Dargaud

  • Le Reality Show continue ! Et Gullick, le patron de la Médiacop, nous offre dans cet album, qui clotûre le diptyque et la série, une véritable démonstration de ses talents ! Sa baguette de chef d'orchestre dirigeait déjà Oshii, Norman et plus largement tous les téléspectateurs, mais à présent il s'attaque aux milieux politiques, dont le maire musulman de Grenade, et aux groupes terroristes religieux par l'entremise de son propre groupe de mercenaires... Le monde entier devient un reality show entre ses mains...

  • La suite de la Guerre éternelleBonne nouvelle, La Guerre éternelle est terminée.

    Mauvaise nouvelle, pour en arriver à faire amis-amis avec les Taurans, les Terriens ont dû adopter leur mode de vie. Les milliards d'individus qui composent l'humanité ne sont plus qu'une seule entité. Comme les Taurans. Finis les combats intergalactiques, finis les tripotages de l'ADN pour fabriquer de meilleurs soldats que les meilleurs soldats de l'affrontement précédent.

    C'est la paix. Vingt ans après, l'humanité est composée de dix milliards d'individus génétiquement identiques se partageant une même conscience. Dix milliards de clones branchés sur la même banque de données.

    Ils s'appellent l'Humain. Restent, parqués sur une planète lointaine où ils servent de réserve de gènes, quelques centaines d'hommes et de femmes qui continuent à pratiquer l'hétérosexualité et la reproduction in vivo. Dont William et Marygay, " héros " malgré eux de La Guerre éternelle.

    Tous vivotent en ressassant leurs souvenirs d'avant. Un jour, l'Humain et les Taurans leurs proposent d'accueillir quelques-uns d'entre eux dans leur " grande famille " clonesque grâce à une légère manip génétique.

    Pour les autres, la stérilisation se profile à l'horizon. Les derniers hommes et les dernières femmes décident, pour échapper au choix proposé, de se servir d'une loi physique qui leur a pourri la vie durant toute la guerre.

    La vitesse de leurs vaisseaux, approchant celle de la vitesse, les ont fait vieillir infiniment moins vite que les rampants des planètes.

    Sympa de revenir d'une campagne de quelques mois et de retrouver ses économies ayant prospérées pendant quatre siècles ! Moins sympa de découvrir les petits-fils des petits-fils du bébé que vous avez tendrement embrassé avant d'embarquer.

    Il suffit donc que la communauté embarque sur un bon vieux vaisseau qui rouille en orbite, se paie une petite balade de quinze ans dans l'espace et revienne. 400 siècles se seront écoulés.

    Humain et Taurans ne seront sans doute plus qu'un mauvais souvenir...

    Auteur de la célébrissime Guerre éternelle, Joe Haldeman, un des princes de la SF américaine, continue de jongler allègrement aussi bien avec les sentiments les plus profonds de l'homme et de la femme qu'avec les aberrations ultimes de la physique.

    Avec élégance, Marvano, qui a déjà illustré La Guerre éternelle (trois tomes chez Dupuis) met en images L'exode, deuxième épisode du triptyque tiré de La Liberté éternelle, roman paru en septembre 2001 dans la collection Millénaires (J'ai Lu).

  • Bienvenue dans l'univers formidable de la réalité virtuelle ! Vous pensiez tout connaître de la télé-réalité ? Vous n'avez encore rien vu... Imaginez un monde où l'on ne travaille plus. Un avenir où le travail est éxécuté par des robots. Les humains ne peuvent exercer que deux métiers : ils sont soit flics, soit militaires. Bardés de caméras qui enregistrent tous leurs mouvements, ces « militaro-cops » mènent l'enquête sous les yeux des téléspectateurs désoeuvrés. Parmi ces flics de choc, un certain Norman K. Barron.

    Toujours à l'affût des « coups » les plus chauds - et donc les plus rentables pour l'audimat. Norman a 40 ans. C'est une vedette du petit écran, le genre belle gueule et beau parleur. Cette fois, il a fort à faire. Des meurtres en série sont commis par une étrange créature qui sème la terreur. Sheeta, son compagnon d'aventures, y laissera sa peau.

    Norman va tenter de mener à bien cette enquête en compagnie de Oshii, la jeune fille qui remplace Sheeta. Oshii va constater que la télé-réalité peut n'avoir que de très lointains rapports avec la vraie réalité... Nouvelle série appelée à connaître un audimat... pardon, un succès éditorial mérité, Reality Show puise son inspiration dans notre fascination actuelle pour les images. Mais pas n'importe lesquelles : là, il s'agit des images qui s'étalent à foison sur les écrans de télévision en prétendant traquer la "vraie vie" derrière les apparences. Fantasme de scénariste ? Pur délire d'auteurs de bd en mal de sensations ? Pas sûr, hélas... Morvan, le scénariste, ne fait qu'extrapoler à partir de cette obsession de "vérité". Il se projette quelques années en avant - mais peut-être pas si loin de nous. Il imagine un monde toujours plus violent, toujours plus avide de sensations fortes - et pourtant artificielles. Dans cet univers virtuel, tout n'est qu'illusion et faux-semblants. Jusqu'à la vie du héros modèle...

    Mais chut ! Pas question d'en dire plus. Le mieux, c'est encore de se laisser emporter par le récit, servi par le trait alerte du dessinateur, Francis Porcel. Un dessin mis en valeur par une mise en page bourrée de dynamisme et de mouvement, où les cases virevoltent au gré des péripéties de l'action (d'accord, on n'est pas à la télé...

    Mais dans la bande dessinée aussi, l'efficacité reste de mise !). Porcel, est un jeune virtuose du crayon formé à l'Ecole des Beaux-Arts de Barcelone. Il se réclame d'influences diverses, de Gimenez à... Uderzo. Quant au scénariste, est-il encore besoin de le présenter ? Tranquillement, Jean-David Morvan est en train de creuser son sillon (on allait écrire son sillage...) sur le chemin du succès.

    De Troll à Sillage, de Nomad à HK, il confirme d'album en album sa place prépondérante dans le paysage de la bande dessinée. Cette année, il s'apprête à signer comme scénariste quelque quinze (oui, 15 !) nouveaux albums...

    À n'en pas douter, Reality Show devrait être l'un des plus remarqués. Et ça, ce n'est pas du virtuel !

  • Vedette d'un programme de reality show produit par la Médiacop, le super-flic Norman Barron continue de pourchasser les criminels en direct pour des millions de téléspectateurs. Avec sa jeune et ingénue équipière Oshii Feal, il est aux trousses du "Triangle-Rouge", un épouvantable robot tueur...

    Les légistes viennent de découvrir du côté de la nuque des victimes du "Triangle-Rouge", des petits fragments de carapace d'origine inconnue, ainsi que des traces de griffes sur les vertèbres cervicales. Ces débris s'avèrent provenir de Mars.
    Cela indique que le meurtrier greffe quelque chose sur les corps des gens qu'il tue et qu'il n'est donc pas obligatoirement un tueur en série opérant de façon rituelle.
    />
    Résolue à en avoir le coeur net, Oshii entreprend de consulter un historique de l'évolution de la société technologique dans laquelle elle vit. Elle apprend ainsi comment et pourquoi ont été créés les robots serviteurs des Terriens. Au départ de ces données, elle fait rechercher tous les surveillants humains des zones industrielles de Mars qui auraient séjourné dans les villes des meurtres aux mêmes dates.
    Son objectif est en outre d'interroger l'énigmatique et inaccessible "Matrice", la conscience commune de tous les robots...

    Ces investigations ne font toutefois pas l'affaire de la chaîne de télé qui produit l'émission.
    Les élucubrations de la remuante assistante policière risquent d'être trop complexes pour le niveau intellectuel moyen des téléspectateurs. Norman Barron, le super-flic vedette, s'engage à faire grimper l'audimat si le producteur cesse de faire pression sur Oshii Feal et la laisse enquêter librement.
    Sa vie sera-t-elle en danger ?

  • Norman K. Barron dirige une petite équipe de MEDIACOPS des policiers tout en muscles, toujours dans les coups les plus spectaculaires et bardés de caméras permettant à des millions de téléspectateurs désoeuvrés de les suivre en direct 24 heures sur 24 dans leurs dangereuses investigations. Sa nouvelle équipière, Oshii Feal, sera-t-elle en mesure de l'aider à neutraliser "le Triangle rouge", l'un des plus cruels serial killers de l'histoire ?

    Un nouveau massacre vient d'être perpétré par un monstre que les médias appellent "le Triangle rouge". Comme d'habitude, les victimes ont été massacrées avec une sauvagerie inouïe et le mystérieux tueur semble doté d'une force colossale. On pense même qu'il est truffé de nanomachines militaires développant considérablement les capacités physiques.

    A la grande satisfaction de la chaîne de télé qui l'emploie, c'est l'enquêteur vedette Norman K. Barron qui va se lancer en direct à la poursuite de ce redoutable criminel. L'audimat promet de grimper d'autant plus haut que Barron a une revanche personnelle à prendre sur cet ignoble tueur : celui-ci a en effet exterminé l'équipier que la star des policiers considérait comme un frère.

    La jeune Oshii Feal, qui va désormais le seconder, sera-t-elle à la hauteur ? Neutraliser "le Triangle rouge" ne sera pas une mince affaire... Pour Oshii, cette promotion est l'occasion de montrer qu'elle est aussi capable d'être une star et elle est bien résolue à saisir sa chance. Mais voici que l'enquête s'avère plus complexe que prévu. Le tueur a l'air d'un super-héros issu d'un film d'horreur ou d'une BD fantastique et s'en prend à l'élite médiatique.

    Un psychopathe vengeur qui tuerait des pervers ? Cela ne colle pas avec les massacres précédents ! Oshii découvre en outre qu'être une célébrité du petit écran, livrée aux regards de millions de gens, n'est pas un statut enviable. D'autant que cette trame un peu déjà-vu n'est faite que pour faire vibrer le public.

    Car les initiés, eux, savent qu'elle est bidouillée en permanence par des experts en marketing... Pour que ce qui est réel soit toujours plus excitant !!

  • Tandis que ses reporters rendent compte des attentats meurtriers qui se multiplient, la chaîne de télé Médiacop met au point de nouveaux programmes de télé-réalité susceptibles d'augmenter le nombre de ses abonnés. Pendant ce temps, Oshii, sa jeune animatrice vedette, débarque en Espagne au moment même où la fille du maire musulman de Grenade est enlevée par des catholiques intégristes...

empty