De Vive Voix

  • Quasars et trous noirs Nouv.

    Françoise Combes vient de recevoir la médaille d'or du CNRS. Cette astrophysicienne est spécialiste de la dynamique des galaxies et, non contente de les observer, elle réalise de spectaculaires simulations numériques de leur formation, de leur croissance, de leurs rencontres. Cela aide à comprendre l'origine de leurs formes, variées et souvent surprenantes. Le décodage des différentes étapes de leur évolution montre que les trous noirs supermassifs, qui occupent les centres de ces galaxies, y jouent un rôle majeur. Il est donc indispensable de mieux les comprendre. Comment sont-ils nés ? Comment sont-ils alimentés ? Comment recrachent-ils de la matière ? Quelle influence exercent-ils sur la formation et l'évolution des étoiles de la galaxie qui les abrite ? Lorsqu'ils sont extrêmement actifs, on qualifie de quasars les trous noirs supermassifs au centre de galaxies. Ce sont sans doute les objets les plus impressionnants de l'Univers : chacun émet une luminosité mille fois plus forte que la réunion de celles de toutes les étoiles de la galaxie qui l'abrite. Cette pionnière de l'étude du cosmos décrypte pour nous ces objets spectaculaires et leurs influences cosmiques.

  • La collection Les Grandes Voix de la Recherche est une coédition entre CNRS Éditions et De Vive Voix. Pluridisciplinaire et accessible, elle donne la parole aux chercheurs lauréats de la très prestigieuse médaille d'or du CNRS qui présentent leur discipline et leurs recherches de manière vivante et concise. 
    Considéré comme l'héritier de Levi Strauss, Philippe Descola est l'un des grands anthropologues français du XXe siècle. Ses premiers travaux ont été menés en Équateur, auprès d'une tribu amazonienne, les Jivaros Achuar. Ce terrain l'amène à s'interroger sur l'opposition traditionnellement établie entre nature et culture. Il s'attache alors à montrer que la vision d'une coupure entre nature et culture, d'un grand partage entre humains et non-humains, est très européo-centrée, et que d'autres sociétés considèrent que les animaux et les végétaux sont des personnes, au même titre que les humains. Une telle réévaluation du lien qui peut unir l'homme à son environnement n'a évidemment rien d'anodin. Elle a des conséquences directes sur le statut qui est conféré à la nature, et vient en écho à des questionnements très actuels.
    Titulaire de la chaire d'Anthropologie de la Nature du Collège de France, Philippe Descola a reçu en 2012 la médaille d'or du CNRS. Ses recherches de terrain en Amazonie équatorienne, auprès des Jivaros Achuar, ont fait l'objet d'un ouvrage dans la collection Terre Humaine, Les lances du crépuscule. Il a publié plus récemment Par-delà nature et culture (Folio, 2005).

  • Un aperçu complet, accessible et très à jour dune des deux théories scientifiques les plus radicales et fécondes du XXe siècle. La relativité restreinte.
    En 1905, Albert Einstein est un obscur employé de l'Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle de la ville de Berne. Totalement inconnu, il publie pourtant trois articles qui révolutionnent la physique dans ses fondements les plus profonds. Le plus connu établit sa théorie de la relativité restreinte qui bouleverse la physique en vigueur depuis Newton. Les objets physiques (comme nous-mêmes) n'éprouvent plus le passage du temps, mais celui de durées propres à chacun. Le temps disparaît. La notion nouvelle d'espace-temps s'installe. Le monde nest pas conforme à notre intuition.
    La relativité générale.
    /> Ce n'est qu'une première étape. Einstein l'approfondit et la généralise en 1915 : sa nouvelle théorie, la relativité générale, prend en compte la gravitation, quelle assimile à la forme de l'espace-temps courbe. La matière de l'univers engendre cette courbure, qui elle-même dicte à la matière son comportement.
    Étoiles à neutrons, ondes gravitationnelles et trous noirs.
    La théorie, brillamment confirmée, confère à Einstein une gloire universelle. La communauté scientifique reconnaît brillamment son héros. Mais absorbée par l'autre révolution, celle de la physique quantique, elle n'accordera qu'un intérêt modéré à la théorie, jusqu'à la seconde partie du XXe siècle. Lessor de l'astronomie et de la cosmologie relativistes feront alors ressortir la pertinence de la relativité générale, la rendront opérationnelle et indispensable.

  • Jean Pierre Luminet nous invite à un voyage fascinant qui, de la Grèce antique à nos jours, explore les métamorphoses de l'infini. De manière toujours accessible, il aborde l'infini de l'espace avec la cosmologie, celui des nombres avec les mathématiques et les mystères de l'infiniment petit dans la matière avec la physique quantique.

  • L'univers a-t-il une forme ? En s'intéressant au contenu visible de l'univers, aux planètes, aux étoiles et aux galaxies, on oublie parfois le contenant invisible, l'espace lui même. Celui-ci est-il un simple réceptacle passif ? A-t-il une forme, une structure ? Est-il fini ou infini ? Est-il courbe, plat, lisse ou grumeleux ?
    Une présentation des différents modèles cosmologiques. Jean-Pierre Luminet présente les grandes lignes des démarches cosmologiques actuelles et des formes possibles de l'univers. Il indique comment les dernières observations astronomiques permettent de décider entre différentes versions des modèles de Big bang, notamment celles qui impliquent un univers chiffonné. Un enregistrement fascinant sur un sujet qui défie l'imagination.

  • Sommes-nous seuls dans l'Univers ? Un grand scientifique français nous apporte des éléments de réflexion pour répondre à cette question fondamentale. Cette quête se concentre avant tout sur la chimie du carbone et sur l'eau, les ingrédients à partir desquels la vie s'est développée sur terre.
    Les exobiologistes sont donc les "sourciers de l'espace" et leurs candidats dans le système solaire sont Mars et les lunes de Jupiter et de Saturne. Ils scrutent également les exo-planètes récemment découvertes hors du système solaire. Lexobiologie, qui est présentée ici de manière très complète, est une discipline où les progrès de l'observation nous rapprochent de plus en plus dune découverte possible. Un voyage fascinant dans le système solaire et au delà.

  • La géométrie d'Euclide, qui a prévalu depuis l'Antiquité, a longtemps semblé la seule possible. Au XIXe siècle néanmoins, Gauss, Riemann et d'autres mathématiciens découvrent que des géométries différentes sont possibles. Nouvelles et fascinantes, elles décrivent des espaces munis de courbures, avec de multiples dimensions.
    Jean Pierre Bourguignon raconte ici l'histoire de cette courbure, et de ses prolongements féconds dans la physique du XXe siècle, et notamment dans les théories d'Einstein.

  • La révolution néolithique qui a lieu entre 10 000 et 5 000 avant notre ère en plusieurs endroits du globe, est le moment le plus décisif de l'histoire humaine. C'est le passage de la cueillette et de la chasse à l'invention de l'agriculture et de l'élevage.
    Jean-Paul Demoule présente ici les raisons climatiques, environnementales et culturelles de cette révolution.
    Des conséquences infinies.
    Ses conséquences sont multiples et nous les observons chaque jour : explosion démographique, migrations, sédentarisation, naissance des villes et de l'écriture, essor des violences entre communautés.
    Comprendre le changement.
    Cet enregistrement à la fois détaillé et dune grande hauteur de vue fait un point complet sur une période charnière de l'histoire de l'humanité. Il offre une mise en perspective de notre rapport multi-millénaire au monde en tant qu'héritiers directs de ces premiers paysans et éleveurs.

  • Les Cathares

    Jean-Louis Biget

    Le Catharisme est une des plus belles et plus tragiques dissidences religieuses du Moyen Âge. On découvre ici ce que furent son inspiration, ses motivations, ses bonhommes et on la comprend alors très clairement dans le contexte plus vaste de cette France méridionale des XIIe et XIIIe siècles qui a vu se diriger contre elle la croisade intérieure et l'Inquisition.

  • Découvrez une vision renouvelée de la Grande Guerre. Le conflit est présenté dans tous ses aspects : politiques, militaires, économiques mais aussi quotidiens et humains.
    Un enregistrement dense et émouvant qui permet de comprendre cette fracture brutale qui a orienté dans un sens tragique tout le destin du XXe siècle.

  • La Résistance

    Olivier Wieviorka

    La Résistance constitue aujourd'hui encore une terre méconnue. Les Français furent-ils tous engagés ou tous "collabos" ? La vérité se situe sans doute à mi-chemin. L'engagement dans la Résistance ne fut pas facile à trouver, aucune institution n'appelait à la lutte en 1940.
    L'armée des ombres fut aussi traversée par des doutes et des conflits. Olivier Wieviorka revisite en historien dune génération nouvelle cette période sombre de notre histoire.

  • Une hécatombe monstrueuse.
    La Peste noire qui débute en 1348 est un événement majeur de l'Occident médiéval. Elle touche la quasi-totalité de l'Europe et près des deux tiers de la population disparaissent, victimes de l'épidémie. Qui a bouleversé les représentations religieuses et artistiques - Le mal noir a bouleversé les représentations artistiques et religieuses et provoqué l'explosion dune veine macabre qui s'est épanouie à la fin du Moyen Age.Et favorisée l'émergence de l'État monarchique. Par ses ravages, la Peste a profondément déstructuré les communautés familiales et territoriales, précipité les mutations de la société féodale et favorisée l'émergence de l'état monarchique.

  • Une grande figure de la IIIe République. Clemenceau est une grande figure de la République et une personnalité complexe. Derrière une grande rudesse apparente se cache un homme très attachant. L'homme au multiples visages, Maire de Montmartre au moment de la commune, journaliste durant l'affaire Dreyfus , écrivain, ami de Claude Monet et des impressionnistes, "premier flic de France" au moment des grandes crises sociales du début du siècle et finalement "père de la Victoire" en 1919, il est l'homme aux multiples visages qui sont autant de moments dune vie pleine et mouvementée étroitement attachée à l'histoire de la IIIe République.
    La République et le socialisme vus par Clemenceau.
    "Sans doute vous me dominez de toute la hauteur de vos conceptions socialistes. Vous avez le pouvoir magique d'évoquer de votre baguette des palais de féerie. Moi, je suis le modeste ouvrier des cathédrales, qui apporte obscurément sa pierre à l'édifice qu'il ne verra jamais. Au premier souffle de la réalité, le palais de féerie s'envole, tandis qu'un jour la cathédrale républicaine lancera sa flèche dans les cieux."
    Discours du 19 Juin 1906 en réponse à Jaurès.

  • L'histoire de l'univers et de la vie.
    Un fascinant récit qui évoque l'histoire de l'univers, du monde, de la vie et de l'homme. Cette histoire, Yves Coppens nous montre qu'elle est celle d'une transformation incessante faite d'extinctions et d'innovations, d'une adaptation et d'une évolution face à des milieux changeants.
    L'homme, la conscience et la culture.
    Les grandes étapes et les principes guidant cette longue évolution sont expliqués jusqu'à l'apparition de l'homme. Avec celui-ci vient la conscience et la culture qui changent alors profondément la nature de cette adaptation incessante à l'environnement.

  • Cyborgs, surhommes, mutants, clones, et robots Les biotechnologies, les technologies d'information, la robotique, les nanotechnologies et les neurosciences, sont en train de bouleverser très rapidement ce que nous sommes : nos corps, nos esprits, notre langage, notre rapport au monde et notre héritage naturel, et elles nourrissent des utopies transhumanistes.
    Les utopies transhumanistes.
    Mais que signifie l'espoir mis dans ces technologies pour accroître nos capacités physiques et mentales, résister aux virus, trouver l'éternelle jeunesse, bref nous affranchir de notre condition humaine imparfaite, limitée et mortelle ?
    Un questionnement philosophique dune grande actualité.
    Jean-Michel Besnier explore ces utopies transhumanistes et s'interroge sur les raisons de vouloir écarter le corps biologique et de souhaiter s'arracher à ce qui fait de nous des humains, distincts des animaux, des dieux et des machines. Il nous invite, en laissant de côté les positions morales trop simplistes qui conduisent au refus craintif du progrès technologique ou à des positions antihumanistes, à nous interroger sur nos devenirs possibles, sur les valeurs existantes et à inventer qui accompagneraient notre nouvelle humanité. Un questionnement philosophique dune grande actualité.

  • Les Gaulois

    Matthieu Poux

    Une histoire longtemps biaisée.
    Longtemps tributaire des Grecs et des Romains, notre vision du monde gaulois était celle d'impénétrables territoires barbares, peuplés de guerriers valeureux mais désordonnés, que la férule de Rome allait "civiliser". Reprise par l'école républicaine, cette idéologie des vainqueurs persiste encore. Une vision renouvelé par l'archéologie. Pourtant, au croisement des sources historiographiques et des découvertes archéologiques les plus récentes émerge une civilisation complexe et raffinée, archipel de cités indépendantes maîtrisant admirablement la métallurgie du fer, l'agriculture ou l'élevage dont on connaît de mieux en mieux la culture et les rites. Et se dessine un territoire fortement aménagé, ponctué d'agglomérations et de places fortes, quadrillé de routes, et très tôt acculturé à la romanité.

  • Une conquête inscrite dans la longue durée.
    La conquête des gaules ne se limite pas à la défaite cuisante de Gergovie et à la victoire décisive d'Alésia. C'est une longue séquence, qui débute dès 125 avant notre ère avec l'occupation de la Narbonnaise, dont Jules César fut proconsul, et se poursuit jusqu'après la capture de Vercingétorix en 52 avant notre ère.
    Un processus multiforme éclairé par les découvertes récentes de l'archéologie. Processus culturel, politique et militaire, la conquête intègre au monde romain selon une dynamique bien éprouvée dans d'autres provinces des cités gauloises déjà très au fait de la romanité. Les découvertes récentes de l'archéologie permettent de mieux comprendre ce processus.

  • Le Goulag

    Nicolas Werth

    L'ouverture des archives du Goulag.
    Depuis l'ouverture au début des années 1990 des archives de l'ex-URSS, une immense source d'informations minutieuses, due notamment aux quelque 100 000 fonctionnaires de l'administration du goulag, a été offerte aux historiens pour comprendre le système concentrationnaire soviétique.
    Un univers complexe.
    Cette révolution documentaire a permis de dévoiler un univers complexe, à plusieurs cercles, par lequel, le temps dune génération (1930-1950), vingt millions d'individus sont passés (un homme adulte sur cinq).
    Le quotidien du Goulag.
    Nicolas Werth propose ici la première synthèse d'une décennie de recherches qui met en lumière de manière très complète l'évolution du goulag et des différents types de camps de 1918 à la fin de l'ère stalinienne, la sociologie dune population disparate et changeante, la vie quotidienne dans les camps, l'économie du goulag, ainsi que la porosité des frontières entre univers concentrationnaire et société civile et la brutalisation généralisée des rapports sociaux qui en a résulté.

  • Rome, première puissance à dominer le bassin méditerranéen.
    Une conquête fulgurante.
    Au III° siècle avant Jésus-Christ, quatre puissances dominent la Méditerranée : Carthage, la Macédoine, l'Égypte et la Syrie. Rome nest alors qu'une cité dans une péninsule encore divisée. Un siècle plus tard tout est bouleversé, les guerres puniques (264-246 av. J.-C.) font de Rome la première puissance à régner sans partage sur l'ensemble du bassin méditerranéen.
    Puissance hégémonique, Rome s'ouvre aux influences extérieures et notamment à celle de la pensée grecque qui provoque une véritable révolution culturelle en soumettant l'exercice de sa domination aux questions du fondement de l'autorité et de la Justice.

  • Einstein

    Françoise Balibar

    Un homme qui a profondément changé notre vision du monde.
    S'il est quelqu'un que l'on peut qualifier de génie, c'est certainement Einstein. Il a façonné la physique du XXe siècle. Non seulement ses découvertes ont permis l'avènement de notre univers technologique (électronique, laser, énergie nucléaire, etc.), mais surtout, il a profondément modifié notre conception du monde. Il y a un avant Einstein et un après Einstein qui se prolonge aujourd'hui puisque ses théories n'ont pas, pour l'essentiel, été démenties.
    Inventeur des deux grandes théories du XXe siècle : relativité et théorie quantique.
    Les auteurs retracent les contributions d'Einstein en les replaçant dans leur contexte historique, en montrant leur caractère novateur, voire révolutionnaire. Les réponses apportées par Einstein en 1905 aux préoccupations des physiciens, liées à la question de la nature de la lumière, ont débouché sur deux des grandes théories du XXe siècle : la théorie de la relativité entièrement construite par lui et la théorie quantique dont il fut le brillant inventeur à 25 ans et le critique le plus pertinent jusqu'à sa mort. Dix ans plus tard, il créait la troisième grande théorie du siècle : la relativité généralisée.
    Un héritage considérable.
    On a trop longtemps décrit Einstein comme un génie précoce qui eut du mal à se survivre. Cette vue est totalement remise en cause par les développements récents de la physique. D'une part, ses critiques à l'encontre de la théorie quantique sont à l'origine de nouveaux développements (non séparabilité, intrication) qui n'ont rien de byzantins puisqu'ils portent sur la structure même du monde. D'autre part, ce qu'on a longtemps appelé des errements, en matière de théories unitaires, sont aujourd'hui l'objet dun regain d'intérêt. L'héritage d'Einstein se trouve tout autant dans ses succès que dans ses doutes.
    Savant citoyen.
    Mais Einstein est plus qu'un savant : un mythe, construit (à son corps défendant ?) par les media. Einstein a délibérément choisi de mettre sa gloire au service de ses engagements de citoyen : paix en Europe, création dun foyer juif en Palestine, opposition au régime nazi, lutte contre le développement des armes nucléaires. Il reste l'image du savant engagé, amoureux de solitude mais que le monde oblige à s'exposer.

  • Une famine provoquée par la collectivisation des campagnes En 1931-1933, six millions de paysans meurent de faim en URSS au cours de la dernière grande famine européenne. Une famine qui ne doit rien aux conditions météorologiques, mais est la conséquence directe de la collectivisation forcée des campagnes mise en oeuvre, à partir de 1930, par Staline. Une famine passée sous silence jusqu'à la chute de l'URSS.
    Le silence sur cette hécatombe (le chiffre de six millions de morts en rappelle un autre, de la même ampleur) allait durer jusqu'à la perestroika gorbatchévienne. Depuis la chute de l'URSS, l'ouverture des archives soviétiques a permis de faire la lumière sur cette tragédie.
    Quelle est la responsabilité de Staline ? Quelle a été la responsabilité directe de Staline et des dirigeants soviétiques dans cette famine occultée ? Comment l'imposition du système kolkhozien, à la suite de la collectivisation forcée des campagnes, a-t-elle débouché sur la famine ? En quoi celle-ci a-t-elle été différente des autres famines qua connue la Russie au cours des siècles ? Peut-on dire que Staline a voulu punir, par l'arme de la faim, les paysans qui résistaient à la collectivisation, vécue par eux comme l'imposition dun second servage ? A-t-il intentionnellement ciblé l'Ukraine, la région de l'URSS la plus touchée par la famine, pour briser ce qu'il appelait le « nationalisme ukrainien » dernier obstacle sur la voie de la dictature stalinienne ? Aujourd'hui, l'Ukraine post-soviétique non seulement commémore la « grande famine ukrainienne », mais en fait un élément central de sa construction identitaire face au grand voisin russe. Pour les dirigeants ukrainiens au pouvoir aujourd'hui, le Holodomor (la grande famine) nest rien de moins qu'un génocide perpétré par le régime stalinien contre toute la Nation ukrainienne.
    Qu'en pensent les historiens ? Cet enregistrement inédit est le premier document en français consacré au plus grand crime de masse du stalinisme.

  • L'évolution

    Pierre-Henri Gouyon

    Le fondement de la biologie moderne une des théories qui a le plus transformé notre vision du monde.
    Charles Darwin. La biologie moderne est née il y a 150 ans avec la théorie de l'évolution de Charles Darwin. Celle-ci apporte une vision nouvelle de la vie et de son histoire et explique de manière logique et unifiée la diversité du vivant.La théorie de la biologie moderne - Pierre-Henri Gouyon présente ici la théorie de l'évolution dans sa cohérence d'ensemble et ses développements les plus récents. Il répond ce faisant à nombre de questions : Comment opère la sélection naturelle ? Quels sont les mécanismes de la transmission génétique dune génération à l'autre ? Quelles sont dans le temps long les relations entre les individus et les gènes ?
    Un enregistrement pour comprendre une des théories scientifiques qui a le plus transformé notre vision du monde.

  • La théorie du chaos

    Étienne Ghys

    Sommes-nous guidés par le hasard ou par le destin ? Une histoire du déterminisme, de Newton jusqu'aux développements les plus récents de la théorie du chaos. Isaac Newton prévoit le mouvement des planètes Depuis Galilée et Newton, la physique et les mathématiques sont traversées par la question centrale du déterminisme : est-il possible de prévoir le futur à partir du présent ? Newton met au point un outil mathématique qui permet de prédire le mouvement des objets et des planètes. Ce faisant, et jusqu'au XIXe siècle, il donne un élan d'optimisme conquérant à la science qui semble en état de résoudre tous les problèmes. Henri Poincaré s'interroge sur le temps qu'il fera demain Le déterminisme triomphant rencontre cependant ses limites au XIXe siècle, laissant la place à la théorie des probabilités. Devant l'infinie complexité du monde, Henri Poincaré propose une approche plus modeste, plus qualitative. De l'impossibilité pratique de prédire le futur en fonction du présent, le temps qu'il fera demain par exemple, est née la théorie du chaos. Elle sera développée tout au long du XXe siècle et jusqu'à nos jours, notamment par Edward Lorenz. Étienne Ghys nous invite à une promenade scientifique Le mathématicien Étienne Ghys raconte ici cette histoire du déterminisme et de la théorie du chaos, mais aussi ses ramifications philosophiques Sommes nous guidés par le destin ou le hasard ? Chemin faisant, et toujours de manière très accessible, il nous fait toucher du doigt la portée conceptuelle de l'abstraction mathématique.

  • L'histoire des dinosaures et les méthodes de la paléontologie Pas à pas, en s'appuyant sur sa propre histoire pleine d'aventures dans le désert du Ténéré, et sur ses propres découvertes, Philippe Taquet nous offre une initiation à l'histoire des dinosaures et aux méthodes de la paléontologie.
    Les dinosaures émergent de la nuit des temps.
    De manière très vivante, et accessible à des jeunes, il nous fait partager sa passion pour les différentes facettes de son métier. Toutes les étapes de son travail de paléontologue sont patiemment expliquées : la préparation d'une expédition, le travail sur le terrain, la reconstitution en laboratoire, les conclusions scientifiques et jusqu'aux questions théoriques posées par la disparition brutale des dinosaures il y a 65 millions d'années.
    Le passé, le présent et l'avenir de la terre.
    Le récit de ce chapitre de l'histoire de la vie qui commence dans la nuit des temps, il y a 230 millions d'années, nous éclaire évidemment sur le passé de la terre, mais aussi sur des questions plus vastes, sur le temps, sur la vie aujourd'hui et sur l'avenir de notre planète livrée à l'homme, espèce désormais dominante. Une synthèse claire et vivante qui devrait susciter des vocations chez les plus jeunes (collège et lycée) tout en proposant un contenu suffisamment riche pour intéresser les adultes.

empty