De Mortagne

  • Poids lourd

    Sophie Laroche

    Le gars obèse. Celui qui se goinfre au point de se mettre en danger. Celui dont on se moque. C'est comme ça que plusieurs me voient... même dans ma propre famille. Sans se demander comment j'en suis arrivé là et comment je le vis.

    Pourtant, je suis plus que ces cent soixante-sept kilos, portés comme un fardeau.

    Mais, bientôt, ma vie va changer à jamais. Mon estomac de baleine deviendra de la taille de celui d'une souris. Moi qui avais l'habitude des rages de bouffe, j'aurai droit à quelques cuillères de yogourt par jour, après mon opération. Ironique, non ?

    Et si je mourais pendant l'intervention ?

    Et si ça ne marchait pas ? Ou pire : si j'échouais ?
    />
    Et si enfin je sortais de l'obésité ?

    Et si...

    Environ le tiers des adolescents canadiens âgés de douze à dix-sept ans font de l'embonpoint ou souffrent d'obésité morbide. Pour certains dont la santé est menacée, comme Simon, la chirurgie bariatrique est nécessaire. Mais elle n'est pas un gage de succès en soi... Sa réussite repose sur d'importants changements dans les habitudes de vie. Sans la mise en place d'un suivi et d'un soutien à long terme, elle se solde souvent par un échec.  

  • A seize ans, tout ce qui m'intéresse, c'est le prochain party où j'irai, et les filles que je réussirai à séduire. A quoi bon me soucier de demain ? Je ne songe qu'à mon propre bonheur, et ça me va. Après tout, on n'a qu'une vie à vivre, non?
    Ça, c'était avant l'appel d'Andréanne, cette fille que je connais à peine. Avant qu'elle m'annonce qu'un bébé grandissait dans son ventre. Et que j'en étais le père...
    Moi, papa ?
    Il n'en est pas question ! Je ne veux pas de cet enfant ! Je refuse de m'imaginer dans le rôle du père parfait. Le mien a foutu le camp il y a bien longtemps, alors je ne saurais pas comment m'y prendre. Mais ma mère insiste. Elle tient absolument à ce que je passe un test de paternité. A ce que je m'occupe du bébé, si c'est bel et bien le mien.
    Et à ce que je devienne responsable.
    La paternité à l'adolescence a toujours existé, mais, de nos jours, ses conséquences sur le parcours scolaire et professionnel du jeune parent peuvent être énormes. Il est difficile pour celui-ci de prendre ses responsabilités, alors qu'il est encore un enfant lui-même. Le soutien de l'entourage se révèle donc primordial afin que le bien-être de tous les membres de la famille soit assuré.

  • Moi j'mange

    Joanie Godin

    La bouffe. J'y pense sans arrêt. C'est la première chose qui me vient en tête quand je me réveille et la dernière, quand je m'endors. J'ai toujours faim. En tout cas, c'est l'impression que j'ai... Mais au fond, je ne sais pas ce qu'est la faim ; j'mange tellement que je n'ai pas le temps de la ressentir.

    Tu es lâche, tu ne réussiras jamais à perdre du poids. Regarde-moi ces grosses cuisses flasques ! Essaie donc ce nouveau régime ! me chuchote mon petit démon intérieur. C'est lui qui me pousse aux extrêmes, à me gaver comme s'il n'y avait pas de lendemain.

    Je donnerais n'importe quoi pour être mince, pour ressembler à la plupart des filles de mon école. Mais je n'y arrive pas. Alors je m'isole et cherche le réconfort auprès de ma seule amie : la bouffe.

    L'hyperphagie boulimique est un trouble alimentaire peu connu, mais dont souffrent à la fois des hommes et des femmes en proportions presque égales. Ce trouble se caractérise par des crises au cours desquelles une personne ingère une très grande quantité d'aliments, de façon incontrôlée, compulsive, sans toutefois se purger par la suite, ce qui conduit inévitablement à une prise de poids. Les régimes multiples sont donc souvent symptomatiques de l'hyperphagie.

  • 1 ROMAN, 4 HISTOIRES

    Tamara - 32C

    Être une des plus grandes de mon âge ne m'a jamais dérangée. Et je n'ai pas été traumatisée quand j'ai eu mes premières règles, la veille de mes onze ans. Ce qui me complexe, ce sont mes seins. Ils sont ÉNORMES ! C'est pour ça qu'il y a un peu plus d'un an, j'ai changé de look et adopté le style tomboy. Pour ne rien laisser paraître. Parce que, si les gars de ma classe les remarquent, je suis fichue !

    Rosalie - Face de pizza

    Des boutons, j'en ai une collection. Je pourrais ouvrir le Musée de l'acné et imposer un tarif d'entrée ! Donc, chaque fois que mes amies se plaignent de leur unique bouton prémenstruel... eh bien... ça me fait suer. Si c'était ma face de pizza qu'elles voyaient dans le miroir, est-ce qu'elles pleureraient, comme je le fais parfois ? Est-ce qu'elles refuseraient de sortir de chez elles comme moi, certains matins ?

    Livia - Dans le rouge

    Je viens d'avoir mes premières règles, à quatorze ans, en plein cours de français. Je capote ! Je ne peux pas compter sur ma gang de boys pour m'aider... Et encore moins sur mon père, qui m'élève seul depuis que ma mère est partie vivre à des milliers de kilomètres d'ici. Il paraît que c'est la chose la plus normale qui soit, de devenir une femme, mais je ne sais pas quoi faire !

    Florence - Toucher le fond

    Chaque fois que je me lève, je me demande à quelle version de ma mère je devrai faire face. Hier, c'était à « pantoufles et yeux bouffis ». Parfois, c'est à la « lionne en cage ». Chez ma mère, la dépression prend plusieurs visages, qui exigent tous que je mente à mes proches et marche sur des oeufs en permanence. Disons que faire mes devoirs et étudier pour mes examens ne sont plus tellement mes priorités.

  • Comment aimer l´école, quand tout ce qu´on y vit, c´est l´humiliation et la violence? Comment croire que l´avenir sera plus rose, quand on ne sait même pas si on va passer à travers sa journée? Mais, surtout, comment avoir encore des rêves, lorsque ceux-ci sont balayés à grands coups de poing et de pied ?
    Justin ne sait pas comment s´en sortir. La seule solution qu´il trouve est dans la révolte et la riposte. Quand on a seize ans, qu´on se croit différent et que, en plus, personne ne nous comprend, quel espoir nous reste-t-il ? Malgré la venue de l´amour dans sa vie, et le bien-être qu´il en retire, Justin parviendra-t-il à se détourner de son destin funeste?
    À moins que son besoin de vengeance ne soit plus fort que tout...
    En compagnie d´une poignée de jeunes qui vivent les mêmes épreuves que lui, Justin fera partie d´un plan d´une rare brutalité, dont il ne soupçonne pas encore la gravité des conséquences...

    L´histoire de Justin touche un sujet qui fait de plus en plus souvent les manchettes, malheureusement : la violence à l´école. Sous toutes ses formes. Même les plus extrêmes. C´est un récit qui vous marquera à jamais...

  • Recrue

    Samuel Champagne

    Une recrue...Voilà comment Thomas se sent. Un nouveau, un débutant. Dans un univers qu'il ne connaît pas et qui lui fait très peur: celui de l'homosexualité.

    Alors que Maxence, fraîchement débarqué d'Angleterre, semble s'intéresser à lui, Thomas se pose bien des questions. Leur relation déborde-t-elle du cadre de l'amitié ? Max, ce sportif populaire, peut-il réellement être gai? Il n'en a pourtant pas l'air...

    À seize ans, Thomas a de la difficulté à le croire, mais il finit par l'admettre : il aime les hommes. Déjà que son quotidien n'est pas simple, alors que sa passion pour la danse attire sur lui les propos homophobes de ses camarades, l'avenir s'annonce encore plus compliqué.. Quand à Max, il s'ennuie de la liberté d'agir qu'il avait à l'étranger, et de ses amis qui l'acceptaient tel qu'il est. Osera-t-il s'afficher ouvertement de nouveau ?

    Ensemble, les deux garçons découvrent le véritable amour. Pourquoi se cacher quand ce qui nous anime est si beau, si enivrant ? Pour s'affirmer, il faut être prêt à affronter le regard des autres. Un regard souvent dur et rempli de jugements...

    Environ 5% de la population mondiale est homosexuelle. Mais trop peu de jeunes admettent leur différence, de peur d'être rejetés. L'histoire de Maxence et de Thomas nous permet de constater les nombreuses embûches que rencontrent les adolescents lorsqu'ils découvrent que leur orientation sexuelle est contraire à la «norme». Dans une société qui se dit moderne et ouverte d'esprit, des efforts sont encore nécessaires afin que les tabous entourant l'homosexualité masculine disparaissent.

  • La rage de vivre

    Emmanuel Lauzon

    À l'âge de huit ans, on m'a diagnostiqué un Trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité; TDAH, pour les intimes. Qu'est-ce que ça fait dans la vie, un «déficitaire de l'attention»? Eh bien, ça conteste l'autorité, c'est irritable, ça s'impatiente rapidement, ça parle tout le temps, ça coupe la parole, ça argumente, c'est incapable de tenir en place plus de cinq minutes, ça dérange les professeurs et les autres élèves en classe, ça se fait du souci pour n'importe quoi et ça échoue souvent à l'école. Bref, ça fait chier tout le monde.

    J'ai donc grandi avec une perception négative de moi-même. Pendant une bonne partie de ma vie, j'ai eu l'impression que tout ce que j'étais capable de faire, c'était me planter et déranger les gens autour de moi. J'en voulais à mes professeurs, à mes parents et à mes intervenants de n'avoir su me faire que des reproches, de m'avoir fait sentir coupable pour des comportements que je ne contrôlais pas. En vieillissant, un sentiment qui m'a toujours habité a commencé à prendre de l'ampleur. Ce sentiment, c'est la rage.

    La rage de vivre.

    L'histoire de Vincent est celle de milliers d'adolescents souffrant de TDAH. Souvent incompris et considérés comme turbulents, ces jeunes ont besoin d'un soutien adéquat pour bien saisir et maîtriser leur condition. Avec les outils appropriés, ils ont toutes les chances d'accéder au succès et de réussir leur vie.

  • Montagnes russes

    Joève Dupuis

    Le 31 décembre à minuit, ma meilleure amie Stéphanie et moi, on a formulé le souhait de trouver l'amour avant la fin de l'année scolaire. En fait, on s'est promis de sortir avec les jumeaux Perron, les plus beaux gars de l'école, pour qu'ils soient nos cavaliers au bal de fin d'études.

    Mon amie ne croyait pas que c'était possible, mais, maintenant qu'elle fréquente Jeff Perron, elle se met à penser que les rêves peuvent devenir réalité. Pour ma part, le conte de fées s'avère désastreux. Oui, je me suis rapprochée de Joe, mais pas comme je le voulais. Et, si elle apprenait ce que j'ai fait le soir de la Saint-Valentin, Steph ne voudrait sûrement plus rien savoir de mon amitié...

    Elle commence d'ailleurs à me trouver intense. Elle dit que je suis obsédée par mon beau jumeau, que j'ai des comportements un peu fous. Elle ne comprend pas mon attitude, les highs et les downs qui ponctuent mon quotidien. C'est pourtant normal d'avoir les émotions en montagnes russes, à mon âge... non ?

    Dorothée souffre en fait, sans le savoir, de bipolarité, cette maladie trop fréquemment ignorée et bafouée par les préjugés. Peu importe leur âge, les gens qui en sont atteints ont souvent peur de l'avouer, même si le diagnostic et les médicaments leur ont sauvé la vie. Une vie qu'ils peuvent maintenant mener de façon plus équilibrée.

  • Projet C

    Nadine Poirier

    Quand j'étais petite, mon père me répétait sans cesse à quel point j'étais laide. Avec mes cheveux crépus et mon teint de mulâtre, je détonnais à côté de mes soeurs, blondes, à la peau de porcelaine. En vieillissant, je rêvais de ressembler aux mannequins dans les magazines, aux vedettes de la télé. Mais j'ai fini par comprendre que je ne serais jamais comme elles. Jamais jolie. Juste ordinaire. Maintenant, je cache mon manque de courbes sous des vêtements trop grands. Et je m'isole, tentant de devenir invisible aux yeux des autres.

    Mais voilà, récemment, j'ai trouvé la solution à mes problèmes. À mon manque de confiance. Tout ce qu'il me faut, ce sont des seins plus gros. Je me sentirais tellement bien ! Je pourrais porter des décolletés comme les autres filles, et enfin espérer connaître l'amour...

    Ma mère et ma meilleure amie me parlent des complications de l'opération. Mais je me fiche de ce qu'elles racontent. Aucun risque n'est assez grand pour me dissuader d'aller jusqu'au bout de mon projet C.

    Beaucoup de jeunes femmes pensent à recourir à l'augmentation mammaire, convaincues que, pour être belles, elles doivent correspondre aux modèles fabriqués par l'industrie de la mode. La chirurgie comporte toutefois des risques qui ne sont pas toujours considérés avec sérieux par les patientes. Bien se renseigner est primordial avant de songer à cette solution dont certains effets peuvent être irréversibles.

  • Le placard

    Kim Messier

    À douze ans, Léa se surprend à éprouver une attirance pour une fille. Instinctivement, elle refoule ses sentiments par peur de la différence.
    À dix-sept ans. Sa véritable nature s´impose de nouveau à elle. Mais Léa n´a pas changé d´avis : toute vérité n´est pas bonne à dire. En tout cas, pas toujours et, surtout, pas la sienne...
    Elle choisit dons de vivre dans le mensonge, déchirée entre son désir de se dévoiler et celui de se cacher. Par crainte d´être pointée du doigt. Étiquetée. Mise à l´écart.
    S´il fallait que sa famille, ses amis découvrent son secret... L´aimeraient-ils encore ? La rejetteraient-ils ? Seule Frédérique, la copine de Léa, sait qu´elle est lesbienne. Mais leur amour naissant saura-t-il résister aux cachotteries ?

  • Eloi

    Samuel Champagne

    La suite du roman Garçon manqué

    Ma soeur Annabelle me dit que je suis son chevalier, parfois son prince. Plus personne ne s'offusque quand je me présente en tant que garçon ; mes amis et ma famille ont compris que mon corps n'est pas tout ce qui me définit. Je prends de la testostérone, j'attends impatiemment de pouvoir subir ma première chirurgie et je commence le cégep. Maintenant, à dix-sept ans, je suis Eloi. Je suis heureux, je suis en paix, mais je ne cesse de me poser une question : est-ce qu'un jour, quelqu'un voudra être en couple avec moi?

    Puis, il y a Luka, un ami de Dominic, qui s'immisce dans ma quiétude. Il change tout avec ses yeux gentils et ses questions que j'évite. Il est gai, comme moi. Non... pas tout à fait comme moi. Mais comment pourrais-je lui avouer que je ne suis pas exactement celui qu'il apprécie? Plus j'apprends à le connaître, plus j'ai envie qu'il sache que je suis transsexuel.

    Finalement, je me rends compte que je ressens encore le besoin de me cacher pour qu'on m'aime.

    Prise d'hormones, chirurgies, documents gouvernementaux, première relation amoureuse... Dans cette suite de Garçon manqué, l'auteur continue d'aborder la transsexualité, et, surtout, les étapes à franchir par les gens en transition. Admettre sa différence est un pas énorme, mais tout ce que ça implique par la suite demande également beaucoup de courage.

  • Le choix d'une vie

    Samuel Champagne

    Je n'ai jamais réellement pensé à l'avenir. Faire des plans compliqués et se casser la tête, je laissais ça aux vieux, aux gens ennuyants comme ma soeur. J'avais quinze ans et, à cet âge, on s'amuse ! Ma vie était simple : mon chum, mes amis, des partys, le collège privé. Maintenant... j'ai encore quinze ans, mais tout a basculé. Parce que j'ai fait un test de grossesse et que deux lignes sont apparues. Moi, maman ? Je ne sais même pas comment m'occuper de moi-même, comment je pourrais prendre soin d'un autre humain ?

    Et pourtant... j'ai décidé d'essayer. D'essayer d'être une adulte, alors que tout le monde me disait que je n'y arriverais pas. La naissance approche et j'ai peur. J'ai tout perdu, j'ai dû quitter le collège, je n'ai plus d'amis. Seulement il y a cette émotion... cette force qui me pousse à croire que ce bébé va changer ma vie en mieux. Mais, sans Marisol, rencontrée dans mon école pour jeunes mères, et sans son frère Sebastian, je doute de pouvoir m'en sortir.

    La maternité à l'adolescence entraîne son lot de questionnements et de doutes chez la jeune mère, surtout en raison de la pression exercée par son entourage. Il faut beaucoup de courage pour se lancer dans une telle aventure, et le soutien des proches et des intervenants est essentiel pour le bien-être de la nouvelle famille.

  • Ailleurs t.3

    Rachel Gagnon

    "On m'a demandé de raconter mon histoire... Mais comment faire sans raconter la leur, celle de toutes ces voix que j'entends constamment ? Certains disent que je suis malade, que je souffre de schizophrénie. Moi, tout ce que je sais, c'est qu'à quinze ans, ma vie a basculé lorsqu'elles sont entrées dans ma tête et qu'elles ont commencé à m'humilier, à me blesser au plus profond de mon âme...

    J'ai tout essayé pour les faire taire, les réduire au silence et me retrouver seule, enfin. Prières, jeûne, médicaments, alcool, drogues... Mais on ne vient pas si facilement à bout de la Grande Gueule et de sa hargne. J'ai voulu lutter, par tous les moyens possibles, mais c'est à ce moment qu'a commencé ma longue descente aux enfers.

    Mon combat peut avoir deux issues : la mort ou... ailleurs.

    Brillante, talentueuse, hypersensible, Rubby veut simplement vivre. Vivre comme tout le monde, comme avant... Un roman coup de poing sur l'enfer de la schizophrénie qui ne laissera personne indifférent.

  • ToxiK

    Emmanuel Lauzon

    Comment en suis-je arrivée là ? Comment ai-je pu perdre le contrôle de ma vie à ce point, sans m'en rendre compte ? Tout marchait pourtant très bien pour moi. A l'école, avec ma meilleure amie Elodie, avec ma famille et dans mes cours de danse hip-hop...

    J'étais convaincue de ne pas être une « droguée ».

    J'ai commencé à consommer seulement pour m'améliorer, dans un contexte bien précis : ma participation à un rap battle. Je le faisais pour les bonnes raisons. Et je savais que je pouvais arrêter n'importe quand. Enfin... c'est ce que je croyais. Jusqu'à ce que les problèmes me tombent dessus. Un à un. Jusqu'à ce que ça aille trop loin...

    /> Il a fallu que tout s'écroule autour de moi pour que je prenne conscience de ce qui m'arrivait.

    Pourquoi me suis-je laissé entraîner aussi bas ?

    Au Québec, plus du quart des adolescents déclarent avoir déjà pris de la drogue, du cannabis aux substances plus dures. Si le plaisir est une des raisons souvent évoquées, un nouveau type de consommation s'est répandu au cours des dernières années : la consommation de drogues à des fins de performance. L'histoire de Kellyann met en lumière un visage différent, mais actuel, de la toxicomanie.

  • Entre les devoirs, les cours de piano, la troupe de danse et les exigences de sa mère, Raphaëlle n'a pas beaucoup de temps pour rêver. Jusqu'à ce fameux party où elle fait la connaissance d'Axel, un garçon mystérieux dont elle s'éprend aussitôt. Elle ne pense qu'à lui et trouve mille prétextes pour aller le voir le plus souvent possible à son appartement, en ville. Alors que ses parents pataugent en plein divorce, Raphaëlle savoure chaque minute d'indépendance loin de sa maison.

    C'est ainsi qu'un soir, l'adolescente va retrouver Axel pour de bon, au lieu de rentrer chez elle comme prévu.

    Pendant les semaines qui suivent, la fugueuse expérimente les joies de la liberté et la passion amoureuse, mais aussi l'insécurité et la précarité. Saura-t-elle faire les bons choix et éviter les pièges de la rue?

    Le phénomène de la fugue est de plus en plus répandu chez les jeunes de douze à dix-sept ans, principalement en milieu urbain. Laissés à eux-mêmes dans la rue, ils découvrent qu'il est souvent plus facile d'entrer dans ce monde que d'en sortir. Spontanée ou planifiée, la fugue, qui n'est pas synonyme de plaisir, peut représenter une échappatoire, une manière de revendiquer sa liberté, de demander de l'aide ou encore d'exprimer une certaine révolte. Quoi qu'il en soit, elle envoie toujours un message.

  • Borderline.

    Pourquoi j'ai cette cochonnerie-là, moi? Pourquoi est-ce que je ne peux pas être comme tout le monde? Sans impulsivité, sans problème d'émotions, sans automutilation, sans changements d'humeur intenses et sans médication. Jamais je ne pourrai être 100 % guérie. Le psychiatre me l'a dit. Je devrai dealer avec ça toute ma vie!

    Fay a seize ans quand son univers bascule. Forcée de déménager et de laisser ses meilleurs amis derrière, elle craint de ne pas s'en remettre. Puis, elle fait la connaissance de Catherine et s'aperçoit que sa vie à Montréal est loin d'être l'Enfer qu'elle s'est imaginé.

    Cependant, entre l'école, la maison et le travail, Fay doit lutter pour ne pas laisser ses problèmes de stress lui nuire. Au fil des semaines, son anxiété se transforme en rage, puis en colère. Une colère de plus en plus envahissante. Une colère qu'elle tente de gérer comme elle le peut.

    Mais ce n'est que la pointe de l'iceberg.

    Communément appelé le trouble borderline, le trouble de personnalité limite touche de 1 à 3% de la population. Les gens qui en souffrent sont confrontés à des problèmes tant au niveau émotionnel qu'interpersonnel qui peuvent les conduire à des comportements autodestructeurs tels que des troubles alimentaires, la toxicomanie et même le suicide.

  • Psychose

    Ariane Charland

    Je suis devenu fou à dix-sept ans. Je l'étais peut-être déjà avant, mais c'est là que ça s'est déclaré, que la psychose a pris le dessus et que la paranoïa m'a englouti.

    La vie semblait pourtant me sourire. Je commençais le cégep, j'avais un bon emploi et je venais d'emménager avec mon meilleur ami, à deux pas des résidences où ma blonde habitait. C'était le bonheur, la liberté totale !

    Sauf que ça n'a pas duré. Le stress des études, le travail qui me prenait trop de temps, les nuits blanches, l'alcool, le pot... Quelque chose s'est rompu à l'intérieur de ma tête. Mon esprit s'est détraqué. Je me suis mis à voir des ombres, à entendre des voix, à m'imaginer qu'on me voulait du mal...

    J'aurais dû écouter mes amis et aller me faire soigner. À la place, j'ai attendu qu'il soit trop tard. Je me suis battu contre ma folie et j'ai perdu.

    La psychose est un trouble mental grave qui se manifeste par une perte de contact avec la réalité. Les personnes qui en sont atteintes éprouvent beaucoup de difficultés à distinguer ce qui est vrai de ce qui ne l'est pas. On estime que de 4 à 5 % des jeunes connaîtront un épisode psychotique. Heureusement, avec les bons traitements, la majorité d'entre eux s'en sortiront.

  • L'horloge

    Iris M.

    Pour ma dernière année au secondaire, j'ai droit à une nouvelle école. Encore une. Mais j'ai l'habitude. Mes parents déménagent souvent. Au début, c'était difficile; toutefois, au fil du temps, je me suis réglée.

    Je suis une horloge qui fonctionne selon son propre rythme: régulier, fixe, immuable. La clé de ma stabilité? Je n'ai besoin de personne. Je n'ai pas d'amis. Ça pourrait sembler triste, mais, pour moi, c'est reposant. Avoir des amis, ça multiplie les risques d'imprévus. Et puis, je n'ai jamais compris comment connecter avec les gens.

    J'étais à l'aise dans ce rythme jusqu'à ce que je reçoive un diagnostic de TSA. Depuis que j'ai été étiquetée comme «Asperger», mes parents insistent pour que je m'intègre, que je me fasse des amis. Eh bien, d'accord. Je vais m'y mettre. Ce sera mon plan pour prouver au monde que je suis capable d'accomplir ce que j'ai en tête.

    Évidemment, tout ça, c'était de la théorie. Le plan ne s'est pas passé comme prévu. Tous mes rouages ont explosé. Je suis une horloge brisée.

    Les personnes vivant avec un syndrome d'Asperger peuvent adopter des comportements compulsifs ou stéréotypés, développer des intérêts très profonds pour certains sujets, accorder une grande importance aux routines et présenter des difficultés à déchiffrer des situations sociales et à y participer. Prendre conscience de leur façon unique d'être et de penser, mais aussi respecter l'individualité de chacun, est essentiel pour bien les accompagner dans leur cheminement.

  • La suite du roman Ce qui ne tue pas!

    Six mois ont passé depuis que Lili a survécu au pacte de suicide qu'elle avait conclu avec ses amis, Frankie et Liz.

    La jeune femme croit désormais avoir remis sa vie sur les rails. Les séquelles causées par l'accident de voiture s'estompent, l'harmonie est revenue au sein de sa famille et elle a même trouvé l'amour dans les bras de Tom, son physiothérapeute.

    Mais une ombre plane toujours sur sa tête : celle du mensonge.

    Des éléments de preuve concernant la tragédie sont rendus publics, ce qui remet en cause l'innocence de Frankie. Lili devra faire un choix déchirant : laisser son ami porter le blâme et passer pour un meurtrier aux yeux de tous ou avouer son secret à son entourage.

    Sauf que la vérité risque de tout faire s'effondrer... encore une fois. Lili est-elle prête à mettre en péril son bonheur tout neuf?

    Les conséquences du mensonge se révèlent parfois d'une gravité insoupçonnée. C'est ce qui arrive lorsqu'on doit répondre de ses actes devant la justice. Dans cette suite de Ce qui ne tue pas, le parjure risque d'être lourd à porter pour Lili. Au-delà des considérations légales se profilent également des questions éthiques : sacrifier la quiétude de ses proches, même illusoire, ou préserver la mémoire d'un être cher?

  • Parfaite

    Carl Rocheleau

    Je ne demande pas grand-chose à la vie. Je veux juste être la meilleure.

    La meilleure élève, celle qui obtient toujours la note la plus élevée de la classe, peu importe la matière.

    La meilleure fille pour mes parents, qui ont déjà assez de préoccupations avec la ferme, mon frère hyperactif et le manque d'argent.
    La meilleure amie pour Katy, ma best depuis toujours, même si je sais qu'elle se sert de moi.

    Et, même, la meilleure des « victimes ». Celle qui a surmonté la plus terrible épreuve de toute sa vie : un enlèvement... Et sans aucune séquelle !

    Bref, je veux exceller dans tout.
    Pourtant, quelque part en moi, il y a cette voix qui ne cesse de me répéter que je pourrais être plus-que-parfaite. Mais comment ? Arrête de bouffer, pauvre conne.

    L'anorexie n'est pas qu'une recherche absolue de la minceur. C'est la manifestation d'un profond mal-être, l'émergence d'une personnalité ultra performante, qui se fixe des objectifs irréalistes (pas seulement au niveau de l'image corporelle), qui se pousse au-delà de ses limites pour les atteindre et qui éprouve un sentiment de culpabilité constant lorsqu'elle n'y arrive pas. Au Canada, une adolescente sur trois souffre d'un trouble alimentaire, et une centaine de personnes en meurent chaque année. Les causes de l'anorexie sont nombreuses et complexes, voire insidieuses, ce qui la rend difficile à prévenir. Cependant, le rétablissement est possible, même s'il peut parfois être long et ponctué de rechutes.

  • Non c'est non

    Diana Belice

    Oui. Non. Le dictionnaire est assez clair sur la définition des deux termes.

    Oui : exprime une réponse positive à une interrogation.

    Non : préfixe exprimant la négation, le contraire, le REFUS.

    C'est ce que j'ai tenté de faire comprendre à Zackary, ce soir-là. Que je ne voulais pas. Même que je lui ai crié. NON ! Mais pour lui, ma réponse ne voulait rien dire.

    Et maintenant, je ne suis plus que l'ombre de moi-même.

    L'agression sexuelle est l'acte criminel le moins signalé à la police. Pourquoi ? Parce que la honte et la peur accablent la victime. Parce que la victime doit, en plus, faire face aux préjugés véhiculés par la culture du viol. Encore de nos jours, ce concept nous dicte «de ne pas sortir seule le soir, sinon on cherche le trouble», «de ne pas s'habiller sexy, parce qu'on provoque les hommes», «de ne pas embrasser si on n'est pas prête à aller jusqu'au bout», «de ne pas dire non après avoir dit oui».

    Dans notre société dite évoluée, le fardeau de la preuve appartient toujours à la victime, non à l'agresseur. Il est primordial d'éduquer nos jeunes et de faire changer la honte de camp.

    Plutôt que d'enseigner à nos filles quoi faire pour ne pas être violées, apprenons à nos fils à ne pas violer.

    Mise en garde : contenu explicite, langage grossier et violence.

  • Elle ou lui?

    Marilou Addison

    Capitaine de son équipe de hockey, adolescent populaire et respecté, Dominic n'a rien à envier à qui que ce soit. Sa blonde, Camille, est sûrement la plus belle fille de l'école, et il l'aime plus fort que tout. Sans compter ses nombreux amis avec qui il adore faire la fête.

    Malgré tout, le jeune homme se sent différent. Depuis quelque temps, il éprouve des désirs qu'il ne peut plus ignorer. Surtout lorsque Karl débarque en ville et chamboule sa vie, lui faisant découvrir une autre facette de sa personnalité. Au fil de leurs rencontres, Dominic commence à comprendre qui il est vraiment.

    Que faire quand les filles et les garçons nous attirent, mais qu'on sait à l'avance que personne ne pourra l'accepter? Tant de gens le voient comme un ado parfait... Tant de gens que Dominic a peur de décevoir s'il dévoile sa vraie nature.

    Beaucoup considèrent la bisexualité  comme de l'homosexualité refoulée. D'autres pensent qu'il s'agit d'une excuse pour entretenir des relations sexuelles avec plusieurs partenaires à la fois. Même au sein de la communauté gaie, nombre de bisexuels se font rejeter, accusés de n'appartenir à aucun groupe. Trop peu comprennent qu'ils s'autorisent simplement à être amoureux, avant tout, d'un autre être humain. Sans se limiter à son genre.

  • La première fois.

    Certains disent que c'est magique.

    D'autres que ça fait mal, mais que ça passe. Pour moi, ça n'a pas été magique, et ça n'a pas passé. La douleur, je veux dire. C'est resté et ç'a empiré.

    Je suis défectueuse.

    C'est pour cette raison que je me ferme aux gens, que je détourne les yeux chaque fois qu'un garçon m'intéresse. Je ne veux pas courir le risque de lui plaire aussi. Je ne veux pas être obligée de lui avouer que le sexe, dans mon cas, est une torture. Alors je feins l'indifférence et me convaincs que tout va bien.

    Mais ça, c'était avant de rencontrer Luka. Avec lui, c'est différent. Ma carapace se fendille et mes mécanismes de défense s'enrayent.

    J'ai maintenant, plus que jamais, envie d'être comme tout le monde.

    Les douleurs sexuelles touchent environ 20% des adolescentes et de 12 à 21% des femmes adultes. Pourtant, c'est un sujet très peu abordé dans les médias et, pour plusieurs, il demeure honteux. Alors que le sexe, lui, est omniprésent à la télévision, dans les magazines et sur Internet, ce type de douleur entraîne trop souvent un sentiment de détresse et de culpabilité chez celles qui en souffrent.

  • AddiK

    Emmanuel Lauzon

    50e roman de la collection TABOU!

    Qu'est-ce que j'ai fait? Comment ma vie a-t-elle pu dérailler à ce point en si peu de temps? Probablement que les rails n'étaient pas très solides.

    Depuis que je suis petit, j'ai comme un immense trou en moi. Ayant horreur du vide, je cherche constamment à le remplir. Les filles et l'écriture de rap m'aident à me sentir un peu plus... complet. Mais ce qui fonctionne le mieux, c'est la drogue. J'ai essayé presque toutes les substances possibles et, encore récemment, je réussissais relativement bien à gérer ma consommation. À l'exception de quelques incidents, elle ne m'avait jamais causé de vrais problèmes.

    Jusqu'à ce que je touche aux opioïdes... et que je saute à pieds joints dans le trouble.

    Maintenant, je suis prisonnier et je ne sais plus comment m'en sortir.

    Je suis... addiK.

    Les opioïdes sont des médicaments puissants, généralement utilisés pour le soulagement de la douleur. Ils présentent un haut risque de dépendance physique et psychologique, surtout lorsqu'ils sont pris de façon récréative, sans le suivi d'un médecin. Ils peuvent aussi mener à une surdose mortelle. L'histoire de Christophe est celle de milliers d'autres jeunes, devenus esclaves de leur consommation de drogues dures.

empty