministre, moi ? Non pas encore Rabout, vous n'êtes pas encore Ministre, pas que je sache, au revoir Rabout. Trois jours plus tard c'était la lettre qui suivait, celle dont je ne me remettrai pas, la lettre venue d'en haut, à mon nom, Rabout grisé d'honneur et d'émotion, la lettre signée personnellement par le Ministre, en personne oui, en personne. "

empty